Presse néerlandaise du lundi 9 janvier 2012

Trouw (chrétien progressiste) : Les observateurs de la Ligue arabe restent en Syrie.

De Volkskrant (centre gauche) : Visite d’Etat [de la Reine Beatrix aux Emirats arabes unis] : tête couverte pour visiter une mosquée.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Le voile provoque des commentaires.

De Telegraaf (populaire) : Stabilité des prix dans les supermarchés.

Het Financieele Dagblad : Le juge réprimande les bureaux qui recommandent d’investir dans des hedgefunds.

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Visite d’Etat de la Reine Beatrix

Visite d’Etat de la Reine Beatrix dans les Emirats arabes unis
Tous les journaux rendent compte de la visite d’Etat de la Reine Beatrix, accompagnée du prince Willem Alexander et de la Princesse Maxima, dans les Emirats arabes unis. Le Telegraaf précise qu’après sa visite à Abou Dhabi, la souveraine se rendra à Dubaï puis à Oman. A Abou Dhabi, la reine a visité dimanche la mosquée Sheikh Zayed bin Sultan Al Nahayan, avant de rencontrer le présidant Khalifa. Dans les locaux de l’entreprise Adnoc (société pétrolière d’Abou Dhabi), elle a rejoint la délégation commerciale qui l’accompagne sous la direction de M. Maxime Verhagen, ministre des Affaires économiques, de l’Agriculture et de l’Innovation. « La Reine, le prince Willem Alexander et la princesse Maxima ont suivi une partie des travaux, soulignant l’importance de ces tables rondes. Le président du syndicat patronal, Bernard Wientjes, évoque des discussions animées où ont été abordés les projets de travaux d’infrastructure des Emirats. M. Wientjes se déclare convaincu que cette visite permettra de renforcer les relations commerciales : ‘Ce pays est un havre de paix au Moyen-Orient, où les investissements sont en sécurité’ ». Les photos de la Reine et de la Princesse Maxima, vêtues d’une robe longue et les cheveux couverts lors de la visite de la mosquée, ont provoqué une réaction indignée du PVV, qui a posé des questions parlementaires sur ce sujet au prétexte que cette tenue « légitime l’oppression des femmes musulmanes » et que « ce triste spectacle aurait dû être évité ». Le ministre des Affaires étrangères, M. Uri Rosenthal, a rappelé que « lorsqu’on visite un lieu de culte, on adapte sa tenue aux préceptes en vigueur, qu’il s’agisse d’une synagogue, d’une mosquée ou d’une cathédrale ».
Le Volkskrant constate que ce déplacement de la souveraine représente sa cinquantième visite d’Etat (p.12-13). « Sa mère, la reine Juliana, qui a régné un peu moins longtemps, a effectué 28 visites. Le nombre de déplacements réalisés par Beatrix en dit long sur les ambitions de la souveraine. Elle considère essentiel, en tant que chef de l’Etat, de représenter les Pays-Bas dans le monde. En mars, une nouvelle visite aura lieu au Luxembourg. Beatrix est la carte de visite et la figure de proue des Pays-Bas. (…). Il est d’usage que le premier jour, le pays hôte offre un dîner de gala et que le lendemain, l’invité offre un dîner de retour. Beatrix trouve deux dîners de suite trop statiques et préfère offrir, le deuxième jour, un concert ou un spectacle de danse d’une compagnie néerlandaise renommée, ce qui lui permet de promouvoir la culture néerlandaise à l’étranger. Avec son orientation internationale marquée, elle a donné un accent particulier à son règne. (…) Ce qui provoque immédiatement la question de l’attitude de son successeur, Willem IV, sur ce point. Depuis 2003, Willem Alexander et Maxima ont été instruits, auprès de Beatrix, des finesses des relations internationales dans le cadre des visites d’Etat. (…) En 1997, lors d’un entretien accordé à la télévision, il a indiqué son intérêt pour les délégations commerciales. Grâce à son expérience des visites d’Etat et des missions commerciales ainsi qu’à ses fonctions au CIO et aux Nations unies, il pourra tout naturellement représenter les Pays-Bas avec Maxima à ses côtés ».

