Presse néerlandaise du mercredi 10 septembre 2003

Tous les quotidiens publient ce matin en première page une photo de la cinéaste et photographe allemande Leni Riefenstahl, qui a été un temps cinéaste officielle du IIIe Reich, décédée hier àPöcking (Bavière) àl’âge de 101 ans.

Sur le plan intérieur, la question des Antillais délinquants et un dégraissage drastique annoncé par la chaîne de grands magasins V&D fournissent des titres àla une.

NRC Handelsblad d’hier soir : "V&D supprime 2 300 emplois àla suite de pertes", "’C’était toujours tellement calme dans le magasin’", "Plaidoyer en faveur du refus des Antillais délinquants", "Riefenstahl est morte"

De Telegraaf  : "Dernière chance pour V&D – Douze grands magasins fermeront – 2 300 personnes àla rue", "La cinéaste Leni Riefenstahl est décédée"

Algemeen Dagblad  : "Licenciements en masse àV&D – Fermeture d’au moins 12 filiales, 1 800 collaborateurs àla rue", "Leni Riefenstahl (101 ans) : la fin d’un talent diabolique", "Le gouvernement : il est possible d’épargner pour une retraite partielle"

Trouw  : "Les communes en désaccord sur les Antillais délinquants", "’Adoptez un paysan mexicain pour 48 dollars’" (avant-papier sur Cancún), "V&D a perdu ses produits d’appel"

de Volkskrant  : "Les grands actionnaires exigent la baisse du salaire de Moberg – Les caisses de retraite ABP et PGGM en action contre le conseil d’administration d’Ahold", "L’interdiction de fumer sera presque certainement abandonnée dans l’hôtellerie-restauration", "’Il n’y avait absolument pas de leadership’" (V&D)

 

* * *

 

Le dossier du jour : Antillais

" Les maires qui veulent que les Pays-Bas refusent les Antillais délinquants vont trop loin ", relève le Trouw dans son grand article àla une. " C’est l’opinion de Jacques Wallage, maire de Groningue, l’une des villes qui comptent le plus d’Antillais . ’Ils proposent des choses dont ils savent qu’elles ne sont pas possibles. Ils leurrent la population’."

" Le maire de Rotterdam, Ivo Opstelten (VVD), a annoncé avant-hier que dix-huit communes néerlandaises voulaient interdire l’accès des Pays-Bas aux jeunes Antillais délinquants ", rappelle le journal chrétien progressiste. "C’était àl’issue de la concertation habituelle de ces communes, àlaquelle dix sur dix-huit ont participé. Une lettre au ministre devra être prête àla fin de la semaine, mais Wallage (PvdA) ne la signera pas ."

Wallage, qui était empêché, qualifie le résultat de la réunion de "préoccupant". " C’est le modèle Bolkestein – Fortuyn : on annonce une mesure drastique pour montrer àquel point on est conscient de la gravité d’un problème, mais on ne l’applique jamais par la suite ." "Refuser les Antillais, c’est comme dire : les Groningois délinquants n’ont plus le droit de se rendre àLa Haye. On ne peut même pas le faire àd’autres Européens, alors que les Antillais font partie du Royaume, ont un passeport néerlandais. Pour changer cela, les Pays-Bas doivent dénoncer unilatéralement le statut des Antilles. Il n’y aura jamais de majorité pour cette mesure. C’est un grand show pour la base. C’est un écran de fumée derrière lequel les administrateurs se cachent’."

Le maire de Den Helder, Jeroen Staatsen (VVD) est l’un de ceux qui veulent expulser des Pays-Bas les délinquants antillais de sa ville , note le même Trouw en page 3. "Juridiquement, ce n’est pas possible, mais en ce qui le concerne la loi ne doit pas empêcher qu’on s’attaque au problème." " L’Etat ne peut plus demander aux communes de faire face àl’afflux ininterrompu’ , déclare Staatsen. La mesure réclamée exigerait que les Pays-Bas modifient ou dénoncent le statut des Antilles. ’Ce statut n’est pas de béton. Les Pays-Bas n’ont rien àdire sur ce qui se passe là-bas, mais ils en subissent les conséquence s.’ Den Helder a des projets sociaux pour les jeunes Antillais délinquants, qui ont du succès. ’Mais quand nous avons remis àgrand-peine trente Antillais dans le droit chemin, il y a un nouvel avion qui atterrit’."

