Presse néerlandaise du lundi 3 mars 2003

Tous les quotidiens titrent sur la grippe
aviaire qui a éclaté en Gueldre, dans des élevages de poulets à Barneveld et
Laren. Treize entreprises étaient suspectes hier soir et le ministère de
l’Agriculture a interdit le transport de volaille et d’œufs dans un rayon de
dix kilomètres autour des deux communes. Le ministère ouvre aujourd’hui un
centre de crise régionale à Garderen. Les abattoirs de volaille estiment que
la crise leur coûte un million d’euros par jour. Le préjudice des éleveurs
est du même ordre.

Les experts supposent que des oiseaux
aquatiques sauvages, qui sont insensibles au virus, ont propagé la maladie.

 

de
Volkskrant
 : "Grande alerte après la déclaration
de la grippe aviaire – Destruction et interdiction de transporter des
volailles", "Les maladies du bétail font une brèche après l’autre
dans le cheptel", "Le parlement turc rejette la venue de soldats américains"

Trouw
 : "Destruction massive des volailles – La grippe aviaire classique ne se
limite pas à la Vallée de Gueldre", "Un conteneur compte dix mille
poulets morts", "La ligue des musulmans néerlandais cherche un leader
– LAE Nederland", "Les Etats-Unis doivent rectifier leur stratégie
à la suite de la décision du parlement turc"

Algemeen
Dagblad
 : "La grippe aviaire sévit – Un
nombre croissant d’élevages de volaille sont suspects – ’Les
choses allaient déjà si mal’
"

De
Telegraaf
 : "Destruction massive de poulets – LTO critique la lenteur du ministère de l’Agriculture",
"Arrestation du cerveau derrière le 11 septembre"

 

 


* *

 

 

Le
dossier du jour : Interview
du secrétaire général Robertson

 

Le journaliste Robert
van de Roer a interviewé le secrétaire général de l’OTAN, Lord George
Robertson, à propos de la crise de l’Alliance sur la question irakienne
.
L’entretien figure dans le NRC Handelsblad
(p.23) de samedi. "Le tenace Ecossais ne dissimule pas les conséquences de
la crise", remarque le journaliste. "Mais il est optimiste pour l’OTAN
et le système multilatéral, qui subit la pression de la question irakienne. L’ex-ministre
britannique de la Défense (Labour) défend l’approche américaine vis-à-vis de
Saddam Hussein
. Et bien que
Robertson, selon des diplomates, s’inquiète aussi du rôle de la France dans
l’OTAN, il la défend tout autant
."

Van der Roer : "Vous ne croyez pas que le gouvernement Bush a perdu confiance dans
l’OTAN ?"

Robertson :
"Non, je ne le pense pas. Mais nous avons un problème de crédibilité
dans certains milieux à Washington."

i style="mso-bidi-font-style :
normal">"Quel est exactement le dommage pour l’OTAN ?"

" Je
vois cela comme un dommage au-dessus de la ligne de flottaison
. Notre
image a subi quelque dommage, et notre réputation aussi un peu
. Mais
nous ne coulerons pas
. L’OTAN ne démontera pas l’Alliance. Seize pays ont
voulu faire cette planification. Seize contre trois, et pas l’Amérique contre
l’Europe ou les grandes puissances contre les petites. Il n’y avait même pas de
désaccord sur la défense ou non de la Turquie, mais un désaccord sur le
calendrier. Il n’y a pas de crise de
confiance sur l’OTAN en tant qu’organisation
."

"Le fait
est que nous sommes une alliance de pays démocratiques, nous avons toujours eu
des querelles. Prenez la grande querelle sur le déploiement des missiles de
croisière dans les années quatre-vingts, ou la grande querelle sur
l’intervention en Bosnie. Nous sommes tous différents les uns des autres dans
l’OTAN et nous résolvons nos querelles de façon démocratique."

"Les
Français ne veulent pas que l’OTAN agisse en Afghanistan, comme vous le
voulez."

"C’est
vous qui le dites. Cela n’a pas encore été mis à l’épreuve. Les Français n’ont pas soulevé d’objection contre le fait que l’OTAN
aide le corps d’armée germano-néerlandais à s’installer en Afghanistan
."

