Presse néerlandaise du mardi 6 juin 2006

Tandis que le football envahit de plus en plus la une des quotidiens, une partie de la presse s’émeut d’un dramatique accident de la circulation qui a coûté la vie à trois fillettes de 13 ans, en Groningue. L’organisation de sécurité routière 3VO, choquée par ce nouvel accident à un endroit réputé dangereux, prône d’instaurer des jours de rappel pour les jeunes automobilistes sans expérience.

- Trouw : "Déjà 6 000 meurtres en Irak cette semaine", "Le docteur Schoemacher n’est pas chirurgien" (chirurgie esthétique)
- de Volkskrant : "’Journée de rappel pour les jeunes automobilistes’", "’Van Basten peut toujours emmener quelques jeunes espoirs’" (football)
- De Telegraaf  : "Les voleurs de carburant enfin poursuivis - La police entre en action après des années de supplications des pompistes", "Les supporters veulent que Huntelaar soit sélectionné", "La Mannschaft [équipe nationale allemande] est la moins populaire à l’échelle mondiale - Le Brésil favori"
- AD Haagsche Courant  : "Malmenées et hors la loi - La justice, souvent, ne prévient pas les victimes de violences au foyer, ou le fait trop tard", "Huntelaar ne songe pas au onze orange"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Racisme

"Les organisations d’immigrés sont choquées par une enquête qui montre que plus d’un quart des Néerlandais porte un jugement très négatif sur les allochtones", relève le Volkskrant (p.3). "Quelque 10 pour cent de la population reconnaissent même être racistes. Selon les organisations d’immigrés, le dernier tabou est ainsi rompu : les autochtones expriment plus que jamais leur aversion pour les musulmans, notamment."
"’Il est extrêmement préoccupant que plus d’un million et demi de Néerlandais reconnaissent être racistes’, déclare le directeur de Forum (institut du développement multiculturel), Sadik Harchaoui. ’Dans le passé, les gens avaient du mal à l’accepter parce que c’était inconciliable avec les valeurs de la société néerlandaise. Cette reconnaissance est un problème de taille pour la recherche d’un avenir commun’."
"Le Bureau national pour la lutte contre la discrimination raciale (LBR) juge également qu’il est ’relativement nouveau et surprenant’ que tant de Néerlandais osent reconnaître qu’ils sont racistes. 17 pour cent disent être racistes ’de temps en temps’. La moitié a une aversion pour l’islam. ’Les gens disent maintenant ouvertement ce qu’ils pensent’, dit le chercheur Igor Boog, du LBR."
"L’enquête auprès de 1 020 Néerlandais a été effectuée par le bureau Motivaction, pour le compte du GPD, l’agence de presse des quotidiens régionaux."
"Selon le LBR et les organisations d’immigrés, les résultats de l’enquête confirment que les autochtones sont insatisfaits en permanence des allochtones, en particulier des musulmans. Les autochtones jugent les allochtones intolérants (41 pour cent), paresseux (24 pour cent) et peu sincères (36 pour cent). Une majorité (58 pour cent) estime qu’un quartier se dégrade quand beaucoup d’allochtones s’y installent. De grands groupes de Néerlandais estiment que le professeur de leur enfant (42 pour cent) et le premier ministre (57 pour cent) doivent absolument être autochtones."
"’C’est très choquant’, dit le directeur du Centre néerlandais des étrangers (NCB) à propos de ces chiffres. Le président du Contact Groep Islam (CGI), Hikmat Mahawat Khan, trouve que les musulmans ne doivent pas tout de suite montrer les autochtones du doigt. ’Les musulmans doivent se rendre compte des conséquences de leur comportement. Il y a une différence entre ce que dit la religion et ce que les musulmans font dans la pratique’."

"Les résultats de l’enquête sur le racisme aux Pays-Bas ont beau être choquants, ailleurs en Europe c’est souvent un tout petit peu plus grave", remarque le même Volkskrant dans un article de fond. "La Belgique dépasse les Pays-Bas dans toutes les catégories."

