Presse néerlandaise du mardi 26 avril 2011

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : La Syrie envoie des tanks contre la population.
- De Volkskrant (centre gauche) : Le gouvernement syrien envoie des tanks contre les manifestants.
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Manifestations de militaires en colère [économies sur la Défense]
- De Telegraaf (populaire) : Relèvement du salaire des jeunes.

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Syrie

La « répression sanglante des forces de sécurité syriennes », ce week-end, occupe la une du Volkskrant et du Trouw de ce matin. Les deux journaux résument factuellement la situation en Syrie et évoquent l’appel du Haut Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme au Président Assad afin que celui-ci cesse l’usage excessif de la force et juge les responsables. Le Trouw note qu’ « avant la réunion du Conseil de la Sécurité sur la situation en Syrie, le ministre des Affaires étrangères, M. Rosenthal (VVD), a déclaré qu’il souhaite que l’Europe suspende ses programmes d’aide pour ce pays et reporte les entretiens prévus sur un accord d’association économique. Le ministre veut que l’Europe mette le régime syrien sous pression maximale. Les députés ont également appelé la communauté internationale à réagir. Le CDA (chrétien démocrate) et la ChristenUnie (chrétien social) souhaitent plus d’action de la part de l’UE et de l’ONU pour arrêter les violences. Selon le député CDA Henk Jan Ormel, le ministre adopte une position trop réservée. Le député PvdA (travailliste) Diederik Samson, se demande combien de temps la communauté internationale peut encore trouver des excuses pour esquiver sa responsabilité de protection. »

Missions d’entrainement

a) Missions d’entraînement en Afrique
« Des militaires néerlandais entraînent des Africains dans le Sahel » note l’AD de samedi à la une en évoquant la participation de militaires néerlandais à des missions d’entraînement dans le cadre de l’opération américaine Enduring Freedom. « Tandis que la Deuxième Chambre s’interroge sur l’envoi de formateurs de police à Kunduz en Afghanistan, depuis 2008 des dizaines de commandos et de fusiliers marins entraînent en douce des militaires africains au Mali, au Sénégal et au Tchad. C’est ce qui ressortirait de documents américains du Congrès et du ministère de la Défense. Les partis SP (gauche radicale) et ChristenUnie ne pas informés et demandent des explications au gouvernement. Le D66 (démocrate libéral) attend ses commentaires. Selon un porte-parole du ministère de la Défense, un mandat de la Chambre n’est pas nécessaire puisqu’il ne s’agit que d’un exercice sans lien avec l’opération Enduring Freedom. Selon un spécialiste des questions de défense de l’Institut Clingendael, Ko Colijn, il est difficile de distinguer les activités dans le Sahel des vraies opérations : ‘On joue peut-être sur les mots en parlant d’exercices, alors que des échanges de tirs ne sont pas exclus ».

b) Kunduz
Dans ce contexte, l’AD publie ce matin une interview du député ChristenUnie, M. Voordewind, qui « s’inquiète que l’institut réputé de Clingendael se montre si critique sur les missions d’entraînement dans les pays du Sahel. Ce soir, la Chambre abordera la mission d’entraînement prévue à Kunduz : ‘Nous nous demandons encore si nos agents de police ne seront pas affectés à la lutte armée ailleurs en Afghanistan. C’était une condition sine qua non’ ». Ce journal note que « M. van Middelkoop, membre du même parti et ancien ministre de la Défense, estime que ce n’est pas aux députés de déterminer comment les militaires doivent effectuer leur travail. ‘Effectivement, nous ne sommes pas des stratèges’ reconnaît M. Voordewind, ‘mais ce gouvernement nous a bien demandé notre soutien pour cette mission dont nous n’avions pas approuvé la version initiale’. Il espère aussi pouvoir aborder aujourd’hui les évènements en Syrie avec le ministre des Affaires étrangères, M. Rosenthal : ‘Je l’entends dire à la télévision qu’il va reconsidérer les projets de développement, alors que je pensais qu’il les avait arrêtés ».

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Décès de Max van der Stoel

Tous les journaux consacrent de grands articles rétrospectifs à Max van der Stoel (1924-2011), Ministre d’Etat, ancien ministre des Affaires étrangères (1973-1977 et 1981-1982), « Un gentleman patient qui s’est battu pour les droits de l’homme » (Volkskrant), « Mondialement respecté » (De Telegraaf), « Grand défenseur des libertés » (Trouw), « Homme des missions difficiles » (Financieele Dagblad), « Un grand diplomate intègre et modeste » (AD).

