Presse néerlandaise du mercredi 10 avril 2002

NRC Handelsblad
d’hier soir : "Peres : l’offensive de Jenine est un massacre – Israël se
retire de deux villes", "Obsèques de la Reine-Mère"

de Volkskrant
 : "Voilà de quoi il s’agit :
4428 sacs mortuaires
", "Les maires néerlandais soutiennent la
politique des stades de Cohen", "Le camp de réfugiés de Jenine est
le théâtre de lourds combats"

Trouw  : "Jenine est dévasté, les rues sont pleines
de morts", "Le rapport du NIOD servira de base pour une nouvelle évaluation"

Algemeen Dagblad
 : "Attente inutilement longue dans les centres d’accueil 
de demandeurs d’asile", "La chute de Srebrenica, Kok et l’heure
H"

De Telegraaf
 : "De la place pour les voitures – Quinze voies de pointe de plus",
"Les adieux à la queen-mum"

Actualité
internationale 

Srebrenica

" Sa
publication a été reportée à plusieurs reprises
, parce que l’Institut
national de documentation sur la Deuxième guerre mondiale n’en avait pas encore
achevé la rédaction ou parce qu’il voulait interroger davantage de personnes
impliquées", écrit le Trouw à
la une, " mais aujourd’hui le
directeur du NIOD, Blom, remet enfin au gouvernement le rapport Srebrenica,
une zone sûre
." " Il a
fallu cinq ans et demi pour boucler l’enquête sur les causes de la chute de
l’enclave musulmane en juillet 1995
. Le gouvernement avait demandé au NIOD
de se pencher sur ce nerf à vif de la politique néerlandaise, après que de
plus en plus d’éléments nouveaux avaient surgi sur le chaos autour du
bataillon de Casques bleus Dutchbat 3, qui n’a pas pu protéger la population
musulmane de Srebrenica contre les Serbes bosniaques."

"Blom et ses collaborateurs
se sont entretenus avec des politiques, des militaires et des collaborateurs de
l’ONU de tous les pays impliqués dans la crise bosniaque. Le
seul rapport principal, que le ministre Hermans (Sciences) recevra aujourd’hui,
compte 3 400 pages
en deux volumes. S’y ajoutent quatre amples études partielles , sur le rôle des
services de renseignement, la ’haute’ politique en Bosnie et en Europe du
Sud-Est, et la position des Casques bleus au milieu de la population de
Srebrenica, ainsi que des annexes qui
doivent éclairer le comportement de la Défense et des Affaires étrangères,
et le journalisme consacré au thème."

"Ce
sera une journée agitée au Binnenhof et au centre de presse Nieuwspoort, où
les journaux et les organisations de radiotélédiffusion de dizaines de pays
ont pris rendez-vous pour couvrir la présentation du rapport et les réactions."

" Le
Dutchbat n’a pas été informé de l’ordre de faire preuve de ’solidarité’ avec
les musulmans bosniaques
", souligne le Volkskrant
(p.2). "Si cela avait été le cas, le bataillon aurait adopté une
attitude plus agressive face aux Serbes, lorsque ceux-ci ont évacué les hommes
de Srebrenica. C’est ce qu’a déclaré
l’ancien numéro deux du Dutchbat, le lieutenant colonel Rob Franken
, durant
le programme télévisé NOVA, mardi."

" Selon
Franken, le ministre de la Défense Joris Voorhoeve, le 10 juillet 1995, a donné
l’ordre au Dutchbat de ne pas se battre
. ’Dans le courant de la matinée,
nous avons reçu la directive qu’il ne devait plus y avoir de morts ni de blessés’,
a dit Franken. Selon lui, Voorhoeve a donné cet ordre au commandant
Karremans."

"Durant
un exposé émotionnel à huis clos, jeudi, Wim
Kok, les larmes aux yeux, a expliqué à ses collègues PvdA du gouvernement à
quel point la chute de Srebrenica était un fardeau pour lui
", note le
même Volkskrant dans un encadré.
"C’est ’la page la plus noire du livre de ma vie politique’, a-t-il dit un
jour. Aujourd’hui, il sera contraint de la relire."

