Presse néerlandaise du mardi 29 juin 2004

L’homme le plus âgé de la planète, la Néerlandaise
Hendrikje van Andel-Schipper, fête aujourd’hui son 114e anniversaire à
Hoogeveen, en Drenthe. La commune a prévu un important programme de festivités
et une délégation d’Ajax, le club de football favori de "Hennie", rendra visite
à la doyenne, de même qu’un chambellan de la Reine Beatrix. Le Commissaire de la
Reine, Relus ter Beek, et le maire de Hoogeveen, Willem Urlings, lui
présenteront également leurs félicitations.

Au palais Soestdijk, le prince Bernhard fête lui aussi
son anniversaire aujourd’hui. Mais le père de la Reine est nettement plus jeune
 : il n’a que 93 ans.

 

NRC Handelsblad d’hier soir : "Les
Etats-Unis transfèrent le pouvoir au gouvernement irakien", "Les Etats-Unis
mettent le régime irakien en selle", "Shell : les réserves passées aux pertes
reviendront", "Un nouveau tour, plus de traumatisme"
(football)
Trouw  : "’Un jour comme tous
les autres’ - Les terroristes
considèrent ce gouvernement comme un pion des Etats-Unis
", "Les Etats-Unis
transfèrent le pouvoir sans cérémonie", "Les photos de suspects seront
publiées plus tôt" (nouvelle approche de la
justice)
de
Volkskrant
 : "La Cour suprême des
Etats-Unis donne tort à Bush - Les suspects de terrorisme peuvent saisir les
tribunaux" (Reuters, AP, NYT), "Subitement, l’Irak vacille sur ses propres
jambes", "Mauvais contrôle de la radioactivité dans le secteur de la
ferraille"
Algemeen
Dagblad
 :
"Hennie a 114 ans, félicitations
 !
", "Les médias mystifiés lors du transfert en
Irak"
De
Telegraaf

 : "Contrôle plus sévère de la maladie de la Coupe d’Europe - L’absentéisme en hausse avec la fièvre
orange
", "Advocaat suggère qu’il pourrait partir après la Coupe d’Europe -
L’entraîneur national souffre des
critiques
", "Les Etats-Unis transfèrent le pouvoir plus tôt en
Irak" 

* * *

 

Actualité
internationale

 

Sommet de
l’OTAN

" Si l’objectif du
président américain Bush était de faire du sommet de l’OTAN à Istanbul - naguère
planifié comme cérémonie de bienvenue des sept nouveaux membres de l’Alliance -
un sommet sur l’Irak, il y a parfaitement réussi
", écrit le Volkskrant (p.5) dans une analyse. " La décision d’avancer le transfert du
pouvoir au gouvernement intérimaire irakien a fait l’effet d’une bombe
publicitaire au sommet d’Istanbul
. Certes, le gouvernement américain voulait
surtout garder une longueur d’avance sur de possibles terroristes en Irak, mais
cette manœuvre-surprise a aussi eu son effet sur le sommet. Brusquement, même le partenaire de l’OTAN
le plus rebelle - en l’occurrence la France - est involontairement devenu un
figurant dans la politique irakienne de l’Amérique
."

"L’irritation suscitée par cette attention pour l’Irak
était manifeste durant la conférence de presse donnée par le président français
Chirac. Il a insisté sur le fait que la réunion de l’OTAN était surtout un
sommet d’élargissement et a répondu de plus en plus à contrecœur à toutes les
questions sur l’Irak."

" Les pays de
l’OTAN avaient espéré qu’ils pourraient enfin mettre le point final, à Istanbul,
à l’amère querelle de famille sur l’intervention américano-britannique en Irak,
mais si ce sommet a montré quelque chose, c’est que les vieilles lignes de
démarcation traversent toujours l’Alliance
."

"Le chef de l’OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, s’est réjoui à
l’issue de la concertation de la décision d’aider l’Irak à entraîner l’armée et
la police. Mais tout bien considéré, le résultat était plutôt maigre. Les
leaders de l’OTAN ont différé la question de savoir quels pays entraîneront les
troupes irakiennes et où. C’est une question qui fera encore l’objet de vives
discussions as sein de l’Alliance, dans les semaines à
venir."

