Presse néerlandaise du mardi 16 mai 2006

La commission parlementaire Visser, qui a été instaurée à la suite d’une série d’incidents graves mettant en cause des condamnés sous protection judiciaire (TBS), proposera aujourd’hui de maintenir cette forme controversée de resocialisation, mais d’adapter le règlement de façon à éviter à l’avenir des cas comme celui de Willem S., dont le procès commence justement aujourd’hui.
Willem S. a faussé compagnie à sa gardienne alors qu’il était de sortie, l’an dernier. Il est accusé du meurtre d’un vieillard qui l’avait manifestement accueilli sur son petit bateau.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "’Ayaan Hirsi Ali quittera le Parlement’ - La politicienne VVD échange son siège à la Chambre contre une fonction auprès d’un groupe de réflexion américain"
-Trouw  : "Verdonk : Hirsi Ali n’est pas néerlandaise - Son siège à la Deuxième Chambre est incertain", "TBS : Séparer les mauvais et les aliénés", "Les Etats-Unis rétablissent les relations avec la Libye"
-de Volkskrant  : "Hirsi Ali n’est peut-être pas néerlandaise - La Somalienne opte pour une carrière auprès d’un groupe de réflexion conservateur aux Etats-Unis et quitte la Deuxième Chambre", "Les Pays-Bas étaient trop petits pour Ayaan - La députée se heurte à la politique du consensus et aux questions de sécurité et opte pour une carrière internationale"
-De Telegraaf  : "Hirsi Ali reçoit un ultimatum - Des explications rapides, sinon retrait du passeport", "’Endstra a menti sur ses contacts avec Holleeder’" (nouveaux éléments dans l’affaire Holleeder)
-AD Haagsche Courant  : "’Hirsi Ali n’est pas néerlandaise’ - Verdonk à la Deuxième Chambre : L’attribution de la nationalité néerlandaise était indue", "Les pompiers sont un danger pour eux-mêmes"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Ayaan Hirsi Ali

"La députée VVD Hirsi Ali a reçu à tort la nationalité néerlandaise", écrit le Volkskrant dans son grand article à la une. "C’est ce que la ministre de l’Immigration Verdonk a écrit à sa collègue de parti lundi soir. Hirsi Ali a six semaines pour réagir. C’est ce qui ressort des réponses faites aux questions posées vendredi dernier par le député Nawijn. Verdonk affirme que sur la base des données connues maintenant, ’il convient pour le moment d’admettre qu’elle n’a pas reçu la nationalité néerlandaise, conformément à la jurisprudence de la Cour de Cassation’."
"La ministre se réfère à un arrêt rendu par cette cour à la fin de l’année dernière, décidant qu’une famille irakienne n’a jamais reçu la nationalité néerlandaise parce qu’elle avait donné de faux noms lors de la demande de naturalisation."
"La possible perte de la nationalité néerlandaise ne signifie pas que Hirsi Ali doit être expulsée. Elle a reçu un permis de séjour en 1992, après avoir été reconnue comme réfugiée. Ce statut restera probablement valable parce qu’en principe il n’est plus jamais retiré après douze ans."
"On apprenait lundi que la politicienne VVD, à partir du 1er septembre, aurait un emploi auprès du groupe de réflexion conservateur American Enterprise Institute, aux Etats-Unis. C’est pourquoi elle quitterait la Chambre. Si elle n’avait pas annoncé elle-même son départ, elle y aurait probablement été contrainte. La Constitution prescrit que les parlementaires doivent posséder la nationalité néerlandaise."
"La direction du VVD s’est réunie d’urgence lundi soir, pour débattre de la nouvelle situation. Etaient présents le ministre Zalm (Finances), Verdonk, le président du parti Van Zanen et le président du groupe parlementaire Van Beek. Ils ont décidé de ne pas réagir avant que Hirsi Ali ait annoncé son départ pour Washington lors d’une conférence de presse qu’elle donnera aujourd’hui."
"Le député VVD Van Baalen est stupéfait par la décision provisoire de sa collègue de parti Verdonk. ’Je regretterais vivement que Hirsi Ali soit expulsée. J’espère que la décision définitive tiendra compte de ses services à la société néerlandaise. Nous ne pouvons tout de même pas la renvoyer en Somalie ! "
"L’eurocommissaire Neelie Kroes, qui a fait entrer Hirsi Ali au VVD, s’étonne de la position de Verdonk. ’Quand je pense à toutes les restrictions que Hirsi Ali s’est imposées concernant sa vie privée, c’est inconcevable. J’espère que les Pays-Bas savent ce qu’ils font’."