"Il n’est pas tellement étonnant
que le ministre Pronk – en dehors du premier ministre Kok le seul
membre du gouvernement de 1995 qui en fasse encore partie maintenant – s’apprête
à démissionner, alors que formellement, il n’est guère responsable des événements,
", remarque le NRC Handelsblad
d’hier soir dans ce contexte. "En 1995, il a été le premier ministre à parler de ’génocide’ et depuis, il a
fait savoir à intervalles réguliers qu’il n’approuvait pas la ligne du
gouvernement
. Pronk, a-t-on appris par la suite, avait prôné en 1995 de
’se battre à mort’, et plus tard il a été partisan de l’enquête
parlementaire que Kok n’a pas jugé nécessaire."

"Selon
des initiés, le premier ministre Kok attendra le débat parlementaire sur
Srebrenica, à la fin du mois, durant la toute dernière séance de la Deuxième
Chambre, pour tirer ses conclusions personnelles. Le
premier ministre boira la coupe Paars jusqu’à la lie
."

Cour
pénale internationale

" Fête
demain à l’ONU, à New York, avec la 60e ratification pour la Cour pénale
internationale
", annonce le Volkskrant
(p.4). " Cette cour pourra ainsi
commencer ses travaux le 1er juillet, à La Haye
." "Au moins sept
pays ratifieront demain à New York les statuts de la Cour. Le nombre de
ratifications dépassera ainsi le minimum requis de soixante. La
Cour poursuivra les auteurs de génocides, de crimes contre l’humanité et de
crimes de guerre
."

"Amnesty International, dans
un communiqué, parle de ’journée historique pour la lutte contre l’impunité’.
Selon Richard Dicker de Human Rights Watch, la Cour peut devenir la ’principale
institution des droits de l’homme’ depuis la fondation des Nations Unies, il y a
plus de cinquante ans."

"La mise en place de la Cour
s’est fait beaucoup plus vite que ses partisans les plus optimistes ne le prévoyaient.
Il n’y a pas dix ans, l’idée d’un tribunal supranational permanent pour les
crimes les plus graves semblait utopique. Mais les atrocités du Rwanda et de la
Yougoslavie, et la fondation de tribunaux pour ces pays, ont réalisé l’utopie.
En été 1998, on définissait les statuts de la cour à Rome, avec le soutien
de 120 pays. Les ratifications ont ensuite suivi beaucoup plus rapidement qu’il
n’est d’usage pour les traités internationaux. Ce sont surtout les pays
occidentaux, l’Amérique latine et l’Afrique qui soutiennent la cour. Mais la
vive opposition des Etats-Unis reste un grave handicap
."

"Il
faudra attendre encore longtemps, après le 1er juillet, pour que le premier
suspect comparaisse devant le nouveau tribunal. Les Etats participants ne se réuniront
qu’en septembre pour conclure des accords pratiques. En janvier 2003, les juges,
les procureurs et les greffiers seront élus. Il faudra ensuite plusieurs mois
pour qu’ils s’établissent à La Haye. On
s’attend à ce que la première affaire pénale ne s’ouvre qu’au deuxième
semestre 2003, voire en 2004
."

 

Actualité intérieure Joint
Strike Fighter

" Les
doutes du PvdA sur la participation au développement du chasseur américain JSF
sont pratiquement dissipés
", relève le Trouw
(p.3). "Le spécialiste du groupe parlementaire, Timmermans, a encore un
problème : un trou supposé de 42 millions d’euros dans les accords financiers
conclus avec l’industrie aéronautique, ce qu’on appelle le business case. Si le ministre VVD Zalm (Finances) arrive à boucher
ce trou demain, durant le débat de clôture, le premier groupe de la coalition
Paars donnera son accord."

