Presse néerlandaise du mardi 27 décembre 2005

La traditionnelle allocution de Noël que la Reine Beatrix prononce à la radio et à la télévision était placée cette année sous le signe de la "gratitude". Beatrix a remercié tout le monde pour sa participation à son jubilé, cette année. "J’ai été accueillie avec cordialité partout. Mon règne m’a appris les vingt-cinq années passées à quel point le soutien des autres est fondamental." La reine s’est déclarée profondément reconnaissante de ce que le prince Claus a pu signifier pour les Pays-Bas et de l’engagement de sa famille et de ses proches.
Dans toutes les religions la gratitude et les louanges s’adressent surtout au Très-Haut, a souligné la souveraine. Une expression comme "Dieu merci !", mais aussi "Allah soit loué !" font selon elle référence à une confiance en Dieu qui exprime un sentiment ancestral de respect et de sécurité.

Trouw : "Commémoration réservée du tsunami - Dans l’Aceh dévastée la vie a repris pour les survivants"
- de Volkskrant : "Commémoration des morts du tsunami sur la plage", "Le pape met un peu d e new age dans sa messe - Le premier Noël de Benoît XVI est placé sous le signe de la lumière", "Des jeunes Haguenois retrouvés dans le Caucase"
-AD Haagsche Courant : "La mort de Floor Garst (20 ans) choque Deventer" (violence gratuite), "Une partie du supplément pour la sécurité sociale employée pour les feux d’artifices - Un quart des ménages en achète cette semaine"
-De Telegraaf : "Progression menaçante des fruits chinois - L’Asie copie les méthodes de production occidentales", "Des fleurs pour les morts du tsunami"

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Mission en Afghanistan

La presse de samedi a fait mention des "vives irritations" suscitées à la Deuxième Chambre entre les partis de la coalition CDA-VVD-D66, à la suite des tiraillements sur le projet de mission militaire dans le Sud de l’Afghanistan. Les partis de la coalition se sont reprochés mutuellement d’avoir joué à "des jeux politiques".
Le député CDA Ormel a qualifié vendredi de "billevesées" les critiques selon lesquelles la lettre du gouvernement ne serait pas suffisamment claire sur sa position concernant la mission militaire. "Honteux", a déclaré le député D66 Bakker à propos des tentatives de report du débat.
La lettre du gouvernement sur l’Afghanistan dit seulement qu’il a "l’intention" d’envoyer environ 1 400 militaires lourdement armés. Les partis d’opposition ne veulent pas débattre d’intentions, mais uniquement de décisions gouvernementales concrètes. Le gouvernement doit clarifier sa décision dans une nouvelle lettre. Ce n’est qu’alors que la Chambre pourra se prononcer, estime le député PvdA Koenders. L’opposition a bénéficié du soutien inopiné du VVD : selon Van Baalen, le gouvernement doit rédiger une nouvelle lettre, sa décision étant manifestement imprécise.
Le président de la commission des Affaires étrangères, De Haan (CDA), a eu du mal à amener les partis à aboutir à une décision commune. Le gouvernement devra présenter une nouvelle lettre aujourd’hui au plus tard (Trouw de samedi pp.3 et 7, De Telegraaf p.6).

Selon le Volkskrant (p.3) de samedi, "l’ambiance de Noël est gâchée" au sein de la coalition. "La procédure suivie a aussi suscité des irritations à l’étranger", remarquait le journal de centre gauche, citant un "haut diplomate européen à La Haye" en ces termes : "Si les Pays-Bas décrochent, ce ne sera pas la fin du monde. Mais cela signifiera que les projets de l’OTAN en Afghanistan seront chamboulés."