AFFAIRES EUROPEENNES

Hongrie

Le Trouw relève que « le député GroenLinks (Vert) Arjan El Fassed attend du ministre des Affaires étrangères, Uri Rosenthal, que celui-ci demande des comptes à la Hongrie lors de la prochaine réunion à Bruxelles. Le député des Verts considère que la Hongrie est en train de se transformer en dictature. « Les Pays-Bas sont souvent très sévères à l’égard des pays qui souhaitent rejoindre l’Union européenne. Afin de rester crédible, notre gouvernement ne doit pas accepter une telle situation dans un Etat-membre. Rosenthal doit placer ce sujet en haut de l’agenda. » Le Trouw note qu’Arjan El Fassed aurait préféré qu’une procédure soit instaurée pour avertir officiellement la Hongrie, accompagnée d’éventuelles sanctions : « Les Pays-Bas hésitent souvent à demander des comptes aux autres pays membres, de peur d’être eux-mêmes critiqués sur d’autres points. Rosenthal se dit préoccupé, mais le VVD et le CDA ne se sont pas montrés très critiques cette dernière année. »

ACTUALITE INTERIEURE

Popularité du SP (gauche radicale)

Le Trouw et Elsevier rendent compte de la popularité croissante du SP (gauche radicale). C’est ce que montrent les derniers chiffres de l’institut de sondage Maurice de Hond, selon lesquels ce parti atteindrait 29 sièges, contre 31 pour le VVD (libéral), 24 pour le PVV (parti de Geert Wilders), 12 pour le CDA (chrétiens-démocrates), 18 pour le PvdA (travailliste), 17 pour le D66 (démocrate libéral), 8 pour GroenLinks (Verts), 2 pour le SGP (protestant traditionnaliste) et 2 pour le PvdD (parti pour les animaux). Cette croissance semble s’effectuer aux dépens du PVV, qui perd 2 sièges par rapport aux derniers sondages, tandis que le SP en gagne 1. Selon Maurice de Hond, « les électeurs de Geert Wilders sont de manière générale très fidèles. Il est remarquable que seulement 70% de ses électeurs aient fait savoir qu’ils continueront à voter pour le PVV. 10% ont déclaré qu’ils voteront désormais pour le SP ». Le Trouw précise à ce sujet que bien que les travaillistes gagnent un siège dans le sondage, 20% de leurs électeurs en 2010 ont fait part de leur intention de voter pour le SP.

Emile Roemer, chef de file du SP

Dans ce contexte, le Trouw de samedi note en première page que le chef de file du SP, Emile Roemer, « est prêt à gouverner, et même, si besoin est, avec les libéraux, bien qu’il voit surtout des possibilités avec les travaillistes, les Verts, les libéraux-démocrates ou les chrétiens-démocrates. Il explique que dans sa commune, il était au conseil municipal avec le VVD : ‘Bien entendu, on y traite des problèmes à un autre niveau qu’au gouvernement. Mais je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas gouverner ensemble au niveau national’. Il déclare que le SP, tel qu’il est en 2012, doit être pris au sérieux. Roemer s’implique pour en faire un parti à part entière. Lorsqu’il en a pris la direction, le SP disposait de 140 sections aux Pays-Bas. D’ici deux ans, il souhaite qu’il y en ait 200. » Dans son supplément De Verdieping, le Trouw consacre deux pages à une interview d’Emile Roemer. « D’un député inconnu, il s’est transformé en chef de file extrêmement populaire. En un an et demi, il est devenu l’homme politique de l’année, et même la personnalité néerlandaise de l’année selon l’hebdomadaire HP/De Tijd. De jour en jour, il prend plus de confiance en lui-même : ‘S’il ne tenait qu’à moi, l’année 2012 pourrait être l’année des élections. Je suis prêt’. »

AFFAIRES ECONOMIQUES

Besoin de 101,5 Mds€

Sous le titre « Les Pays-Bas ont encore besoin de 100Mds€ », le Volkskrant note que, selon les dernières estimations du ministère des Finances, le pays a besoin d’emprunter cette année 101,5Mds€. « C’est 2 Mds€ de plus qu’on estimait devoir emprunter en décembre 2011, lorsque les prévisions étaient plus optimistes ».

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- La presse du week-end évoque le problème des implants PIP. Ce matin, le Telegraaf relève l’absence d’enregistrement, aux Pays-Bas, des implantations de silicones et de normes de qualité pour les produits utilisés (p.11)

- Le Volkskrant note que « Jeanne d’Arc échauffe le débat politique en France ».

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 09/01/2012

Haut de page