"Il était clair depuis longtemps, pour Ayaan Hirsi Ali, qu’à terme elle quitterait la politique néerlandaise pour un emploi en Amérique", remarque le même Volkskrant dans un article de fond à la une. "Elle avait l’intention de partir le 30 janvier 2007, exactement quatre ans après sa prestation de serment à la Chambre. L’avance de son départ avait initialement tout à voir avec son logement : le 27 août elle doit quitter son appartement par ordre du tribunal, en raison des plaintes de ses voisins concernant la situation de sécurité. La députée le déplore. Elle n’a pas envie de passer de nouveau des mois dans des casernes à haute surveillance, comme après le meurtre de Theo van Gogh. En Amérique, elle espère pouvoir mener une vie plus décontractée."
"Le départ de Hirsi Ali n’est pas une surprise pour les initiés haguenois. Depuis son arrivée sur la scène politique il est clair que sa lutte contre l’islam radical dépasse les Pays-Bas. Depuis son film Submission, les lecteurs du New York Times et de Time savent aussi qui elle est. Partout, on la nomme d’un trait avec l’écrivain menacé Salman Rushdie."

En page 3, le journal de centre gauche fait mention de "réactions mêlées" au départ d’Ayaan Hirsi Ali, au sein du VVD. "Le coryphée Hans Wiegel estime que ce n’est ’pas une perte pour le Parlement, ni pour le VVD’. L’ex-président du groupe parlementaire Jozias van Aartsen, par contre, trouve que c’est ’gênant pour la société et la politique néerlandaises’. Van Aartsen qui, en tant que leader du groupe, soutenait toujours Hirsi Ali, déclare comprendre la députée. ’C’est aussi significatif de l’état du pays : susceptible et provincial.’ Le député Hans van Baalen partage son avis et estime que Hirsi Ali est ’une fille fantastique’. Van Baalen : ’Elle s’est battue pour les droits de l’homme et a attiré l’attention sur les dangers du fanatisme religieux’."
"Klaas Jan Terwal, président de l’organisation des jeunes libéraux JOVD : ’En mettant tous les musulmans dans le même sac et en adoptant un ton très dur, elle a détourné beaucoup d’électeurs allochtones du VVD.’ L’Organe de contact des musulmans et des autorités (CMO) n’est pas fâché non plus. Avec ses vives attaques contre l’islam Hirsi Ali a ’commis beaucoup de dégâts’, a dit le secrétaire Nasr Joemman."
"Les amis de Hirsi Ali ont exprimé leur répugnance à la télévision, hier soir. Le producteur de cinéma Gijs van de Westelaken, qui a fait Submission avecHirsi Ali et Theo van Gogh, a dit durant NOVA qu’il était temps qu’il rende son passeport. A ses yeux, la ministre Verdonk profite des mensonges de la députée pour montrer sa rectitude et accroître ses chances d’être élue tête de liste du VVD. ’On a réduit Ayaan au silence et Mohammed B. a gagné’. L’eurocommissaire et amie Neelie Kroes a dit qu’elle avait ’honte des Pays-Bas’."
Le député indépendant Nawijn (ex-LPF), qui a dirigé le Service d’immigration et de naturalisation IND et été ministre de l’Immigration, a aussi posé à Verdonk des questions sur le statut de la députée Karimi (GroenLinks). Nawijn veut savoir si Karimi n’a pas reçu son permis de séjour abusivement, parce que dans le livre qu’elle a publié l’an dernier elle écrit qu’elle a inventé son parcours de réfugiée.
Karimi a fuit son pays natal, l’Iran, et reçu l’asile en Allemagne.

Commentaires

Pour l’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir, "il y une certaine hypocrisie à n’accorder au passé connu de Hirsi Ali un aussi grand rôle politique que depuis un documentaire du programme télévisé Zembla". "Une atmosphère de règlement de compte entoure la députée. Elle n’est plus aussi populaire qu’il y a quelques années et même des membres du groupe VVD lui reprochent de faire cavalier seul." "Le départ de Hirsi Ali de la Chambre ne serait pas satisfaisant, parce que son passé de demandeuse d’asile est connu depuis des années - et pourtant il est difficile de rester parlementaire quand sa nationalité est contestée. Cette incertitude permanente du statut du détenteur d’un passeport néerlandais appelle à une modification de la législation de manière à rendre la naturalisation définitive. Qu’un dissident isolé à la Deuxième Chambre puisse perdre pour des raisons juridiques purement formelles non seulement son logement, mais aussi sa citoyenneté, fait très mauvaise impression."

