Presse néerlandaise du mardi 24 juillet 2007

Les inondations en Angleterre, qui sont les pires dans le pays depuis 60 ans, retiennent l’attention de la presse ce matin.
"L’action de l’homme - notamment sa consommation de pétrole, de charbon et de gaz - est la principale cause de l’accroissement des pluies dans l’hémisphère nord", souligne le Volkskrant à la une. "C’est ce que des climatologues internationaux affirment cette semaine dans la revue Nature."
"Aux Pays-Bas, il tombe environ 750 à 900 millimètres de pluie par an. Durant le dernier siècle, l’accroissement a été d’environ 100 millimètres, estime l’office national de météorologie KNMI."

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "La Chine aide Barclays à accroître son OPA sur ABN Amro", "La Turquie élargit le mandat d’Erdogan", "Mohammed Zahir Shah (1914-2007) - ’Le père de la nation afghane’"
de Volkskrant (centre gauche) : "L’accroissement des pluies est dû à l’homme - Des climatologues internationaux comparent les vieilles et les nouvelles données du XXe siècle", "Brown : la nuisance est due au changement climatique", "L’ONU veut que les Pays-Bas accueillent le procès Hariri - Le gouvernement Balkenende est ’positif’, mais veut de plus amples informations, notamment sur la sécurité"
Trouw (chrétien progressiste) : "La rémunération des soins à domicile est très variable - Le tarif horaire accuse parfois une différence de dix euros", "Le niveau maximal des eaux doit encore venir - Mauvais temps aux Pays-Bas aussi"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "’Les pluies extrêmes sont la conséquence directe du réchauffement de la Terre’ - Les pires inondations en Grande-Bretagne depuis 60 ans", "Davids ne portait pas de protège-tibias" (football)
De Telegraaf (populaire) : "Rasmussen hors-la-loi - McQuaid, le président de l’UCI, espère qu’il perdra le maillot jaune" (Tour de France), "Des limiers trouvent un demi-million d’euros" (action de la police fiscale à Amsterdam)

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Elections en Turquie

"L’électorat turc a été clair : le premier ministre Erdogan et son parti islamique l’AKP ont reçu un solide mandat pour rester au gouvernement", fait valoir l’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir." "Ce résultat électoral, au demeurant, ne facilitera pas le choix d’un nouveau président, car il n’y a pas de majorité de deux tiers au Parlement pour soutenir le souhait de l’AKP de faire élire le président par le peuple. Le soutien que de nombreux électeurs ont apporté à Erdogan est cependant un signal clair à l’adresse des militaires qui se considèrent comme les gardiens de la laïcité. Le message est celui-ci : l’électorat a parlé, la démocratie fonctionne, l’armée doit rester dans les casernes."
"Il vaut mieux juger Erdogan sur ses paroles et ses actes actuels - et pas sur un ’agenda islamiste secret’ ou son passé. Il a apporté la croissance économique à la Turquie, il n’y a pas eu de réformes allant dans le sens d’un islamisme sévère. Il s’est révélé un leader confessionnel ’ordinaire’ qui s’inspire de sa foi, tout comme par exemple les premiers ministres d’Allemagne et des Pays-Bas, et prochainement sans doute aussi de Belgique."
"La Turquie, Etat membre de l’OTAN, est potentiellement un grand allié stratégique de l’Occident, à condition de ne pas devenir un Etat fondamentaliste. Ce pays est loin d’être mûr pour l’adhésion à l’UE, mais la perspective de cette adhésion a certainement contribué à la modernisation de la Turquie. C’est un autre mérite d’Erdogan."

"Dans l’euphorie de la victoire, Erdogan a exprimé son respect pour la base de l’opposition et fait l’éloge de la ’démocratie pluraliste’", souligne le Volkskrant ce matin. "Il sera mis à l’épreuve prochainement : lors de l’élection d’un nouveau président, élection qui est à l’origine de ces législatives anticipées. En mettant en avant un candidat moins controversé, l’AKP peut montrer qu’il ne tient pas à imposer sa volonté. Et il faut espérer que le gouvernement Erdogan profitera de son mandat renforcé pour faire mieux comprendre à la population que le choix en faveur de l’Europe nécessite la poursuite des réformes."

