Presse néerlandaise du mercredi 15 juin 2005

Faits divers, hausse du prix de l’énergie, grogne des médecins généralistes et acquittement du chanteur Michael Jackson : les grands titres à la une sont variés et l’actualité politique est maigre.
Selon la centrale syndicale FNV et l’association de voyageurs Rover, les banlieusards qui prennent habituellement le train pour se rendre au travail feront mieux de profiter du beau temps et de prendre leur journée vendredi : les 3 000 employés de la société de gestion ProRail feront grève pour appuyer leurs revendications et le réseau ferroviaire sera paralysé ce jour-là.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "Verdonk fait chou blanc au Maroc - La perte de la nationalité est taboue", "’Le procès du siècle’ s’évapore" (Michael Jackson)
-Algemeen Dagblad : "Van Persie encore en détention - Le footballeur est soupçonné de viol", "Maroc : la double nationalité restera", "Jackson : Je changerai"
-De Telegraaf : "Forte hausse du prix de l’énergie - € 200 de plus pour une famille", "Une ancienne stripteaseuse porte plainte contre Van Persie", "Un puma en liberté dans la Veluwe"
-de Volkskrant : "’Les médecins généralistes sèment la peur pour améliorer leur revenu’ - La coalition : les médecins mentent à propos du nouveau système de soins", "Comment peut-on laisser son fils dormir chez Jackson ? - Selon le jury, la mère était avide et peu fiable"
-Trouw : "La réforme de la WW est incertaine - La FNV menace de retirer son soutien si les politiques n’adaptent pas le projet WAO", "La ministre Verdonk pique les Marocains au vif"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Pays-Bas - Maroc

"Contrairement à ce que la ministre Verdonk a dit lundi, le retrait de la nationalité marocaine des immigrants est inadmissible pour le gouvernement marocain", écrit le NRC Handelsblad d’hier soir dans son grand article à la une. "C’est ce que le ministre marocain de l’Information Nabil ben Abdallah, interrogé à ce sujet, a fait savoir. La ministre Verdonk (Etrangers et Intégration) avait dit lundi soir que, lors d’entretiens avec le ministère marocain de la Justice, elle avait reçu ’une réaction positive’ à son souhait d’engager une concertation sur la double nationalité des immigrants marocains de la troisième génération. Le gouvernement néerlandais veut qu’ils optent pour une seule nationalité."

"Selon le ministre de l’Information Ben Abdallah il est exclu que le gouvernement marocain ait réagi positivement et qu’il veuille parler de cette question. ’Il est impossible pour nous de renoncer à notre nationalité. Les immigrants restent marocains, jusqu’à la dixième génération s’il le faut’, a commenté le porte-parole du gouvernement lors d’un entretien téléphonique."
"Verdonk a réagi mardi matin en disant : "Au ministère de la Justice j’ai entendu un tout autre son de cloche hier. Le message était très clair : c’est sur l’agenda.’ Si tel n’est pas le cas, selon Verdonk, ’il faudra que le Maroc le fasse savoir formellement’."

"Verdonk reste au Maroc jusqu’à mercredi. Selon elle, les autorités ont promis d’apporter leur coopération à des procédures d’expulsion plus rapides pour les Marocains clandestins et elles veulent rechercher des solutions, dans le cadre d’un groupe de travail bilatéral, aux problèmes que causent les jeunes de la troisième génération."

Le Trouw (pp.1 et 7) ajoute ce matin : "L’ambassadeur du Maroc aux Pays-Bas Ali El Mhamdi, qui a assisté à l’entretien [au ministère de la Justice], dit : ’Il a été convenu d’en parler dans une commission bilatérale’." "Verdonk souligne que son projet a trait aux enfants de la troisième génération. La Deuxième Chambre veut aussi que les allochtones optent pour une seule nationalité, à terme. Verdonk pense que s’ils le font, ils auront un meilleur lien avec les Pays-Bas et s’intégreront mieux."

"Le député PvdA Arib, qui est d’origine marocaine et se trouve à Rabat, dit qu’il y a trois choses qui sont sacrées au Maroc : Dieu, le roi et la nationalité. ’Les Marocains reçoivent automatiquement leur nationalité à la naissance, où qu’ils résident. Il y a aussi un lien religieux. Les Marocains sont les sujets du roi, qui est aussi le leader religieux des musulmans du Maroc. Quand quelqu’un rend son passeport, il se distancie du roi en tant que leader religieux. C’est inacceptable’."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne : budget