"En annonçant aujourd’hui son départ de la Deuxième Chambre, Hirsi Ali essaie de limiter le plus possible les dégâts pour son parti discrédité", estime le Volkskrant. "C’est surtout Rita Verdonk, aspirante leader du VVD et ministre de l’Immigration qui sera soulagée." "Il importe au demeurant que l’enquête sur la demande d’asile en 1992, la naturalisation en 1997, la candidature et la prestation de serment de Hirsi Ali en tant que députée soit menée à bien convenablement. Il reste encore trop d’incertitudes, aussi bien dans ce cas spécifique qu’en ce qui concerne la loi sur la naturalisation et l’interprétation qu’en fait la Cour de Cassation."
"Ce qui importe beaucoup plus, c’est la sécurité de Hirsi Ali. Son siège de députée est son assurance vie ; sans protection professionnelle intensive, Hirsi Ali est hors la loi. Il est honteux que les autorités néerlandaises ne soient pas capables de garantir un logement convenable à une championne des droits de l’homme qui est en danger de mort depuis déjà quatre ans."

Selon le Telegraaf, enfin, "la politique néerlandaise perd une femme exceptionnelle et intelligente qui, en tant que députée, s’est retrouvée dans la mauvaise pièce de théâtre". "Elle était plutôt une missionnaire zélée qu’une contrôleuse du gouvernement et de la législation. Elle a souvent été excessive, surtout dans sa lutte contre l’islam. Elle s’est aliénée beaucoup de musulmans en mettant dans le même sac les modérés et les fondamentalistes politiques extrêmement dangereux, contre lesquels il convient de lutter."
"Il n’empêche que son action contre les crimes d’honneur, contre l’oppression de certaines musulmanes par leurs époux et contre l’excision était justifiée." "A cause de son action elle a fait l’objet de menaces scandaleuses, de sorte qu’elle devait être protégée en permanence. On peut respecter le fait qu’elle veuille vivre sa vie ailleurs pour cette raison, notamment."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - Congo

"Les Pays-Bas proposent de fournir des militaires pour assurer un déroulement calme des élections au Congo", note le Trouw (p.8). "Une unité de l’Union européenne y sera stationnée pendant quatre mois. Le ministre Kamp (Défense) n’a pas voulu donner de chiffre à Bruxelles, hier. Il veut consulter l’Allemagne, qui dirigera l’unité de l’UE, sur les besoins du Congo."
"Jusqu’à présent, les Pays-Bas avaient seulement proposé quelques officiers d’état-major pour les quartiers généraux de la mission au Congo, à Potsdam, en Allemagne, et dans la capitale congolaise Kinshasa. Mais il est apparu hier que l’unité, qui est surtout composée d’Allemands et de Français, n’a pas encore tout ce qu’il lui faut."

ECONOMIE, FINANCES

Faux papiers

La fraude aux fausses pièces d’identité coûte 3 milliards d’euros par an à l’Etat néerlandais. C’est ce qu’un porte-parole de la Maréchaussée Royale a fait savoir hier. Sous la direction de la Maréchaussée, différents services coopèrent depuis avril de cette année, dans le cadre de l’Expertisecentrum identiteits- en documentenfraude, à l’aéroport de Schiphol (Trouw p.4, de Volkskrant p.4).

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.3) d’hier soir signale la remise des Prix des quatre libertés de la Fondation Roosevelt à Middelburg (Zélande), en présence de la Reine Beatrix, de la princesse Máxima et du premier ministre Balkenende. Le prix de la liberté de religion a été remis à la communauté de Taizé fondée par Frère Roger. "Les jeunes trouvent la quiétude dans un couvent français."

En page 4, le NRC Handelsblad évoque CulturesPromo, "une nouvelle agence qui doit renforcer l’influence de la culture française dans le monde".

Ce matin, l’Algemeen Dagblad (pp.20-21) présente le chanteur franco-néerlandais Dave, de passage dans sa ville natale, Amsterdam.

Dernière modification : 16/05/2006

Haut de page