"Les
Français ne veulent pas que l’OTAN opère à l’échelle mondiale. C’est bien
connu."

"Et bien,
euh... nous prenons des décisions au sein de cette alliance. A l’automne 2001,
nous nous sommes accordés sur l’emploi de troupes de l’OTAN pour des actions
humanitaires en Afghanistan. La France s’y était d’abord opposée rigidement,
mais finalement la décision a été prise."

"Comment
réparer le dommage que cette crise a causé et comment allez-vous vous y
prendre pendant votre dernière année ?"

"En
soulignant que c’était une querelle limitée, à propos du calendrier et pas du
contenu. On l’a admis à Washington, la semaine dernière. En indiquant que la défense
de la Turquie est réglée maintenant. Et en soulignant de nouveau l’importance
du ’calendrier de Prague’ pour notre transformation."

"Certains
diplomates disent que la France a imposé son agenda-anti-guerre-en-Irak en
combinaison avec un agenda-anti-OTAN."

" La
France n’est pas anti-OTAN
. Elle avait une autre opinion dans cette affaire,
mais cela a été résolu avec l’approbation de la France par le biais du comité
de planification de la défense. Cela arrangeait les Français parce qu’ils
pouvaient conserver leur position et cela leur offrait une issue."

"Ce
n’est pas par hasard que la France dirige l’opposition contre les Etats-Unis
dans la question irakienne."

"Parce qu’elle a le droit de veto au
Conseil de Sécurité de l’ONU. Mais en fait, l’Allemagne a adopté une position
anti-guerre plus tôt que la France. Je ne crois pas qu’il soit juste de considérer
la France séparément en l’occurrence."

" C’est
une politique très simpliste de tout ramener à un problème de communication
de la France, de l’Europe ou des Etats-Unis
."

"Les Européens ont dit à Bush :
allez aux Nations Unies, n’agissez pas unilatéralement. Qu’a-t-il fait ? Il est
allé aux Nations Unies. On a dit : si vous voulez remédier à la
non-application de la résolution 1441, proposez une deuxième résolution.
Lundi dernier, il a posé une deuxième résolution sur la table des Nations
Unies. Donc, on dit beaucoup d’absurdités sur l’unilatéralisme des Américains .
Pratiquement tout ce que George Bush a fait, surtout concernant l’Afghanistan et
l’Irak, il l’a fait via des organisations multilatérales."

"Je peux
vous dire de ma rencontre avec le président - et Colin Powell, Condoleezza Rice
et Donald Rumsfeld étaient de la partie : ils ont toujours une foi inébranlable
dans l’OTAN en tant qu’organisation collective de sécurité. Et ils vont
toujours à l’ONU."

 

Actualité
internationale

 

Irak

"Vendredi matin à 7h 30, peu après
son petit déjeuner et avant son briefing quotidien par la CIA et le FBI, le
président Bush a téléphoné au premier ministre néerlandais Balkenende
",
rapporte l’ Algemeen Dagblad (p.7) de samedi. "L’entretien a duré plus
d’un quart d’heure, selon un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de
la Maison Blanche."

" Le
RVD n’a pas voulu entrer dans les détails de l’entretien qu’il a caractérisé
comme ’mutuellement informatif’
. Le
porte-parole du président, Ari Fleischer, a parlé d’une ’consultation
importante et chaleureuse’
."

"Selon Fleischer, Bush et Balkenende sont d’accord sur l’importance d’une nouvelle résolution
sur l’Irak
. ’Tous deux ont souligné la défaillance de l’Irak concernant
l’application des résolutions de l’ONU. Ils sont aussi d’avis que la crédibilité
de l’ONU est en jeu.’"

"Balkenende a souligné l’importance
du trajet de l’ONU dans la préparation d’une guerre contre l’Irak. Selon lui,
il importe que le Conseil de Sécurité s’entende sur une nouvelle résolution,
afin que la pression exercée sur Saddam pour qu’il désarme croisse. Le premier
ministre démissionnaire a également demandé l’attention soutenue de Bush pour
le conflit israélo-palestinien."