Van Anraat

L’homme d’affaires néerlandais Frans van Anraat, le premier Néerlandais à comparaître pour complicité de génocide, a été condamné vendredi à La Haye à 15 ans de prison pour complicité de crimes de guerre. Van Anraat avait fourni au régime de Saddam Hussein les matières premières nécessaires pour la production de gaz moutarde.
"Pour pouvoir condamner Van Anraat, le tribunal a d’abord dû déterminer si l’offensive au gaz toxique contre les Kurdes irakiens de Halabja, en 1988, était une tentative de génocide", écrit le Volkskrant de samedi dans son grand article à la une. "Ce ’crime des crimes’ est décrit dans la Convention de Genève comme ’des actes commis dans l’intention de détruire, en tout ou partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux’."
"Le tribunal juge établi que la population kurde est un groupe ethnique et ne ’peut que conclure que ces offensives ont été menées dans l’intention de le détruire’. Selon le tribunal, Van Anraat n’en est cependant pas complice. L’homme d’affaires, actuellement âgé de 63 ans, était dans les années quatre-vingts le principal fournisseur de l’Irak en précurseurs du gaz moutarde, mais il ne savait pas que Saddam voulait exterminer la population kurde."
"Ce n’est pas une raison pour le tribunal de le condamner à moins de quinze ans. ’Même la peine maximale ne peut pas faire justice’, a déclaré le président du tribunal, Van Rossum. ’Il était conscient de l’emploi qui allait être fait des produits chimiques et il y a contribué par appât du gain.’ En outre, le Néerlandais n’a pas manifesté ’le moindre sentiment de regret, de résipiscence ou de compassion’."
"Van Anraat maintient qu’il ignorait l’usage qui allait être fait des produits chimiques et se pourvoit en appel."
"Le Nederlandse Team Internationale Misdrijven [équipe néerlandaise des délits internationaux] prévoit que d’autres affaires pénales contre des criminels internationaux suivront" (également Trouw pp.1 et 5 de samedi).

Nouvelle orthographe

"La résistance à la nouvelle orthographe est grande", relève le Volkskrant de samedi à la une. "Plus de soixante-dix pour cent des Néerlandais qui sont au courant des modifications soutiennent le boycott décidé par un certain nombre de médias. Seuls 25 pour cent le désapprouvent. C’est ce qui ressort d’un sondage d’opinion que le bureau d’étude TNS NIPO a effectué à la demande du Volkskrant."
"Selon le NIPO un nombre étonnamment élevé de Néerlandais sont au courant de la réforme de l’orthographe et des résistances qu’elle suscite. Quatre personnes interrogées sur cinq sont au courant. 91 pour cent indiquent qu’une graphie correcte est d’une grande importance."
La Nederlandse Taalunie, l’union linguistique néerlando-flamande, fait valoir qu’il n’y a pas d’orthographe idéale et qu’il y aura toujours des mécontents. Le mois prochain elle entrera en pourparlers avec les rédactions rebelles qui ont annoncé qu’elles n’appliqueraient pas les nouvelles règles.

Sondage d’opinion politique

Le Volkskrant (p.3) de samedi a signalé dans une brève un sondage d’opinion Interview NSS-NOVA selon lequel la gauche, en cas d’élections législatives à l’heure actuelle, serait majoritaire. Le PvdA, le SP et GroenLinks obtiendraient 77 sièges à la Deuxième Chambre, contre 63 pour la coalition CDA-VVD-D66 en place.

ECONOMIE, FINANCES

Energie nucléaire

"La centrale nucléaire de Borssele, en Zélande, restera définitivement ouverte jusqu’en 2033", annonce le Telegraaf (p.11) de samedi. "Le gouvernement a décidé de la maintenir en activité et de ne pas la fermer en 2013, comme le prévoyait l’accord de gouvernement."
"Le secrétaire d’Etat Pieter van Geel (Environnement) et les propriétaires du réacteur, les compagnies d’énergie Essent et Delta, avaient déjà convenu plus tôt de la maintenir en activité plus longtemps, à condition d’investir 500 millions d’euros dans l’énergie durable. Le gouvernement veut employer 80 millions de ce budget au stockage souterrain du gaz à effet de serre CO2. L’attribution du reste du budget de l’énergie durable n’est pas encore connue."

AFFAIRES FRANÇAISES

Les articles parus dans la presse de samedi avaient tous trait au tourisme : le Volkskrant, sous le titre "Des Hummer dans la neige", a présenté la station de sports d’hiver de Courchevel, le Telegraaf celle de Peisey-Vallandry et l’Algemeen Dagblad a évoqué le "tourisme du Graal" à Rennes le Château et ailleurs, à la suite du livre "Code da Vinci" de Dan Brown.

Ce matin, Sylvain Ephimenco, dans le cahier de Verdieping du Trouw, remarque que "la gauche bien pensante a trouvé son nouveau démon en France" : le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. "Cela pourrait bien s’avérer une formidable erreur de jugement. La démonisation de Sarkozy lui procure une popularité considérable, aussi bien parmi l’électorat de droite que de gauche. Sarkozy le populiste parle la langue des ’gens du pays’ et nomme les problèmes : l’insécurité, l’immigration et la cécité des élites politiques. A cet égard, la situation en France ressemble de plus en plus à celle des Pays-Bas durant la montée de Pim Fortuyn. Le fossé devient visible. Les élites progressistes paralysées qui étalent avec conviction leurs réflexes idéologiques semblent nier la réalité. La révolte est programmée pour les élections présidentielles de 2007."

Dernière modification : 27/12/2005

Haut de page