"Les europarlementaires CDA ouvrent l’offensive contre leur collègue de parti Balkenende, à la veille du sommet européen de cette semaine", relève le Trouw (p.8) en rubrique européenne. "Ils trouvent qu’il écoute trop les comptables. "Les Pays-Bas se tirent dans le pied en essayant de réduire le budget européen, car ils manqueront alors l’occasion d’obtenir des fonds européens pour le développement d’une économie de la connaissance. C’est avec ce message que l’europarlementaire CDA Lambert van Nistelrooij entre en campagne contre ses collègues de parti haguenois, qui soutiennent la ligne économe du ministre VVD Zalm (Finances). ’Nous devons être plus malins vis-à-vis de l’Europe’, dit Van Nistelrooij. ’Nous balayons actuellement des possibilités de la table et nous finirons par le regretter’." "L’europarlementaire Van Nistelrooij estime que les Pays-Bas doivent plutôt considérer ce qu’ils peuvent obtenir de Bruxelles. La lutte des Pays-Bas contre les subventions de Bruxelles fera boomerang, prévoit-il."

"L’europarlementaire reconnaît que Bruxelles verse trop de fonds à des pays riches qui n’en ont plus vraiment besoin, mais cette bataille est perdue d’avance car c’est surtout la France qui compte sur cet argent. Selon Van Nistelrooij, les Pays-Bas doivent mettre de l’eau dans leur vin et profiter des fonds de soutien au développement régional."

Selon le journal chrétien progressiste, la nouvelle offensive de l’europarlementaire CDA, qui suit celle d’Albert Jan Maat (cf. presse du 8 juin), sera mal accueillie à La Haye, "où le plaidoyer de Van Nistelrooij n’a pas été écouté." "’J’ai eu beaucoup de contacts avec La Haye, mais tout le monde suit la ligne des comptables. Je ne dis pas que les affirmations de La Haye sont absurdes, mais cette politique aura des effets secondaires non voulus’."

"En exigeant que le budget de l’UE descende de 1,14 à 1 pour cent du produit intérieur brut, les Pays-Bas risquent de manquer 450 millions d’euros par an pour l’innovation et la recherche", cite le Volkskrant (p.5). "Nous tuons la poule aux œufs d’or", affirme Lambert van Nistelrooij.
Pour satisfaire aux exigences des Pays-Bas et d’autres contributeurs nets, la présidence luxembourgeoise a proposé de supprimer 63 milliards d’euros du projet de budget de la Commission européenne. Van Nistelrooij : "Ce montant aurait dû aller aux universités, aux entreprises et aux régions innovatrices. Les Pays-Bas auraient reçu 2,5 milliards d’euros jusqu’en 2013. Renoncer à ce montant en échange d’une réduction de notre contribution à l’UE est une grave erreur."
L’europarlementaire CDA, entre février et mai, s’est entretenu avec 250 représentants des entreprises, des provinces et des universités néerlandaises. "Ils indiquent qu’ils préfèrent recevoir ces fonds de Bruxelles plutôt que de La Haye. On peut d’ailleurs se demander si les Affaires économiques mettront des fonds à leur disposition. Aucune réserve n’a été constituée à cette fin." Et même si c’était le cas, il vaudrait quand même mieux que l’argent passe par Bruxelles. "Ce n’est pas faire tourner de l’argent de Bruxelles. Actuellement, des institutions de la connaissance de Louvain, d’Eindhoven et d’Aix coopèrent étroitement et avec succès. Si La Haye reprend le financement, il s’arrêtera à la frontière, alors que cette approche internationale est justement une plus-value. Les Pays-Bas sont trop petits pour agir seuls."

Van Nistelrooij affirme que sa collègue de parti la secrétaire d’Etat aux Affaires économiques, Karien van Gennip, est d’accord avec lui dans cette affaire. "Mais elle dit aussi qu’elle est coincée par la position du gouvernement."

Pays-Bas - Indonésie

"Les Pays-Bas ne profitent pas de l’assouplissement de la politique indonésienne de visa", remarque le correspondant à Jakarta du Telegraaf (p.7). "Bien que Jakarta ait récemment promis de supprimer l’obligation de visa, les autorités ont décidé hier que l’assouplissement ne s’appliquerait pas encore à notre pays et à la Suède." "L’Indonésie a décidé d’assouplir sa politique de visa pour attirer davantage de touristes. L’exception néerlandaise en est d’autant plus énigmatique. Plus de 100 000 Néerlandais visitent l’archipel chaque année."

"Des observateurs pensent que l’Indonésie fait des exceptions pour des raisons de sécurité. La Suède héberge la direction politique du mouvement de guérilla GAM, qui lutte pour l’indépendance de la province indonésienne d’Aceh. Aux Pays-Bas résident beaucoup de Molluquois et de Papous séparatistes. Le ministère des Affaires étrangères à La Haye a dit hier qu’il n’était pas au courant de la question."