ACTUALITE INTERNATIONALE

France - Pays-Bas

"Les Pays-Bas voulaient développer avec la France un avion robot", rappelle Menno Steketee dans le NRC Handelsblad (p.2) de samedi. "Mais les Français persistent à vouloir un concept qui ne répond pas aux exigences néerlandaises. C’est aussi la fin d’un projet de formation d’une unité franco-néerlandaise qui se serviraient de ces robots volants."
"C’est ce qu’affirment des sources au sein de la Défense. Selon un porte-parole de la Défense, ’il faut redéfinir les besoins’ et d’autres producteurs de robots volants peuvent maintenant présenter des devis, après quoi ’une décision sera sans doute prise en 2007’. Mais en fait il n’y a qu’un candidat sérieux, le Predator américain."
"Il y a cinq ans, la Défense avait fait savoir qu’elle voulait faire l’acquisition d’un MALE UAV, un Medium Altitude, Long Endurance, Unmanned Aerial Vehicle. Ces appareils robots doivent pouvoir exécuter des missions de reconnaissance à une distance de mille kilomètres au minimum, à une altitude de douze kilomètres et par tous les temps, pendant au moins vingt-quatre heures. L’armée de l’air doit en disposer à la fin de la décennie."

ACTUALITE INTERIEURE

VVD

"D’éminents membres du VVD sont en désaccord sur le rôle que Verdonk doit jouer aux prochaines élections", relève le Trouw (p.4). "Le ministre de la Défense Kamp et l’ancien leader du parti Nijpels estiment que Rutte doit faire comprendre que c’est lui qui mène la barque."
"Comme convenu, Rutte, après son élection comme tête de liste la semaine dernière, a immédiatement dit qu’il entrerait en lice avec Verdonk. La ministre de l’Immigration écrit sur son site Internet : ’Nous nous attellerons à la tâche ensemble.’ Mais les opinions sont partagées sur l’influence du numéro deux présumé de la liste des candidats."

Ed Nijpels, Commissaire de la Reine en Frise, a déclaré dans une interview publiée par le Volkskrant de samedi (pp.3 et cahier het Vervolg) : "Mark Rutte ne doit pas former un duo leader avec Verdonk." "La fonction de tête de liste n’est pas un emploi pour deux et la présidence du groupe parlementaire non plus. Il est bon qu’il consulte Verdonk, comme il consulte aussi le vice-premier ministre et le président du parti. Rutte est le leader et c’est lui qui prend les décisions."

Subventions politiques

"Les règles pour les subventions aux partis politiques sont source de distorsion de concurrence", note le Trouw (p.4). "C’est ce qu’affirme Marco Pastors, qui veut soumettre la question à l’Union européenne."
"Le leader de Leefbaar Rotterdam veut participer aux prochaines élections législatives avec un parti qui comptera notamment le député LPF Joost Eerdmans. Il nourrit des objections contre un système de subvention qui ne verse des fonds qu’aux partis existants. Le politologue Rudy Andeweg estime lui aussi que ce système décourage les nouveaux partis. ’Le gros de la subvention dépend du nombre de suffrages. Mais il faut d’abord les obtenir’, a-t-il déclaré dimanche, durant le programme télévisé Buitenhof."
"L’ancien ministre de l’Intérieur Klaas de Vries (PvdA) a écrit en avril 2002 qu’on devait attribuer une subvention aux nouveaux partis. Un an et demi plus tard, son successeur Johan Remkes a proposé de subventionner rétroactivement les partis qui obtiennent au moins un siège, pour compenser leurs frais de démarrage. Les propositions concernant les subventions aux nouveaux partis ne sont pas encore élaborées. D’autres propositions ont été adoptées dans l’intervalle. Ainsi, le financement des partis, depuis 2005, ne dépend plus uniquement du nombre de sièges, mais aussi du nombre de membres."
"Et le montant global à répartir entre les partis a fortement augmenté depuis 1999. Sous les gouvernements Paars, le montant a doublé pour atteindre environ 10 millions d’euros. Sous Remkes, il est passé à 15 millions par an. Le ministre est conscient du fait que les partis ne doivent pas être trop dépendants des deniers publics, mais il juge peu souhaitable qu’ils deviennent dépendants des dons d’entreprises et d’organisations."

