Presse néerlandaise du mardi 29 novembre 2011

Trouw (chrétien progressiste) : L’OCDE appelle la BCE à agir.

De Volkskrant (centre gauche) : L’Eglise catholique était déjà au courant des abus sexuels dans les années cinquante.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Rouler plus vite.

De Telegraaf (populaire) : Enfin 130Km/h.

Het Financieele Dagblad : Jeu final pour l’euro.

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Zone euro

Le projet franco-allemand d’une « union budgétaire » donne de l’espoir aux bourses, note le Volkskrant : « Tandis que l’Europe regarde de plus en plus vers le FMI pour être aidée, la pression sur la BCE augmente pour mettre en route la planche à billets. Lundi, les investisseurs nourrissaient l’espoir que l’Allemagne laisserait tomber sa résistance ». Le Trouw titre à la une que « l’OCDE aussi appelle la BCE à agir » et relève que « l’agence de notation Moody’s menace tous les pays de l’UE d’une décote si la crise n’est pas résolue rapidement ». Ce qui conduit l’AD à titrer en gros : « La crise de l’euro menace le statut AAA des Pays-Bas » Pour le Financieele Dagblad « le jeu final a commencé pour l’euro : dans neuf jours, de nouveau, un ‘sommet des sommets’ sera tenu, comme c’était le cas le 21 juillet, les 23 et 26 octobre. Mais cette fois-ci, plus que jamais, le sentiment règne que ça passe ou ça casse ». En page intérieure, le journal se réfère aux déclarations hier du ministre néerlandais des Finances, M. De Jager, devant des étudiants à Zwolle. Il s’est dit prêt « à aller très loin pour sauver l’euro. Bien entendu, il y a des limites. Mais l’euro nous rapporte énormément ». Le ministre a mis en garde contre les effets néfastes d’un effritement de la zone euro : « Si des pays finissent par tomber au sein de la zone monétaire, les coûts seraient incroyablement élevés ». Il a souligné l’importance de l’Italie pour les Pays-Bas : « Nous exportons plus vers l’Italie que vers les Etats-Unis, la Chine ou l’Inde ». Concernant les restrictions budgétaires, le ministre estime qu’ « il faut une volonté politique. Des pays forts comme les Pays-Bas, l’Allemagne et la Finlande ne peuvent pas sauver à eux trois le reste de l’Europe. La crise s’est tellement aggravée. Il est bon qu’à ma demande, nous ayons sollicité le FMI ». Sous le titre « Seul un grand défaitiste pense que l’Occident sombrera », Dirk-Jan van Baar, historien et publiciste, considère, dans une tribune publiée par le Volkskrant, qu’avec la mise en place de l’euro et l’élargissement de l’UE vers l’Europe de l’Est, aucun autre continent n’a subi une aussi grande transformation. « Il est logique qu’un tel développement soit confronté à des problèmes et soumis à dure épreuve. Le fait que l’euro ait pu être mis en place et que la zone euro ne se soit pas effritée immédiatement pendant la crise de la dette, signifie que l’Europe dispose d’une force politique bien plus grande qu’on ne lui prête généralement ».

Visite du Premier ministre aux Etats-Unis

L’ensemble de la presse rapporte la visite à Washington, aujourd’hui, du Premier ministre néerlandais Mark Rutte, afin d’y rencontrer le Président Obama. Pour le Financieele Dagblad, « cette visite se déroulera sous le signe de la crise de la dette européenne ». Les autres thèmes abordés seront les relations bilatérales entre les Etats-Unis et les Pays-Bas et le Sommet de l’OTAN à Chicago l’année prochaine. Le FD précise que l’ancien Secrétaire général de l’OTAN et ancien ministre des Affaires étrangères, M. De Hoop Scheffer, s’attend à ce que « Rutte sonde le Président américain sur une implication plus importante du FMI pour résoudre la crise de la dette européenne. Les Etats-Unis ont la plus forte quote-part au sein du FMI. Vu que le FESF ne dispose pas d’assez d’argent et que l’Allemagne continue à s’opposer aux euro-obligations et à un rôle dirigeant de la BCE, M. De Hoop Scheffer estime qu’il ne reste que le FMI ». Le FD note que les Pays-Bas sont économiquement importants pour les Etats-Unis. Selon Willem Post, spécialiste de la politique américaine à l’institut Clingendael, « cette rencontre est plus qu’une visite de politesse. Aux Etats-Unis, 625 000 emplois dépendent directement du commerce avec les Pays-Bas. Les bons contacts de Rutte et de De Jager avec la Chancelière allemande Merkel font également des Pays-Bas un interlocuteur intéressant ».

ACTUALITE INTERIEURE

Police nationale

« La Deuxième Chambre approuve l’introduction d’une police nationale », relève le Volkskrant. Les 26 corps de police actuels seront remplacés par un corps de police national comptant 10 unités régionales. La nouvelle structure sera effective en juillet 2012, soit 6 mois plus tard que prévu.

SP-PVV

Le SP du Limbourg s’est livré à une étude de la réalisation des promesses électorales du PVV dans cette région et conclut que « 55 promesses sur 79 n’ont pas été tenues ». Il s’agit notamment des points concernant la construction de mosquées, la politique du logement, le port de la burqa et la nourriture halal à la Maison de la Province, la politique de diversité et la discrimination, l’élection du Gouverneur, la transparence de la politique provinciale et les voyages de complaisance. « Depuis que le PVV a été élu aux élections provinciales, il est difficile de rappeler à ses députés les promesses qu’ils avaient faites. Ils évitent le débat avec les partis d’opposition dans les médias. Le SP a donc choisi de publier une ‘livre noir’ sur le PVV, explique le Volkskrant.

GroenLinks

Ariejan Korteweg rend compte d’un débat organisé à Lyon le 26 novembre par le journal Libération et auquel était associé le Volkskrant. Le « Forum de Lyon » avait notamment comme participants, pour les Pays-Bas, le député Vert (GroenLinks) Tofik Dibi et le maire de Rotterdam Ahmed Aboutaleb. Tofik Dibi s’est exprimé sur le thème « Fatwa ou liberté d’expression » et a expliqué : « Je ne suis pas au parlement pour représenter les immigrés ou les Musulmans, mais pour défendre la vérité et la démocratie, les valeurs auxquelles je crois ».

Fonds pour les lettres

Tous les journaux annoncent que le chef du supplément « Livres » du NRC Handelsblad, Pieter Steinz, va prendre la succession de Henk Pröpper à la tête du Fonds pour les lettres (Letterenfonds). Henk Pröpper a pris la direction de la maison d’édition Bezige Bij au mois de septembre dernier. M. Steinz se déclare passionné par le Prix Nobel de littérature, qu’il souhaiterait voir attribuer à l’écrivain néerlandais Cees Nooteboom, dont « l’œuvre couvre un large éventail et qui a été traduite dans de nombreuses langues ». (NRC p.2, Interview).

Photographie

La Princesse Maxima a remis hier au photographe et créateur Anton Corbijn le prix du Prins Bernhard Cultuurfonds (fonds pour la culture Prince Bernhard) pour l’ensemble de son œuvre. (Telegraaf 7, Volkskrant 10).

A SIGNALER

Le Telegraaf publie une carte des Pays-Bas où figurent les restaurants qui ont des étoiles Michelin.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 29/11/2011

Haut de page