"Staatsen ne veut pas stigmatiser. Il y a 2 000 Antillais àDen Helder. IL estime que 50 font partie du noyau dur délinquant et que 150 autres se trouvent sur la pente raide. Mais les ministres concernés ne voient pas l’urgence de la situation, selon le maire. Quand il y a le feu, on va l’éteindre. On ne monte pas sur le toit de la maison en flammes pour crier qu’il faut vérifier ce que dit la loi sur les corps de pompiers’ ."

Le Trouw note aussi que, de l’avis du ministre plénipotentiaire des Antilles néerlandaises aux Pays-Bas, Maurice Adriaens, "les maires des communes àforte concentration d’Antillais doivent veiller àne pas susciter d’antagonisme entre différents groupes de Néerlandais" . Il leur recommande de parler de "Néerlandais àproblème, au lieu de stigmatiser". Il s’agit d’un problème qui s’est créé durant de longues années et dont on ne s’est pas occupé durant de longues années."


Actualité internationale


Union européenne

" La constatation du ministre Jaap de Hoop Scheffer (Affaires étrangères), selon laquelle les petits pays européens peuvent difficilement s’opposer aux grands lorsque ceux-ci sont d’accord, n’est pas inexacte ", remarque Ben van der Velden, le correspondant àBruxelles du NRC Handelsblad (p.3). " Mais le problème est que lors des grandes crises internationales, comme cette année lors de la guerre contre l’Irak, les grands pays européens ne sont pas d’accord ."

"Tous les ministres des Affaires étrangères, y compris De Hoop Scheffer, considèrent qu’ils ont pour tâche de défendre les intérêts nationaux, même si c’est aux dépens d’un intérêt européen communautaire. Cela s’est par exemple avéré durant la préparation de la guerre contre l’Irak, lorsque les positions allaient de l’opposition àcette guerre (France Allemagne, Belgique et Luxembourg) àson soutien (entre autres Grande-Bretagne, Espagne et Pays-Bas). Mais simultanément, De Hoop Scheffer constate que ses possibilités en tant que représentant haguenois sont limitées. L’influence néerlandaise en Europe a toujours eu des limites, mais l’élargissement de l’UE l’a encore fait baisser. Ce n’est pas une nouvelle analyse. Ce qui est nouveau, c’est qu’un ministre néerlandais le dise, tout en refusant de renoncer àson droit de veto. Beaucoup de ses homologues avec lesquels il s’est entretenu de façon informelle le week-end dernier, àRiva del Garda, sont du même avis mais ne le disent pas pour ne pas perdre de crédibilité en tant que défenseurs d’intérêts nationaux."

Convention européenne

Le commentateur éditorial du Volkskrant se réjouit ce matin de la recommandation positive formulée par le Conseil d’Etat néerlandais, concernant le projet de référendum national sur la Constitution européenne (cf. revues du 5 et du 8 septembre). " L’unification européenne est mà»re pour un solide débat . Une grande partie de la souveraineté néerlandaise a déjàété transférée sans bruit àBruxelles et il est temps que les électeurs aient leur mot àdire àce sujet . Un référendum est un bon instrument pour rendre les citoyens plus conscients des conséquences de la poursuite de l’intégration . De plus, il oblige les politiques àtenir davantage compte des citoyens ."

La pratique actuelle n’est pas satisfaisante, selon le journal de centre-gauche. "Une véritable classe de mandarins européens s’est formée, constituée de politiques, de diplomates, de fonctionnaires et, ne l’oublions pas, de journalistes qui sont les seuls àconnaître encore le labyrinthe des institutions et qui parlent une langue que le commun des mortels ne peut plus guère suivre. C’est un circuit fermé et il ne serait pas mauvais d’y injecter un peu de démocratie fraîche au moyen d’un référendum. Faites sortir les bureaucrates et technocrates de leurs bureaux high-tech et mettez-les sur des caisses bancales pour défendre leurs choix ."

