Presse néerlandaise du lundi 5 février 2007

Tous les éleveurs de volaille néerlandais doivent confiner leurs bêtes, à la suite de la découverte du virus de la grippe aviaire dans un élevage de l’Est de l’Angleterre. Les premiers contrôles effectués par vingt inspecteurs du Service général d’inspection des Pays-Bas (AID) ont montré que la plupart des éleveurs satisfont aux mesures de confinement décrétées samedi.

Trouw (chrétien progressiste) : "Désespoir après un attentat record - Au lieu de l’armée on réclame maintenant la milice d’Al-Sadr" (Irak), "Confinement obligatoire après un cas de grippe aviaire en Angleterre"
de Volkskrant (centre gauche) : "La coalition veut s’occuper des quartiers déshérités et de l’environnement - Baisse des loyers pour les faibles revenus", "La fin des Lords est proche - Le gouvernement Blair propose de mettre fin à la nomination à vie"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "On se méfie du test Cito - Les parents s’adressent à des bureaux commerciaux pour un test supplémentaire et une recommandation scolaire", "Jakarta est inondée"
De Telegraaf (populaire) : "Réclamation contre Amsterdam après le drame des déchets toxiques - Les Ivoiriens pourraient exiger des millions d’euros" (affaire Probo Koala), "Des tireurs d’élite contre les Talibans"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Climat
"La réalité de l’effet de serre nous laisse trois options",crit le commentateur duVolkskrant de samedi. "Essayer d’éviter le réchauffement, essayer de le freiner ou adapter la société. Pour la première option, il est déjà trop tard. La deuxième, celle du protocole de Kyoto, aura tout au plus un effet à long terme, à condition que de grands pollueurs comme les Etats-Unis et la Chine s’associent eux aussi au traité environnemental. Et même si tous les pays qui participent actuellement réalisent les objectifs de Kyoto, cela n’aura guère d’effet sur le réchauffement. Que la Commission européenne veuille placer la barre très haut est louable, mais peu réaliste compte tenu de la lenteur du progrès enregistré maintenant."
"Dans ce cas, c’est aux autorités de préparer le mieux possible la société au changement de climat et aux conséquences qu’il aura pour la nature, l’agriculture et la gestion des eaux. Le gouvernement néerlandais semble avoir abouti à cette conclusion, à en juger par l’annonce de la présentation, au printemps, d’un programme national d’adaptation. Si le changement de climat est inévitable, il ne reste qu’à nous adapter."
Ce matin, le Trouw fait valoir qu’il "faut battre le fer pendant qu’il est chaud". "A cet égard, le GIEC des Nations Unies n’aurait pas pu choisir un meilleur moment pour publier son rapport sur le climat. Il y affirme avec une grande certitude que l’homme est responsable du réchauffement de la planète, alors que les politiques de droite comme de gauche ont annoncé qu’ils ont compris le message et sont prêts à agir."
De l’avis du Financieele Dagblad, "il faut poursuivre le débat sur l’effet de serre, de même que chaque débat scientifique", car "les astrophysiciens et les géologues semblent tout de même voir le changement de climat un peu autrement que les climatologues". "Pourtant, l’avertissement du GIEC est incontournable. Tant que le contraire n’aura pas été prouvé, nous devons partir du principe que les conclusions du GIEC correspondent le mieux à l’état des connaissances. Le réchauffement prévu, de trois degrés ou plus, est un risque inadmissible." "Il faut donc travailler à la politique climatique. Le gouvernement néerlandais doit accorder la plus haute priorité à la définition de normes internationales contraignantes. Ce que les Pays-Bas font eux-mêmes ne sera toujours qu’une goutte d’eau dans la mer. Par ailleurs, il faut étendre et améliorer le système européen de négoce d’émissions. Ce négoce est le moyen le plus efficace pour le secteur privé de réduire les rejets de CO2."

