Presse néerlandaise du mardi 21 février 2006

Presque tous les quotidiens publient en page de couverture une photo du ministre des Finances Gerrit Zalm à une réunion VVD à Haarlem, hier soir. Le ministre est revenu sur son affirmation selon laquelle 62 communes néerlandaises prélèveraient une taxe immobilière (OZB) excessive. Il a déclaré qu’il ne pouvait pas "exclure" que les chiffres dont il disposait étaient erronés et il a regretté d’avoir appelé les habitants des communes en question à refuser de payer leur OZB.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "Pourquoi j’ai fait faire ces caricatures" (tribune de Flemming Rose, du quotidien danois Jyllands-Posten), "Zalm se heurte au CDA après son appel au non-paiement de l’OZB - ’Des chiffres mal employés’"
-de Volkskrant  : "Zalm fait amende honorable après le raté de l’OZB", "’On peut faire mieux, Gerrit’, lance le public VVD"
-De Telegraaf  : "Zalm voulait démissionner à cause de sa gaffe", "Bonne chance en amour !" (patineuse Marianne Timmer), "Des convoyeurs allemands volent € 300 millions"
-AD Haagsche Courant  : "Zalm mord la poussière - Le ministre des Finances qualifie son appel au non-paiement de l’OZB de ’bévue’", "Une grosse bise, mais pas encore de mariage" (Timmer)
-Trouw  : "Les jeunes musulmans s’enthousiasment pour un film turc qui montre des Américains lâches", "La gaffe de Zalm à propos de l’OZB fait boomerang"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Zalm

"Le ministre Zalm a dû revenir hier sur son offensive contre les communes qui prélèveraient une taxe immobilière trop élevée", écrit le Trouw à la une. "Il a même déclaré hier soir durant le programme télévisé NOVA qu’il avait envisagé un moment de démissionner. Le ministre des Finances ne peut pas ’exclure’ qu’il s’est basé sur des informations erronées et il dit qu’il ’regrette’ maintenant d’avoir appelé publiquement les citoyens des 62 communes clouées au pilori à ne pas payer l’OZB trop élevée, dans le programme télévisé Buitenhof. ’C’est une gaffe. Je dois présenter mes excuses à ceux qui se sentent froissés’."
"Le ministre s’est exprimé à la fin d’une journée durant laquelle les communes s’étaient fâchées de plus en plus, alors qu’il apparaissait de plus en plus clairement que Zalm avait tiré des conclusions sévères sur la base d’informations floues. La confusion sur les chiffres croissait. Le ministère de Zalm renvoyait tous ceux qui voulaient tirer l’affaire au clair au ministère de l’Intérieur, comme responsable des données. L’Intérieur a maintenu sa liste noire pendant des heures."
"L’Association des communes néerlandaises et le parti d’opposition PvdA ont procédé à leur propre enquête. Ils ont constaté que la liste noire de Zalm ne pouvait tout simplement pas être correcte. D’après eux, la plupart des communes s’en tenaient à l’augmentation maximale autorisée de 2 pour cent. Et les quelques communes qui la dépassaient avaient obtenu l’autorisation en bonne et due forme de la province."
"Qui avait raison ? Dans le courant de l’après-midi, le bureau d’étude groningois Coelo - sur lequel les ministères des Finances et de l’Intérieur disaient baser leurs informations - tranchait en déclarant que la liste des 62 communes n’était pas de lui. L’offensive de Zalm contre les communes lui revenait comme un boomerang."

"Le PvdA, GroenLinks et la ChristenUnie sont satisfaits des ’humbles excuses’ de Zalm, mais estiment qu’il s’est ’discrédité’", souligne le Volkskrant à la une. "’Je bats ma coulpe’, a dit Zalm. ’Mon intervention dimanche n’était pas la meilleure des onze dernières années.’" "Le président du groupe parlementaire CDA, Verhagen, juge ’magnanime’ que Zalm revienne sur ses paroles. ’Manifestement, la fièvre électorale lui était montée à la tête le week-end dernier. Le VVD a fait savoir qu’il se ralliait à la déclaration de son ministre. ’Il est raisonnable de la part de Zalm de revenir sur ses pas’."
L’opposition est beaucoup plus critique, selon le journal de centre gauche. Ainsi, le député GroenLinks Vendrik souhaite que Zalm présente aussi ses excuses à la Deuxième Chambre, cette semaine.

"Il apparaît que le ministre Zalm a fait une grave erreur et qu’il a discrédité les communes à tort", remarque l’éditorialiste du Volkskrant. "Son offensive irréfléchie nuit en outre au prestige de l’Etat tout entier, comme l’affirme l’Association des communes néerlandaises à juste titre. C’est très étonnant de la part de quelqu’un qui a tant d’expérience administrative."

Pour le commentateur du Trouw, "Zalm ne peut pas être à la fois ministre des Finances et poujadiste". "Zalm doit réfléchir à sa situation s’il apparaît qu’il s’est trompé. Un ministre des Finances ne peut certainement pas se permettre de telles fantaisies."

