Presse néerlandaise du mardi 14 octobre 2008

"L’Etat néerlandais se porte garant de 200 milliards d’euros pour les emprunts que les banques concluent entre elles", écrit le Trouw à la une. "D’autres gouvernements européens ont annoncé hier des mesures similaires. L’Allemagne dégage 500 milliards : 400 milliards de garantie, une injection de capital de 80 milliards et une réserve de 20 milliards."
La France, pour sa part, injectera 360 milliards. Au total, les pays de la zone euro se portent garants de plus de mille milliards. "C’est à peu près le double des 700 milliards de dollars (520 milliards d’euros) que les Etats-Unis ont dégagés il y a dix jours pour lutter contre la crise."

* * *

- NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Les bourses remontent après le plan bancaire européen – Les pays européens dégagent des milliards pour renforcer le capital des banques et garantir les crédits", "Beaucoup de choses restent inchangées après la mort de Haider" (correspondance de Vienne)
- Trouw (chrétien progressiste) : "La Haye garantit 200 milliards – La mesure doit faire circuler de nouveau l’argent entre les banques", "Les communes cherchaient un taux d’intérêt élevé et elles l’ont trouvé à Landsbanki – D’Amstelveen à Zundert, tout le monde faisait confiance à cette banque"
- de Volkskrant (centre gauche) : "La bourse remonte après les garanties des autorités – Le plan de sauvetage semble arrêter la chute des cours", "Sarkozy et Brown conjurent ensemble la crise"
- De Telegraaf (populaire) : "Les bourses reprennent courage – Dow Jones : plus 11 pour cent – AEX : plus 10 pour cent - Beaucoup de collectivités locales ont fait naufrage en Islande"
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le plan de sauvetage a de l’effet – Fort rétablissement des bourses dans le monde entier", "Des millions d’euros des communes ont disparu en Islande"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Crise financière

"Si la montée des cours boursiers enregistrée lundi se poursuit, c’est à l’Europe que reviendra l’honneur d’avoir résolu la crise causée par les Etats-Unis", écrit le correspondant à Paris du Volkskrant, Ariejan Korteweg, dans une analyse à la une. "L’Europe réussit, semble-t-il, là où les Etats-Unis, avec leur plan de sauvetage de 700 milliards de dollars, n’ont pas convaincu les marchés. De plus, l’Europe fournit cet effort sur ses propres moyens – les Etats-Unis, depuis des semaines, sont sur la touche dans les concertations internationales comme le FMI et le G8. L’UE, dans cette crise, fait preuve d’un dynamisme inattendu qui peut avoir des répercussions sur la situation internationale."
"Comment se fait-il que l’Europe soit si dynamique ? Dimanche soir, dans la cour de l’Elysée, où la réunion des quinze pays de la zone euro se prolongeait, l’ambiance n’était encore guère prometteuse. Lorsque le président français Sarkozy et le président de la Commission européenne Barroso ont lancé leur plan de sauvetage, ils avaient plutôt l’air tourmenté que soulagé. Lundi matin, le miracle s’est tout de même produit : les bourses ont fortement remonté, la confiance entre les banques s’est rétablie."
"C’est un succès qui a deux pères – qui forment ensemble un tandem inattendu. Le premier ministre britannique Gordon Brown est l’un  ; c’est à lui et à son ministre des Finances que revient l’honneur d’avoir pensé que le rétablissement de la circulation interbancaire était maintenant prioritaire. Les garanties d’Etat données pour cela rétablissent la confiance."
"Mais sans le président français Sarkozy cette mesure ne serait pas devenue une politique européenne. C’est à sa demande que les quinze pays de la zone euro sont venus à Paris, tout comme il avait été l’instigateur de la concertation au sommet entre l’Italie, la Grande-Bretagne et l’Allemagne une semaine plus tôt."
"Sarkozy dirige l’Europe comme son propre pays, avec énergie et pragmatisme, en ayant foi dans la force des mots et avec la volonté de surmonter les antagonismes. Cette volonté est nouvelle en Europe. Plus tôt, la France avait su assurer une médiation rapide dans la crise du Caucase."
"Grâce à d’habiles manœuvres diplomatiques, la France a réussi à aligner les quinze pays de la zone euro – et ce pendant une crise durant laquelle le nationalisme économique était constamment à l’affût. Et Sarkozy a eu un geste raisonnable en recevant Brown à l’Elysée avant le sommet du groupe euro. La Grande-Bretagne ne fait pas partie de la zone euro, mais elle détenait la solution."
"Les circonstances sont favorables à Sarkozy : les Etats-Unis attendent un nouveau président, le dynamisme de Brown et de la chancelière allemande Merkel est plus limité en Europe. Le président français doit profiter aussi du fait que le FMI et la Banque centrale européenne sont dirigés par un Français."