ECONOMIE, FINANCES

Intrastat

"Le ministre Zalm (Finances) veut mettre fin le plus vite possible à l’irritant accord européen qui contraint le secteur privé à enregistrer et à transmettre au Centraal Bureau voor de Statistiek (CBS) tout l’import-export au sein de l’UE", relève le Telegraaf (p.27). "Selon le dirigeant, le règlement ’Intrastat’ est non seulement une énorme source d’irritation pour les entreprises, elle coûte aussi des millions d’euros par an au secteur privé."
"Le ministre VVD a écrit une lettre à ce sujet à la présidence autrichienne de l’UE, qui abordera la question demain en conseil des ministres de l’UE, avec Zalm. L’objectif de Zalm est de réduire rapidement de moitié, au moins, les exigences du règlement Intrastat."
"Zalm poursuit donc sa croisade contre les règles superflues de Bruxelles, qui coûtent des milliards d’euros aux entrepreneurs, aux agriculteurs et à d’autres organisations."
Pays-Bas - Allemagne

"La mauvaise connaissance que les Néerlandais ont de la langue, de la culture et des us et coutumes allemands nuit aux possibilités économiques que nous offre notre plus grand voisin", rapporte le Financieele Dagblad (p.5). "La popularité décroissante de l’allemand coûte au moins 7 milliards d’euros par an à l’économie néerlandaise. C’est ce qu’affirme le professeur d’études allemandes Paul Sars, de l’Université Radboud de Nimègue. Sars a mis en place une série d’activités pour renforcer l’intérêt pour l’Allemagne, activités centrées nommément sur le potentiel économique qu’offre l’Allemagne."
"’Lorsque j’ai commencé mes études d’allemand en 1978, il y avait 80 étudiants de première année rien qu’à Nimègue. L’an dernier il en restait tout juste 45 dans tout le pays. L’intérêt manifesté pour l’allemand dans l’enseignement secondaire est encore plus réduit. Mais l’allemand est la langue maternelle la plus parlée dans toute l’Europe. L’Allemagne est notre principal voisin à tous les égards.’
Ce n’est pas seulement l’intérêt pour la langue allemande qui laisse beaucoup à désirer, selon Sars ; l’intérêt manifesté pour la culture, les sciences, la politique et les us et coutumes allemands ne fait pas justice non plus à l’énorme importance du pays."

AFFAIRES FRANÇAISES

"Les Français ne raffolent plus des voitures françaises", a titré le NRC Handelsblad de vendredi soir en rubrique économique. "L’industrie automobile et le marché français ne sont plus le monde à part qu’ils ont été pendant des décennies", remarque le correspondant René Moerland. "Les deux groupes automobiles français Renault et PSA Peugeot Citroën se portent-ils vraiment bien ? ’Renault n’est pas en crise, mais fragile’."

Dans le supplément culturel du même NRC Handelsblad, Moerland évoque les réactions négatives des critiques et des historiens français au film "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola. "Marie-Antoinette est venue l’an dernier faire de la diversité culturelle en France, selon le souhait [du ministre de la Culture], et maintenant on dit qu’elle n’est pas conforme à la vérité historique, qu’elle a été dépouillée de son caractère. Mais Coppola a tourné à Versailles pendant dix-neuf jours, pour 16 000 dollars par jour." "La France, l’an dernier, a gagné 50 millions d’euros en servant de décor à des films étrangers. Surtout à des films américains. Le Louvre a été loué pour The Da Vinci Code, Ridley Scott a fait une invasion lucrative dans le Luberon pour A Good Year, Steven Spielberg est venu pour Munich. Durant le Location Trade Show de Los Angeles, cinq nouveaux intéressés se sont présentés au stand français. La ’diversité culturelle’ signifierait-elle que la France a pris position sur la scène mondiale comme musée historique ?"

Dans le NRC Handelsblad (p.4) de samedi, Moerland suit la campagne de Ségolène Royal et les questions de sécurité : "Plaidoyer en faveur d’une République française de respect et d’autorité".

Le Trouw (p.10) de samedi rend compte du film "Dans la peau de Jacques Chirac", "qui ressemble beaucoup au film ’Fahrenheit 9/11’ de Michel Moore".

Dernière modification : 07/06/2006

Haut de page