Presse néerlandaise du mardi 12 mai 2009

Selon les chercheurs de l’Institut national de la Santé publique et de l’Environnement (RIVM), à Bilthoven, les Pays-Bas doivent s’attendre à une "explosion de diabète". D’ici dix à quinze ans, ils compteront 1,3 millions de personnes atteintes de cette maladie incurable. Les nouveaux calculs du RIVM indiquent une augmentation de quatre-vingts pour cent jusqu’en 2025. "Le diabète deviendra un problème gigantesque" ; assure le porte-parole de l’institut.
En 2007, les médecins généralistes connaissaient 740 000 Néerlandais atteints d’un diabète du type 1 ou 2 et on estime à environ 250 000 le nombre de personnes ignorant leur maladie. Une grande partie de la progression du diabète est due au surpoids et au manque de mouvement d’un grand groupe de Néerlandais.

* * *

NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Des centaines de civils tués à Sri Lanka – L’ONU : bain de sang parmi les enfants", "Le Musée National remis en cause"
De Telegraaf (populaire) "Explosion de diabète – 1,3 million de patients en 2025", "Querelle à propos du Musée National", "Prix maximum pour le permis de conduire"
de Volkskrant (centre gauche) : "Les banques sont assises sur leur argent- Les chiffres de la Banque des Pays-Bas prouvent que les banques prêtent moins aux entreprises", "Bos : gouverner avec le PVV est impensable"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La gauche ne veut pas gouverner avec Wilders – Le leader du PVV considère le ’cordon sanitaire’ comme une réaction de panique" ; "Le D66 monte au créneau pour les homosexuels en Russie"
Trouw (chrétien progressiste) : "Une école peut obliger la poignée de main – Une enseignante licenciée à juste titre" (arrêt en appel dans un conflit entre une enseignante islamique et une école professionnelle d’Utrecht)", "Le pape Benoît XVI à Yad Vashem"

* * *

- ACTUALITE INTERNATIONALE -

Union européenne

Commission européenne. "Le dirigeant VVD Mark Rutte veut que le gouvernement prenne rapidement une décision sur la reconduction du mandat de la commissaire européenne Neelie Kroes", a annoncé le Het Parool (p.7) d’hier soir. "Si cette décision n’est pas prise, la question deviendra un thème de la campagne électorale pour le Parlement européen, a prédit Rutte dimanche, durant un débat de chefs de groupe parlementaire au journal de Radio 1."
"Selon Rutte, sa collègue de parti Kroes, qui est eurocommissaire à la Concurrence depuis 2004, est une des personnalités politiques les plus puissantes d’Europe et ’extrêmement populaire’. De plus, le candidat PvdA présumé à ce poste, le ministre Frans Timmermans (Affaires européennes), a déclaré samedi qu’il n’était pas disponible."
"Selon le chef du groupe parlementaire CDA, Pieter van Geel, la proposition d’un nouveau commissaire européen néerlandais doit faire l’objet d’un ’processus décisionnel judicieux au sein du gouvernement’. Le vice-président du groupe PvdA, Jeroen Dijsselbloem, ne s’est pas prononcé. Le leader D66 Alexander Pechtold veut que Kroes soit reconduite. Il veut aussi que l’ex-premier ministre belge Guy Verhofstadt devienne le nouveau président de la Commission européenne. José Manuel Barroso n’a ’pas été performant’, selon lui."
De l’avis de l’éditorialiste du Telegraaf ce matin, "Kroes a effectivement forcé le respect avec sa politique ferme". "En temps de crise économique, les pressions sont fortes et elle y a bien résisté. Néanmoins, la hâte de Rutte n’est pas tellement réaliste." Les Pays-Bas ne doivent "pas jouer cartes sur tables trop tôt".