" Dans
les couloirs de l’ONU, on croit que Bush aurait suggéré que les Pays-Bas
propagent un peu plus activement leur point de vue sur une nouvelle résolution
.
Surtout auprès de membres du Conseil de Sécurité qui hésitent encore à la
soutenir et avec lesquels La Haye a une bonne relation bilatérale, par exemple
dans le domaine de la relation de coopération, comme le Pakistan, l’Angola et
la Chine."

A noter que le
même Algemeen Dagblad, dans une
correspondance d’Antoinette Reerink, rappelle que la France emploie rarement son
droit de veto au Conseil de Sécurité unilatéralement. " Paris
a eu recours à l’arme du veto 18 fois, presque toujours de concert avec
Washington ou Londres
. Il a agi seul
deux fois seulement
. La première
fois, c’était pour aider les Pays-Bas, en août 1947, lorsque l’Indonésie se détachait
des Pays-Bas
."

 

Actualité
intérieure

 

Ligue arabe européenne

" Les
fêtes islamiques doivent devenir des jours fériés et dans l’enseignement
secondaire les élèves doivent pouvoir choisir le turc et l’arabe comme matière
d’examen
", relève le NRC Handelsblad
de samedi à la une. " Il faut démanteler
l’Etat d’Israël en tant que bastion du sionisme
. Ce
sont quelques points du programme de la section néerlandaise de la Ligue arabe
européenne (LAE)
qui se présentera officiellement dimanche. La LAE
controversée existe déjà en Belgique, où elle est particulièrement active
à Anvers."

"La LAE se dit un parti démocratique
et islamique. Elle rejette la charia, la
législation islamique
. D’autres points frappants du programme néerlandais
sont l’interdiction de la prostitution et de la drogue. Il faut fermer les coffee-shops . Le parti qualifie son programme
d’’islamiste modéré’. Il prône le multiculturalisme. La LAE-NL veut que les immigrés apprennent le néerlandais et soient
loyaux aux Pays-Bas
. Elle plaide en
faveur de l’intégration avec le maintien de la langue et de la culture propres
."

"La branche néerlandaise sera
provisoirement dirigée par Jamil Jawad (38 ans), un politologue au service de
l’Association des communes néerlandaises (VNG). La LAE-NL veut participer aux
élections municipales de 2006."

Les curriculum
vitæ des quatre fondateurs figurent en page 21 du journal.

" La
LAE-NL cherche encore un leader
", rapporte le Trouw
à la une, ce matin. "La Ligue, qui a annoncé sa fondation hier, a du mal
à trouver une personnalité suffisamment charismatique pour cette
fonction."

" La
première confrontation au public néerlandais se passe moins bien que Dyab Abou
Jahjah ne l’avait sans doute espéré
", remarque le Volkskrant à la une, dans son compte rendu de la réunion
d’Utrecht. "Plus de deux cents jeunes Marocains sont venus écouter Jahjah
dimanche, mais ils ne souhaitent pas tous être présentés comme angry young arabs. Dehors, une vingtaine de Berbères manifeste
contre Jahjah, parce que la Ligue arabe européenne aurait pour objectif
l’arabisme et exploiterait l’islam à des fins politiques. A l’intérieur, ils
saisissent le microphone pour exprimer leur mécontentement à Jahjah."

"Certains
commencent à s’irriter. Pourquoi Jahjah vient-il donner une conférence s’il ne
se prononce pas sur les Pays-Bas ? Comment pense-t-il démarginaliser les
Marocains ? Mais Jahjah évite de dire quoi que ce soit sur notre pays. Il préfère
laisser répondre les quatre fondateurs de la LAE-NL, qui sont sortis de
l’anonymat avant le débat. Mais l’animateur Saïd Bellari les laisse à peine
utiliser le podium." "Jahjah est troublé par les Pays-Bas, le public
par Jahjah."

