Presse néerlandaise du mercredi 1er mars 2006

La ministre de l’Intégration Rita Verdonk (VVD) a "rejeté hier avec fermeté" la demande de naturalisation accélérée de Salomon Kalou, un footballeur ivoirien qui joue pour le Feyenoord (Rotterdam), de même que la requête de la jeune Kosovare Taïda Pasic, qui veut rester aux Pays-Bas jusqu’à obtention de son baccalauréat.
Selon la ministre libérale, la lycéenne, qui a touché sept mille euros de prime de rapatriement avec ses parents, a "abusé des règles" pour revenir aux Pays-Bas par une voie détournée. Quant au footballeur, ce n’est que s’il repasse avec succès son test d’intégration qu’il a une chance d’obtenir gain de cause.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "Le CDA et le PvdA veulent protéger le secteur de l’énergie contre les reprises étrangères", "Van Ardenne : On a abusé de la question des caricatures"
-De Telegraaf  : "Non à Taida et Kalou - La ministre Verdonk : Les règles sont les règles", "Un chat mort de la grippe aviaire" (correspondance de Berlin), "Máxima est marraine du petit prince norvégien"
-AD Haagsche Courant  : "Verdonk : double NON ! Taïda doit quitter rapidement les Pays-Bas - Kalou ne devient pas néerlandais"
-de Volkskrant  : "Les médecins généralistes délèguent trop -Les assistants établissent des ordonnances sans en avoir la compétence", "Encore 28 jours et Taïda devra vraiment partir", "La violence sectaire fait 67 morts en Irak"
-Trouw  : "Des dizaines de milliers d’enfants victimes de violences à domicile", "Un chat meurt du virus de la grippe aviaire sur une île allemande"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Caricatures danoises

"Le VVD reproche à la ministre CDA de la Coopération, Van Ardenne, de défendre les musulmans offensés, au détriment de la liberté d’expression", relève le Volkskrant (p.3). "’La ministre contrecarre la politique du gouvernement’, selon le député VVD Van Baalen."
"Van Ardenne fait valoir dans un journal arabe que la controverse des caricatures danoises ne révèle pas un fossé entre l’Occident et l’islam, mais entre le monde séculier (non religieux) et les croyants. On ignore les sentiments religieux, on ’dénigre’ même la religion."
"Selon la ministre, liberté d’expression ne veut pas dire droit à l’offense. La ministre affirme aussi que ’derrière la façade de la tolérance c’est l’indifférence, voire l’hostilité vis-à-vis d’autres cultures et religions’ qui se cache. Selon des initiés, Van Ardenne n’a pas ’harmonisé’ sa contribution au journal international Asharq al-Awsat, qui est publié à Londres, avec le ministre des Affaires étrangères Bot. Ce dernier s’est justement opposé cette semaine, durant un conseil européen, à une déclaration contenant des excuses pour les caricatures controversées."
"Selon le député VVD Van Baalen, l’opinion de Van Ardenne est ’contraire à celle que Bot et le premier ministre Balkenende ont exprimée’." "Van Baalen veut des éclaircissements sur la position du gouvernement après les vacances. Il se demande à qui la responsable CDA fait allusion en parlant d’’intégristes du sécularisme’, c’est à dire de gens pour qui la religion ne joue aucun rôle significatif. Van Ardenne ’pense peut-être à des gens comme Hirsi Ali’, dit Van Baalen, en faisant référence à sa collègue qui estime qu’on peut tout dire de la religion, même si c’est ressenti comme offensant. ’Que Van Ardenne donne des noms’, dit Van Baalen" (également Trouw p.3, AD Haagsche Courant p.9).

Le texte que la ministre a fait publier dans le journal arabe figure en page d’opinion du NRC Handelsblad d’hier soir. Il sera repris cette semaine par le Yemen Times.

Pays-Bas - Syrie

"Le service de renseignement militaire de la Syrie est impliqué dans l’examen du dossier de Syriens qui doivent quitter les Pays-Bas", croit savoir le Volkskrant (p.3). "La délégation des autorités syriennes venue pour établir l’identité de ces personnes compte un membre de la redoutable ’section 235’ de Damas. C’est ce que fait savoir l’organisation de défense des droits de l’homme Synatic établie à Paris, qui étudie l’affaire." "Les Syriens qui ont dû se présenter pour un entretien craignent maintenant que des informations sur eux ne soient aux mains des autorités, ce qui peut avoir des conséquences graves."
"Aux Pays-Bas résident 270 Syriens qui doivent retourner chez eux, mais qui n’ont pas de papiers. Pour établir leur identité, le Service d’immigration et de naturalisation (IND) a convenu avec la Syrie que deux fonctionnaires interrogeraient leurs compatriotes. Ces entretiens ont eu lieu dans les locaux de l’IND à Zwolle et Bois-le-Duc et au centre de rapatriement de Rotterdam."
"Amnesty International s’inquiète de la façon de procéder de l’IND et des deux fonctionnaires. Si les autorités syriennes apprennent que des Syriens ont demandé l’asile aux Pays-Bas, ils courent le risque d’être poursuivis et torturés dans leur pays, écrit l’organisation dans une lettre à la ministre Verdonk."