Politique d’asile

A la demande de GroenLinks (Verts), la Deuxième Chambre débattra mercredi 27 avril avec le ministre de l’Immigration et de l’asile, M. Gerd Leers, des critères conditionnant l’admission aux Pays-Bas de jeunes afghanes (Volkskrant). Le député Vert Tofik Dibi explique dans le Trouw que le ministre « doit rapidement établir des critères pour définir ‘l’enracinement’ des jeunes demandeurs d’asile. Pourquoi vouloir épargner la burqa à Sahar mais renvoyer dans leur pays d’autres jeunes filles qui risquent l’excision ? (…) Que faire dans le cas d’un jeune Iraquien, d’Iraniennes, de Somaliennes ? Le ministre devrait appliquer la motion Spekman (député PvdA), qui stipule que des jeunes qui vivent depuis plus de huit ans aux Pays-Bas devraient obtenir un permis de séjour ». Le ministre, interviewé dans l’AD de samedi (p.4), souligne l’importance de « procédures plus courtes. Il faut éviter que les dossiers s’accumulent. Je souhaite que bientôt, 70 à 80% des affaires soient rapidement réglées. Je veux pouvoir conclure réellement un dossier. Il ne s’agit pas de montrer que M. Leers est un homme dur qui ne vous accorde pas une place aux Pays-Bas. Je veux au contraire que les gens aient droit à une vie décente, ne restent pas en marge de la société. (…) J’ai beaucoup critiqué Geert Wilders. Mais je l’ai aussi trop vite démonisé. Je ne le connaissais pas personnellement. C’est un homme agréable et fiable. Mais en tant que ministre, j’opère à ma façon. Wilders n’est pas informé de mes décisions sur des dossiers individuels. Ils relèvent de ma responsabilité » (voir également Revue de Presse du 11 avril). Concernant l’éventuelle arrivée aux Pays-Bas de réfugiés tunisiens, M. Leers juge « ridicule que pour des motifs purement intérieurs, Berlusconi envoie dans le reste de l’Europe des réfugiés économiques. Ces gens ne doivent pas essayer de trouver du travail ici. Les employeurs qui engageront un Tunisien recevront une amende de 8000 €. (…) Aucun pays en Europe ne peut fermer ses frontières. Mais nous faisons très attention et nous vérifions que les Tunisiens qui entrent aux Pays-Bas ont bien le droit d’y être »

Fonction publique

Le Financieele Dagblad évoque la réduction des effectifs dans la fonction publique néerlandaise (p. 1 et 3). « Fin 2007, dans le cadre du programme Renouvellement du Service Public, le gouvernement Balkenende IV a décidé de supprimer 12.800 emplois dans les ministères et des organismes parapublics avant la fin 2011. Cette réorganisation devait permettre de réaliser 630M€ d’économies. Un décompte effectué fin 2010 montre que 11.485 postes ont déjà disparu : le nombre d’emplois à temps complet dans le secteur public s’élève à 143.871. Les fonctionnaires de la défense, de la police, du ministère public et du pouvoir judicaire, les grands corps de l’Etat tels que la Cour des Comptes et le Conseil d’Etat et la Première et la Deuxième Chambre ne sont pas touchés par ces mesures. En 2006, au début de la réorganisation, le compteur était à 149.138 postes. Le solde de l’opération est donc d’environ 6000 emplois. La raison en est que simultanément, les ministères ont été autorisés à recruter environ 6000 personnes. Le nombre des fonctionnaires de police, qui n’étaient pas concernés par cet assainissement, a par exemple augmenté de 3900. (…) Une note administrative dont dispose ce journal qualifie de préoccupant que les fonctions de management aient été peu touchées par la réorganisation. (…) Le gouvernement actuel veut également réduire la fonction publique, sans toutefois vouloir préciser combien d’emplois sont visés. Il veut licencier 6000 militaires et du personnel de soutien au ministère de la Défense, mais refuse de réduire le nombre de policiers dans la rue et demande que, conformément au vœu du PVV, le partenaire extérieur de la coalition, 12.000 postes soient créés dans le secteur des soins. Le gouvernement veut économiser 18 Md€ pour assainir les finances et un tiers de ce montant est déjà fourni par les économies réalisées dans la fonction publique. Le budget des ministères et organismes apparentés est en baisse pour les frais de personnel et d’acquisition de matériel. M. Donner veut geler pendant deux ans les salaires des fonctionnaires, des policiers, des infirmiers et autres emplois dans le secteur collectif. Les dotations des provinces, des municipalités et de la télévision publique sont également revues à la baisse ».

Sondage

L’AD de samedi notait que selon le dernier sondage de Maurice de Hond, la coalition au pouvoir n’aurait plus la majorité au Parlement. Avec 36 sièges virtuels pour le VVD (actuellement 31), 14 pour le CDA (actuellement 21) et 21 pour le parti de soutien PVV (actuellement 24), elle arriverait à 71 sièges sur 150. Dans l’opposition, l’AD note « la chute du PvdA », qui passerait de 30 à 23 sièges.

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le Volkskrant de samedi signale dans son supplément « Livres » la parution en traduction néerlandaise des Lettres de Chine de Victor Segalen.
Le Telegraaf de samedi présente l’exposition Gauguin organisée au Musée Belinfante de Maastricht.

* * *

A SIGNALER

- Le Volkskrant de samedi publie une interview du ministre des Affaires étrangères, M. Rosenthal, dans laquelle celui-ci recommande notamment de suivre trois voies en Libye : la voie militaire, la voie diplomatique et celle des sanctions économiques (voir RdP de vendredi 22.04.11).
- Le Financieele Dagblad de samedi publie une interview de M. Ronald Gerritse, nouveau Président de l’AFM (autorité des marchés financiers). Celui-ci évoque plus particulièrement la difficile période de la crise financière lorsqu’il était secrétaire général du ministère des Finances.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 26/04/2011

Haut de page