 

Elections provinciales et formation de gouvernement

" Le
leader PvdA Bos craint qu’un gouvernement avec le CDA ne puisse pas être
progressiste, si le CDA et le VVD obtiennent de nouveau la majorité à la Première
Chambre
", relève le Volkskrant
(p.2). "La Première Chambre sera élue sur la base des élections pour les
Etats provinciaux, le 11 mars."

" Durant
le week-end, Bos a expressément appelé sa base à aller voter la semaine
prochaine
." "Si le CDA et le VVD gardent leur position de force au
Sénat, ’je pourrai négocier tant que je voudrai, une majorité de droite
pourra tout bloquer’, a prévenu Bos."

" Il
est rare qu’une formation de gouvernement coïncide avec les élections
provinciales
. Le PvdA se rend compte que sa propre base a traditionnellement moins
tendance à se rendre aux urnes que celle du CDA, pour ces élections
."

L’ Algemeen
Dagblad
(p.2) note que " le PvdA
veut un ministre spécial des Affaires européennes au ministère des Affaires générales
".
"De Hoop Scheffer n’appréciera pas, car pour lui cela représente une
perte de pouvoir, mais ce sera meilleur pour les Pays-Bas", cite le journal
de Rotterdam de la bouche du député PvdA Timmermans. "Le ministre des
Affaires étrangères comme ministre des Affaires européennes a fait son temps.
Dans l’Union européenne, ce sont les chefs d’Etat et de gouvernement qui
commandent. C’est pourquoi il faut un ministre de l’Europe à côté du premier
ministre."

 

Economie,
Finances

 

Innovation

Le Trouw
(p.9) publie deux articles sur l’innovation et l’économie de la connaissance
aux Pays-Bas. Dans le premier, le journal chrétien progressiste constate que le
mot innovation ne figurait pas dans l’accord de gouvernement du gouvernement
Balkenende. "Mais les derniers mois, les choses se précipitent.
L’innovation est hot. S’il n’en tient
qu’à l’organisation patronale VNO-NCW, la rénovation technologique sera la
priorité numéro un du prochain gouvernement."

Le second article laisse la parole aux spécialistes
de la gestion d’entreprise Frans van den Bosch et Henk Volberda, tous deux de
l’Université Erasme, qui s’alarment parce que les Pays-Bas sont sortis du Top
10 des pays innovateurs du stratège Michael Porter. Van den Bosch : "Nous
chutons sur presque chaque liste utilisée par Porter : la part de la recherche
et du développement dans les activités économiques, le nombre de brevets, la
qualité de l’administration publique, l’emploi des possibilités
technologiques, la disponibilité des scientifiques et des ingénieurs. Dans
l’ensemble, nous avons quitté le Top 10 et si nous ne réagissons pas
rapidement, nous descendrons au niveau d’un pays comme la Tchéquie."

Volberda :
"Les Pays-Bas ont un profil de producteur efficace et partant de baisse des
coûts. Les entreprises et les institutions publiques concentrent leur attention
sur cela. Les économies et la réduction des coûts sont le credo des managers
et ils s’imitent tous les uns les autres. Une sorte de paresse intellectuelle
s’est installée." "Nous n’osons plus prendre de risque. Nous manquons
de passion pour l’innovation."

 

Affaires
françaises
 Le Telegraaf
(p.11) de samedi signale la remise par le Président de la République de la Légion
d’Honneur au chanteur Bono.

Ce matin, le Volkskrant
(p.4) présente la journaliste Anne Nivat, "reporter entre les Tchétchènes
en temps de guerre".

La visite
d’Etat en Algérie entamée en Algérie par le président Chirac est mentionnée
factuellement par le Volkskrant (p.5)
et le Telegraaf (p.5).

Sur le plan
touristique, on retiendra un article illustré sur les possibilités de randonnées
en pays cathare, dans le Volkskrant
de samedi, cahier Traject.

 

A signaler :

L’ Algemeen
Dagblad
(p.2) évoque le "nouveau biotope" de De Hoop Scheffer,
qui, après son leadership malheureux du CDA, se sent très à l’aise au ministère
des Affaires étrangères. "Même le PvdA est disposé à le garder."

Dernière modification :

Haut de page