Presse néerlandaise du mardi 8 avril 2003

Les combats qui font rage àBagdad, où les marines américains ont investi trois palais de Saddam Hussein, et la situation militaire dans le reste de l’Irak reçoivent une abondante couverture de presse factuelle.

Sur le plan politique intérieur, l’intérêt se concentre sur une formation de gouvernement qui, après 75 jours de négociation, risque tout de même d’achopper sur le programme d’austérité sur lequel Balkenende et Bos s’étaient entendus.

NRC Handelsblad d’hier soir : "Les Etats-Unis dissimulent leur puissance militaire en Irak – Occupation d’un palais de Saddam – Un premier avion américain atterrit àBagdad – Les Britanniques sont àBasra", "Des troupes américaines au cœur de Bagdad", "La formation menacée d’impasse"

de Volkskrant  : "Les Américains sont maîtres du centre de Bagdad", "Un cendrier de Saddam comme souvenir", "Les Américains essaient de montrer que le régime de Saddam ne compte plus – Les soldats irakiens peuvent se perdre dans la masse"

Trouw  : "Manifestation de force dans le centre de Bagdad – Les hôpitaux de la capitale irakienne peuvent àpeine accueillir le flot de blessés", "’Un drapeau sur le palais de Saddam ? Ce sont des images falsifiées’", "Le CDA renonce àexiger un budget équilibré pour sauver la formation"

Algemeen Dagblad  : "Bagdad dans l’étau américain – Des palais de Saddam investis – Basra aux mains des Britanniques – 600 à1 000 morts", "Sahhaf : ’Il n’y a pas d’Américains ici’", "Bos risque une rupture avec Balkenende – Le PvdA rejette la proposition des informateurs"

De Telegraaf  : "Coup de masse des Etats-Unis – Les troupes pénètrent au cœur de Bagdad", "Perquisition dans un palais", "La formation dans une phase critique"

 

* * *

 

Actualité internationale

BCE

" Le gouvernement français ne doute pas de l’innocence de Trichet ", remarque Wouter Bax, correspondant du Trouw àBruxelles, dans un article sur la politique monétaire européenne (p.9). " Mais le gouvernement français s’est trompé plus d’une fois dans ce dossier ." "La France avait assuré qu’il n’y aurait pas de procès contre Trichet. Il a tout de même été ouvert. Ensuite, le gouvernement Chirac a prédit que la procédure judiciaire ne durerait pas longtemps. Elle a pris des années. Même si Trichet est acquitté le 18 juin, le 9 juillet sera trop tôt pour prendre la relève àFrancfort. En effet, sa nomination devra d’abord être approuvée par les chefs d’Etat et de gouvernement européens et par le Parlement européen."

"Cette situation éclaire d’un autre jour la décision des ministres des Finances. Elle soulève la question de savoir pourquoi les pays de la zone euro ont toujours pris pour argent comptant que Trichet deviendrait le nouveau président de la BCE, alors que les juges français peuvent toujours le déclarer coupable. Ils ont aussi ignoré la possibilité qu’un Trichet acquitté reste pour le monde extérieur un homme au blason entaché . On dirait que les pays de la zone euro se sont laissé impressionner par la hargne française au point de n’avoir pris en considération aucun autre candidat, pas même un autre Français."

" La nomination du nouveau président de la BCE risque ainsi, avec un peu de malchance, de déboucher sur le premier revers de l’histoire de l’euro . Que Duisenberg reste encore un peu ou non, sa succession est incertaine et entourée d’un brouillard politique . C’est mauvais pour l’indispensable solidité de la BCE, surtout pour le monde financier hors de l’UE . C’est d’autant plus fâcheux que 2003 sera une année difficile. La récession économique exige un président de la BCE fort. Et des pays comme la Hongrie et la Tchéquie comptent sur la BCE pour franchir une nouvelle étape vers l’adhésion àl’euro."

L’éditorialiste du Volkskrant , après avoir rappelé les péripéties politiques de la nomination de Wim Duisenberg, souligne que "le mandat de Duisenberg a duré maintenant presque cinq ans et il sera prolongé". "Le verdict dans le procès contre Trichet est prévu le 18 juin. En outre, on ne sait pas ce qui arrivera si le Ministère public français, après un éventuel acquittement de Trichet, se pourvoit en appel."

" La prolongation du mandat de Duisenberg ramène le calme àla BCE, un calme utile àla banque en cette période de guerre . Bien que l’euro, en tant que monnaie, semble avoir trouvé sa place, il ne faut pas oublier que la BCE et l’euro sont encore jeunes."

"Il n’y a que des petites fautes qu’on ait pu imputer àDuisenberg les cinq dernières années. Le bilan est positif dans les grandes lignes. Il a mené àbien l’introduction de l’euro et s’est tenu strictement àl’objectif de la banque, la stabilité des prix dans la zone euro. La prolongation de son mandat est en ce moment la meilleure solution pour l’Europe et la BCE ."

" Cette affaire donne àl’Europe, et notamment aux politiques français, une bonne leçon de modestie . Il est impossible d’établir des années àl’avance qui sera le meilleur homme pour la plus importante fonction monétaire de l’Europe. La panique peut toujours éclater si Trichet – manifestement le seul Français compétent, aux yeux de son gouvernement, pour diriger la BCE – est condamné en juin. Dans ce cas, la poursuite du mandat de Duisenberg jusqu’àson terme initial peut aussi être la meilleure solution pour le gouvernement français."