ACTUALITE INTERIEURE

Formation de gouvernement

"Le nouveau gouvernement présentera un ambitieux programme de rénovation des quartiers à problèmes et d’amélioration de l’environnement", annonce le Volkskrant dans son grand article à la une. "La coalition CDA-PvdA-ChristenUnie misera aussi sur la croissance économique, l’innovation et la sécurité. C’est ce que disent des sources proches des négociateurs. Le projet d’accord de gouvernement sera soumis aujourd’hui aux groupes parlementaires."
"Le gouvernement a l’intention de conclure dans un délai de cent jours des accords avec diverses composantes de la société, comme les partenaires sociaux et le corps enseignant. L’accord de gouvernement ne mentionne que des objectifs et leur financement. Les mesures précises seront établies en concertation avec la société civile, afin de créer davantage de soutien."
"Les Pays-Bas devront être le pays le plus propre d’Europe en 2020. L’économie d’énergie doit être de 2 pour cent par an. La coalition dégagera 800 millions d’euros à cet effet. Les pollueurs seront taxés davantage, ce qui fera notamment monter le prix des billets d’avion."
"Le gouvernement veut aussi conclure un accord social dans un délai de cent jours et suivre les recommandations du Conseil social et économique, qui veut créer des centaines de milliers d’emplois. Le gouvernement stimulera l’emploi des personnes sans qualifications par des subventions."
"Le gouvernement veut réduire progressivement les centres hospitaliers, qui devront devenir moins bureaucratiques. Une réduction du nombre de fonctionnaires de l’Etat doit dégager 750 millions d’euros."
"Le gouvernement veut beaucoup investir dans la sécurité : davantage d’agents de police dans la rue et davantage de mesures préventives. La plate-forme d’innovation du premier ministre Balkenende sera maintenue. Des fonds seront attribués à l’économie des connaissances et l’esprit d’entreprise sera stimulé."
"Dans le domaine de l’avortement, de l’euthanasie et des cellules-souches les négociateurs ont convenu d’un moratoire. Les droits acquis seront maintenus, mais on appliquera une politique de prévention de l’avortement et de l’euthanasie."
En page 3, le journal de centre gauche fait l’inventaire des principales mesures de l’accord de gouvernement, pour autant qu’elles soient connues à ce jour. On y notera entre autres le maintien de la déductibilité fiscale des intérêts sur les prêts immobiliers.
"Les spéculations sur les membres du prochain gouvernement battent leur plein", remarque le Trouw (p.3). "La Haye s’adonne à son jeu de société favori : quel parti aura quel ministère et qui seront les nouveaux responsables de Balkenende IV ?"

GroenLinks

"La leader de GroenLinks, Femke Halsema, s’est heurtée à une grande partie de son congrès, samedi, à propos de sa rapide décision de ne pas participer aux négociations sur un nouveau gouvernement avec le CDA et le PvdA", note le Volkskrant (p.2). "A la demande des congressistes, il y aura une commission indépendante qui évaluera le cap, l’image et la culture du parti. L’ancienne tête de liste Ina Brouwer (1994) a fait savoir le même jour qu’elle deviendrait membre du PvdA, parce qu’elle ne peut pas accepter le ’non’ à la participation au gouvernement."
"Halsema a expliqué une nouvelle fois aux congrès que la décision de ne pas négocier avec le CDA et le PvdA a été prise ’avec conviction et en connaissance de cause’. ’Je reste convaincue, après avoir tout pesé, que le CDA et le PvdA ne nous écoutent pas quand ils n’en ont pas besoin. Ils n’écoutent que quand il n’y a pas d’alternative à nous.’ Halsema entrera volontiers en débat sur ce point et sur le cap de GroenLinks. ’Les dernières journées n’ont pas été agréables. Mais il est logique de faire notre autocritique. Nous ne sommes pas le SP, mais un parti à débat ouvert.’ Bien qu’elle n’ait pas pu dissiper les critiques, les deux tiers de la salle lui ont donné une ovation."

AFFAIRES FRANÇAISES

Dans le journal d’Amsterdam Het Parool (pp.12-13) de samedi, René ter Steege, sous le titre "La solitude de Ségolène Royal", évoque ce qu’on "appelle désormais les Ségolènades".
Sur le plan culturel et touristique, on retiendra un article sur Lille dans le cahier de verleiding du Volkskrant de samedi, ainsi que deux pages sur Paris dans le supplément du Het Parool de samedi.

A signaler :
Un entretien avec Rob de Wijk, directeur du nouveau "Centrum voor Strategische Studies" (de Volkskrant de samedi, cahier het Vervolg). "Vivre et laisser vivre, j’aime la tolérance. Mais du moment que quelqu’un essaie de m’imposer sa moralité, je ne suis pas d’accord. Je trouve qu’il est amoral d’appliquer une politique qui n’est pas fondée sur des considérations raisonnées. Une politique fondée exclusivement sur des conceptions idéologiques contraint les autres à accepter votre jugement moral. Et quand ce jugement n’a rien à voir avec les faits, on met beaucoup de vies humaines dans la balance, comme nous le voyons de nouveau en Irak. La pratique de l’imposition d’une conception qu’on déclare supérieure mène à des situations très gênantes dans l’histoire. Qu’on appelle cela le communisme, le bushisme ou l’islamisme, c’est du pareil au même."

Dernière modification : 26/01/2010

Haut de page