Presse néerlandaise du mardi 27 novembre 2007

Trouw Les NS (chemins de fer néerlandais) violent la protection de la vie privée

VolkskrantSympa....jusqu’au canon à eau (manifestation des lycées)TelegraafFolie écolière
Algemeen Dagblad« Arrêtez les manifestations et retournez en classe”

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

VVD

« Rutte accuse le PVV et Verdonk de tromperie », annonce le Volkskrant.

Le leader du VVD, Mark Rutte, dans un article co-signé du député VVD Joshua Livestro publié en page d’opinion du Volkskrant, accuse « le leader du PVV Geert Wilders et l’ancienne ministre Rita Verdonk de dissimuler leur absence de fond derrière un ton populiste. »
« C’est la première fois », relève le Volkskrant, « que Rutte et le député VVD Livestro s’opposent si durement à leurs rivaux électoraux de droite. Wilders qualifie cet article de ‘manifestation de désespoir d’un homme politique qui a peur, n’arrive pas à être reconnu comme leader et voit son parti diminuer’. Verdonk n’a pas encore voulu réagir. Selon Mark Rutte, les leaders de la ‘nouvelle politique’ (Verdonk et Wilders), se rendent coupables de rhétorique bon marché en ignorant la loi dans leurs propositions. ‘Pour la nouvelle politique, tout est baratin haguenois. Les principes constitutionnels sont là pour torturer les esprits, les lois ne servent qu’à gêner et les citoyens se fichent pas mal des détails. Ce qui compte, c’est de se montrer énergique. Evénements médiatiques, ‘petites phrases’ et photos doivent créer l’image d’un candidat X ou Y impatient de faire le ménage dans les Ecuries d’Augias de La Haye. Rutte n’a pas davantage pu découvrir la moindre vision politique, sauf que Wilders et verdonk se laissent guider par les sondages pour ‘coller le plus possible à la vague de l’opinion’. Le leader VVD expliquer que celui qui se veut novateur ne ‘doit pas avoir peur de ramer’ ; cela veut dire prendre ses responsabilités et se battre de façon démocratique pour obtenir des changements : ‘Ceux qui pensent pouvoir changer le monde à coups de petites phrases mentent non seulement à leurs électeurs, mais ils se mentent aussi à eux-mêmes’. Selon le leader VVD, les prochaines années seront le cadre d’une expérience unique aux Pays-Bas : pour la première fois, les électeurs devront se décider « en faveur d’une présentation bien emballée ou bien en faveur de propositions de réformes solides ».

