Presse néerlandaise du mardi 20 décembre 2005

Le populaire De Telegraaf fait grand cas des accusations portées par un ex-participant à la série de télé-réalité "Big Brother" contre le producteur Endemol. "Gert-Jan de Boer, 37 ans, veut que le ministre Donner (Justice) intervienne avec fermeté pour mettre fin aux ’magouilles’ durant les émissions de télévision pendant lesquelles le public est appelé à voter en masse par SMS et par téléphone. Le populaire habitant de Big Brother en 2001 portera cette semaine plainte contre le producteur Endemol, maintenant que des collaborateurs de l’entreprise lui ont transmis des informations qui montreraient qu’on triche à grande échelle."

-NRC Handelsblad d’hier soir : "L’UE enregistre un double succès à Hongkong - Les principaux accords conclus par l’OMC à Hong Kong", "Les ministres tiennent à la mission en Uruzgan, en dépit de l’opposition du D66", "La Belgique appliquera la nouvelle orthographe"
-de Volkskrant : "Le D66 : crise en cas de ’oui’ à l’Afghanistan - ’Pas de militaires en zone de guerre déguisée’", "Le président de la Banque nationale italienne démissionne - Fazio a joué un rôle douteux lors de la bataille pour la reprise d’Antonveneta"
-Trouw : "Le chauffage risque d’être coupé - Le réseau gazier néerlandais ne peut pas répondre à la demande par temps froid", "L’inébranlable Fazio quitte tout de même la lice"
-De Telegraaf : "Plainte contre Endemol - Un ex-habitant de Big Brother : ’On fraude aux SMS et on trompe les téléspectateurs’ - ’Ceux qui peuvent rester sont connus des jours à l’avance’ - ’Je sentais que quelque chose n’allait pas’
-AD Haagsche Courant : "Plus jamais dehors - Un habitant des maisons de retraite sur dix est tout le temps à l’intérieur", "Le 6,5 milliardième citoyen du monde va naître"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Organisation mondiale du commerce

"Les 149 pays de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ont bouclé dimanche leur conférence des ministres à Hong Kong avec un accord, qualifié de modeste, sur la suppression des subventions à l’exportation de produits agricoles et sur des mesures de promotion du commerce pour les pays les plus pauvres", écrit le NRC Handelsblad d’hier soir dans son grand article à la une. "C’était par conséquent un beau jour pour la coopération internationale et le multilatéralisme, dimanche."
"La sixième conférence des ministres de l’Organisation mondiale du commerce n’est pas un échec. Le modeste accord a même remis sur les rails le cycle actuel, pour une possible clôture à la fin de l’année prochaine."
"L’Union européenne boucle par un double succès une année qui, après les référendums français et néerlandais sur la Constitution, risquait de devenir une annus horribilis . Dans la nuit de vendredi à samedi est intervenu l’accord sur le budget européen jusqu’en 2013 et à la fin du week-end, il y avait deux jalons à Hong Kong : un accord commercial au cachet nettement européen et un Conseil des ministres européens soutenant unanimement les eurocommissaires négociateurs. ’Les Etats membres se sont montrés plus unis que jamais’, a dit l’eurocommissaire Peter Mandelson, reconnaissant, dimanche soir, lors de la conférence de presse de clôture."

Commentaires

"Pour une réunion qui risquait d’échouer complètement, les négociations des cinq derniers jours à Hong Kong se sont déroulées avec un succès relatif", fait valoir l’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir. "La raison a triomphé pour le moment. De nouvelles concertations peuvent déboucher sur un accord de libre échange à la fin de l’année prochaine."
"Le résultat actuel se concentre sur les engagements pris par l’Union européenne et, dans une moindre mesure, les Etats-Unis dans le domaine de l’agriculture." "L’agriculture n’est qu’une partie de la solution et il y a dans ce qu’on appelle toujours le Tiers Monde une forte contradiction entre les intérêts les grands producteurs comme le Brésil et ceux petits pays pauvres. En outre on est en droit d’attendre davantage, à l’avenir, de la libéralisation du commerce des services."
"Le cycle de Doha n’est toujours pas acquis. Dans le courant de 2007 s’achèvera la procédure d’urgence qui permet au gouvernement américain de négocier sans le Congrès. Il faut donc qu’il y ait un accord de l’OMC fin 2006, et donc qu’il y ait dès le printemps prochain un accord de principe qu’on affinera et précisera durant le reste de l’année. On ne pourra pas porter de jugement définitif sur le faible succès de Hong Kong d’ici là."

Pour le Trouw, ce matin, "le concept de succès semble être devenu synonyme de prévention d’un échec". "C’est tout juste si les pourparlers du cycle dit de Doha ne se sont pas bloqués définitivement et il faudrait s’en réjouir." "Une semaine de négociation n’a pas eu d’autre résultat qu’un accord sur la réduction ’substantielle’ des subventions américaines et européennes à l’exportation de produits agricoles d’ici 2013. Etant donné que personne ne peut encore dire ce qu’il faut entendre par réduction ’substantielle’ on ne peut guère qualifier cela de résultat."
Dans le domaine du libre échange de biens et de services, "Hong Kong n’a pas rapproché d’un pas un résultat positif du cycle de Doha", conclut le journal chrétien progressiste. "Les parties réunies à Hong Kong ont seulement convenu de continuer de négocier l’année prochaine. Et le temps qui reste pour cela est si court qu’il ne semble pratiquement pas possible d’aboutir à un bon résultat."