2) Elections européennes. Le Trouw (p.8) publie un reportage sur la Semaine estivale (sic) de Libelle , un magazine féminin genre Elle ou Marie-Claire. "Le ’pavillon de fête sur la plage de Muiden se remplit lentement, lorsque Mark Rutte et Hans van Baalen du VVD rejoignent le podium pour prononcer leur allocution sur l’Europe. Mais les lectrices de Libelle préfèrent continuer à danser au son des classiques des ’Pointer Sisters’ joués sous la tente."
"Spécialement pour ces dames, il y a une jeune fille du bureau du Parlement européen (’pas de nom dans le journal,’) qui distribue des tracts pour faire ’connaître la politique européenne aux visiteuses et attirer leur attention sur l’importance des élections, le mois prochain. Mais il s’avère que le groupe ciblé ne s’y intéresse guère, malgré les efforts du magazine féminin. Le numéro actuel est totalement consacré aux élections européennes et nombre de personnalités politiques essaient d’intéresser les lectrices durant cette semaine estivale." "Marjan Arends est l’une des rares femmes à avoir écouté avec intérêt Mark Rutte. ’Libelle n’est peut-être pas un magazine de thèmes politiques, mais nous les femmes nous intéressons à tout’."
Une page plus loin, le journaliste Gijs Moes, depuis Bruxelles revient aux fonctionnaires européens, sous le titre "Le ’monstre UE’ est plutôt frêle". "La commissaire européenne Kroes dit-elle des bêtises ? Pas vraiment, car le nombre total de fonctionnaires européens est effectivement modeste. Même les eurosceptiques reconnaissent que 60 à 70 pour cent des règles auxquelles les citoyens sont soumis sont faites à Bruxelles. C’est du beau travail pour moins de 40 000 personnes."
Dans le cahier de Verdieping, enfin, le directeur du Bureau néerlandais du Parlement européen, M. Sjerp van der Vaart, fait valoir que les Pays-Bas "ont bel et bien des intérêts à Bruxelles", mais que "c’est à La Haye qu’il faut en débattre". "Le 4 juin, les électeurs néerlandais voteront pour le pouvoir législatif à Bruxelles, pas pour le pouvoir exécutif à La Haye."

* * *

- ACTUALITE INTERIEURE -

PVV

"Après GroenLinks, le D66, le SP et la ChristenUnie, le PvdA exclut à son tour un gouvernement avec le Parti de la Liberté", annonce le Volkskrant à la une. "Le leader PVV Geert Wilders parle d’un ’stupide cordon sanitaire’ juste avant les élections européennes. ’Une manifestation de peur. On panique’."
"Les partis politiques ont annoncé la couleur l’un après l’autre. Le leader PvdA Wouter Bos qualifie de ’tout à fait impensable’ que son parti puisse gouverner avec le PVV. Les Pays-Bas de Wilders seront ’ennuyeux et froids’, dit-il dans l’émission NOVA College Tour, qui diffusera son interview mercredi."
"Sur le site Internet du SP, Agnes Kant explique pourquoi elle ne veut pas gouverner avec des politiques du PVV. ’Ils sont beaucoup trop libéraux et en outre ils veulent une politique discriminatoire. Nous n’y coopérerons pas.’ Le leader de la ChristenUnie, André Rouvoet, avait aussi déclaré dans le Financieele Dagblad de lundi qu’il était ’impensable’ de gouverner avec le PVV. GroenLinks et le D66 avait déjà fait savoir aussi qu’ils ne voulaient pas d’un gouvernement avec Wilders. ’Uniquement si Pâques et la Pentecôte tombent le même jour’, a déclaré un porte-parole du parti vert. Le VVD et le CDA ont fait savoir qu’ils n’excluent aucun parti, et donc Wilders non plus."

* * *

- ECONOMIE, FINANCES -

Pays-Bas – Allemagne

"Trop peu de Néerlandais maîtrisent la langue allemande", souligne l’AD (p.15) en rubrique économique, "alors que les entreprises ont justement besoin d’employés ayant des connaissances linguistiques suffisantes. La Chambre de Commerce néerlando-allemande tire la sonnette d’alarme. Elle a présenté hier sept ’points de vue’, notamment sur l’importance de la maîtrise de langues étrangères." "L’anglais comme seule langue étrangère ne suffit pas pour faire des affaires en Allemagne, selon le gestionnaire Minoka Milz. ’Nous pensons que nous sommes performants, mais les Pays-Bas ont perdu leur avance dans le domaine linguistique’."
"Dans les années quatre-vingt-dix, l’apprentissage d’une deuxième langue étrangère est devenu facultatif", rappelle le journal. "Kurt Döhmel, président de la Chambre de Commerce, estime qu’il faut agir maintenant, parce que sinon, les Pays-Bas prendront un énorme retard dans cinq ou dix ans."

* * *

- LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE -

Dans le Volkskrant (p.6), le correspondant Ariejan Korteweg évoque l’agitation sociale : "La peur d’une répétition de mai 68".

Dernière modification : 27/05/2009

Haut de page