Fronde scolaire

Toute la presse rend compte à la une et en pages intérieures des désordres provoqués dans différentes villes des Pays-Bas par des manifestations de lycéens : « dans tout le pays », explique le Telegraaf, « des centaines d’écoliers - qui ne se cachaient pas d’être là pour le simple plaisir de semer le désordre - se sont heurtés aux forces de l’ordre. Sur le Museumplein d’Amsterdam, un millier d’écoliers ont affronté la police ; au moins 21 d’entre eux ont été arrêtés. A différents endroits de la ville, des vitres de voitures, de magasins et d’habitations ont été détruites. Deux agents de police ont été blessés. A Alkmaar, la police a effectué treize arrestations, suite à diverses dégradations sur des bouches d’égouts, des vitres de voitures et à des insultes à la police. A Rotterdam, douze écoliers ‘grévistes’ ont été arrêtés en liaison avec des jets de pierre contre la police, des dégradations diverses et l’utilisation de feux d’artifice. Des centaines d’écoliers se sont rassemblés devant la Mairie, Coolsingel, et en ont souillé les murs en lançant des œufs. A La Haye, la police a procédé à douze arrestations. ‘Nous nous sommes dirigés vers le Binnenhof’, a expliqué un manifestant, ‘et partout sur notre route, des élèves de différents collèges se sont joints à nous’. En arrivant au Binnenhof, ils ont commencé à lancer des œufs sur le bâtiment de la Deuxième Chambre côté Plein. Les écoliers se sont ensuite dirigés de l’autre côté du Binnenhof, pour y lancer des oeufs sur les agents qui bloquaient l’entrée de la cour intérieure. Devant la mairie de Leyde, des centaines d’élèves criaient ‘Hamas, Hamas, les Juifs à la chambre à gaz’. Des parapets de ponts ont été détruits, des conteneurs à ordures renversés, des œufs ont été lancés contre la police et des vitres de la mairie ont été cassées. La police Holland Midden a procédé à 42 arrestations au total à Zoetermeer, Leyde, Gouda et Alphen aan den Rijn. »
Pour l’ensemble des journaux, ces jeunes auraient « eu pour seul objectif de semer le désordre ».
La secrétaire d’état à l’enseignement, Mme Marja van Bijsterveld, souligne qu’un accord a été trouvé sur le nombre d’heures de cours et que les manifestations n’ont plus de raison d’être : « en ce qui me concerne », explique-t-elle dans un interview accordé à l’AD-Haagsche Courant, « chacun peut reprendre normalement le travail . Deux précieuses journées de cours ont déjà été perdues. Je constate que beaucoup d’élèves ne savent même pas contre quoi ils protestent, ils suivent tout bonnement les autres. Mon message est le suivant : il faut que tout cela cesse. Les élèves qui provoqueront des désordres - parce que c’est cela qu’ils font au lieu de manifester - sont à mes yeux tout simplement en train de faire l’école buissonnière, et je suis sûre que les établissements scolaires sont de mon avis. Les élèves qui descendront encore dans la rue aujourd’hui pourront compter sur des sanctions ».
Selon le Trouw, « la lutte pour la réduction des horaires scolaires n’est pas terminée ».
« Les enseignants et leurs syndicats se plaignent depuis longtemps d’une charge de travail accrue. Le week-end dernier, la secrétaire d’Etat a annoncé un léger assouplissement de la réglementation, mais les élèves demandent davantage. Dans l’enseignement secondaire, les élèves devaient, jusqu’au week-end dernier, suivre 1040 heures de cours annuelles dans le premier cycle et 1000 dans le deuxième cycle, à l’exception des années d’examen, comportant 700 heures. La secrétaire d’Etat a décidé samedi dernier d’assouplir légèrement cette norme et de ramener le nombre d’heures obligatoires (de cours ou d’activités scolaires) a respectivement 1000, 960 et 660 heures. Mas les quarante heures de réduction ne sont pas perdues : elles doivent être utilisées pour des cours de soutien aux élèves en difficulté. La lutte pour le réduction des horaires scolaires a commencé il y a deux ans, lorsqu’il est apparu que la plupart des écoles ne respectaient pas la norme légale. Le ministère de l’éducation a décidé de procéder à des contrôles plus sévères et a menacé les établissements scolaires d’amendes. Cette année, les écoles ont donc pris des mesures pour augmenter le nombre d’heures, ce qui, selon les enseignants et leur syndicats, a fortement accru la charge de travail. Chaque établissement a recherché ses propres solutions : la durée des cours est parfois passé de 50 à 55 minutes ; les enseignants doivent remplacer leurs collègues malades ; les réunions et les heures de perfectionnement doivent avoir lieu en dehors des horaires scolaires. Les élèves en remarquent directement les effets : ils doivent passer davantage d’heures en classe. Alors qu’auparavant, ils étaient libres en cas de maladie d’un professeur, cette année, ils doivent rester au collège ..... où, à leurs yeux, on ne leur propose aucun cours intéressant. D’où leurs protestations. La secrétaire d’Etat a non seulement voulu répondre aux demandes de réduction d’horaires des enseignants, elle a également promis de l’argent supplémentaire pour le remplacement des collègues malades, a fait savoir hier M. Sjoerd Slagter, le président de conseil du VO, l’organe de regroupement des établissement secondaires. Pour le Comité national d’action des élèves (LAKS), cela n’est encore pas suffisant : il faut réduire la norme horaire légale de quarante heures supplémentaires. C’est pourquoi le LAKS a appelé les élèves à manifester vendredi prochain à La Haye. Actuellement, la classe politique de La Haye ne semble pas favorable à un nouvel assouplissement. Le député CDA Jan de Vries privilégie une autre méthode de calcul des horaires, tout en maintenant la norme des 1040 heures ; sa collègue PvdA Margot Kraneveldt, favorable à un assouplissement, estime suffisante la réduction de quarante heures proposée par la secrétaire d’Etat. Les députés soulignent que l’assouplissement n’a pas été imposé par les manifestation d’élèves. GroenLinks soutient les revendications du LAKS ».

AFFAIRES FRANCAISES

L’ensemble de la presse publie des photos et des synthèses de dépêches
du voyage en Chine du Président de la République (« 20 milliards de contrats en Chine », Volkskrant)
des désordres à Villiers-le-Beldans les banlieues (Trouw p9 : « désordres dans les banlieues » ; AD p13 : « Des agents de police blessés »).
Le Volkskrant relève, à propos du rapport de Denis Olivennes, que « Paris veut intervenir avec sévérité contre le paradis de la piraterie Internet » (p9).

Dernière modification : 22/09/2008

Haut de page