Presse néerlandaise du lundi 7 janvier 2008

De l’avis de nombreuses organisations et de la plupart des partis politiques, le gouvernement néerlandais doit suivre l’exemple de la Belgique et abaisser la taxe sur l’essence. Le député VVD Paul de Krom a déclaré durant le week-end : "La Belgique donne le bon exemple, suivons-le le plus vite possible."
En Belgique, la taxe sur le carburant baissera dès que le prix du litre dépassera 1,50 euro. "Chapeau pour nos voisins méridionaux", commente l’EVO, une association de transbordeurs. Les organisations de la branche automobile Bovag et RAI recommandent au ministre des Finances Wouter Bos d’avoir un entretien avec son homologue belge. L’organisation de pompistes BETA, de son côté, redoute qu’en l’absence d’une telle mesure les Néerlandais des régions frontalières fassent de nouveau le plein en Allemagne et en Belgique, avec pour conséquence la disparition de stations-service dans les provinces néerlandaises limitrophes.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "’Il faut abaisser la taxe sur l’essence, comme en Belgique’ - Les organisations professionnelles et les politiques exigent que Bos entre en action", "Sondage d’opinion : la moitié de la population veut que Beatrix ne coupe plus que des rubans"
Trouw (chrétien progressiste) : "L’opposition géorgienne conteste le résultat - Mikhaïl Saakachvili réélu président - Un deuxième tour n’est pas nécessaire", "Raila Odinga : En ce qui nous concerne Kibaki n’a jamais prêté serment" (interview à Nairobi)
de Volkskrant (centre gauche) : "La Géorgie élit Saakachvili dans l’agitation", "Les avocats se plaignent des tarifs pro deo"
De Telegraaf (populaire) : "Transplantation de reins : pont aérien avec les Antilles néerlandaises - Transport en l’espace de 24 heures"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne : énergie

"L’Union européenne doit faire de la certitude de son approvisionnement en énergie un objectif stratégique de sa politique extérieure", rapporte le Financieele Dagblad de samedi à la une. "L’OTAN devrait aussi s’y intéresser davantage. C’est ce qu’écrivent le ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen et sa collègue des Affaires économiques Maria van der Hoeven dans notre journal. ’La sécurité de l’approvisionnement en l’énergie, à commencer par la protection des trajets de transport et des infrastructures critiques, mérite davantage d’attention’, selon les deux ministres."
"Peter Vogländer, président du Conseil général de l’énergie - qui formule pour le gouvernement des recommandations sur la politique énergétique - estime qu’il est ’frappant’ que les deux ministres attribuent à l’OTAN un rôle dans la politique énergétique. En décembre 2005, Vogländer, de concert avec le Conseil consultatif pour les questions internationales, avait souligné dans une recommandation l’importance d’une politique étrangère forte dans le domaine de l’énergie. Un des principaux points, à l’époque, était que ’les Pays-Bas devaient, si nécessaire, être disposés à apporter une contribution à la protection militaire des trajets de transport internationaux, une protection sous mandat international et légitimée par l’OTAN’."
"Vogländer : ’Cette recommandation a reçu un accueil chaleureux des ministres de l’époque, Ben Bot (Affaires étrangères) et Laurens-Jan Brinkhorst (Affaires économiques). Mais deux mois plus tard, durant une conférence sur l’énergie, Brinkhorst rejetait déjà l’implication de l’OTAN."
"Verhagen et Van der Hoeven annoncent aujourd’hui dans notre journal que la politique étrangère néerlandaise s’occupera plus expressément de l’énergie, durant les prochaines années."
"Une politique énergétique n’est pas seulement nécessaire pour faire tourner l’économie", concluent les deux ministres en page 19 du journal d’affaires. "Il importe aussi d’avoir un marché de l’énergie libre et transparent et un mélange diversifié de sources d’énergie pour pouvoir appliquer une politique étrangère indépendante : plus nous aurons le choix entre différentes sources de différents fournisseurs, plus nous resterons libres dans les échanges internationaux. C’est aussi valable pour l’UE. L’Union ne doit pas permettre que sa dépendance d’un ou de plusieurs fournisseurs la limite dans ses choix politiques."