"Maigre résultat", titre aussi le Volkskrant. "Indépendamment des tiraillements entre les 149 pays membres de l’Organisation mondiale du commerce, il y a un problème plus important : la foi dans les avantages d’un commerce mondiale libéralisé faiblit dans beaucoup de pays. Si l’on remet en cause le principe du libre échange - qui est le fondement de l’OMC - on risque de se traîner de sommet en sommet les prochaines années. Les grands blocs devront donc manifester plus d’ambition dans la perspective d’une nouvelle conférence au sommet qu’ils ne l’ont fait à Hong Kong. Compte tenu des grandes différences de compétitivité, les pays riches doivent être disposés à permettre aux pays pauvres, dans certains cas, de protéger temporairement leur marché."

Union européenne - Pays-Bas

Le journal d’affaires Het Financieele Dagblad (p.1) annonce la nomination par la Commission européenne, demain, du Néerlandais Alexander Italianer (49 ans) au poste de secrétaire général adjoint de ce collège. Selon des sources diplomatiques, la nomination d’Italianer est "une formalité".
Italianer était depuis novembre 2004 le chef de cabinet adjoint du président de la Commission, José Barroso.

ACTUALITE INTERIEURE

Mission en Afghanistan

"Le D66 menace de quitter le gouvernement s’il envoie des militaires néerlandais dans le Sud de l’Afghanistan", relève le Volkskrant à la une. "Les ministres des Affaires étrangères, Bot, et de la Défense, Kamp, ignorent pour le moment les objections du plus petit parti gouvernemental."
"Kamp (VVD) et Bot (CDA) maintiennent leur projet d’envoi de 1 100 militaires dans la province afghane d’Uruzgan, même si les Néerlandais, selon le D66, y trouveront une ’situation de guerre déguisée’. Le gouvernement veut trancher jeudi, après s’être déjà réuni plusieurs fois sur la question."
"Une crise ministérielle n’est pas exclue. ’Nous n’assisterons pas à une décision positive’, disait-on hier en milieu D66. ’Il est impensable que le gouvernement envoie des troupes sans notre soutien.’ ’Notre non reste un non’, a déclaré le député D66 Bakker."
"Le gouvernement n’a pas pris de décision hier, après plusieurs heures de réunion. Néanmoins, les ministres Kamp et Bot se sont montrés optimistes à l’issue de la réunion. Une majorité parlementaire, aussi faible soit-elle, est possible même sans le D66. En outre, l’hésitant ministre D66 Pechtold n’aurait pas dressé d’obstacles insurmontables. ’Toutes les décisions sont possibles’, a-t-il dit publiquement. Jeudi, le vice-premier ministre D66 Brinkhorst sera aussi de la partie. Le ministre des Affaires économiques était à l’étranger les derniers jours."
"Les Américains qui sont actuellement actifs dans la région n’ont pas pu la stabiliser", remarque l’éditorialiste du Volkskrant. "Plusieurs groupes armés, dont les Taliban, infestent l’Uruzgan. Dans ces circonstances, il faut douter sérieusement de la faisabilité de la mission."
"Si l’OTAN veut apporter à la région la stabilité nécessaire, il faudra - compte tenu de la résistance et de la taille de la région - qu’elle y envoie davantage de troupes que prévu actuellement. C’est pourquoi il est regrettable qu’en dehors des Pays-Bas seuls la Grande-Bretagne et le Canada soient disposés à mettre des troupes à disposition. Les prétentions de l’Alliance dans ce domaine n’en deviennent pas plus crédibles."

VVD - PvdA

"Samedi, lors du congrès du VVD à Rotterdam, le président du groupe parlementaire VVD, Van Aartsen, et le ministre des Finances Zalm se sont distanciés du parti d’opposition PvdA", rapporte le NRC Handelsblad (p.3) d’hier soir. "Selon Van Aartsen et Zalm, le PvdA n’est pas un partenaire sérieux pour un prochain gouvernement."
"Plus tôt la semaine dernière, lors d’une réunion politique à Leyde, Van Aartsen avait déjà dit que le VVD ne gouvernerait certainement pas avec le PvdA, à moins que le VVD ne soit plus grand. Samedi, il a ajouté une autre exigence : les responsables locaux du PvdA doivent montrer les prochains temps qu’ils s’en prennent sévèrement à l’abus des indemnités sociales. Ce n’est qu’ainsi que le PvdA peut montrer que le parti est vraiment rénové, selon Van Aartsen."
"Bos dit qu’il n’exclut aucun parti de la formation d’une nouvelle coalition. Dans les sondages d’opinion, le PvdA est depuis longtemps le premier parti politique, avec environ 50 sièges. Samedi, Bos a dit dans ce journal que le CDA devient un partenaire de coalition potentiel de plus en plus intéressant, parce qu’il est possible de conclure de meilleurs accords avec les chrétiens-démocrates."

ECONOMIE, FINANCES

Absentéisme

"L’absentéisme des salariés semble se stabiliser", note le Volkskrant (p.8). "L’an dernier, 4,6 pour cent du personnel étaient malades par jour ouvrable, en moyenne. En 2003, l’absentéisme moyen avait été de 4,7 pour cent. C’est ce qui ressort des chiffres de la Nationale Verzuimstatistiek du Centraal Bureau voor de Statistiek (CBS). Selon ce bureau, l’absentéisme semble se stabiliser après une forte baisse en 2003. En 2002 l’absentéisme pour maladie était encore de 5,3 pour cent."
"L’absentéisme en 2004 a été le plus élevé dans la fonction publique et dans l’industrie, avec 5,9 pour cent. L’absentéisme a aussi été relativement élevé dans le secteur de la santé et du bien-être : 5,7 pour cent en 2004, bien qu’il y ait eu une baisse par rapport à l’année précédente."

Dernière modification : 20/12/2005

Haut de page