Actualité intérieure

Formation de gouvernement

" Le PvdA ne peut pas s’accommoder d’une proposition drastique formulée par les informateurs Donner (CDA) et Leijnse (PvdA) pour éviter une rupture ", écrit l’ Algemeen Dagblad dans son grand article àla une. " Le leader PvdA Bos ne veut pas que son parti fasse plus de sacrifices que le CDA . Selon les informateurs, les chrétiens-démocrates doivent renoncer àexiger l’équilibre budgétaire en 2007 et le PvdA doit renoncer àune partie des investissements supplémentaires qu’il réclame. Le CDA, àcontrecœur, peut accepter ce compromis que les informateurs ont tiré de leur chapeau après une longue journée de négociation."

"Les informateurs considèrent leur proposition comme la seule solution aux problèmes financiers du nouveau gouvernement. Tard hier soir, après avoir concerté son groupe parlementaire, Bos a fait une contre-proposition plus avantageuse pour son parti. ’Il faut que ça vienne des deux côtés en proportions égales’, estime Bos. Avec son alternative, le jeune leader PvdA pousse les négociations àl’extrême."

" C’est la deuxième fois en peu de temps qu’une rupture entre le CDA et le PvdA menace de se produire ", souligne le journal de Rotterdam. "Il y a quelques semaines, les partenaires de coalition présumés se sont affrontés àpropos de la guerre en Irak."

" L’émoi suscité par les effets négatifs du programme d’austérité au sein du CDA et, surtout, du PvdA était passablement surprenant ", commente Kees Lunshof dans le Telegraaf (p.7). " Ils auraient pu les calculer eux-mêmes sur un bloc-notes ." Les nouvelles querelles d’hier montrent une fois de plus que le CDA et le PvdA ne s’entendent pas bien, que, même sur le fond, la distance entre les deux est trop grande pour former un gouvernement et que les deux groupes parlementaires ne s’aiment pas vraiment . Si les négociations n’aboutissent pas ces jours-ci, il faudra avoir recours àl’alternative, un gouvernement (minoritaire) CDA-VVD."

Continuer d’essayer de former un gouvernement CDA-PvdA "commence àdevenir ridicule" , conclut le commentateur conservateur.

Enseignement

Pour la première fois en dix ans, le nombre d’élèves a baissé dans l’enseignement primaire. Il y en a 2 500 de moins cette année que l’année dernière, selon le Centraal Bureau voor de Statistiek (CBS). Plus de 1,5 million d’enfants fréquentent les écoles primaires et de moins en moins ont un retard scolaire : 26 % contre 37 % en 1997. Par contre, davantage d’enfants suivent un enseignement spécial : 52 000 ont besoin de cette aide supplémentaire.

La proportion d’enfants allochtones dans l’enseignement primaire passera de 1 sur 5 àpresque 1 sur 3 de 2003 à2020, prévoit le CBS. Le nombre d’élèves autochtones âgés de quatre àonze ans descendra à1,1 million de 2003 à2020, une baisse de 135 000. Le nombre d’élèves d’origine étrangère passera de 300 000 à430 000 ( Trouw p.7).

Economie, Finances

Fonds Social Européen

Les Pays-Bas devront rembourser àBruxelles 55 millions d’euros de provisions du Fonds Social Européen (FSE). Ce montant a été mis àdisposition par la Commission européenne pour des projets d’emploi de 1997 à1999, mais n’a pas été utilisé. C’est ce que le ministre De Geus (Affaires sociales) a fait savoir àla Deuxième Chambre hier. L’an dernier, les Pays-Bas avaient déjàdà» rembourser 157 millions d’euros de subventions allouées de 1994 à1996 ( Algemeen Dagblad p.3, Trouw p.8).

Peste aviaire

"Le ministre de l’Agriculture Veerman renforce les mesures prises pour lutter contre la peste aviaire dans les élevages de dindons au Limbourg", relève le Volkskrant (p.5). "Le ministre est très préoccupé par les nouveaux foyers de contamination, parce que la maladie est moins apparente chez les dindons, ce qui accroît le risque de propagation du virus."

"Le nombre d’élevages de dindons probablement contaminés dans la région de Nederweert est passé àcinq lundi. Plus de 25 élevages de volailles àproximité de ces entreprises ont été évacués."

"L’interdiction des transports de volailles, d’œufs et de fumier est maintenue jusqu’ànouvel ordre. Les militaires continuent de contrôler le respect des mesures au Limbourg."

"Détruire dix millions de bêtes, je n’en dors plus", déclare le ministre dans une interview sur la même page. Veerman défend sa stratégie, en remarquant que le secteur est lui-même partiellement responsable de la propagation du virus, pour n’avoir pas appliqué assez strictement les mesures d’hygiène prescrites.

Philips

Philips a l’intention de délocaliser en Chine une partie de la production de rasoirs électriques de Drachten (Frise). On s’attend àce que des centaines d’emplois, sur un total de 2 000, disparaissent àpartir de 2005 ( Algemeen Dagblad p.11, de Volkskrant p.15).

Affaires françaises

Le Financieele Dagblad (p.7) et le Trouw (p.9) mentionnent les perquisitions lancées par la Commission européenne dans le cadre d’une enquête sur la politique des prix du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën.

Dernière modification :

Haut de page