Presse néerlandaise du mercredi 15 décembre 2010

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : Un enfant sur dix grandit dans la misère
- De Volkskrant (centre gauche) : Soirées dortoir chez le directeur de la crèche
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Robert M. également actif sous un faux nom
- De Telegraaf (populaire) : Palais pédo ?
- NRC-Handelsblad : L’affaire de mœurs découverte grâce à une information de la douane de Boston

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Côte d’Ivoire

Les autorités néerlandaises conseillent à leurs ressortissants en Côte d’Ivoire de quitter le pays, note le Volkskrant. « Il y a au moins une cinquantaine de Néerlandais qui résident dans ce pays. Le président détrôné Laurent Gbagbo n’accepte pas le résultat des élections et a plongé le pays dans une crise politique. En cas de violences, les frontières et l’aéroport pourraient être fermés ».

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Politique culturelle

La Première Chambre a voté hier contre l’augmentation de la TVA pour les arts de la scène, annonce le NRC-Handelsblad. Les sénateurs VVD et CDA (coalition gouvernementale) ont soutenu leurs collègues contre le gouvernement. Le débat sur le Plan Fiscal (Belastingplan) du gouvernement, qui figure mardi prochain 21 décembre à l’agenda du Sénat, sera une nouvelle occasion d’aborder cette question. Le NRC prévoit « beaucoup de suspens, car si le Sénat continue de s’opposer à l’augmentation de la TVA dans ce domaine, c’est l’ensemble du plan Fiscal qui devra être revu. Le Premier ministre a fait savoir que le Conseil des ministres étudierait très sérieusement vendredi prochain le résultat du vote de ce jour : c’est compliqué, mais lorsqu’une Chambre adopte une motion, le gouvernement doit l’examiner avec sérieux et sérénité ».

Police

- Projet de réforme

« Opstelten ouvre l’offensive contre la bureaucratie », annonce le Volkskrant (p. 7). « Les Pays-Bas auront bientôt un seul chef de la police et il s’appellera Ivo Opstelten, ministre de la Sécurité et de la Justice. La police passera de 25 corps régionaux à 10 unités régionales et le maire ne sera plus chef de la police. C’est le ministre qui sera à la tête des forces de police et décidera du nombre d’agents affectés à une région. Il sera assisté en cela par le chef national des corps de police. Le KLPD (corps des services de police nationaux) est appelé à disparaître et sera remplacé par des unités nationales (par ex. Landelijke Recherche). Le maire garde ses compétences de maintien de l’ordre public dans sa ville. Au niveau régional, le maintien de l’ordre relèvera du maire de la plus grande ville. En cas de désaccord entre des maires dans une région, c’est celui de la plus grande ville qui tranchera. Le ministre veut réduire les tâches administratives : les agents de police de quartier doivent passer 80% de leur temps dans la rue (actuellement 65%). Il y aura 49.500 agents dans la rue. Contrairement à ce qui avait été annoncé, il n’y aura pas 3000 agents supplémentaires, mais le gouvernement a réservé 370 millions € pour maintenir le niveau à 49.500. 500 d’entre eux suivront une formation d’animal cops. Un point de coordination national sera chargé de la gestion, de l’informatisation, des immeubles, du personnel et des achats. Cela permettra notamment de faire des commandes groupées de véhicules de police et de réduire les dépenses et les démarches administratives. La mise en place de cette réforme coûtera 130 millions €. Des économies seront réalisées dans le secteur administratif, où 25% des emplois seront supprimés. (…) Opstelten espère présenter son projet au Conseil des ministres en février prochain. Celui-ci doit ensuite être approuvé par la Deuxième et la Première Chambre et la loi pourrait entrer en vigueur en janvier 2012 ».

- Lutte contre la pornographie infantile

Dans le contexte d’une importante affaire de pornographie infantile, le Volkskrant (p.4)publie une interview du commissaire Peters Reijnders, qui dirige le programme national de lutte contre la pornographie infantile de la police néerlandaise. Il ressort de cet article que plus de 900 dossiers sont encore en attente de traitement. M. Reijnders souligne l’importance de poursuivre non seulement les consommateurs mais surtout les producteurs et les revendeurs. « Chaque année, on nous confie 600 à 800 affaires, mais il en arrive plus que l’on ne peut en traiter ». 75 policiers sont affectés à son secteur, il en faudrait le double. Le « Point de contact Porno infantile » (Meldpunt Kinderporno) reçoit chaque année environ 9000 informations. En 2009, il a transmis 1373 dossiers à la police, deux fois plus qu’en 2008. Cet augmentation provient d’un usage croissant par la population des services téléchargeables en ligne.

Débat Budget affaires étrangères

Le débatparlementaire sur le budget du ministère des Affaires étrangères est traité sous deux aspects par la presse.

Le Volkskrant privilégie la question des droits de l’homme et relève les critiques dont a fait l’objet le ministre, M. Rosenthal, à la suite de l’interview publiée samedi dans ce journal (voir RdP 13.12). « Rosenthal avait présenté la stabilité nationale et la prospérité des Pays-Bas comme priorité de sa politique et les droits de l’homme n’apparaissaient qu’en troisième position. (…) Les députés PvdA Frans Timmermans et D66 Alexander Pechtold ont rappelé au chef de la diplomatie néerlandaise les obligations des Pays-Bas dans ce domaine. (…) Le SP Arjen EL Fassed a regretté que le temps des idéaux soit terminé. (...) Le CDA Henk Jan Ormel s’est montré préoccupé par la nouvelle ligne définie par Rosenthal. (…) Rosenthal a été soutenu par son propre camp. Le VVD Atzo Nicolaï a déclaré préférer la politique du négociant à celle du pasteur. De nombreux groupes parlementaires ont reproché à Rosenthal d’avoir qualifié la diplomatie de passe-temps rustique ».

Le Trouw se préoccupe pour sa part, à l’instar de nombreux groupes parlementaires, de l’image des Pays-Bas à l’étranger. Deux éléments la marquent particulièrement. Le soutien du PVV à la coalition gouvernementale, qui inquiète notamment le PvdA et le SP, et la position des Pays-Bas dans l’OTAN après le départ des troupes néerlandaises d’Uruzgan, qui inquiète les partis gouvernementaux VVD et CDA. Selon le député D66 Alexander Pechtold, « la plupart des ambassades étrangères pensent que la société ouverte et tolérante des Pays-Bas relève du passé ».

* * *

AFFAIRES ECONOMIQUES

Pauvreté

Le Volkskrant (p.29)et le Trouw (p.1)consacrent de longs développements à la publication de deux études – du SCPB (Bureau de Planification Sociale et Culturelle) et du CBS (Bureau Central de la Statistique) sur la pauvreté aux Pays-Bas. Le Volkskrant note que « du fait de la récession, le nombre de travailleurs pauvres est passé à 576.000 » et que « le nombre d’enfants grandissant dans la pauvreté est passé à plus de 9%. Le risque qu’une famille monoparentale connaisse des problèmes d’argent est passé à 25%. (…) Géographiquement, le phénomène de pauvreté concerne surtout Amsterdam, La Haye et Rotterdam, et, dans le Limbourg, particulièrement Vaals et Heerlen. (…) Le terme de pauvreté s’applique notamment à une personne seule disposant de 980 € par mois ou une famille monoparentale avec deux enfants disposant de 1490 € ».

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

L’AD constate que « des pêcheurs néerlandais ont été arrêtés à Dunkerque pour pèche illégale dans les eaux territoriales ».

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 15/12/2010

Haut de page