Presse néerlandaise du mardi 14 juin 2005

Le jury du procès de Michael Jackson à Santa Maria (Californie) a acquitté la star de tous les chefs d’accusation, hier, et cette nouvelle fait trois grands titres à la une ce matin.
Sur le plan politique, la visite de travail de la ministre Rita Verdonk (Immigration et Intégration, VVD) est surtout développée par le Trouw.

NRC Handelsblad d’hier soir : "Le G8 remet gratuitement la dette des pays les plus pauvres", "Etonnante victoire d’Aoun au Liban - Dernier tour la semaine prochaine", "La tension monte à propos du budget de l’UE"
De Telegraaf : "’NON COUPABLE’ - Michael Jackson acquitté sur tous les points", "Un Belge nous fait de nouveau la leçon", "Des verres à bière en maïs" (introduction d’un produit biodégradable)
Algemeen Dagblad : "Jackson acquitté - Acquittement de tous les chefs d’accusation", "Une fille de 15 ans scolarisée en Inde après avoir été longtemps brimée", "Test linguistique : le Maroc fâché contre Verdonk"
de Volkskrant "L’Union ne voit pas d’issue à la crise", "Le jury : Michael Jackson est innocent", "Les Flamands ne veulent plus verser dans un puits sans fond" (projet de Plan Marshal pour la Wallonie)
Trouw : "L’ambassade est prête pour 12 examens par jour - Verdonk : Les migrants doivent se donner de la peine", "Le jury : Michael Jackson n’est pas coupable"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne : budget

"Peu avant le premier sommet de l’UE après les référendums en France et aux Pays-Bas, l’Union européenne n’a pas encore fait un pas pour sortir de la crise dans laquelle elle se trouve depuis le double ’non’ à la Constitution européenne", écrit le correspondant à Luxembourg du Volkskrant (p.1).
"Les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont demandés lundi si les autres référendums devaient avoir lieu ; ils sont également restés en désaccord sur la répartition des charges et des bénéfices financiers et ils se sont montrés réservés sur la poursuite de l’élargissement de l’Union."

"Le ministre français des Affaires étrangères Douste-Blazy a insisté sur l’importance d’un accord sur le budget pluriannuel de l’UE : ’Après deux référendums négatifs il importe de ne pas y ajouter une crise financière.’ Mais son homologue allemand Fischer a dit qu’il était possible qu’on en reste à une ’solution intermédiaire’."
"Selon Douste-Blazy, la clé de la solution du problème est dans les mains du gouvernement britannique, pressé de tous côtés d’accepter une baisse de la réduction sur la contribution britannique à l’UE. Mais le premier ministre Blair a fait savoir qu’on ne pouvait discuter de cette réduction britannique qu’à condition de parler du financement total de l’UE, ’y compris le fait que 40 pour cent du budget va au secteur agricole qui représente seulement 5 pour cent de la population active’. Les coupes dans le budget agricole se feront surtout aux dépens de la France. La baisse des dépenses agricoles est donc inadmissible pour Douste-Blazy."

"Les pays de l’UE n’ont pas encore trouvé de réponse à la question de savoir ce qu’il faut faire après le double ’non’ en France et en Allemagne. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Nicolaï a dit qu’il a fait comprendre à ses collègues qu’en tout cas il n’y aurait pas de deuxième référendum aux Pays-Bas. Selon Nicolaï, beaucoup de ses collègues sont d’accord avec sa conclusion que ’l’Europe est allée trop loin et trop vite pour les citoyens’."
"C’est manifestement la raison pour laquelle les ministres ont laissé entendre que l’élargissement de l’UE n’était plus absolument prioritaire. Pour la première fois depuis longtemps, le thème ne figure pas à l’agenda du sommet."

"Peu après les offenses du ministre belge Karel de Gucht (Affaires étrangères) à l’adresse du premier ministre Balkenende, un responsable belge a de nouveau critiqué les Pays-Bas, fut-ce en termes voilés", note le Telegraaf à la une. "Le secrétaire d’Etat belge Donfut (Affaires européennes) s’est montré irrité, à Luxembourg, par les résistances néerlandaises concernant la contribution au budget européen. Il a déclaré aux médias belges que son pays reste fédéraliste, ’à l’inverse de certains de nos voisins, qui comptent chaque contribution à l’UE jusqu’au dernier centime’."

Dette des pays pauvres

"Le véritable défi", écrit l’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir à propos de l’annulation des dettes de 18 pays pauvres, "consiste à permettre aux pays en développement d’atteindre eux-mêmes une croissance durable". "Cela signifie que l’aide au développement devrait être augmentée à l’échelle mondiale, en tenant compte de la capacité d’absorption des bénéficiaires et du bon usage des fonds pour les objectifs visés. Cela coûtera de l’argent et il reste à voir si le G8, lors de son prochain sommet à Gleneagles (Ecosse) en décidera ainsi."

"Plus importante encore que le modeste sacrifice que demande une augmentation de l’aide est la grande concession que devraient faire l’Europe, le Japon et les Etats-Unis : supprimer les distorsions du système commercial mondial qui empêchent les pays en développement de s’aider eux-mêmes." "La politique de subventions agricoles de l’Occident, qui perturbe les prix sur le marché mondial, est le plus grand obstacle pour le développement indépendant du Tiers Monde et elle maintient ces pays dans le cercle vicieux du besoin d’aide et du paternalisme, avec ou sans remise des dettes."

Le Trouw rappelle que "l’allégement de la dette décidé le week-end dernier est le sixième depuis 1991". "Cela montre bien que l’allégement de dette ne s’en prend qu’aux symptômes du mal créé par une mauvaise politique économique et des prêts irresponsables. Le vrai sauvetage de l’Afrique ne sera proche que lorsque le continent sera associé à l’économie mondiale. Le monde aura l’occasion de le faire à la fin de l’année, lors du sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Hongkong."