"La divergence d’opinion dépasse les anciennes blessures.
Chirac et les autres sceptiques sont
convaincus que l’ingérence de l’OTAN suscitera encore plus de résistance en
Irak, ne serait-ce que parce qu’il s’agit de troupes étrangères.
Il faut
ajouter selon eux que l’OTAN, pour les Irakiens, est synonyme des Etats-Unis.
Bref, leur présence ne va pas rendre l’Irak plus sûr, mais au contraire
entraîner davantage de mécontentement et de
terrorisme."

" Cette divergence
d’opinion ne promet rien de bon pour les tentatives de l’Alliance de développer
une stratégie commune contre le terrorisme, l’une des priorités de la nouvelle
politique de l’OTAN
."

Sur la même page, le correspondant à Istanbul du journal
de centre gauche, Bert Lanting, rapporte que " le premier ministre Balkenende a qualifié
la décision de confier à l’OTAN un rôle en Irak de ’fait significatif’
". " Le premier ministre n’a pas porté de
jugement sur la position de la France. Mais il a dit que, durant le conseil, il
a fait référence à la récente commémoration du Jour J et des hommes qui ont
donné leur vie pour la liberté de l’Europe
."

S’agissant de l’Afghanistan, les Pays-Bas ont promis
d’envoyer 120 à 150 hommes dans la province de Baghlan.

Une majorité de la Deuxième Chambre est en principe
favorable à l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, ajoute la
rédaction haguenoise du Volkskrant.
"Elle interrompra probablement ses vacances d’été pour débattre de l’engagement
que le premier ministre Balkenende a pris au sommet de l’OTAN, lundi. Environ
150 Néerlandais devraient former une équipe de reconstruction dans la province
de Baghlan, à la fin de l’été. La situation là-bas est calme en comparaison
d’autres parties du pays, où des seigneurs de la guerre disputent le pouvoir au
gouvernement central de Kabul."

 

Union européenne

Turquie. "La principale décision
inscrite sur l’agenda européen cette année est d’arrêter - ou de reporter - une
date pour les négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne",
rappelle le NRC Handelsblad
(p.2) d’hier soir. " Balkenende dit qu’il
n’acceptera pas de nouvelle discussion sur la question de savoir si la Turquie,
du point de vue culturel, fait partie de l’Europe
. Cette décision est déjà
prise et s’il y a une ’valeur européenne’ dont Balkenende est adepte, c’est de
respecter ses engagements."

" Le week-end
dernier, le président Bush a appelé l’UE à commencer au plus vite les
pourparlers avec la Turquie, pays membre de l’OTAN, sur son adhésion à l’Union.
Mais ce n’est pas comme ça marche, a fait savoir Balkenende dimanche, en tant
que prochain président de l’UE
. En effet, la procédure est arrêtée. Il n’y aura une date pour les négociations
que lorsque la Turquie satisfera aux critères européens convenus, dont ceux
concernant les droits de l’homme et le rôle de l’armée. ’Les remarques du
président Bush n’y changeront rien’
."

Commission
européenne
.
" Avec Durão Barroso l’UE aura un
président maniable
", titre le Volkskrant (p.5) au-dessus d’un
"profil" du premier ministre portugais ; "Le premier ministre portugais s’est
avéré le seul président acceptable pour tous les Etats membres de l’UE. C’est un ami fidèle des Etats-Unis, mais
aussi un Européen, qui défend les petits pays sans froisser les
grands
."

"Sur le plan international, Durão Barroso est un peu plus
proche des Etats-Unis que le précédent gouvernement socialiste portugais.
’L’Europe doit être un partenaire des Etats-Unis et pas un contrepoids’, tel est
son credo." "Il a acquis suffisamment de crédit pour être maintenant pour toutes
les parties un successeur acceptable de Romano Prodi. Et ce qui l’a aussi aidé,
c’est qu’il parle couramment le français et
l’espagnol."