"Grâce à la crise du crédit, la social-démocratie reprend des couleurs à l’échelle internationale", remarque le Trouw (cahier de Verdieping). "Wouter Bos triomphe, tout comme son collègue allemand Peer Steinbrück et le premier ministre britannique Gordon Brown." "Bos se défait de son image de douteur. Wouter Bos : ’We are all socialists now.’"

En première page, le journal chrétien progressiste donne des précisions concernant l’épargne placée par les communes néerlandaises dans la banque islandaise Landsbanki et sa filiale Icesave. "Il apparaît maintenant qu’Alphen aan den Rijn (3 millions d’euros), Amstelveen (15), Asten (1), La Haye (10), Dordrecht (11,4), Goes (12), Naarden (1), Pijnacker-Nootdorp (12), Veere (3) et Zundert (2,5) ont plus de 70 millions d’euros en dépôt à la banque islandaise."
"Le ministère de l’Intérieur a eu vent des problèmes financiers vendredi. Depuis, il fait l’inventaire du préjudice" (également AD p.1, De Telegraaf pp.1 et 3, de Volkskrant p.9).

Pour l’éditorialiste du Telegraaf, il est "hors de question" que les communes répercutent leurs pertes sur les habitants en augmentant les taxes locales.

ACTUALITE INTERIEURE

TGV

"L’introduction du TGV est de nouveau reportée", annonce le Telegraaf (p.3). "Le train super-rapide ne roulera pas avant le printemps 2010 à la vitesse prévue de 250 kilomètres par heure, des Pays-Bas à Paris. C’est deux ans plus tard que prévu. Et même cette date n’est pas certaine. Ce report fait que l’entreprise HSA (90 pour cent NS et 10 pour cent KLM) pourrait faire faillite. C’est ce qu’on peut lire dans le rapport sur le TGV que le ministre des Transports Eurlings envoie aujourd’hui à la Deuxième Chambre."
"Le report est dû à la fourniture très tardive des trains et au fait que le constructeur canadien Bombardier ne maîtrisera pas plus tôt le nouveau système de sécurité." "Le ministre Eurlings fera savoir prochainement comment il compte soutenir HSA. HSA devrait payer des millions à partir de maintenant pour l’usage du tracé achevé récemment (coût : 5 milliards d’euros). Mais l’entreprise n’a pas de revenus."

VVD

L’ensemble de la presse signale que le député libéral Hans van Baalen a été élu tête de liste du VVD aux prochaines élections européennes. Il a bénéficié de 64,4 des voix des membres du parti. Son rival Toine Manders, qui siège au Parlement européen depuis 1999, en a recueilli 34,2 pour cent. C’est ce que le président du président du parti Ivo Opstelten a fait savoir lundi (de Volkskrant p.3, De Telegraaf p.5, Trouw p.7, AD p.9).

AFFAIRES FRANÇAISES

La presse d’hier soir et le Telegraaf (p.11) de ce matin annoncent que l’ex-membre des Brigades rouges Marina Petrella, menacée d’être extradée en Italie, a été autorisée à rester en France en raison de sa "situation de santé".

Sur le plan culturel, le Volkskrant (p.17) publie un entretien avec le metteur en scène Claude Miller, dont le film Un secret a connu sa première jeudi dernier.

Dernière modification : 26/11/2008

Haut de page