Presse néerlandaise du mardi 9 novembre 2010

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : Les coraux endommagés par la fuite de pétrole
- De Volkskrant (centre gauche) : Conflit entre Wilders et Leers
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : « Je vais expulser de Gouda ces familles asociales »
- De Telegraaf (populaire) : Supprimez les voitures de service
- NRC-Handelsblad (libéral) : Manifestations massives en Allemagne contre l’énergie nucléaire

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Afghanistan

Le Volkskrant relève que le représentant permanent américain auprès de l’OTAN, M. Ivo Daalder, « a appelé hier le gouvernement néerlandais et la Deuxième Chambre à ‘prendre l’initiative’ sur les missions d’entrainement de la police afghane. Selon M. Daalder, ‘il est risqué et logistiquement très compliqué’ de confier la protection des Néerlandais à un autre pays et les Pays-Bas doivent envoyer eux-mêmes des militaires. M. Daalder a déclaré ne pas pouvoir s’imaginer que les Pays-Bas soient le seul pays à tourner le dos à l’OTAN ». Le Volkskrant rappelle que « cette mission d’entrainement représente une priorité pour le Président Obama » et estime que « le gouvernement Rutte est tenté de répondre favorablement à la demande de l’OTAN. La Deuxième Chambre s’est exprimée en faveur d’une mission d’entrainement en début d’année, mais beaucoup de partis hésitent maintenant devant une mission à caractère militaire ».

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Loi anti-squat

Les journaux annoncent ce matin une suspension des mesures d’expulsion annoncées à Amsterdam.

Le Trouw explique qu’il sera « impossible de faire évacuer aujourd’hui cinq immeubles dans la capitale sur la base de la nouvelle loi anti-squat entrée en vigueur le 1er octobre dernier. Le tribunal de La Haye a en effet interdit hier les expulsions prévues dans huit immeubles, à Amsterdam, La Haye et Leeuwarden. Les personnes menacées d’expulsion n’ont en effet pas eu la possibilité de s’adresser à la justice, contrairement à ce que prévoit la Convention européenne des droits de l’homme. La Cour de justice a prononcé hier un jugement oral, mais présentera la semaine prochaine une motivation écrite de son jugement. Le ministère de la Sécurité et de la Justice et l’Association des communes néerlandaises (VNG) ne commenteront cette décision qu’après en avoir pris connaissance ».

Le Telegraaf estime, à la une, que ce jugement a « placé une bombe sous la nouvelle loi anti-squat. Le principal parti gouvernemental, le VVD, s’est déclaré choqué par cette décision : le député libéral Ard van der Steur ‘déplore ce jugement, car on peut se demander maintenant si les expulsions pourront réellement avoir lieu. Nous sommes toujours convaincus de la nécessité d’interdire les squats’ ». « Incompréhensible », estime pour sa part l’éditorialiste de ce journal, qui regrette que ce jugement rende « la loi anti-squat totalement inapplicable. C’est un camouflet incroyable pour le législateur qui avait fini par prendre au sérieux le droit à la propriété. Le squat est une forme criminelle de se faire justice à soi-même qui ne doit pas être tolérée. Il est incroyable que la loi anti-squat doive céder devant le droit à l’inviolabilité du domicile d’une bande de criminels ».

Maintien de l’ordre

Dans le prolongement des mesures annoncées par M. Opstelten, le ministre de la Sécurité et de la Justice (voir revue de presse du 8 novembre), la presse évoque les problèmes de la ville de Gouda. Celle-ci est confrontée à de nombreuses difficultés, causées notamment par des jeunes de moins de 12 ans, explique le Volkskrant. « Les fauteurs de trouble néerlando-marocains entre 8 et 14 ans ont de nouveau fait la une de la presse pour avoir perturbé une fête de quartier. Leurs noms sont connus et la mairie veut que les parents remboursent les dépenses ainsi provoquées. Selon le maire de Gouda, le travailliste Wim Cornelis, il faut toutefois préférer des ‘mesures structurelles. Il faut responsabiliser les parents, impliquer les habitants du quartier, mettre en place des coaches de quartiers, tout cela est plus efficace que les expulsions’ ». Toutefois, précise le journal, « Cornelis a compris que toute tentative d’approche nuancée de sa part est interprétée comme de la faiblesse. ‘Nous sommes très consciencieux’, se défend le maire de Gouda. ‘Mais ce dernier incident confirme une fois de plus notre image de ville aux criminels marocains avec un maire qui ne met pas suffisamment sa tenue de combat. En pourcentage, nous sommes la ville qui a le plus de Marocains, le plus de suspects marocains et le plus de récidivistes marocains. Il faudra bien deux générations avant de trouver un équilibre ».
L’AD et le Volkskrant notent qu’en ultime recours, le maire n’hésite pas à faire « expulser les fauteurs de troubles notoires de leur logement. Dans une autre commune, ces familles ont la possibilité de recommencer à zéro ». Selon l’AD, il voudrait même « bannir définitivement de sa ville des familles à problèmes. Nous sommes confrontés à des familles qui ne réalisent pas à quel point leur situation est grave et qui refusent notre aide. Nous avons à Gouda des problèmes persistants auxquels nous voulons nous attaquer, mais nous n’avons pas toujours les moyens juridiques de le faire ».

M. Frits Bolkestein (VVD) s’est pour sa part déclaré inquiet hier à La Haye de « l’apparition aux Pays-Bas d’endroits où règne la sharia », signale le Telegraaf. La mauvaise qualité des écoles islamiques – « où on sépare les filles et les garçons, où on n’enseigne pas l’holocauste, où on ne lutte pas contre l’antisémitisme et où le matériel pédagogique critique l’émancipation des femmes » - est selon lui responsable du fait que « certains musulmans s’éloignent de la société néerlandaise ». « Je crains l’apparition d’une apartheid ethnique, d’enclaves extraterritoriales où règne la sharia ».

Sénat

Le Volkskrant signale que quatre personnalités du PvdA ont d’ores et déjà fait savoir qu’elles aimeraient être tête de liste de ce parti pour les élections sénatoriales : Mme Marleen Barth, ex- journaliste du Trouw et actuellement présidente d’un groupe de lobbying en faveur d’une meilleure prise en charge des handicapés mentaux dans le système de santé, M. Kim Putters, sénateur PvdA, M. Steven de Waal, consultant pour le secteur public et M. Jan Hamming, échevin à Tilburg. Le PvdA a actuellement 14 sièges au Sénat (sur 75). L’actuel président du groupe travailliste au sénat, M. Han Noten, ne renouvelle pas sa candidature. « Les personnes intéressées ont jusqu’à mercredi pour se faire connaître », précise le Volkskrant. « La procédure de sélection s’achève le 30 novembre et le nom de la tête de liste sera connu le 3 décembre. Les membres de la Première Chambre sont élus par les membres des Etats Provinciaux. Les élections provinciales sont fixées au 2 mars 2011 ».

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

Le correspondant du Volkskrant consacre un article au Canard Enchainé et aux différents procès qui lui sont intentés.
Le Trouw (p3 et 24)et le Volkskrant (p38) annoncent que le Prix Goncourt a été décerné à Michel Houellebecq.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 23/11/2010

Haut de page