" Après le
dynamique Français Jacques Delors, la Commission européenne a eu en le
Luxembourgeois Jacques Santer et l’Italien Prodi deux présidents très peu
impressionnants
", remarque le Financieele Dagblad (p.11). " Barroso est capable de renverser cette
tendance négative
. Certes, il n’a pas le charisme de Delors, mais il est
calculateur et tenace comme lui. Ces qualités le serviront dans une Union qui,
avec de plus en plus d’Etats membres, devient de plus en plus difficile à
unifier."

 

Actualité
intérieure

 

Aménagement du
territoire

" La Deuxième
Chambre critique vivement la Note sur l’aménagement du territoire de la ministre
Dekker
", relève le Volkskrant
(pp.1 et 3). " Pratiquement tous les
groupes parlementaires estiment que
Dekker laisse trop de liberté aux provinces et aux communes
." " Même le propre parti de Dekker, le VVD,
veut apporter des modifications à sa
politique
."

"La Note sur l’aménagement du territoire décrit
l’aménagement des Pays-Bas jusqu’en 2020. Elle accentue le renforcement de l’économie
dans la Randstad, notamment. Pour cela, il n’est plus tabou de construire dans
des paysages nationaux de grande valeur, comme le Cœur Vert et la Veluwe
.
Les provinces doivent veiller à ce que les constructions s’insèrent bien dans le
paysage. Le rôle de l’Etat est fortement réduit. L’attention se porte surtout
sur les principaux axes de transport et les centres économiques, comme
Schiphol."

"La Deuxième Chambre approuve en majorité cet objectif
principal. Mais Dekker marginalise trop son propre rôle, de l’avis des groupes
parlementaires. Il est bon et
responsable de décentraliser, mais il faut des cadres’
, déclare le député
CDA Van Bochove. Selon la députée D66 Giskes, l’Etat doit rester ’le directeur’
des provinces. Beaucoup de partis craignent que les provinces ne manquent de
moyens financiers pour être à la hauteur de leurs nouvelles
responsabilités."

" L’opposition de
gauche prévoit un scénario noir si Dekker obtient gain de cause
. ’Nous
perdrons les paysages néerlandais’, affirme le député GroenLinks Duijvendak. Car dans l’aménagement du territoire, ce
qui disparaît disparaît pour toujours’
." "La responsable VVD, durant un
débat qui a duré des heures, n’a pas réussi à clarifier les principaux points.
Ainsi, le concept de ’qualité de base’ (la limite inférieure à laquelle les
Pays-Bas tout entiers doivent satisfaire) est resté vague. La définition d’un
réseau urbain est également restée indécise. Dekker n’a pas pu fournir
d’importants argumentaires, comme pour la quantité de terrains industriels
nécessaire. Le débat sera poursuivi à l’automne" (également Trouw pp.1 et 3, Het Financieele Dagblad
p.3).

 

Economie,
Finances

 

Exportations de fleurs

L’ensemble de la presse annonce la suspension par les
autorités russes des importations de fleurs et de plantes néerlandaises, à la
suite de la découverte de thrips dans un lot. Ces insectes sont nuisibles pour
presque toutes les plantes.

Les Pays-Bas sont le principal fournisseur de fleurs du
marché russe. Le manque à gagner du secteur est d’environ 500 000 euros par
jour, selon l’organisation du secteur. Au total, 78 entreprises néerlandaises
exportent des fleurs et des plantes vers la Russie ( Trouw p.2, De Telegraaf p.7, Het Financieele Dagblad p.7, de Volkskrant p.9, Algemeen Dagblad
p.11).

 

Rejets de gaz à effet de
serre

Dans une tribune publiée par le Financieele Dagblad , le président de
l’organisation patronale VNO-NCW, Jacques Schraven, estime que la politique de
réduction des rejets de CO² du secrétaire d’Etat Pieter van Geel est vouée à
l’échec s’il maintient son objectif de 30 % deréduction en 2020. "Tous les pays
qui comptent pour la politique climatique décrocheront immédiatement. Un
cavalier seul des Pays-Bas signifierait l’écrasement de notre propre industrie
et n’est pas plus réaliste."

 

Affaires françaises  

 

L’ Algemeen
Dagblad
(p.17) consacre un papier à la popularité croissante auprès des
touristes du Musée Cluny.

 

Dernière modification : 20/07/2004

Haut de page