Le journal d’affaires Het Financieele Dagblad déplore le fait que la "bévue de Zalm" détourne l’attention d’un problème réel. "Car il est inquiétant que la municipalité de Bennebroek, par exemple, fixe un tarif fiscal qui est contraire à la loi sans que les partis politiques du conseil municipal ne le remarquent."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Grippe aviaire

"Les Pays-Bas et la France présenteront aujourd’hui à Bruxelles un plan de vaccination des oiseaux de compagnie et des volailles commerciales", annonce le Volkskrant (p.3). "Pour le moment, le ministre Veerman (Agriculture) ne veut faire vacciner que les oiseaux de particuliers. La France veut vacciner préventivement les deux catégories contre la grippe aviaire. ’Si nous ne vaccinons pas, nous ne maîtriserons pas cette maladie. C’est inévitable à terme’, a déclaré le ministre Veerman lundi à Bruxelles, à l’issue du conseil des ministres européens de l’Agriculture."
"Il ne veut pas encore rendre la vaccination obligatoire pour les élevages professionnels qui laissent leurs poulets en plein air. ’Le confinement obligatoire doit suffire pour le moment pour ces cinq millions de poulets. C’est au secteur lui-même d’indiquer s’il veut vacciner.’ En effet, la vaccination pourrait avoir pour conséquence que ces volailles deviennent difficiles ou impossibles à vendre. Tant que la grippe aviaire ne s’est pas déclarée parmi les volailles commerciales, la Commission européenne n’est pas partisane d’une compensation financière. C’est pourquoi le plan de vaccination doit être approuvé par le comité vétérinaire. Ce groupe de travail de la Commission européenne se réunit aujourd’hui à Bruxelles" (également AD Haagsche Courant p.3, Het Financieele Dagblad p.5).

Pays-Bas - Belgique : drogue

Il "n’est pas question" de tolérer la culture contrôlée de cannabis pour l’approvisionnement des coffee-shops, relève le Volkskrant (p.2). "C’est ce que le ministre de la Justice Donner et son collègue belge Dewael (Intérieur) ont déclaré lundi, à l’issue d’une concertation ministérielle."
"Selon Donner, ses collègues allemands se sont récemment opposés "en termes encore plus fermes" au projet du maire de Maastricht, Leers, de régulation de l’approvisionnement des coffee-shops."
"Selon Dewael, la politique de tolérance néerlandaise est une grande nuisance pour la Belgique. Les coffee-shops de Maastricht attirent les consommateurs de drogue belges. Et du fait que les Pays-Bas durcissent leur action contre les plantations de cannabis, la culture illégale augmente en Belgique. Beaucoup de plantations ont été démantelées dans le pays voisin, ces derniers temps."
"Le projet de déplacement des coffee-shops de Maastricht du centre-ville à la périphérie, de préférence à la frontière, suscite aussi des résistances. Le ministre belge a rappelé à Leers ses obligations de ’bon voisinage’. ’Quand des effets négatifs se produisent de l’autre côté de la frontière, il faut se concerter’."
"Le ministre belge de la Justice Onkelinx (Parti Socialiste) s’est exprimé plus prudemment. Il a reconnu l’hypocrisie de la politique actuelle. La Belgique tolère actuellement la possession de trois grammes de cannabis. ’Nous tolérons trois grammes, mais nous ne disons pas où les gens peuvent aller les chercher. C’est hypocrite.’ Car les consommateurs de cannabis, selon Onkelinx, dépendent ainsi du circuit criminel."

ACTUALITE INTERIEURE

Balkenende

"Sept Néerlandais sur dix trouvent que le premier ministre Balkenende est ennuyeux", rapporte le Volkskrant (p.3). "Six sur dix le trouvent agaçant. Pourtant, quatre Néerlandais sur dix ont confiance en Balkenende en tant que premier ministre. C’est ce qui ressort d’un sondage effectué le mois dernier par le bureau TNS NIPO et l’Université de Leyde, dans le cadre duquel les enquêteurs se sont informés des sentiments que suscite Jan Peter Balkenende."
"Presque la moitié des personnes interrogées (49 pour cent) disent qu’ils ont honte de Balkenende. Le même pourcentage sent la moutarde lui monter au nez en entendant le nom du premier ministre. Selon l’enquête, Balkenende inspire des sentiments d’espoir chez moins d’un quart (23 pour cent) des personnes interrogées."
"Ce n’est pas un hasard si le premier ministre CDA bénéficie surtout du soutien de l’électorat traditionnel du CDA : 70 pour cent de ce groupe lui font confiance. S’agissant de la confiance, Balkenende a également une cote raisonnable auprès de la base du VVD : 62 pour cent. Par ailleurs, le premier ministre est plus populaire chez les personnes âgées que chez les jeunes."

ECONOMIE, FINANCES

Emplois vacants

Trente pour cent des patrons néerlandais ont du mal à pourvoir des emplois, selon l’organisation de travail temporaire Manpower. Les travailleurs les plus recherchés sont : les ouvriers spécialisés (plombiers-zingueurs, soudeurs, maçons), le personnel soignant, les managers, les opérateurs, le personnel juridique, les enseignants, les comptables, les monteurs, les ingénieurs et le personnel administratif.
La pénurie de personnel croît rapidement, prévient le directeur de Manpower Nederland, Hans Leentjes. Il faut accélérer le rythme de formation de ces personnels. Il ne s’agit pas d’un phénomène temporaire comme dans le passé. "Cette fois-ci nous avons affaire à un problème qui durera des décennies" (Trouw p13).

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Trouw (p.8) évoque l’affaire du juif parisien Ilan Halimi, enlevé et torturé à mort par le "gang des barbares".

Le Telegraaf (p.11) s’intéresse à la commémoration de la bataille de Verdun, en faisant référence à un ouvrage de Jacques Péricard.

Sur le plan culturel, le cahier de Verdieping du Trouw consacre un troisième et dernier volet au philosophe René Girard, récemment élu à l’Académie Française.

A signaler :
Un grand article polémique du sondeur d’opinion Maurice de Hond sur les récentes erreurs judiciaires néerlandaises. "Ce ne sont pas de tristes incidents, le système judiciaire n’est hélas guère meilleur que celui d’une république bananière" (de Volkskrant p.12).

Dernière modification : 11/05/2006

Haut de page