Presse néerlandaise du mardi 22 décembre 2009

Ce sera de nouveau le chaos sur le rail néerlandais aujourd’hui, selon le quotidien à grand tirage De Telegraaf. Du fait des chutes de neige et du froid seuls 15 % des trains pourront rouler et il n’y aura que des omnibus. "Nous ne pouvons pas garantir que les voyageurs arriveront à leur lieu de travail", a fait savoir un porte-parole de la société ProRail, qui gère le réseau ferroviaire des Pays-Bas.

* * *

NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Vers un Noël blanc – mais pas en train", "Dix questions sur le temps d’hiver aux Pays-Bas et dans le reste de l’Europe"
De Telegraaf (populaire) : "’Comment faire alors ?’ – Le patronat en colère à cause du conseil d’éviter le train", "Triste spectacle dans les chèvreries : Les rouges doivent mourir, les vertes peuvent rester en vie – Abattage à cause de la fièvre Q"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Les informations sur la neige dispensées aux voyageurs et aux automobilistes étaient insuffisantes – La politique veut que le ministre Eurlings intervienne", "La jeune navigatrice Laura de retour aux Pays-Bas"
de Volkskrant (centre gauche) : "Un flocon de neige sur les rails est souvent un bloc de glace – Les NS surprennent les voyageurs en ne faisant rouler que des omnibus", "Il aurait mieux valu que la porte de l’étable reste fermée" (reportage sur l’abattage de chèvres)
Trouw (chrétien progressiste) : "Réprimande pour la direction de la police de Rotterdam", "Le mauvais temps perturbera aussi la circulation aujourd’hui"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas – Congo

"La mission de paix onusienne Monuc, dans l’Est du Congo, doit se concentrer davantage sur la protection des civils", note le Trouw (p.4). "C’est ce que les Pays-Bas réclameront durant le débat sur la prolongation du mandat de cette mission de l’ONU. Les ministres Verhagen (Affaires étrangères, CDA) et Koenders (Coopération, PvdA) ont répondu à des questions du CDA sur la possible aggravation de la situation humanitaire dans cette région, comme un rapport interne d’experts de l’ONU l’a signalé récemment."
"Selon les deux ministres, ce n’est pas la Monuc qui est responsable de la violence contre les civils, mais les groupes de rebelles et des unités de l’armée congolaise." "S’il n’y avait pas de militaires de l’ONU, la situation dans la région serait peut-être encore pire, affirment Verhagen et Koenders" (également de Volkskrant p.3, ANP).

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Antilles néerlandaises

"Les Antilles néerlandaises et Aruba ont réagi négativement à l’adoption d’une motion des députés Ineke van Gent (GroenLinks) et Johan Remkes (VVD) demandant au gouvernement néerlandais de promouvoir le mariage homosexuel à Aruba, Curaçao et Sint-Maarten et d’ouvrir le mariage civil entre personnes du même sexe à Bonaire, Saint-Eustache et Saba", rapporte le Volkskrant (p.3).
"Pour Curaçao, Sint-Maarten et Aruba il s’agit d’une recommandation – ces îles faisant leurs propres lois –, mais la motion est plus contraignante pour Bonaire, Saint-Eustache et Saba, qui doivent devenir le 10 octobre 2010 des communes spéciales des Pays-Bas."
"Des élections pour les Etats Généraux antillais auront lieu le 22 janvier et cette motion apporte de l’eau au moulin des partis d’opposition, qui affirment que les Pays-Bas s’occupent trop des affaires des îles. Selon Jopie Abrahams, leader de l’ADB, le parti au pouvoir à Bonaire, ’cette motion montre que nous n’aurons rien à dire’. ’C’est pourquoi nous réclamons une grande autonomie.’ Le premier ministre arubain Mike Eman a fait savoir que, jusqu’à nouvel ordre, il n’avait pas l’intention d’appliquer la motion : ’Aruba a sa propre législation et nous la modifierons lorsque les opinions changeront’."
"A Curaçao, même le leader du mouvement homosexuel Mario Kleinmoedig a estimé que la motion était contraire au rôle autonome des Etats Généraux antillais, ajoutant que les politiques antillais auraient dû la pressentir. Cela fait des années qu’il plaide en faveur d’une forme de reconnaissance des relations homosexuelles aux Antilles."

D66

"Quand les électeurs observent un homme politique, ils se demandent constamment : êtes-vous vous-même ? Pensez-vous ce que vous dites ? Quand vous perdez, osez-vous le reconnaître ? Cette crédibilité est ce qu’il y a de plus difficile à conserver à La Haye", déclare le chef de file D66 Alexander Pechtold dans l’AD (pp.8-9).
"Encouragé par Van Mierlo (’Alexander, prend la direction’), il mène depuis 2006, avec un groupe parlementaire de trois personnes, la résurrection progressive d’un parti moribond et il doit notamment son succès à la réplique qu’il donne au populiste Geert Wilders et à l’attention médiatique qu’il génère ainsi", remarquent les deux journalistes qui l’ont interviewé. "Les démocrates libéraux accueillent au moins 50 nouveaux membres par semaine. Actuellement, le D66 est à 20 sièges dans les sondages. Pechtold lui-même, prudent, en prévoit 12 à 15 aux élections de 2011."
"Je défends une image sociale de tolérance. Wilders prône un modèle conflictuel contre lequel je me bats. Mais à notre époque il ne s’agit plus seulement d’avoir des points de vue, l’image que les gens ont de vous compte aussi. Les politiques sont constamment à la télévision. On se concentre tout le temps sur votre image. Il faut être authentique, c’est ce qu’il y a de plus difficile."
"Evidemment je me demande parfois pourquoi je fais cela. La politique nationale se déroule sur un kilomètre carré, parfois même moins, comme récemment au Surinam. On se trouve alors dans de petites cases à l’intérieur du pays, avec sept collègues et dix journalistes. Le moindre de vos gestes est alors interprété."
"Pourtant, j’aime ce travail. C’est à La Haye que notre pays est formé. Je trouve qu’il est important d’y être, car les Pays-Bas sont en train de perdre leur identité. Nous avons grandi en tant que nation commerciale, avec des influences de nombreuses cultures. Les Pays-Bas ont été un grand pays dans le domaine des arts, de la culture, de l’architecture et des sciences. En ce moment, c’est la division qui règne."
On notera que le Volkskrant (p.2) consacre son "portrait de mardi" à M. Pechtold : "Un bûcheron avec un bon sens de la publicité".

PVV

Le Volkskrant (p.3) et le Trouw (p.4) annoncent que c’est le député PVV Raymond de Roon qui mènera la liste du parti de Geert Wilders aux élections municipales d’Almere, le 3 mars 2010. Il continuera de siéger à la Deuxième Chambre, de même que le député Sietse Fritsma, qui mènera la liste PVV à La Haye.
A la Deuxième Chambre, M. De Roon s’occupe surtout des questions de justice, d’affaires européennes et de finance.

* * *

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 07/01/2010

Haut de page