Presse néerlandaise du mercredi 14 juin 2006

L’accès à la collection permanente des musées nationaux des Pays-Bas sera bientôt gratuit. Chaque Néerlandais recevra désormais avec son formulaire de déclaration d’impôt un passeport culturel lui permettant d’aller dans les musées sans payer.
Les groupes parlementaires VVD, PvdA et SP, soutenus par les groupes CDA et D66, ont tenu tête hier à la secrétaire d’Etat Medy van der Laan (Culture), qui s’opposait vivement à la proposition de la députée libérale Nijs, de même que les musées concernés.
L’éditorialiste du populaire De Telegraaf juge ce projet "charmant" et "logique", puisque les musées nationaux sont en grande partie financés par l’Etat et donc par les contribuables. Néanmoins, il pourrait être contraire aux règles européennes parce qu’il discrimine les autres Européens.

NRC Handelsblad d’hier soir : "La justice ne change pas d’avis dans l’affaire de Deventer - ’De nouvelles preuves de culpabilité’" (possibilité d’erreur judiciaire), "’L’Europe, c’est surtout entre les oreilles’ - Le ministre Bot croit que le malaise sur l’Union européenne se dissipe", "Neuf Palestiniens tués dans une offensive israélienne"
de Volkskrant  : "Il faut des milliards pour les quartiers - Dekker (Logement, Aménagement du Territoire et Environnement) veut des fonds pour les jeunes déshérités", "Presque la moitié des jeunes Marocains sont anti-occidentaux", "Visite surprise de Bush à Bagdad"
Trouw  : "’Le personnel soignant doit aussi penser à la sécurité des enfants’" (assistance des handicapés, patients psychiatriques, toxicomanes et ex-détenus), "Les patrons seront obligés de contribuer au coût de l’accueil des enfants", "Accès gratuit aux musées nationaux"
De Telegraaf  : "Fermeture de l’aéroport [de Francfort-Mayence] pour les supporters d’Oranje - La décision allemande suscite la colère", "Une journée souple pour le onze orange", "Louwes reste le meurtrier de la veuve" (affaire de Deventer), "Entrée gratuite dans les musées nationaux"
AD Haagsche Courant  : "Danger d’incendie dans les cafés qui suivent le Mondial - Drapeaux, guirlandes et autres décorations ne satisfont pas aux normes de sécurité", "Le retrait d’Irak est-il proche ?" (visite de Bush à Bagdad)

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Union européenne

"Un an après le ’non’ néerlandais à la Constitution européenne, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE se penchent sur la question : que faire maintenant ?" écrit le NRC Handelsblad à la une. "Le ministre Bot discerne un changement de mentalité." "La réunion qu’il a eue lundi à Luxembourg avec ses homologues européens des Affaires étrangères, pour préparer le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, l’a conforté dans sa conviction que le malaise sur l’Europe est en train de se dissiper. ’Nous commençons à reprendre le dessus’, dit Bot. ’L’Union européenne est comme l’économie. Beaucoup de choses se trouvent entre les oreilles. Quand les gens pensent que c’est utile, tout est bon. Au moment où ça va un peu plus mal, ils hésitent et rien n’est bon’."
"Le cap que nous voulons tous suivre en Europe est assez clair. Il y a un an, cette clarté n’existait pas encore. Nous savons mieux maintenant où nous voulons aller les trois prochaines années, en gros, aussi bien du point de vue des procédures que du contenu. Tout le monde est prêt à travailler à une déclaration politique l’an prochain, sous présidence allemande, une déclaration qui indiquera par exemple comment l’Union peut relever le défi de la mondialisation, mais aussi comment gérer une Union élargie. C’est une reconnaissance implicite du fait que le traité constitutionnel n’est plus l’unique salut."
Le journaliste Mark Kranenburg : "Le secrétaire d’Etat allemand aux Affaires européennes, Peter Altmaier, a déclaré la semaine dernière qu’il faut tenir compte du fait que presque vingt pays ont déjà ratifié la Constitution rejetée par les Pays-Bas et la France ." Bot : "En tenir compte, en effet. Nous n’avons jamais dit qu’il ne faut utiliser aucun élément de ce traité. Nous avons dit qu’il ne faut pas soumettre le traité constitutionnel une deuxième fois au Parlement ou à la population, sous sa forme actuelle."
"Le résultat des référendums en France et aux Pays-Bas et le débat qui a suivi ont-ils eu un effet salutaire sur l’Europe ?" Bot : "Il est peut-être un peu vaseux de dire ’chaque inconvénient a son avantage’ [mot célèbre du footballeur néerlandais Cruijff], mais c’est bien un peut comme ça que ça s’est passé. Le débat sur l’Union européenne a été entamé partout en Europe."
"Durant notre concertation informelle à Vienne, il y a deux semaines, tous les ministres ont abouti à la conclusion que leurs populations avaient à peu près les mêmes préoccupations que les Néerlandais. Il s’agit en l’occurrence de la trop grande rapidité de l’élargissement, de l’opacité des règles et de l’idée que Bruxelles veut trop organiser. Cette insatisfaction, ce sentiment viscéral, tous les 25 pays de l’Union les connaissent. Notre ’non’ a contribué à les mettre en évidence. Cela a fait réfléchir la Commission européenne et les gouvernements des Etats membres. Mais in est évident que certains pays jugent gênant que nous n’ayons pas ratifié et trouvent que c’est nous faisons obstruction."
"Cela nous a fait perdre du prestige." "Au début, j’ai vu les grands pays se regrouper un peu. Mais simultanément ils ne peuvent pas ignorer le fait que les Pays-Bas, indépendamment de l’Union européenne, sont très actifs sur le plan international. Nous participons à beaucoup d’opérations militaires et nous sommes le sixième donateur dans le cadre de l’ONU. Cela signifie que nous pouvons présenter les choses avec un peu plus d’aplomb."
"L’Europe doit surtout travailler maintenant à un certain nombre de choses concrètes qui importent pour les citoyens, comme la sécurité de l’énergie et la lutte contre la criminalité transfrontalière. Et par ailleurs nous devons viser à un nouvel instrument juridique pour gérer l’Europe."
"Il faut donc une nouvelle modification du traité européen ?" Bot : "Nous devrons y travailler après la présidence allemande, durant le premier semestre 2007."
"Et plus de modification par référendum ?" Bot : "En ce qui me concerne, non, Les traités européens sont trop complexes pour cela."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - Afghanistan