"Il n’y a pas encore de majorité en faveur d’un référendum sur la Constitution européenne àla Deuxième Chambre. Le CDA est contre et le VVD hésite. Il faut espérer que les libéraux se décideront et contribueront àformer une majorité en faveur de la proposition. Les groupes parlementaires qui hésitent pourront peut-être se laisser convaincre par le fait que le Conseil d’Etat parle d’un référendum ’consultatif’ et non d’un référendum contraignant. L’avis des électeurs aura ainsi le caractère d’une recommandation au Parlement. C’est la variante allégée du référendum. Ce sera toujours un début."

Economie, Finances


V&D

Tous les quotidiens publient de longs articles sur le grand assainissement des magasins V&D annoncé par l’entreprise mère Vendex KBB.

"C’est tout ou rien pour les grands magasins de V&D", écrit le Telegraaf dans son grand article àla une. "Douze des soixante-dix grands magasins seront en tout cas fermés l’année prochaine, mais les milieux financiers tiennent déjàcompte de la possibilité qu’on en aboutisse au double. Les syndicats redoutent même la fin définitive de ’Vroom & Dreesmann’, s’il n’y a pas d’amélioration fin 2004."

"L’entreprise mère Vendex KBB interviendra très durement dans sa ’filiale initiale’ : les prochains mois, quelque 2 300 salariés de V&D, plus d’un sur six, perdront leur emploi. Cela fait longtemps que la chaîne V&D est en péril. Mais depuis mai 2003, le chiffre d’affaires a chuté de façon dramatique. Des décisions drastiques sont de ce fait devenues inévitables, affirme la direction."

"Les syndicats se sont montrés déconcertés hier. La mesure, qui coà»tera plus de 1 800 emplois àplein temps, est beaucoup plus rigoureuse que prévu. Parmi les douze magasins àfermer se trouvent des filiales qui ont fait partie du paysage urbain pendant des générations. C’est ainsi que disparaîtront les magasins de Middelburg (ouvert en 1902), Sneek (1909) et Almere (1951). Ceux de Heereveen et Rotterdam-Oosterhof, qui ont moins de dix ans, devront aussi fermer leurs portes. Par ailleurs, les deux boulangeries de V&D, àAduard et Sint Oedenrode, seront également fermées. Les syndicats et les analystes financiers sont convaincus que Vendex KBB tournera aussi le bouton dans douze petites filiales" (également Trouw pp.1 et 5, de Volkskrant pp.1 et 17, Het Financieele Dagblad pp.1 et 11, Algemeen Dagblad pp.1 et 11).

Laurus

La chaîne de supermarchés Laurus (Konmar, Super de Boer et Edah) supprimera 360 emplois, notamment parmi le personnel administratif et dans les centres de distribution. Laurus espère ainsi accroître le rendement et économiser de 14 à16 millions d’euros. Selon Laurus, l’appareil administratif et logistique de la chaîne est trop lourd pour la part du marché qu’elle détient ( Trouw p.5, Het Financieele Dagblad p.11, Algemeen Dagblad p.11, de Volkskrant p.17, De Telegraaf p.27).

KLM –Air France

Le Trouw (p.5) et le Financieele Dagblad (p.15) notent que le gouvernement français envisage de vendre une partie de ses actions Air France àla compagnie aérienne néerlandaise KLM. C’est ce que le secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau a annoncé hier. Il se peut aussi que le gouvernement ouvre le capital. Une décision doit être prise avant la fin de l’année, selon Bussereau.

Les deux journaux considèrent cette annonce comme une nouvelle étape vers la coopération de KLM et d’Air France.

Affaires françaises

Le NRC Handelsblad (p.5) d’hier soir et le Volkskrant (p.4) évoquent encore la crise sanitaire de l’été, le premier faisant état des "vives critiques àla suite de la surmortalité en France", le second publiant un reportage plus anecdotique de Fokke Obbema : "Les Français ont été pris totalement au dépourvu par la vague de chaleur".

Le Trouw (p.6) mentionne que les Pompes Funèbres Générales estiment le nombre de morts dues àla canicule à15 000.

Le Volkskrant (p.9) présente par ailleurs le livre Dans l’enfer des tournantes, de Samira Bellil, paru en traduction néerlandaise.

Dernière modification :

Haut de page