Pour le Trouw, "l’AKP prouve en Turquie que l’islam et la démocratie peuvent aller de pair". "Les Turcs veulent poursuivre les réformes et le cap pro-occidental et ils confient cette mission de préférence aux démocrates musulmans. En Europe, nous pouvons continuer de nous préoccuper de l’existence d’un puissant parti musulman démocrate. Mais c’est aussi le moment de nous rendre compte que l’Europe a une riche histoire dans laquelle les chrétiens n’ont pas caché leurs idéaux politiques, sans que ce fût un problème pour la démocratie. Pourquoi les musulmans de Turquie ne pourraient-ils pas en faire de même ?"

Le journal d’affaires Het Financieele Dagblad se réjouit du fait que l’AKP n’a pas obtenu une majorité de deux tiers et "ne pourra pas imposer un nouveau président sans concertation". "Erdogan doit être prêt à un compromis dans cette question qui est d’une grande importance pour l’opposition laïque."

Procès Harari

"Les Nations unies veulent que les meurtriers de l’ancien premier ministre libanais Rafik Harari soient jugés par un tribunal spécial aux Pays-Bas", relève le Volkskrant à la une. "Le secrétaire général Ban Ki-moon en a fait la demande au premier ministre Balkenende, au téléphone dimanche et par écrit lundi. Le gouvernement fait savoir qu’il est ’positif’ vis-à-vis de ce souhait, mais qu’il veut d’abord étudier un certain nombre de modalités pratiques."
"C’est ainsi que le gouvernement souhaite des précisions sur le financement, la sécurité, le site du procès, le cadre juridique et le sort des condamnés. ’L’intention positive’ du gouvernement est liée au souhait des Pays-Bas et en particulier de La Haye - de devenir le centre juridique du monde. La Haye héberge déjà la Cour pénale internationale, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie et la Cour spéciale pour la Sierra Leone" (également Trouw p.4).

France - Libye

"L’épouse du président français a d’abord brillé par son absence", écrit le Volkskrant (p.4) dans le chapeau d’un "profil" de Cécilia Sarkozy. "Mais elle est de retour maintenant, en force." "Ses prédécesseurs s’occupaient d’œuvres caritatives, mais la première dameactuelle, Cécilia Sarkozy (49 ans), s’occupe de diplomatie internationale. Elle joue le rôle de médiatrice dans une affaire qui préoccupe le monde entier : les infirmières et le médecin bulgares détenus en Libye."
"Dimanche soir, l’épouse de Nicolas Sarkozy a pris l’avion pour Tripoli, pour plaider en faveur de l’extradition des Bulgares. C’était sa deuxième visite en Libye. Le 12 juillet, elle avait été reçue par le leader libyen Moammar Kadhafi. Elle lui avait demandé de révoquer la peine de mort prononcée contre les Bulgares, condamnés pour la contamination par le virus du sida de 438 enfants libyens."
"Cette fois-ci Cécilia Sarkozy est en Libye avec Benita Ferrero-Waldner, commissaire européenne en charge des relations extérieures, et Claude Guéant, le secrétaire général du président français. Le scénario envisagé, selon le magazine Le Point sur son site, est que les infirmières bulgares soient ramenées à Sofia à bord d’un avion français, accompagnées de Claude Guéant et Cécilia Sarkozy."
"C’est un brillant rôle pour une première dame, et certainement pour une femme de président qui, il y a un an et demi, vivait encore séparée de son mari."
Et le journal de centre gauche de rappeler longuement l’histoire de Cécilia Sarkozy.

Le Trouw (p.9) croit savoir dans sa correspondance factuelle de Bruxelles que "la délégation n’a pas parlé au leader libyen Moammar Kadhafi, mais à sa fille Aïcha, qui dirige une organisation caritative."

"Une first lady qui pratique la diplomatie silencieuse ? Une femme de président qui joue le rôle de médiatrice dans des questions internationales ? En France c’est le cas", écrit Frank Renout dans l’AD Haagsche Courant (p.10). "’Cécilia n’a pas de ’rôle diplomatique’’, a fait savoir le secrétaire d’Etat Karoutchi. ’Elle n’a pas de mandat pour négocier.’ Mais selon la Commission européenne, elle n’est pas en vacances en Libye. Bruxelles déclare que la femme du président français est allée en Libye ’dans le cadre des tentatives d’obtenir la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien’."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Volkskrant (p.3) publie un reportage de Kim van Keken sur un vigneron néerlandais en France, dans la région de Carpentras.

L’AD Haagsche Courant (p.13) fait mention en rubrique économique du "débat sur les conditions de travail dans l’industrie automobile française", à la suite d’une série de suicides.

Dernière modification : 07/12/2009

Haut de page