Presse néerlandaise du mercredi 13 octobre 2010

Trouw (chrétien progressiste) : Le ministère public : Wilders n’offense pas les musulmans

De Volkskrant (centre gauche) : Flexibilité accrue dans la constitution des retraites

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Remontée palpitante

De Telegraaf (populaire) : Beaucoup de clients d’Easy Life coupables de fraude

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Serbie - UE

Selon le Volkskrant, « la résistance néerlandaise à l’adhésion de la Serbie à l’UE est récompensée. La présidence belge de l’UE veut épargner au nouveau ministre des affaires étrangères néerlandais, Uri Rosenthal, une humiliation lors de sa première rencontre avec ses collègues. Des diplomates confirment que la présidence ne cherche pas la confrontation. Dans le passé, la Belgique a toujours soutenu les objections néerlandaises contre les ambitions serbes. De plus, la présidence belge ne veut pas prendre immédiatement de front le nouveau gouvernement Rutte. (…) La Deuxième Chambre demande un débat sur la Serbie avec le ministre démissionnaire des Affaires étrangères Maxime Verhagen. Celui-ci a fait savoir mardi qu’il n’avait pas le temps, à cause de la mise en place du nouveau gouvernement dont il devient vice-Premier ministre. La Chambre demande au gouvernement d’être ferme sur la question de la Serbie à Bruxelles ».

Tribune de M. Frits Bolkestein

Le Volksrant publie sous le titre « les affaires néerlandaises ne sont pas en de bonnes mains avec l’UE » une tribune de l’ancien commissaire européen, M.Frits Bolkestein.

« L’Union Européenne n’est pas sur la bonne voie », affirme M.Bolkestein, qui s’intéresse au nouveau statut du Conseil Européen depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne. (…) « Chaque nouvelle instance génère sa propre bureaucratie. Le Conseil Européen compte actuellement vingt fonctionnaires. Dans dix ans, ils seront deux cents. Et il aura son propre bâtiment, qui est actuellement en construction. Le Traité de Lisbonne signifie un glissement des pouvoirs vers plus d’intergouvernemental. Le résultat aurait plu au Président de Gaulle et à Margaret Thatcher. Les Pays-Bas n’auraient jamais du donner leur accord. (…) Le gouvernement et le parlement néerlandais doivent surveiller leurs intérêts – qui sont les nôtres - de beaucoup plus près. Nos objectifs en matière de regroupement familial sont par exemple entravés par la législation européenne. Pourquoi, lorsque le traité de Lisbonne était en cours d’élaboration, n’avons-nous pas négocié un ‘opt out’ comme l’ont fait les Britanniques et les Danois, afin de gérer nos affaires comme nous l’entendons ? Maintenant, il est trop tard. Les Pays-Bas souffrent d’un internationalisme excessif, qui n’est que l’expression de notre complexe d’infériorité ».


ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Procès Wilders

Le Trouw signale à la une que « pour le ministère public, Wilders n’offense pas les musulmans ». « La partie de l’accusation concernant l’offense aux Musulmans n’a pas été retenue par le ministère public. Comparer le Coran à ‘Mein Kampf’ et l’Islam au fascisme choque certainement les sentiments de beaucoup de musulmans, mais cette comparaison n’est pas punissable. Wilders critique une religion. Il ne vise pas les musulmans mais l’Islam et le Coran. On ne peut donc pas parler d’offense. Cette analyse peut être interprétée comme une critique du tribunal d’Amsterdam qui, l’an dernier, a demandé des poursuites contre Wilders ».

Coalition

Les journaux publient ce matin des photos et de courtes biographies des huit secrétaires d’Etat du gouvernement Rutte, qui est maintenant au complet (12 ministres et 8 secrétaires d’Etat).

Le Volkskrant note que le SP veut interroger M. Rutte sur le choix du secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, M. Knapen (CDA) : « Le SP s’interroge sur la nomination de Ben Knapen, un ancien dirigeant (du groupe de presse) PCM, à propos duquel la Chambre des Entreprises a parlé de ‘mauvaise gestion’. (…) Roemer veut demander des explications à Rutte et Verhagen : ‘Je ne veux pas jouer sur la personne, mais ce serait une primeur que quelqu’un puisse devenir responsable ministériel après un tel jugement. Un gouvernement doit inspirer la confiance. Les ministres doivent donner le bon exemple. Formellement et juridiquement, il n’y a sans doute pas de problème, mais j’aimerais bien que l’on m’explique pourquoi il a été choisi. Et Knapen (actuellement membre du WRR – Conseil scientifique pour la politique gouvernementale) doit se demander lui aussi s’il veut vraiment entrer au gouvernement. Ce genre de chose vous poursuit’. Selon B. Knapen, la qualification ‘mauvaise gestion’ s’appliquait à l’ensemble des commissaires et des actionnaires de PCM durant la période 2004 – 2007 ».

Le Trouw fait pour sa part remarquer qu’avec la nouvelle équipe gouvernementale, l’Université de Leiden est bien représentée, après une forte représentation de la Vrije Universiteit (VU) d’Amsterdam dans l’équipe précédente.

Le Volkskrant publie enfin une tribune du député PvdA et ancien ministre de l’Education, de la Culture et des Sciences, M. Ronald Plasterk, qui fait remarquer que le nouveau gouvernement compte peu de femmes et aucun représentant des minorités.

CDA

Le nouveau président du groupe parlementaire CDA est M. Sybrand van Haersma Buma.

« La présidence du groupe CDA est considéré comme l’un des postes les plus difficiles au Binnenhof », explique le Volkskrant.« Van Haersma Buma aura entre autres à gérer la relation avec Wilders. Le juriste van Haersma Buma a une réputation de fermeté. La règle est la règle, law and order. Il dit volontiers que ‘la miséricorde peut conduire à l’injustice’. Il est très fier d’avoir obtenu, avec le D66, que la prescription ne s’applique plus aux crimes passibles d’une peine à perpétuité. Il considère sa nomination comme ‘un nouveau départ pour le CDA’. Il veut travailler sur l’image du parti, en ‘faire à nouveau un facteur de stabilité’ dans la vie politique néerlandaise. Un véritable défi : le parti a diminué de moitié à l’issue des élections législatives et affiche ses querelles sur la place publique. Van Haersma Buma va devoir s’affirmer et fixer les limites du débat sur l’immigration et l’intégration face au PVV ».

Le Trouw relève que « depuis le Congrès, le parti chrétien démocrate a retrouvé 500 nouveaux membres ».


AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Les journaux notent le départ de M. Hans Hoogervorst (ancien ministre de la santé et des finances VVD) de l’AFM (autorité des marchés financiers) pour l’IASB (International Accounting Standards Board – IFRS) à Londres. Le Volkskrant souligne que « 300 candidats de 28 pays étaient intéressés par ce poste ».

Le Telegraaf constate dans son cahier financier que « la machine à rumeurs tourne à plein régime à propos de la succession de Hans Hoogervorst et de celle, l’an prochain, de Nout Wellink à la tête de la Nederlandsche Bank (DNB). C’est ainsi que l’ancien Premier ministre Balkenende est cité depuis quelque temps pour la DNB ».

« Le secteur bancaire gagne du terrain », note le Volkskrant, qui précise en rubrique économique que « les Pays-Bas occupent la septième place mondiale en matière bancaire et ont ainsi dépassé la Suisse (9ème).


LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

Le Volkskrant et le Trouw rendent compte, dans des correspondances, des mouvements de grève en France.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 27/10/2010

Haut de page