Presse néerlandaise du mercedi 5 décembre 2007

"Le nouvel indicateur des chemins de fer est chaotique", selon le quotidien à grand tirage AD Haagsche Courant. "Des centaines de trains seront supprimés, surtout tard le soir et tôt le matin. Ce qui posera un problème aux voyageurs, c’est que ces trains rouleront bien certains jours, mais pas d’autres. De plus, la situation peut changer d’une semaine à l’autre. Ces suppressions sont le résultat des sévères exigences concernant l’état des voies et de l’engagement d’un nombre beaucoup plus élevé de trains de marchandises. De ce fait, le gestionnaire du rail, Prorail, n’a pas pu honorer tous les souhaits des sociétés de transport."
"L’association de voyageurs Rover qualifie le nouvel indicateur de ’maison de fous’. Le porte-parole de Rover Rikus Spithorst déclare à ce propos : ’Il est impossible de comprendre quand certains trains rouleront, tant il y a d’exceptions au schéma normal. C’est pourquoi nous saisissons l’Autorité néerlandaise de la concurrence (NMa)." La NMa est chargée du contrôle de l’application de la législation ferroviaire.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Les services de renseignement américains : L’Iran a mis fin à son programme nucléaire militaire en 2003", "Plus de questions que de réponses sur la bombe atomique iranienne"
Trouw (chrétien progressiste) : "Les Nations Unies sonnent l’alarme sur le Bangladesh - La situation après le cyclone Sidr est beaucoup plus urgente qu’on ne le pensait", "La ligne de Betuwe perturbe la signalisation de la ligne de voyageurs" (problèmes techniques entre Sliedrecht et Gorinchem)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Un nouvel indicateur des chemins de fer dimanche : le chaos sera complet pour les voyageurs - Des centaines de trains de moins le matin et tard le soir", "Van Basten quittera le onze orange après l’Euro 2008" (football)
de Volkskrant (centre gauche) : "Plus personne ne parle de bombes - L’Iran était, est et reste dangereux, prévient le président Bush" (correspondance de Washington), "Van Basten et Van ’t Schip quitteront le onze orange après l’Euro 2008"
De Telegraaf (populaire) : "Drame lors d’un sauvetage en mer : dix morts - Un bateau de réfugiés heurte un navire rotterdamois et coule", "Départ après l’Euro", "Onno Hoes veut devenir le nouveau président du VVD"

* * *

NOTRE DOSSIER :Conseillers municipaux

"La moitié des conseillers municipaux CDA - plus de 1 800 au total - trouve la charge de travail que ces fonctions entraînent trop lourde et difficile à combiner avec un emploi", relève le Volkskrant (p.3). "10 pour cent préféreraient y mettre fin immédiatement. Depuis les élections de mars 2006, presque quarante conseillers municipaux CDA ont effectivement quitté leurs fonctions."
"’Ces chiffres ne sont pas réjouissants’, dit le directeur de l’association des gestionnaires CDA, Jo-Annes de Bat. De Bat est lui-même conseiller municipal à Goes. Son association a fait étudier cet automne la charge de travail des conseillers municipaux CDA et elle en publie les résultats aujourd’hui."
"Selon De Bat, ce sont surtout les présidents de groupe qui constatent que leur travail prend beaucoup plus de temps qu’ils ne le pensaient au départ."
"Le PvdA signale aussi que ses conseillers municipaux jugent la charge de travail trop lourde, selon Jos Kuijs du Centrum voor Lokaal Bestuur [Centre pour l’administration locale]. ’Ce qui nous préoccupe, c’est que la ’durée’ moyenne de nos conseillers et échevins n’est que de quatre ans. Je trouve cette donnée alarmante. C’est beaucoup trop court pour vraiment asseoir quelque chose’."
"Le directeur de l’association des gestionnaires CDA De Bat dit qu’il devient de plus en plus difficile de trouver des candidats à un poste de conseiller municipal dans le secteur privé. Il rappelle que beaucoup de membres des conseils municipaux viennent de l’enseignement ou de la fonction publique. ’Il faut aussi avoir quelque chose à leur offrir du point de vue financier. Or la rémunération n’est pas tellement impressionnante’."
"Le président du groupe PvdA de Rotterdam, Peter van Heemst, a exprimé la même plainte récemment dans le Volkskrant. Selon lui, la rémunération des présidents de groupe n’est pas proportionnée à la quantité de travail que cette fonction entraîne. Cette opinion gagne aussi du terrain en milieu CDA. Un président de groupe CDA sur trois dit que ses tâches de conseiller lui prennent plus de 16 heures par semaine. Et 86 pour cent de tous les conseillers municipaux CDA déclarent que leurs tâches prennent plus de temps que prévu. Simultanément, 40 pour cent disent que toutes ces heures ne leur suffisent pas pour vraiment bien s’acquitter de leurs tâches. Depuis l’introduction du système dualiste en 2002 (davantage de pouvoir au conseil, les échevins ne font plus partie des groupes) la charge de travail n’a fait qu’augmenter, se plaignent beaucoup de conseillers municipaux."

ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Geert Wilders

Les réactions à l’appel de l’ancien président de la centrale syndicale CNV Doekle Terpstra (CDA) à former un front contre les idées de Geert Wilders (PVV) font toujours couler beaucoup d’encre.