Marché européen de l’énergie

"Les Pays-Bas ne doivent pas essayer de créer un champion national de l’énergie en réponse à la consolidation qui est en cours dans le secteur européen de l’énergie", écrit le Financieele Dagblad à la une. "C’est ce que dit le ministre des Affaires économiques Laurens-Jan Brinkhorst à notre journal. ’Nous ne devons pas verrouiller le secteur de l’énergie en maintenant la participation de l’Etat. C’est une chimère de croire que c’est une solution’."
"Brinkhorst n’est pas partisan de l’initiative du CDA et du PvdA, qui ont annoncé mardi qu’ils veulent conclure un ’accord national’ avec les actionnaires provinciaux et communaux des compagnies d’énergie néerlandaises. Les collectivités locales, dans ce cadre, devraient s’engager à garder leurs actions pendant dix ans, pour éviter un rachat par des parties étrangères." "’Nous allons de toute façon à un marché avec un nombre limité de grands acteurs’, dit Brinkhorst. ’Les Pays-Bas sont trop petits pour pouvoir participer au jeu. Un champion national n’y changera rien. Il est curieusement prétentieux de croire que la souris néerlandaise pourrait reprendre l’éléphant EdF’."
"Le ministre D66 ne voit pas d’objections à ce que la production d’énergie passe en des mains étrangères. ’C’est déjà le cas à 50 pour cent. Tant qu’il y a assez de concurrence ce n’est pas un problème. Nous avons un organe de surveillance pour y veiller."
"Selon Brinkhorst, les Pays-Bas ne doivent pas suivre l’exemple de la France, où des ’champions nationaux’ donnent le ton sur le marché de l’énergie. Le gouvernement français a réalisé en un seul week-end la fusion de deux grandes compagnies d’énergie nationales, Suez et Gaz de France, pour empêcher une reprise par la compagnie italienne Enel. ’Le patriotisme économique ne rapporte rien aux Français. Ils ont un chômage double du nôtre et des déficits beaucoup plus élevés’, déclare le ministre D66."
"Brinkhorst a eu des contacts avec différents collègues étrangers et avec la Commission européenne sur l’évolution du marché européen de l’énergie. ’Mon collègue belge s’inquiète de la situation. D’autres collègues aussi. La Commission examinera certainement les aspects concernant la compétitivité.’ Brinkhorst qualifie Neelie Kroes, l’eurocommissaire chargée de la compétitivité, d’’excellente alliée’ dans le processus de libéralisation européen."

Le Trouw (p.13) rappelle dans ce contexte que les Pays-Bas, tout comme la France et l’Allemagne, pourraient avoir aujourd’hui leur "champion énergétique national", si le projet de restructuration du secteur formulé en 1997 par le ministre des Affaires économiques Hans Wijers avait abouti.

ACTUALITE INTERIEURE

Rap du ministre de la Justice

Le président de la Deuxième Chambre, Frans Weisglas, désapprouve le rap du ministre de la Justice, Donner, contre la légalisation des drogues douces, notent plusieurs quotidiens. "Comment les gens peuvent-ils encore prendre la politique au sérieux si même le ministre de la Justice fait ce genre de chose ?" s’interroge Weisglas dans son carnet hebdomadaire mis en ligne hier.
Le Telegraaf (p.7) précise que le ministre est invité de toutes parts à se produire dans le pays, mais qu’il n’a pas l’intention de le faire. Il n’est cependant pas tout à fait exclu qu’il reprenne un jour le micro, s’il apparaît que son message passe mieux ainsi, selon le journal populaire.

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.9) a publié hier soir un entretien avec Steven Engelsman, directeur du Musée ethnographique de Leyde depuis 1992. Engelsman, 56 ans, a reçu vendredi dernier les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.
Le NRC : "Manifestement, la France vous est reconnaissante d’avoir apporté une contribution aux relations culturelles bilatérales. Mais pas un seul des 200 000 objets de votre musée ne vient de France ou même d’Europe." Engelsman : "C’est tout à fait vrai. (...) La reconnaissance française vient de l’expertise que nous avons acquise en refaisant totalement l’inventaire et la conservation de notre collection dans les années quatre-vingt-dix. C’était une gigantesque opération logistique. Nous avons commis des erreurs instructives pour nos pendants français. Changer de système informatique à mi-chemin, par exemple. (...) Nous avons aussi trouvé des solutions par tâtonnements, tel qu’un procédé dynamique de nettoyage, de conservation, de stockage et de couplage de l’objet à la documentation et aux photos qui s’y rapportent."
Le musée français qui profite de cette expérience néerlandaise est le nouveau Musée du Quai Branly, qui ouvrira ses portes en juin. "Il a profité de notre expérience - et même de notre système informatique - en réunissant et en classant les deux collections [du Musée de l’Homme et du Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie]."

Dernière modification : 11/05/2006

Haut de page