Presse néerlandaise du mardi 16 décembre 2008

Trouw : Les associations caritatives ont d’importantes réserves d’argent
Volkskrant : La méga fraude américaine risque de coûter 1 milliard à Bos
Telegraaf : Succès de l’opération anti-embouteillages du Telegraaf
Algemeen Dagblad : Augmentation rapide du nombre de demandes de licenciement
NRC-Handelsblad : Les communes ne veulent plus fournir de garantie immobilière

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Antilles néerlandaises

Dans le cadre de la réforme statutaire des Antilles, le Premier ministre M. Balkenende et la secrétaire d’Etat à l’Intérieur Mme Bijleveld étaient hier à Willemstad.

« La Deuxième Chambre furieuse de l’accueil », titre ce matin le Telegraaf, qui précise que les ministres ont été confrontés à leur arrivée à des banderoles portant des étoiles de David et à des manifestants les accusant de néo-colonialisme. La conférence a en outre dû être transférée dans un bâtiment militaire à cause d’une alerte à la bombe. Le PVV est d’avis que dans ces conditions, les représentants du gouvernement néerlandais auraient dû refuser de prendre place à la table de négociation ; le VVD juge ces manifestations « hors de proportion » et fait remarquer que « les responsables politiques locaux doivent bien faire comprendre à leur population que c’est elle qui a opté pour ces changements. Ils doivent également bien réaliser que 1,7 milliard, ce n’est pas un mince cadeau ».
« Balkenende et Bijleveld ont néanmoins abouti à un accord avec leur collègues antillais », poursuit le grand journal populaire, « consistant en une reprise de la dette de l’Etat pour un montant de 1,7 milliards d’Euros en échange d’un contrôle accru sur les finances, la justice et les nominations dans le secteur public. Bonaire, Saint-Eustache et Saba deviennent des ‘communes spéciales’ (bijzondere gemeenten) et Curaçao et Saint-Martin doivent accéder à un statut d’autonomie. »

Le Trouw rappelle en quoi consiste le « démantèlement constitutionnel des Antilles d’ici 2010 », expliquant que la réunion de Willemstad est « la première étape d’une importante réforme du statut des Antilles néerlandaises » :
« Selon les prévisions,
- les Antilles seront démantelées fin 2010. Bonaire (12.000 habitants) Saint-Eustache (3300 habitants) et Saba (1400 habitants) deviennent des ‘communes spéciales’. Curaçao (140.000 habitants) et Saint-Martin (39.000 habitants) deviennent des pays autonomes au sein du Royaume, comme c’est actuellement le cas pour Aruba ;
- les Antilles bénéficieront d’un redémarrage financier : les Pays-Bas reprennent 1,7 milliard de dette de l’Etat à leur compte, en échange de quoi ils pourront exercer un contrôle sur les finances et la justice ;
- Curaçao et Saint-Martin auront chacune leur propre corps de police placé sous la responsabilité de leur ministre de la Justice. Bonaire, Saba et Saint-Eustache seront dotées d’un corps de police commun, placé sous la responsabilité du ministre de la Justice néerlandais. Ces trois corps de police devront lutter contre la criminalité transfrontalière (plus particulièrement le trafic de drogues) ;
- le Collège de Contrôle Financier contrôlera les dépenses de l’Etat dans les cinq îles et pour l’ensemble du pays ’Antilles néerlandaises’. Il veillera à l’équilibre budgétaire et imposera une limite au niveau des dettes ;
- le dollar américain sera introduit à Bonaire, Saba et Saint-Eustache ; Curaçao et Saint-Martin auront leur propre banque centrale avec leur monnaie liée au dollar, qui est le moyen de paiement dans l’ensemble des Caraïbes ;
- les habitants des trois îles BSS auront le droit de participer aux élections législatives ;
- les Pays-Bas seront dès le mois prochain plus étroitement impliqués dans les questions de santé publique, d’enseignement et de sécurité à Bonaire, Saint-Eustache et Saba. Ces trois communes bénéficieront d’un Centre pour la jeunesse et la famille, les bâtiments scolaires seront rénovés, de même que la prison de Bonaire. »

Aide au développement

Le Volkskrant publie un grand portrait du ministre de la coopération, M. Bert Koenders, qui « va annoncer cette semaine au Parlement la fin de la relation de coopération avec le Suriname. (…) M. Koenders gère un budget de 5 milliards d’Euros. C’est plus que ce qu’avaient ses prédécesseurs, mais simultanément, cette somme est plus fréquemment remise en question. Une forte minorité au Parlement (VVD, PVV et Rita Verdonk) veut opérer des coupes sombres dans ses dépenses et l’opinion publique doute de plus en plus de l’utilité de la coopération.(…) En tant que porte-parole Affaires étrangères, Koenders a été fortement impliqué sur l’Irak et l’Afghanistan. Il a convaincu son groupe parlementaire d’envoyer des troupes en Irak et après la chute de Saddam Hussein, en Uruzgan. (…) En tant que ministre, il mise beaucoup sur l’aide aux Etats fragiles comme l’Afghanistan, le Congo et le Tchad : ‘Il prend un risque politique’ commente son illustre prédécesseur Jan Pronk. ‘Nous sommes prisonnier du fétichisme des statistiques, il faut penser comme une entreprise, en terme de dépenses et de bénéfices. Dans les zones de conflit, il est impossible d’enregistrer rapidement des résultats tangibles’. De même, dans son propre pays, Koenders ne choisit pas toujours la facilité. Il veut s’attaquer à ‘l’industrie de l’aide au développement’, et remet en question les relations avec des organisations ayant pignon sur rue comme Oxfam Novib et Cordaid. Par le biais de cette ‘modernisation’, il espère inverser la tendance actuelle, de moins en moins favorable à l’aide au développement. Il recherche avec pragmatisme ce qui est réalisable. ‘Koenders est un homme intelligent, il voit venir le vent. S’il parvient à réorganiser le secteur de la coopération, je trouve qu’il aura réussi son mandat’, commente le libéral Hans van Baalen. Celui-ci ajoute finement qu’il a déjà bien assez à faire dans ce secteur sans aller s’occuper du Moyen Orient – la deuxième passion de Koenders après l’Afrique : ‘Heureusement, le ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen tient fermement les rênes du département qui héberge Koenders. Verhagen sait qu’il doit protéger son territoire’. Alors que les Palestiniens reçoivent plus d’argent qu’aucun pays africain, Koenders n’a encore effectué aucun voyage dans cette région, où Verhagen se rend en revanche très souvent. Le chrétien-démocrate reprend publiquement Koenders lorsque celui-ci se montre (trop) critique sur Israël et se vante d’avoir amélioré les conditions de vie de la population de la bande de Gaza grâce à ses contacts avec le gouvernement israélien ».

Nationalité

Le Trouw constate que « plus d’un million de Néerlandais ont une double nationalité », soit « trois fois plus qu’en 1995. Près de la moitié ont également la nationalité turque ou marocaine, montrent les chiffres publiés hier par le CBS (Bureau Central de la Statistique). L’an dernier, plus de 22.000 personnes ont acquis la nationalité néerlandaise par naturalisation, soit un bon millier de plus qu’en 2006. L’an dernier 21.000 enfants ont eu, par leur naissance aux Pays-Bas, la double nationalité ».

Dernière modification : 07/01/2009

Haut de page