Le Trouw (p.4) note que "le leader PVV Geert Wilders se sent ’diabolisé’". "Après avoir qualifié l’action du président chrétien-démocrate du Conseil de l’HBO [enseignement professionnel supérieur] de ’franchement écœurante’, la semaine dernière, il est allé beaucoup plus loin dans les coulisses de la Deuxième Chambre hier : ’Ceci est presque une fatwa chrétienne-démocrate’."
"Selon Wilders, de récents graffiti apparus sur les murs de Gouda, des croix gammées et des slogans souhaitant sa mort, sont une conséquence directe de l’appel de Terpstra. Il dit aussi que depuis la lettre ouverte de cet ’homme bête’, il reçoit beaucoup plus de courriels de menace. La commune de Gouda, elle, estime que les slogans inscrits sur les murs le week-end dernier sont une réaction à l’annonce de Wilders qu’il ferait un film sur l’islam et le rôle du Coran comme inspirateur d’’atrocités’."

Dans son cahier de Verdieping, le journal chrétien progressiste ouvre ses colonnes à Mient Jan Faber, ancien secrétaire du Conseil pacifiste interéglise (IKV) et fervent partisan d’un mouvement contre les idées anti-islamiques du chef de file PVV, ainsi qu’au psychologue des masses Jaap van Gennip, qui fait valoir que "la colère de Doekle Terpstra, l’appel à un mouvement civique large contre les idées du PVV, tout cela arrange évidemment beaucoup Wilders". Suit une sélection des "centaines de réactions de lecteurs".

Le Volkskrant (p.3) souligne que "dix personnalités connues, parmi lesquelles l’ancien politique Elco Brinkman, l’entraîneur de football Foppe de Haan et le publiciste Geert Mak se sont ralliées à l’appel de Doekle Terpstra à davantage ’de tolérance, de compréhension et de coopération’ dans la société".
En page d’opinion, la chroniqueuse Evelien Tonkens suit la tradition du 5 décembre, fête de la Saint Nicolas (lorsque les Néerlandais se font des cadeaux surprises accompagnés de bouts rimés pleins d’allusions personnelles), et s’adresse à Geert Wilders en vers !

Défense

Jack de Vries, qui a été jusqu’à une date récente le conseiller personnel du premier ministre Jan Peter Balkenende, pourrait succéder au secrétaire d’Etat à la Défense Cees van der Knaap, qui quittera prochainement La Haye pour la mairie d’Ede.
De Vries (CDA) est un candidat important, selon des sources proches du gouvernement. D’autres noms circulent cependant aussi, parmi lesquels celui de l’ancien député CDA Hans Hillen (Het Financieele Dagblad p.2, de Volkskrant p.3, Trouw p.7).

Le Telegraaf (p.7) croit savoir que "le PvdA s’oppose vivement à Jack de Vries". "Le possible retour à La Haye du conseiller CDA suscite de nouvelles frictions au sein de la coalition." "De Vries, 39 ans, a dirigé la campagne électorale du CDA et a été le cerveau de l’action de dénigrement du leader PvdA Wouter Bos, présenté comme ’faux-jeton’. Les sociaux-démocrates sont loin de l’avoir oublié."

Sooreh Hera

"On peut dire ce qu’on veut de Wim van Krimpen, directeur du Musée municipal de La Haye, mais pas qu’il est peureux ou qu’il évite le débat", remarque le Trouw (p.7). "Telle est la teneur des réactions des musées à la décision de Van Krimpen de ne pas exposer les photos de l’artiste iranienne Sooreh Hera parce qu’elles seraient offensantes pour certains groupes de la société. Ces photos présentent le prophète musulman Mahomet et son beau-fils Ali comme homosexuels. Selon Hera, le motif de la décision est la peur, mais les directeurs de musée s’interrogent plutôt sur l’intégrité de l’artiste."
"Beaucoup de directeurs n’étaient pas joignables hier. Ceux qui ont réagi soutiennent Van Krimpen", souligne le journal chrétien progressiste, qui cite Rutger Wolfson, de Middelburg, en ces termes : "Je n’exposerais pas ces photos non plus, parce que je ne vois pas de différence entre Wilders et la manière dont cette artiste opère. Tous deux cherchent à provoquer d’une manière non constructive. Je ne mettrais pas mon musée à disposition comme plate-forme pour ces provocations." Wim Pijbes, directeur du musée Kunsthal de Rotterdam : "Il n’y a rien à redire aux œuvres elles-mêmes, mais du fait qu’Hera a cherché la publicité dans l’intention de lancer un mouvement, elles ont pris une toute autre signification."

"Si elle n’avait pas publié ces propos sur Mahomet, ces photos d’hommes masqués seraient maintenant exposées", explique Wim van Krimpen lui-même dans le NRC Handelsblad (pp.1 et 10) d’hier soir. "C’est du bon travail. Du moment qu’elle a cherché la publicité, c’est brusquement devenu une discussion politique. Je ne me laisse pas exploiter pour cela."

Joint Strike Fighter

"Le prix du JSF reste nébuleux", titre le Trouw (p.4) au-dessus d’un article de Teun Lagas. "La Cour des comptes, dans un rapport paru hier, prévient que la Défense ignore en ce moment le coût total du projet controversé." "Même au moment où le gouvernement, en 2010, devra décider de l’achat de nouveaux appareils pour l’armée de l’air, le prix du Joint Strike Fighter américain risque de n’être toujours pas clair."

AFFAIRES FRANÇAISES

Dans le Volkskrant (p.4), Ariejan Korteweg évoque le livre publiée mardi par Ségolène Royal, Ma plus belle histoire, c’est vous. "Royal a un double combat à mener. D’abord elle devra regagner les faveurs du PS, ensuite rallier de nouveau au parti le reste de la gauche française."

Dernière modification : 22/09/2008

Haut de page