"Les Afghans qui seront faits prisonniers par les militaires néerlandais ne seront pas envoyés par une voie détournée au sinistre centre de détention américain de Guantánamo Bay", relève le Volkskrant (p.3). "Les Pays-Bas en ont reçu la garantie du gouvernement afghan. C’est ce que le ministre des Affaires étrangères Bot a dit hier, lors d’un débat parlementaire sur la mission en Uruzgan."
"Selon Bot, les Pays-Bas veilleront sur le sort des prisonniers, même si l’Afghanistan, d’après le ministre, est encore loin d’être ’un Etat de droit qui fonctionne bien’."

"Les députés qui soutiennent la mission militaire dans le Sud de l’Afghanistan se résignent de plus en plus ouvertement au fait que, jusqu’à nouvel ordre, on s’y battra plus qu’on ne reconstruira", retient la rédaction politique du Trouw (p.5). "Une majorité parlementaire a accepté hier soir les explications des ministres Bot (Affaires étrangères) et Kamp (Défense) : il faudra d’abord combattre les talibans pour assurer la stabilité de la région."
"La mission commencera le 1er août, mais les éclaireurs ont dû livrer tant de combats ces dernières semaines que, selon le commandant des troupes de déploiement, ’quelques dizaines’ de morts sont tombés du côté des talibans. Le colonel Morsink a ainsi estimé l’issue des combats livrés par les commandos. Le ministre Kamp, durant le débat, n’a pas exclu le nombre élevé de morts, mais il a ajouté que ce n’était ’pas une information ferme’."

ACTUALITE INTERIEURE

Jeunes Marocains

"Quarante pour cent des jeunes Marocains rejettent les valeurs et la démocratie occidentales", note le Volkskrant à la une. "Six à sept pour cent sont prêts à défendre l’islam par la force. C’est ce qu’on peut lire dans le rapport encore confidentiel Radicalen en democraten, un projet d’étude que l’Institut des Migrations et des Etudes Ethniques (IMES) a réalisé à la demande de la ministre Verdonk (Intégration)."
"Les jeunes Marocains sont en majorité opposés à la liberté d’expression, s’agissant de déclarations offensantes, surtout sur l’islam. La classe politique, pensent-ils, a peur de l’islam et essaie de le réprimer. Ils sont ’prêts à l’action’ pour défendre leur religion. La majorité veut le faire en employant des moyens légaux. Six à sept pour cent sont prêts à avoir recours à la violence."
"Les chercheurs nomment trois motifs de radicalisation. Les jeunes musulmans se radicalisent tout d’abord par suite de leur discrimination, ensuite par besoin de spiritualité et enfin par manque d’attaches. Beaucoup de jeunes se sentent incompris par la société néerlandaise et par leurs parents de la première génération."

D66

"Le D66 laisse tomber son propre ministre Pechtold", croit savoir le Telegraaf (p.3). "Durant le débat parlementaire sur la mission néerlandaise en Uruzgan, le député D66 Bert Bakker a préconisé ’que le gouvernement parle désormais d’une seule voix, maintenant que des militaires néerlandais se trouvent dans le champ de tir des talibans’. ’Et de préférence de la voix du premier ministre.’ Cette dernière remarque était une offensive directe contre Pechtold, le seul ministre à avoir douté publiquement de la mission et à avoir dit la semaine dernière qu’il discernait des possibilités de rouvrir la discussion sur l’opération au sein du gouvernement. Le D66 était opposé à cette mission."
"La présidente du groupe parlementaire, Lousewies van der Laan, a également mis flamberge au vent contre Pechtold. Dans un entretien avec le Telegraaf elle a dit qu’il ’n’est plus crédible comme candidat à la direction du D66’."

Elections législatives de 2007

Les élections législatives auront exceptionnellement lieu un mardi en 2007 : le 15 mai. Elles étaient programmées pour le 16. Mais le lendemain 17 mai, beaucoup de fonctionnaires seront libres à cause de l’Ascension et le résultat officiel en aurait sans doute été retardé (de Volkskrant p.3, Trouw p.6, AD Haagsche Courant p.8).

AFFAIRES FRANÇAISES

Dans le Trouw (p.8) Paul-Kleis Jager évoque à son tour les "propositions controversées" de Ségolène Royal en matière de lutte contre la criminalité : "Royal traque Sarkozy avec un discours musclé".

Le Volkskrant (p.22) fait état des difficultés du quotidien Libération et juge probable le prochain départ de Serge July, "la figure de proue de Libération".

Le Telegraaf (p.11) et l’Algemeen Dagblad (p.14) rendent compte des mesures annoncées par le ministre de l’Intérieur contre les races canines dangereuses.

L’Algemeen Dagblad (p.13) revient par ailleurs à la question du siège du Parlement européen, pour estimer que son déménagement définitif à Bruxelles n’a "aucune chance" d’aboutir. Le journal populaire, dans un encarté, accuse Strasbourg d’être "un bailleur frauduleux".

Dernière modification : 14/06/2006

Haut de page