Presse néerlandaise du mercredi 1er juin 2005

Trois
jours après le rejet du Traité constitutionnel européen en France, les
Néerlandais se prononcent à leur tour aujourd’hui, lors d’un référendum
consultatif qui devrait déboucher sur un "non" selon les derniers sondages.

Les
médias étrangers sont venus en grand nombre aux Pays-Bas pour rendre compte de
ce vote "historique" : on estime à deux cents ou trois cents le nombre de
correspondants à Bruxelles venus à La Haye pour l’occasion. 

  • NRC Handelsblad
    d’hier soir : "Villepin succède à Raffarin comme premier ministre - Réaction
    au non de la France", "La campagne du oui est devenue une double campagne du
    non" (Pays-Bas), "Une citerne explose : deux morts", "Khodorkovski : neuf ans
    de camp"
  • Algemeen Dagblad
     : "L’heure de la vérité - Les Néerlandais penchent pour le Non", "L’industrie
    du tabac flatte les femmes"
  • De Telegraaf  :
    "OUI ou NON ?", "Contrôles éclairs à la recherche d’armes dans les écoles",
    "Un troisième enfant pour Marilène et Maurits" (famille royale)
  • de Volkskrant  :
    "La Haye redoute le ’non’ des électeurs - Balkenende appelle une dernière fois
    à voter oui", "De Villepin est le nouveau premier ministre français"
  • Trouw  : "’Zalm
    renforce le malaise’ - Les conseillers économiques de la Deuxième Chambre
    critiquent la politique gouvernementale", "Les citoyens sont devant un choix
    historique"

* * *

 

Notre
dossier : Politique budgétaire néerlandaise

" Le
gouvernement aggrave la récession par ses économies et ses réformes
", écrit
le journal d’affaires Het Financieele Dagblad dans son grand article à la
une. " Il est douteux que la croissance économique reprenne à court terme.
C’est ce qu’affirme le Conseil économique (REA)
."

"Le REA
a présenté mardi à la Deuxième Chambre ses recommandations en matière de
politique budgétaire. Les porte-parole financiers Frans de Nerée tot Babberich
(CDA) et Ferd Crone (PvdA) sont pleins d’éloges pour ces recommandations. Le
député VVD Stek Blok, par contre, les qualifie de ’trop faciles et trop
superficielles’."

" Les
cinq économistes critiquent sévèrement la politique gouvernementale. La
politique budgétaire est contre-productive pour l’économie, affirment-ils. La
Haye aggrave les récessions et force trop les reprises. Par ailleurs,
l’accumulation de révisions dans le système des soins et de la sécurité sociale
est cause de ’plus d’incertitude des citoyens’, selon le REA. Cela incite les
consommateurs à retenir les cordons de la bourse
."

"Selon
les professeurs d’économie, le système de retraite contient un ’défaut de
fabrication institutionnel’ : lorsque l’économie se porte mal, les
cotisations-retraite doivent augmenter trop rapidement pour accroître les
réserves des caisses de retraite."

" Les
économistes recommandent de ’revenir à une politique budgétaire qui se concentre
sur le déficit budgétaire structurel plutôt que sur le déficit effectif’
. Le
déficit structurel tient compte de l’état de l’économie."

"Le CDA
et le VVD veulent suivre cette recommandation à l’avenir."

Le Trouw , dans son grand article, rappelle que " ce conseil composé
d’éminents professeurs d’économie fait des recommandations à la Deuxième Chambre
dans le domaine socio-économique et financier
". " Il a été instauré à la
suite d’une initiative du groupe parlementaire gouvernemental CDA
."

"Selon
la commission, la politique budgétaire gouvernementale est trop procyclique.
C’était déjà le cas sous Paars II [le deuxième gouvernement Kok], lorsque Gerrit
Zalm, VVD, était également ministre des Finances. A la fin du siècle dernier il
a contribué à la surchauffe de l’économie en stimulant la consommation par un
allégement fiscal en période de haute conjoncture. Dans le gouvernement actuel,
Zalm renforce la basse conjoncture en insistant trop sur la baisse du déficit
budgétaire et en introduisant les réformes au mauvais moment" (également de
Volkskrant
p.7, De Telegraaf p.25).

 

Actualité
intérieure

Référendum sur le Traité constitutionnel

" Le
jour décisif est arrivé
", remarque le Telegraaf à la une. " Les
Pays-Bas sont-ils prêts faire un nouveau pas en avant dans la coopération
européenne, ou bien nous rallierons-nous aux Français qui ont dit massivement
’non’ à la Constitution européenne, dimanche ?
" "Des centaines de
journalistes étrangers regardent par-dessus notre épaule pour voir si nous
suivons l’exemple français."

" Partisans
et adversaires ont encore fait flèche de tout bois pour présenter leur point de
vue
. Le ministre Zalm (Finances), un grand partisan, a même distribué des
tracts dans la rue, contrairement à ses principes. Beaucoup de leaders de groupe
parlementaire ont fait campagne toute la journée. Les députés SP, fervents
adversaires, ont répondu au téléphone toute la journée et les Jonge Democraten
[jeunes démocrates] ont rempli Oss, la ville de résidence du leader SP
Marijnissen, d’affiches appelant à voter pour."