" Seuls
quatre à cinq députés PvdA ont fait savoir hier au sein du groupe qu’ils
resteraient contre dans tous les cas
. Cela signifie probablement que le
Joint Strike Fighter succèdera au F16 actuel vers 2010. Formellement,
le PvdA reste d’avis qu’il doit être possible de se retirer de la phase de développement
du JSF
après quelques années, par exemple si l’on finit tout de même par
préférer un autre appareil. Mais il ressort des chiffres que le gouvernement a
fait parvenir à la Deuxième Chambre lundi soir que ce sera extrêmement coûteux . Fin 2004, le préjudice s’élèvera déjà
à 200 millions d’euros."

"Selon
le PvdA, le ’nouveau’ trou financier de 42 millions d’euros est dû au fait que
le gouvernement compte sur la vente de 1 390 avions à des pays tiers comme
Singapour, l’Inde et la Corée du Sud. Cette estimation est trop optimiste aux
yeux du PvdA, et c’est pourquoi les recettes de l’industrie baisseront."

" La
première priorité de Melkert était de resserrer les rangs
", commente
l’éditorialiste du Volkskrant .
"Après avoir d’abord sous-estimé l’opposition dans son propre camp, le
nouveau leader du PvdA a finalement réussi à remettre le groupe au pas. Avec
ce résultat, Melkert n’a pas seulement rendu service à Kok, mais probablement
aussi à soi-même. La 
position du PvdA offre tant de clauses échappatoires que Melkert, durant
les entretiens de formation du gouvernement – à supposer qu’il en arrive là
– peut conserver toutes les options après les élections du 15 mai
, un
grand avantage dans la situation actuelle."

"Le
PvdA peur s’estimer heureux que le temps des missiles de croisière est loin
derrière nous et que le successeur du F16 ne préoccupe pas vraiment les
esprits. Le parti aura déjà assez de mal à expliquer son choix aux électeurs."

Dans une
tribune libre publiée par le même Volkskrant l’europarlementaire PvdA Max van den Berg remarque que la discussion
sur la participation au JSF porte exclusivement sur le rapport coût-bénéfice
,
et qu’on omet de réfléchir aux conséquences pour la politique de sécurité
et de défense commune : "la participation au projet JSF bloquera
la politique européenne commune". " Les
Pays-Bas doivent opter pour une stratégie européenne et ne pas se lier au JSF
." 

Pim
Fortuyn

" La
déclaration de Pim Fortuyn selon laquelle il ne siègera pas à la Deuxième
Chambre si son parti n’obtient pas plus de six sièges recueille peu
d’approbation
", souligne le Volkskrant
(p.3). "Ce n’est pas interdit, mais cela témoigne de peu de respect pour
l’électorat, estiment universitaires et politiques. ’Cela montre clairement que
Pim Fortuyn considère le Parlement exclusivement comme un véhicule pour donner
du pouvoir à Monsieur Pim Fortuyn’, réagit le professeur de sciences
politiques Rudy Andeweg, de l’Université de Leyde." "Alors que
Fortuyn, en tant que numéro un de Leefbaar Nederland, promettait encore aux électeurs
d’entrer en lice tout seul, s’il le fallait, contre les politiques de carrière
du Binnenhof, en tant que tête de liste de la Liste Pim Fortuyn il est
manifestement d’un autre avis. Le
pouvoir, au sein du gouvernement ou dans l’opposition, est désormais une
condition sine qua non
."

"Andeweg juge cette attitude
très méprisante vis-à-vis des petits partis
. Il s’en dégage un certain dédain
pour le Parlement, dans lequel les petits partis peuvent aussi apporter une
contribution essentielle à notre système démocratique."

