Presse néerlandaise du mardi 13 novembre 2007

Le Ministère public a requis douze ans de prison contre Willem Holleeder, ancien kidnappeur du brasseur Freddy Heineken, pour extorsion de fonds, violences et menaces.
Les procureurs De Vries et Plooij ont longuement évoqué les preuves recueillies durant l’enquête sur les activités criminelles du suspect, enquête qui a duré trois ans, et fait une présentation diapo des transactions effectuées avec les sommes extorquées au magnat de l’immobilier Willem Endstra.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "L’Italie aux prises avec ses supporters de football", "Le VVD veut un test ADN pour les enfants de migrants", "La révolte de Norman Mailer a commencé dans les années cinquante" (décès de l’écrivain américain)
De Telegraaf (populaire) : "12 ans requis contre Holleeder - ’Il a fait de son mieux pour avoir l’air jovial’", "Les voitures bon marché augmenteront aussi à cause de la taxe sur la consommation excessive de carburant"
de Volkskrant (centre gauche) : "Holleeder après le réquisitoire : ’Hé ben...’ - Le Ministère public requiert 12 ans pour direction d’une organisation criminelle, sévices et menaces", "La ’démocrate’ se bat surtout pour ses propres intérêts" (Benazir Bhutto et l’opposition pakistanaise)
Trouw (chrétien progressiste) : "Les médecins critiquent la consultation d’une organisation anti-avortement - ’L’’information n’est pas neutre’", "La justice : Holleeder était le leader incontesté des extorsions contre Endstra"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Les investisseurs chrétiens ont perdu des millions d’euros" (escroquerie en milieu protestant), "Drame en mer Noire" (pollution pétrolière)

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Défense

"Le ministre de la Défense Van Middelkoop réclamera des fonds supplémentaires au gouvernement s’il prolonge la mission militaire dans la province afghane d’Uruzgan", relève le Volkskrant à la une. "Après quinze ans d’économies, les forces armées sont au bout du rouleau."
"’L’exécution d’opérations ne doit pas se faire au détriment de la combativité des forces armées’, a déclaré Van Middelkoop (ChristenUnie) lundi soir, durant une conférence à Amersfoort. ’Personne n’a intérêt à ce que l’armée soit à bout de souffle après une opération. C’est pourquoi toute décision de prolongation de la contribution militaire en Uruzgan devra s’accompagner d’un support financier convenable.’ Van Middelkoop : ’Convenable, dans ce cas, veut dire que des fonds doivent être réservés pour compenser les effets négatifs sur la disponibilité des forces armées. Sans de telles mesures il serait irresponsable de rester plus longtemps en Uruzgan’."
"Le gouvernement veut prendre dans le courant du mois une décision sur la prolongation de la mission qui, selon de récents calculs du Volkskrant, est beaucoup plus coûteuse que prévu" (également De Telegraaf p.3).

Droit de licenciement

"Le ministre des Finances Bos dément que le gouvernement ait l’intention d’échanger des mesures fiscales visant les revenus les plus élevés contre l’assouplissement du droit de licenciement", note le Volkskrant (p.3). "C’est ce que Bos a déclaré lundi à la Deuxième Chambre, où il avait dû se rendre séance tenante pour donner des éclaircissements sur un troc supposé entre le CDA et le PvdA."
"Le compromis entre les deux plus grands partis du gouvernement impliquerait que le ministre des Affaires sociales Donner maintiendrait le contrôle préalable par un tribunal dans le droit de licenciement - une exigence du PvdA. En échange, le plafonnement de la déduction fiscale des cotisations retraite et l’imposition plus élevée des maisons de plus d’un million d’euros seraient retirés du projet fiscal. Ces deux points sont une épine au pied du CDA. ’Je fais de la politique, pas du marchandage’, a dit Bos à propos des rumeurs sur un échange. ’Les deux thèmes sont déjà suffisamment complexes en soi’" (également Trouw p.5).

Notons dans ce contexte que l’éditorialiste du Trouw estime que "Balkenende, dans le conflit sur le droit de licenciement, doit être davantage premier ministre que leader du CDA". Le journal chrétien progressiste se demande s’il "était sage de la part du premier ministre de faire entrer le conflit aussi fortement dans une sphère de politique de parti". "Certes, lors d’un congrès CDA il parle davantage en tant que chef de file, mais il reste premier ministre à tout moment. Dans cette fonction, il a une responsabilité plus large et une de ses principales tâches est d’assurer la cohésion de la coalition et faire en sorte que chacun ait son dû."

Convention nationale

"Un nouvel élément de l’héritage de Fortuyn disparaît de la scène politique : la Convention nationale", fait valoir Martin Sommer dans le Volkskrant (p.3). "Le gouvernement va exécuter sa sentence cette semaine ou la semaine prochaine. Merci pour les services de cette compagnie de professeurs dirigée par l’éminent chrétien-démocrate Reinjan Hoekstra. Merci aussi pour ses propositions concernant le rétablissement de la confiance entre les citoyens et la politique. Nous devons continuer de gouverner, ’l’accord de coalition du nouveau gouvernement choisit un autre parcours’. Fini, l’exercice qu’était la Convention nationale."
"Il y a d’abord eu le référendum qui, après un résultat déplaisant sur la Constitution européenne, était devenu superflu. Ensuite il y a eu la course ratée pour la mairie d’Utrecht, qui a incité la semaine dernière la ministre Ter Horst à mettre définitivement fin au financement des élections de maires. Un peu plus tôt, elle avait dit dans un discours que l’élection des maires ne convenait pas à la culture politique néerlandaise. ’Après Fortuyn, nous avons pensé un moment que c’était bien le cas’, a-t-elle dit. ’Mais maintenant que le calme est revenu, la raison est aussi de retour.’ Le calme est revenu. La question est de savoir si c’est aussi le cas de la raison."

ECONOMIE, FINANCES

Fiscalité

"Le nouveau projet fiscal du gouvernement menace le climat d’investissement des Pays-Bas", écrit le NRC Handelsblad d’hier soir à la une. "C’est ce qu’affirment les dirigeants de grandes entreprises néerlandaises et d’entreprises étrangères ayant des établissements aux Pays-Bas dans deux lettres de protestation."
"Dans une lettre au gouvernement, le directeur Peter de Wit de Shell Nederland, s’exprimant également au nom d’Unilever, de Philips et d’Akzo Nobel, fait valoir que six mesures vont compliquer la venue de collaborateurs étrangers de talent. Les principales objections ont trait au plafonnement de la déduction fiscale des cotisations retraite et de l’augmentation de la valeur locative annuelle des maisons de plus d’un million d’euros. Les entreprises critiquent par ailleurs la baisse des allocations familiales, la suppression progressive de la subvention pour les partenaires non actifs, de la hausse de la TVA et de la contribution personnelle pour les voitures en location-bail."
"La Chambre de Commerce néerlando-américaine écrit que ces mesures ’rendront les Pays-Bas moins attrayants pour les sièges sociaux internationaux, (...) les étrangers de formation supérieure et (...) les Néerlandais de talent’."

AFFAIRES FRANÇAISES

Dans le Volkskrant (p.4), Ariejan Korteweg annonce l’ouverture du procès d’Yvan Colonna, soupçonné du meurtre du préfet de Corse Claude Erignac, en février 1998.

Le Financieele Dagblad (pp.1 et 5) et le Telegraaf (p.11) évoquent les grèves.

Dernière modification : 22/09/2008

Haut de page