Presse néerlandaise du mardi 31 octobre 2012

Trouw : Comment défendre la politique de l’autre ?

De Volkskrant : L’augmentation des cotisations de maladie touchera fortement les revenus élevés.

AD Haagsche Courant : Bram Moszkowicz [avocat célèbre] tombe de son piédestal.

De Telegraaf  : Augmentation explosive des cotisations de santé.

Het Financieele Dagblad  : Les agents de change menacent de quitter les Pays-Bas.

NRC-Handelsblad  : Les contours de la formation ébauchés sur une table de cuisine.

* *

DOSSIER DU JOUR

Quartiers difficiles

Les journaux notent, à l’instar du Volkskrant, que « La Haye affecte 11 millions supplémentaires au Schilderswijk ». L’échevin (PvdA) au développement urbain et à l’intégration, Marnix Norder, a présenté hier ses projets explique l’AD. Contrairement aux quartiers Transvaal et Stationsbuurt, où des progrès ont été enregistrés, le Schilderswijk « en est tête du top-5 des quartiers les plus sensibles ». Ce quartier populaire compte 30.000 habitants, précise le Volkskrant et est à la Haye le premier point d’arrivée des étrangers. Il connaît une forte criminalité et 20% de ses habitants perçoivent une allocation sociale (contre une moyenne de 7% pour l’ensemble de la ville). La mairie de La Haye prévoit d’y affecter des fonctionnaires chargés d’accompagner la scolarisation, de rénover les rues et de réhabiliter ou reconstruire 1500 logements. Les 11 M€ seront affectés à l’éducation et la jeunesse (2,8 M€), à l’aide aux familles fragilisées (4,1M€), à l’espace public (3,2%) et à l’économie et l’emploi (0,5M€). M. Norder a précisé que ces dépenses ne se feraient pas au détriment de projets dans les autres quartiers sensibles. Actuellement, de nombreux d’habitants quittent le Schilderswijk dès que leurs conditions financières s’améliorent. L’échevin veut réduire la proportion de logement social de 72% à 60% et rendre le quartier plus attrayant pour les revenus moyens.

ACTUALITE INTERIEURE

Assurances de soins de santé

Avec les surtitres « Le Néerlandais lambda va payer des centaines d’euros par an en plus » et « Au-delà d’un salaire annuel de 70.000€ l’assurance de soins de santé vous coûtera 482€ par mois », le Telegraaf et le Volkskrant attirent l’attention de leurs lecteurs sur les effets du nouvel accord de gouvernement. Le Telegraaf relève que les projets du VVD et du PvdA pour le secteur des soins sont vivement critiqués. « Les assureurs de soins, les syndicats et les politiques désapprouvent fortement le souhait du gouvernement de calculer les cotisations des soins en fonction des revenus. Actuellement, tous les Néerlandais paient le même montant, soit environ 1.280€ par an, la franchise non comprise. Bientôt les revenus les plus bas ne paieront que 255€ par an. Un manque à gagner que les hauts revenus devront compenser ». Le Volkskrant, pour sa part, ajoute que la franchise pour les soins, 220€ en 2012 et 350€ en 2013, sera également calculée en fonction du salaire à partir de 2014. D’après le CPB, le bureau central de planification, ces projets risquent d’annihiler la concurrence entre les assureurs de soins de santé encouragée par le gouvernement Rutte I : « Le sens de l’entreprenariat est ainsi freiné et de ce fait la volonté d’investir dans les soins de qualité ».

Dans ce contexte, le Volkskrant consacre un article aux changements prévus dans l’AWBZ (loi générale sur les frais exceptionnels de maladie). Cette loi disposait d’un montant de 26Mds€ par an qui sera ramené à 12Mds€ par an. « Il y a 44 ans, la loi avait été mise en place pour les soins d’handicapés mentaux. Entretemps, l’AWBZ avait évolué vers une assurance plus large : frais d’habitation, appareils auditifs, après-midi de jeux ou encore papier toilette ». L’AWBZ sera désormais gérée par les communes où la loi tombera sous la WMO (loi de soutien social). Le Volkskrant remarque qu’il ne s’agit pas d’un détail innocent. « Alors que l’AWBZ était un droit pour tous, dont le budget était complété par l’Etat en cas de dépassement, la WMO n’est qu’un dispositif avec un budget précis. Celui qui demande de l’aide lorsque le budget est épuisé n’a tout simplement pas de chance ». Le porte-parole du syndicat pour les seniors, l’ANBO, s’attend à des différences énormes dans la qualité des soins entre les communes.

Sénat

« CDA et SP : soutien en échange d’influence », titre le Volkskrant. Le président du groupe chrétien démocrate (CDA) du Sénat, Elco Brinkman, soutenu par son homologue du SP Tiny Kox, a indiqué que « si l’on veut notre soutien il faudra nous prendre au sérieux ». A la Première Chambre, la coalition gouvernementale ne dispose que de 30 sièges sur 75. « Le CDA et le SP, avec respectivement 11 et 8 sièges, sont en mesures de fournir au gouvernement la majorité nécessaire pour adopter ses projets de loi ». Les deux présidents de groupes souhaitent être consultés en amont - « une fois au sénat, il n’y a plus grand-chose à faire »-, le CDA souligne que l’intérêt national ne suffira pas toujours pour emporter son adhésion. Le président du groupe D66 (5 sièges), Roger van Boxtel, souhaite également « avoir l’oreille du gouvernement suffisamment tôt ».

PvdA

Le Volkskrant indique que le leader du PvdA, Diederik Samsom, rencontre cette semaine à trois reprises des membres de son parti, à Utrecht, à Zwolle et à Breda, afin de leur expliquer l’accord de gouvernement qui sera présenté samedi à l’approbation du Congrès, à Bois-le-Duc. Selon le journal, ceux-ci « l’écoutent d’une oreille bienveillante ».

AFFAIRES ECONOMIQUES

Pays-Bas / Taxe sur les transactions financières

« Les entreprises financières menacent de quitter les Pays-Bas si les projets de l’accord de gouvernement sont appliqués », note le Financieele Dagblad à la une. En particulier, les agents de change refusent la taxe sur les transactions financières alors que le plafond pour les bonus de 20% maximum du salaire annuel n’est pas du goût des banquiers ou autres actifs dans le secteur financier. Le FD observe que « sous le nouveau gouvernement PvdA et VVD, les Pays-Bas semblent prendre un virage à 180° ». Jusque-là, La Haye s’était vivement opposée aux projets européens de taxe financière. Le ministre des Finances démissionnaire, Jan Kees de Jager, en avait dénoncé les « effets ravageurs », ainsi que la DNB (banque centrale néerlandaise), l’AFM (autorité des marchés financiers) et le CPB (bureau central de planification). « Maintenant, les Pays-Bas veulent se joindre au groupe de pays qui veulent quand-même appliquer la taxe controversée ». Dans l’accord de gouvernement est mentionné : « Les Pays-Bas se joindront à ces pays à condition que les fonds de pension soient exonérés de la taxe (…) ». Le FD précise, qu’aux Pays-Bas, les sociétés d’agents boursiers emploient environ 1.000 personnes, les emplois indirects non compris ».


A SIGNALER

Le Trouw annonce que le Rijksmuseum a mis en ligne sur son site 125.000 photos d’objets de ses collections (libres de droits) www.rijksmuseum.nl.


Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad (financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad (centre – 199.000 ex.)

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.
Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL. - consultez notre site internet http://www.ambafrance-nl.org.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page