"Selon Dijkstal (VVD), ’ce que fait
Fortuyn témoigne d’un manque de correction démocratique’. ’Il n’en a pas
envie, dit-il, s’il n’obtient pas six sièges. Eh bien, moi, j’en ai envie. Les
électeurs peuvent compter sur moi.’ Melkert (PvdA) : ’C’est un manque de
respect pour les électeurs’. Balkenende (CDA) : ’Une avons une démocratie à
part entière. C’est un jeu sérieux. Fortuyn ne prend pas les électeurs très
au sérieux.’ Rosenmöller (GroenLinks) : ’Il manque à sa parole. Il dit
toujours que la population peut compter sur lui. At your service.
Mais
il s’avère que ce n’est pas vrai.’ L’ancien camarade de Fortuyn, le président
de Leefbaar Nederland Jan Nagel, en a aussi assez du professeur Pim. ’Il ne fait
rien dont il n’ait pas envie, mais lui-même ne sait pas exactement de quoi il a
envie. Il change d’humeur tous les jours. Il est tout à fait imprévisible’."

Le
commentateur du Telegraaf accuse Pim Fortuyn de quot ;désertion" . "C’est d’autant plus grave dans le cas
de Fortuyn que ceux qui voteront pour la Liste Pim Fortuyn voteront expressément
pour lui. Personne ne connaît le reste de sa liste ou son programme." 

Acquis
de Paars

"Le
premier ministre Kok va prochainement entrer en débat avec la Deuxième Chambre
sur les ’acquis de Paars’", signale le Trouw
(p.4). "Le premier ministre a demandé récemment à tous les membres de
son gouvernement de dresser la liste des faits d’armes de leurs ministères. Le
gouvernement veut ainsi tenir tête aux dures offensives des partis d’opposition
et de la Liste Pim Fortuyn contre les gouvernements Kok I et II."

 

Economie, Finances Consommation

"Les consommateurs dépensent
plus depuis l’introduction de l’euro, il y a cent jours", constate le Volkskrant
(p.15). "C’est en partie imputable aux commerçants qui ont augmenté leurs
prix, mais c’est aussi en bonne partie la faute des consommateurs eux-mêmes.
Une tasse de café pour cinq florins ? Escroquerie ! Mais pour 2,50 euros,
c’est acceptable. Et la serveuse peut arrondir à trois euros pour la commodité.
Car que représente un pourboire de 50 centimes, après tout ? Cet incident est
typique du comportement des consommateurs néerlandais. Depuis le passage à
l’euro, les Néerlandais ont un solde débiteur de 120 millions d’euros de plus
que durant la même période l’an dernier. Les supermarchés ont vu leur chiffre
d’affaires augmenter de 6 % en janvier et février. Et travailler dans l’hôtellerie-restauration
est devenu nettement plus lucratif avec la hausse des pourboires en euros."

"Les consommateurs ont perdu
leur feeling pour les prix. Ils dépensent leurs euros comme si c’était
des florins. Les exemples ne manquent pas. Au lieu d’un chèque-cadeau de 25
florins on choisit maintenant un chèque de 12,50euros, et pas de 10 euros.
’Les gens trouvent qu’il est mesquin de donner 10 euros’, explique Rob de Bes,
directeur du groupe SLG, qui édite les chèques VVV [offices de tourisme], boncadeau
et nationale dinercheque. ’Ils oublient ces 10 % - 12,50 euros ne
sont pas 25 mais 27,50 florins – pour la commodité.’ La valeur moyenne des chèques-cadeau
vendus depuis le passage à l’euro est passée de plus de 28 florins à plus de
30 florins. Les livreurs de pizza sont gratifiés d’un euro à la place d’un
florin, les 50 florins pour la femme de ménage ont été convertis en 25 euros
sans problème."

"Les collecteurs du Nationaal
Reumafonds, qui ont fait du porte à porte à la mi-mars, ont aussi remarqué
l’effet euro."

Selon un
professeur de psychologie économique, il faudra un an pour que les
consommateurs néerlandais, en particulier les jeunes, reconnaissent immédiatement
un produit cher en tant que tel. 

Affaires françaises
 
Le
Financieele Dagblad (p.7) suit fidèlement la campagne pour les élections
présidentielles et note aujourd’hui l’importance accordée aux sondages
d’opinion.

Dernière modification : 21/04/2010

Haut de page