"Quelle
que soit la majorité en faveur de la Constitution à la Deuxième Chambre, c’est
aujourd’hui à vous de jouer."

" Les
sondages prédisent un ’non’
", rappelle le Trouw à la une. "Les
partisans, le VVD, le CDA, le D66, le PvdA et GroenLinks, tiennent déjà compte
d’un rejet. Et alors que le secrétaire d’Etat Nicolaï (Affaires européennes) se
montrait encore optimiste, le ministre Bot (Affaires étrangères) était nettement
plus pessimiste. Il a été le premier membre du gouvernement à reconnaître à CNN
qu’’il semble que ce sera non’."

" Dans
le camp du ’non’ (Wilders, LPF, SGP et SP), on entendait dire hier qu’un rejet
ne pouvait pas rester sans conséquences pour le gouvernement
. Le SP et le
SGP jugent plausible que Nicolaï, responsable politique du référendum, sauve la
face en démissionnant. ’Sa situation est comparable à celle de l’ancien ministre
De Graaf : il ne peut plus remplir son mandat’, estime Van Bommel (SP). Le
porte-parole de Nicolaï a dit hier soir qu’il ne prévoyait pas de démission."

"Herben
(LPF) va encore plus loin. Il estime que Bot doit réfléchir à sa situation, tout
comme le leader PvdA Bos et la chef de file GroenLinks Halsema, qui sont pour.
La Chambre débattra demain du résultat."

" Jamais
l’Union européenne n’a autant agité les esprits
", souligne le journal
chrétien progressiste. " L’ancien premier ministre Lubbers estime que lui et
ses successeurs Kok et Balkenende ont failli dans la communication avec la
population sur l’Europe
. ’On n’a par exemple pas clairement fait apparaître
que les Pays-Bas restent une nation indépendante’, a-t-il dit hier à la radio
NOS. Partisans et adversaires sont néanmoins d’accord que le référendum a
relancé le débat sur l’Europe et que c’est un succès, ne serait-ce que pour
cette raison
."

Ce
dernier avis est partagé par l’éditorialiste du Volkskrant , qui rappelle
que " formellement, la Première et la Deuxième Chambres peuvent ignorer le
résultat du référendum
". "C’est le Parlement qui doit en définitive ratifier
le Traité établissant une Constitution pour l’Europe." " Mais du point de vue
politique, il n’est guère envisageable que le Parlement ignore un ’non’ clair
."

A
noter que diverses organisations allochtones ont appelé lundi leur base à voter
aujourd’hui, et à voter "pour" la Constitution européenne. Selon ces
organisations, "la Constitution interdit la discrimination et assure une
politique migratoire plus humaine". Il importe selon elles que "les Pays-Bas
fassent partie d’une Europe forte dans laquelle on rend justice à la diversité
des 25 Etats membres" ( NRC Handelsblad d’hier soir p.3).

 

Affaires françaises  

L’ensemble de la presse annonce la nomination de Dominique de Villepin au poste
de premier ministre et l’entrée au gouvernement de Nicolas Sarkozy, après le
rejet de la Constitution européenne, dimanche. Pratiquement tous les quotidiens
publient un portrait du nouveau premier ministre. "Le fils favori de Chirac" est
un "énarque parisien typique", souligne Pieter Kottman dans le NRC Handelsblad
d’hier soir. "Napoléon comme exemple", titre le Volkskrant au-dessus d’un
"profil" signé Fokke Obbema. "Le président Chirac récompense De Villepin pour sa
grande fidélité." "Un diplomate comme De Villepin, avec son rayonnement
aristocratique, pourra-t-il vraiment s’adresser à tous les Français, les
notables comme le peuple ? Il y a lieu d’en douter." L’ Algemeen Dagblad
parle d’un "aristocrate arrogant avec une vision large". "De Villepin :
aristocrate fidèle", titre le Telegraaf .

L’ancien chef de la diplomatie française Hubert Védrine, le dernier à s’exprimer
dans le Volkskrant dans la série "Cinq questions sur la Constitution
européenne", fait valoir que "le fossé entre l’élite et la population s’élargit
déjà depuis le Traité de Maastricht, en 1992". "Il était évident pour moi que
les choses se gâteraient un jour et ce résultat ne m’étonne absolument pas",
dit-il à propos du référendum français. "Les Pays-Bas vont indubitablement dire
non aussi. Et si la Grande-Bretagne va voter, il en sortira également un non."
"En tant que consultant je n’ai pas de conseil à donner aux Néerlandais, en tant
qu’ex-ministre non plus. Les Néerlandais voteront librement. Je discerne
cependant des sentiments qui n’ont rien à voir avec la Constitution, tout comme
chez nous en France."

Dernière modification : 01/06/2005

Haut de page