Presse néerlandaise du mardi 13 octobre 2009

Le déclin de DSB Bank reste le thème quasi exclusif de l’actualité intérieure ce matin et la plupart des éditorialistes commentent la question.

* * *

NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Sursis moratoire pour DSB Bank – l’intervention était une question d’heures", "Le flirt avec Wilders mal accueilli à la FNV", "Le Prix Nobel de l’économie va de nouveau aux Etats-Unis"
Trouw (chrétien progressiste) : "Il faut faire toute la vérité sur DSB – La banque placée sous curatelle – Les clients ont retiré 600 millions d’euros d’épargne en peu de temps"
de Volkskrant (centre gauche) : "La ruée est fatale à DSB – Scheringa se sent ’pris’ – Deux enquêtes sur la question – 8 500 clients ont perdu de l’argent", "Jongerius ne traite tout de même pas avec Wilders"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) "DSB Bank tombe – Les clients de DSB peuvent encore payer € 250 par carte bancaire par jour, jusqu’à demain – Ceux qui ont plus de cent mille euros risquent d’y perdre – L’œuvre de la vie de Dirk Scheringa en ruines en quelques jours"
De Telegraaf (populaire) : "Les détenteurs d’une carte DSB doivent s’adresser ailleurs", "’Plumer Scheringa’ – Responsable après avoir fourni les informations annuelles trop tard"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR : DSB Bank

"Une ruée sur l’épargne placée à DSB Bank a été fatale à cette banque", écrit le Volkskrant dans son grand article à la une. "Les quelque 40 millions d’euros retirés entre minuit et neuf heures et demie du matin ont suffi à convaincre le tribunal de placer DSB sous curatelle." "Dans la nuit de dimanche à lundi, le tribunal avait encore refusé d’employer les grands moyens, mais lorsqu’il est apparu que l’argent était retiré très rapidement, les juges ont honoré la demande de la Banque des Pays-Bas."
"La nouvelle appréciation des faits par le tribunal a incité le propriétaire de DSB, Dirk Scheringa, à accuser la Banque des Pays-Bas (DNB) et le ministère des Finances d’avoir ruiné sa banque. Scheringa se sent ’pris’. Le président de la DNB, Nout Wellink, a qualifié l’accusation de Scheringa d’’infondée’. Le fait que quelques journaux, dont de Volkskrant, aient annoncé la nouvelle était ’très grave’ à ses yeux, mais pas nécessairement ’mal intentionné’. Le ministre des Finances Bos a qualifié l’intervention d’urgence d’’inévitable’. Il a souligné que DSB doit ses difficultés à elle-même."
"Bos a parlé d’une ’mesure extrêmement radicale’. Il fait procéder à deux enquêtes sur le déclin de DSB. Une commission indépendante doit répondre à la question de savoir ’comment cela a pu arriver’. Elle devra aussi examiner la réglementation appliquée et le rôle des contrôleurs. Les autorités de surveillance AFM et DNB interrogeront les gestionnaires responsables. Le rôle joué par Gerrit Zalm sera également examiné : l’ancien ministre des Finances a fait partie de la direction de DSB à partir de décembre 2007. Un an plus tard, Bos lui a demandé de diriger la banque d’Etat ABN Amro."
"Les clients de DSB bénéficient de la garantie des dépôts jusqu’à 100 000 euros. Les montants dépassant cette somme ne sont pas garantis."

Commentaires

L’éditorialiste du Volkskrant se demande si la banque centrale néerlandaise "n’aurait pas dû intervenir beaucoup plus tôt". "L’ancien directeur de DSB, Gerrit Zalm, actuellement président du conseil d’administration d’ABN Amro, risque aussi de voir sa réputation endommagée. Et Lakeman, qui triomphe encore, ne devra pas s’étonner si Scheringa le poursuit pendant des années. Personne ne peut se dire vainqueur dans cette affaire."

"Les organes de surveillance n’auraient-ils vraiment pas pu intervenir plus tôt ?", s’interroge aussi le Trouw.

Pour le Telegraaf, "le déclin de DSB est une nouvelle preuve qu’il faut être prudent avec son argent". "Il faut aussi se demander pourquoi il y a si longtemps qu’on s’interroge sur les pratiques de vente de DSB, et pourquoi les autorités de surveillance ne sont pas intervenues avant le week-end dernier".

* * *

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 27/10/2009

Haut de page