Pays-Bas - Maroc

"Selon la ministre Verdonk, l’examen obligatoire d’intégration à passer à l’étranger est faisable du point de vue pratique et technique", relève le Trouw dans son grand article à la une. "C’est ce qu’elle a dit hier, lors de sa visite à l’ambassade des Pays-Bas à Rabat."

"Le comité d’action national Genoeg is genoeg [cela suffit comme ça], également présent à Rabat, rejette radicalement le projet de Verdonk. Le comité comprend des représentants d’organisations de migrants. Abdou Menebhi : ’Elle fait une différence entre les gens. Les Marocains et les Néerlandais ne sont plus traités de la même façon. Nous ne voulons pas d’apartheid’."
"Ces protestations ne serviront à rien. Les examens d’intégration seront passés ici dès la fin de l’été, probablement, par le téléphone et avec un logiciel de reconnaissance vocale."
"L’ambassade prévoit de faire passer 3 000, peut-être 4 000 examens par an. Une demande de permis de séjour et d’examen coûtera environ 450 euros. Verdonk estime que ce n’est pas trop cher."

"L’ambassade des Pays-Bas à Rabat organisera prochainement une réunion pour d’autres pays de l’UE. ’Les autres pays de l’UE sont très intéressés par notre examen d’intégration’" (également Algemeen Dagblad pp.1 et 6, De Telegraaf p.3).

ACTUALITE INTERIEURE

Inaptes au travail

"La Deuxième Chambre reporte la décision sur l’instance d’application du nouveau règlement pour les inaptes partiels au travail à vendredi", relève le Financieele Dagblad (p.3). "Dans l’intervalle le ministre des Affaires sociales De Geus présentera les derniers calculs concernant le nombre probable d’entrées en WAO. Ces chiffres doivent éclairer d’un jour nouveau ce problème à propos duquel on se dispute depuis des années. Divers experts et instances se sont déjà penchés sur la question de savoir s’il faut confier l’application du règlement aux assurances privées ou à l’organisme public UWV."

"Le délai permettra à De Geus d’aligner les partis de la coalition, dans les coulisses. Pour le moment, le ministre tient à une formule mixte. La Chambre n’y est pas favorable, parce qu’elle la trouve beaucoup trop compliquée. Les partenaires sociaux s’y opposent aussi. Mais la Chambre elle-même est divisée sur l’alternative" (également de Volkskrant pp.3 et 13, De Telegraaf p.7, Algemeen Dagblad p.14).

Médecins

Les médecins généralistes, les caisses d’assurance-maladie et le ministre Hoogervorst (Santé publique) ont désigné Ella Vogelaar comme médiatrice indépendante dans le conflit qui les oppose. L’ancienne gestionnaire de la FNV puis présidente du conseil d’administration d’Unilever connaît à fond les milieux haguenois de la concertation et du lobbying (Trouw p.4, De Telegraaf p.7).

ECONOMIE, FINANCES

Economie néerlandaise

"Poursuivre la modération salariale, reculer l’âge de la retraite, investir davantage dans l’enseignement et la recherche et s’intéresser à la maîtrise des langues étrangères, tels sont selon l’ancien ministre des Finances Onno Ruding les ingrédients nécessaires pour remettre l’économie néerlandaise sur les rails", écrit le Telegraaf (p.25) en rubrique financière. "Ruding conclut qu’on se plaint trop aux Pays-Bas. Mais l’image pessimiste de l’économie qui se forme ainsi n’est pas conforme à la réalité. ’J’entends un peu trop de gloom and doom à propos du malaise économique’, dit Ruding. ’A l’échelle mondiale, on voit que l’Asie, avec des pays comme la Chine et l’Inde, mais aussi l’Amérique montrent de bons chiffres de croissance. Les exportations, importantes pour les Pays-Bas, marchent bien aussi. Le problème n’est pas là. La situation aux Pays-Bas est surtout la conséquence de la mauvaise marche des affaires dans les pays qui nous entourent, comme la France et l’Allemagne, dont nous sommes dépendants. Ces pays ne font pas assez pour améliorer structurellement leur économie’, affirme Ruding, très fâché à cause du fait qu’en Allemagne et en France on désigne toujours Bruxelles comme cause de cette situation."

"’Le gouvernement [néerlandais] a pris de bonnes mesures dans le domaine économique, financier et social, mais leur présentation n’est pas bonne. Il reste encore un peu de Fortuyn, de sorte qu’il y a un fossé entre la politique et les citoyens. Dans cette atmosphère naît l’idée que cela va mal. Ce n’est pas vrai et on peut y faire quelque chose’, selon Ruding."
"Ruding regrette que la Constitution européenne ait été rejetée."

Consommation

"Le chiffre d’affaires des magasins de mode est descendu à in niveau inouï le mois dernier", rapporte l’Algemeen Dagblad (pp.1 et 11). "La branche parle d’une ’grève des acheteurs’ et ne peut que s’interroger sur les causes. Les clients désertent aussi d’autres branches."
"Les temps sont durs pour les 13 000 magasins de mode du pays. En mai, leur chiffre d’affaires a baissé de 10,1 pour cent par rapport à la même période en 2004. ’Je n’ai encore jamais vu une telle baisse dans cette branche’, déclare Paul te Grotenhuis de l’organisation sectorielle Mitex. Le chiffre de la Mitex est le premier indice des dépenses dans le commerce de détail en mai. Le CBS en est encore à avril (- 3,5 pour cent)."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.5) d’hier soir et le Trouw (p.9) évoquent encore factuellement la détention d’Aubenas en Irak.

Dernière modification : 14/06/2005

Haut de page