Presse néerlandaise du mardi 20 juillet 2010

Ce matin ont commencé les traditionnelles marches des Quatre Jours de Nimègue. En raison des prévisions météorologiques, le départ du parcours de 50 kilomètres a eu lieu à 3 h du matin, celui de la première marche de 40 kilomètres à 4 h 15.
Les marcheurs, aujourd’hui, passeront notamment sur la redoutable digue d’Oosterhout, près de Lent, où des centaines de personnes ont été prises de malaises en 2006 et deux ont trouvé la mort à cause de la chaleur et du manque total d’ombre et de vent. Quarante à cinquante mille personnes, dont des militaires, participent à ces marches cette année.

* * *

- NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : « Pique-nique dans le plus beau ralentissement du monde » (ouverture aux piétons et cyclistes d’une autoroute en Allemagne), « Bouterse bat son vieil ennemi dans la course à la présidence – Le Parlement semble vouloir le principal suspect des meurtres de 1982 » (Surinam)
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : « Le touring-club ANWB critique le déluge de contrôles de vitesse le long des routes », « Prêts pour quatre marches difficiles »
- Trouw (chrétien progressiste) : « L’ancien auteur d’un coup d’Etat Bouterse est président », « ‘Paars-plus est tout aussi probable que du gel cette nuit’ – Le politologue Van Schendelen : il n’y a pas de chimie »
- de Volkskrant (centre gauche) : « Le Chef donne libre cours à ses larmes – Desi Bouterse président du Surinam : captivant, excitant, préoccupant » (reportage de Paramaribo), « Contador distance maintenant Schleck » (Tour de France)
- De Telegraaf (populaire) : « Une énorme affaire pour Fokker » (train d’atterrissage en matière plastique pour les chasseurs JSF), « Bouterse est président », « Schleck en colère »

* * *

LE DOSSIER DU JOUR : Surinam

« Nous avons des temps très difficiles derrière nous et je tends la main à tous ceux qui se sentent mes adversaires », cite le Trouw dans son grand article à la une. « ‘Laissons derrière nous les choses qui ne nous ont pas fait de bien les 35 dernières années. Nous Surinamiens, propriétaires légitimes de ce beau pays, allons le construire ensemble.’ Telles étaient les premières paroles de l’ancien leader militaire Desi Bouterse, ému, à l’Assemblée Nationale hier, après avoir été élu président de la République du Surinam. »
« Les paroles conciliantes du nouveau président tombent en terre aride aux Pays-Bas. Le gouvernement néerlandais réduit justement de façon draconienne les contacts avec l’ancienne colonie, parce que Bouterse a été condamné pour trafic de drogue aux Pays-Bas. ‘Il n’est bienvenu ici que pour purger sa peine de prison’, réagit le ministre des Affaires étrangères Verhagen (CDA). »
« La relation avec le Surinam sera fondée sur la ‘nécessité fonctionnelle’. Une visite d’Etat de la Reine n’est pas conforme à ce principe, selon un porte-parole de Verhagen, une visite du ministre des Affaires étrangères n’est ‘pas exclue’, mais c’est bien tout. »
« Ce qui compte pour les Pays-Bas, c’est la condamnation de Bouterse pour trafic de drogue par un tribunal néerlandais, en 1999. Bouterse est aussi soupçonné du meurtre de quinze opposants à son régime, en 1982. Ce procès est actuellement en cours à Paramaribo. »
« La députée CDA Kathleen Ferrier, fille du premier président du Surinam après l’indépendance en 1975, soutient la ligne de Verhagen. Elle espère cependant que la coopération sera maintenue dans l’enseignement, la santé publique et dans le domaine militaire. »

Le Volkskrant publie un reportage à la une et note en page 5 que « la popularité dont jouit ‘Bouta’ au Surinam contraste vivement avec le manque d’enthousiasme des Surinamiens des Pays-Bas ». « Plus de 70 % estiment qu’il est mauvais que Desi Bouterse soit devenu président, ainsi qu’il ressort d’une enquête du bureau d’étude du marché Veldkamp effectuée en coopération avec le quotidien Trouw. Les jeunes sont néanmoins moins critiques vis-à-vis de l’ancien leader militaire. Presque 80 % des personnes interrogées de 50 ans et plus jugent que c’est une mauvaise idée de placer Desi Bouterse à la tête du Surinam. Parmi les Surinamiens dans la trentaine, ce pourcentage est de 60. »
« Le leader D66 Alexander Pechtold craint que le Surinam s’isole sur le plan international ‘avec un criminel comme président’. ‘Mais nous devons essayer de maintenir le contact jusqu’au bout. Presque la moitié des Surinamiens n’a pas voté pour lui’. »
« Les conséquences pour l’aide au développement néerlandaise au Surinam seront sans doute limitées, disent les porte-parole pour l’étranger des différents partis politiques. En octobre dernier, le Surinam et les Pays-Bas se sont accordés sur l’usage à faire de la dernière tranche de 50 millions d’euros prévue par le traité conclu entre les deux pays au moment de l’indépendance, en 1975. ‘Ces accords ont été conclus avec la République du Surinam, pas avec Bouterse, et seront donc respectés – non sans une évaluation critique, bien entendu’, déclare la députée CDA Kathleen Ferrier, fille du premier président surinamien Johan Ferrier. »

« Du fait de sa présidence, les Pays-Bas suspendront le mandat d’arrêt international lancé contre Bouterse, conformément à un jugement de la Cour internationale de justice », annonce le Telegraaf à la une. « En tant que chef d’Etat, il jouit d’une immunité et le nouveau président peut en principe se rendre où il veut. Les Pays-Bas, au demeurant, n’ont pas l’intention de lui accorder un visa. »
« Le président est déjà un paria », titre le journal populaire en page 11.

Islam

« Le leader PVV Geert Wilders appelle les musulmans à se ‘libérer’ de l’islam et du ‘Coran diabolique’ », relève le Telegraaf (p.8). « Selon lui, ils seront alors capables de faire de grandes choses. C’est ce que le leader PVV écrit dans un ‘message aux musulmans’ publié dans le NRC Handelsblad. Selon Wilders, les peuples arabe, turc, iranien, indien et indonésien ont un énorme potentiel. »
« ‘Si les musulmans n’étaient pas prisonniers de l’islam, s’ils pouvaient se libérer de ce joug, s’ils ne prenaient plus Mahomet comme modèle, […] ils pourraient faire de grandes choses, pas seulement pour eux-mêmes, mais pour le monde entier’, écrit Wilders. »

Eglise catholique : abus sexuels

« Marit Monteiro, membre de la commission Deetman qui étudie les abus sexuels dans l’Eglise catholique, a des liens étroits avec les institutions ecclésiastiques », note le NRC Handelsblad (pp.1 et 3) d’hier soir. « Elle a fait pendant des années de la recherche pour la Konferentie Nederlandse Religieuzen (KNR), une des initiatrices de l’enquête sur les abus. Des groupes de défense des victimes réclament la démission de Monteiro » (également AD p.7, de Volkskrant p.7).

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le Telegraaf (p.9) annonce que le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb (PvdA), assistera au finish du Tour de France à Paris, dimanche.
L’AD (p.13) et le Financieele Dagblad (pp.1 et 4) suivent l’affaire L’Oréal.
Sur le plan culturel, le Volkskrant (p.39) publie une grande correspondance d’Ariejan Korteweg sur le Festival d’Avignon.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 03/08/2010

Haut de page