ACTUALITE INTERIEURE

Monarchie
La moitié des Néerlandais estime que le chef de l’Etat doit jouer un rôle strictement cérémoniel. C’est ce qui ressort d’un sondage d’opinion de Maurice de Hond. Ce résultat est remarquable, selon les journaux, car au printemps 2007 seuls 41 pour cent des Néerlandais étaient de cet avis. Ce sont les électeurs du VVD et du PVV de Geert Wilders, qui estiment que le souverain ne doit pas faire partie du gouvernement, à l’instar de la Suède, qui font la différence.
La baisse du soutien au rôle politique du souverain fait suite à une suggestion dans ce sens du leader PVV Geert Wilders, que le discours de Noël de la Reine Beatrix a vivement irrité parce qu’il appelait à la tolérance et qu’il s’y sentait visé. Le sondeur d’opinion Maurice de Hond parle d’un "effet PVV" : "Le leader du parti, Wilders, se voit récompensé pour ses déclarations critiques sur la Reine à la suite de son discours de Noël."
La Ligue des associations orangistes se dit "choquée" (AD Haagsche Courant pp.1 et 4, De Telegraaf p.3, Trouw p.5).

Comportements agressifs

Selon l’Association des Communes néerlandaises (VNG), il est grand temps de faire preuve de plus de sévérité face aux comportements agressifs et aux déprédations des fêtards, et la police et les pompiers doivent indiquer plus clairement quelles sont les bornes à ne pas dépasser. "Ils ont fini par trouver presque normal que les gens soient effrontés envers eux et les invectivent", a déclaré la présidente de la VNG, Annemarie Jorritsma, au journal télévisé NOS-Journaal, samedi. "Cela ne peut pas continuer comme ça."
Un porte-parole de la VNG qualifie le projet de code de conduite que l’association veut mettre au point d’"appel à cesser de commettre des déprédations durant les festivités et d’être agressifs envers les personnels de secours".
La VNG veut aboutir à des accords avec le ministère de l’Intérieur et le Conseil des commissaires principaux, pour renforcer l’action contre le vandalisme et l’agressivité. L’association reconnaît qu’un code de conduite n’impressionnera guère les fauteurs de troubles. "Le but doit être que tout le monde comprenne qu’il n’est pas tolérable que l’espace public fasse l’objet de telles déprédations. De très nombreuses communes nous ont contactés pour nous demander s’il ne fallait pas organiser un débat général sur ce vandalisme et cette agressivité" (de Volkskrant p.2).

AFFAIRES FRANÇAISES

"Plus encore que l’année dernière, le bourreau de travailSarkozy s’attaquera [cette année] aux tabous à l’intérieur comme à l’étranger", écrit Tjabel Daling dans un grand article "prospectif" sur l’action du Président de la République. "Il marquera de son sceau l’année 2008 encore plus que l’année 2007. Avec la présidence de l’Union européenne en vue, à partir du 1er juillet, il revendiquera en effet le leadership non seulement en France, mais aussi en Europe." "Sarkozy a un nombre incroyable d’ambitions", conclut le journaliste. "Mais réussira-t-il ? Jeudi, Le Figaro annonçait que les jeunes Français, comparés aux Européens du même âge, sont les plus pessimistes. L’an dernier, 40 000 voitures ont brûlé en France, les incidents de la Saint Sylvestre non compris. Si Sarkozy parvient à réduire le mécontentement social, ce sera déjà un beau résultat."
Ce matin, l’ensemble de la presse, faisant référence au Journal du Dimanche, annonce le mariage probable de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni en février (Het Financieele Dagblad p.2, de Volkskrant p.3, De Telegraaf p.5, Trouw p.6, AD Haagsche Courant p.11).
"Je ne sais pas si Sarko entrera dans les annales comme un grand président français", écrit Bert Wagendorp à ce propos, dans le Volkskrant. "Mais son ambition d’y arriver est grande et fascinante à voir."

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page