ACTUALITE INTERIEURE

Hirsi Ali - Remkes

"La députée VVD Hirsi Ali a suscité hier l’irritation de ses collègues de parti et du ministre de l’Intérieur Remkes", signale le Trouw (p.7). "Dans le quotidien De Telegraaf la femme politique a pris parti pour les agents de police qui manifestent autour du ministère de Remkes pour une meilleure convention collective. Compte tenu de leur engagement et des risques qu’ils courent, les policiers devraient gagner 30 pour cent de plus, au lieu de risquer une réduction de leur revenu net, a dit Hirsi Ali. Le groupe parlementaire lui a fait comprendre qu’il n’appréciait pas cette ’offensive’ contre le ministre VVD Remkes et qu’elle ne devait pas s’exprimer sur des thèmes qui ne font pas partie de son portefeuille."

"Selon le groupe, Hirsi Ali a fait savoir que ses propos ne devaient pas être entendus ’littéralement’, mais qu’ils étaient symboliques, ’un soutien à la police’. Symboliques ou non, Remkes a déclaré qu’il était ’embarrassant’ que sa collègue de parti perturbe ses pourparlers avec les syndicats de la police" (également De Telegraaf p.8).

Incapacité de travail

"La FNV menace de ne plus coopérer à la réforme de la WW [loi sur le chômage] si l’on ne rectifie pas les projets du ministre De Geus concernant la WAO [incapacité de travail]", annonce le Trouw dans son grand article à la une. "Le vice-président de la FNV, Ton Heerts, a lancé cet avertissement hier, lors d’une réunion de la Borea, l’organisation sectorielle des entreprises de réinsertion. La FNV veut que l’application de la WAO soit confiée aux assurances, mais De Geus n’en est pas partisan."

"Heerts : ’Si la classe politique bâcle la WAO, nous retirerons aussi notre disposition à contribuer au financement de la WW. Tout l’édifice s’écroulera alors et la FNV en reviendra aux actions. Cela nous a bien plu l’an dernier, sur le Museumplein [d’Amsterdam]."
"Durant les négociations avec le mouvement syndical sur un nouvel accord social, l’an dernier, De Geus a perdu tout son crédit en peu de temps", rappelle le Volkskrant (p.3) dans une analyse. "C’était essentiellement une question personnelle, a révélé le président de la FNV, De Waal, au moment de son départ. Le mouvement syndical n’a presque plus de contacts avec De Geus. ’Quand il se passe quelque chose, nous appelons le ministre Zalm ou le premier ministre Balkenende’, a dit De Waal. On ne saurait exprimer une critique plus cinglante à l’adresse d’un ministre des Affaires sociales."

"Pourtant, il ne faut pas chercher la cause de la brusque impasse uniquement chez De Geus. Le VVD, depuis la semaine dernière, ne semble plus guère disposé à aider le responsable CDA à sauver son projet."
"L’attitude des libéraux est le nième indice en peu de temps du fait que les relations au sein de la coalition gouvernementale ne se sont pas améliorées au printemps. La paix signée dans l’Accord Pascal, après la chute du ministre D66 De Graaf s’avère de nouveau fragile."

Médecins

"Les médecins généralistes sèment sciemment la peur vis-à-vis du nouveau système de soins et protestent surtout pour obtenir une augmentation salariale", écrit le Volkskrant dans son grand article à la une. "Dans une lettre au Volkskrant, les partis gouvernementaux CDA, VVD et D66 disent qu’ils ’abusent’ de leurs patients pour leur propre bénéfice. Le président de l’Association nationale des généralistes (LHV), Vos, qualifie cette lettre de ’déclaration de guerre directe’. Vos envisage d’annuler la concertation avec le ministre de la Santé publique Hoogervorst prévue aujourd’hui." "’Les partis gouvernementaux répandent du sable dans l’engrenage des négociations. Je n’ai plus envie de continuer la discussion avec le ministre et les assureurs sur la rémunération des médecins. Je préfère réunir le comité d’action’."

"Le CDA, le VVD et le D66 sont très mécontents de l’attitude des médecins. Ils leur reprochent de répandre des ’mensonges’ sur la nouvelle assurance maladie qui s’appliquera à tous les citoyens à partir du 1er janvier. La Première Chambre a approuvé l’assurance de base mardi."

AFFAIRES FRANÇAISES

"Le sous-marin néerlandais Dolfijn ne peut pas être responsable du naufrage d’un bateau de pêche français, l’an dernier", relève le Trouw (p.8). "C’est ce que le secrétaire d’Etat à la Défense, Van der Knaap, a déclaré hier à la Deuxième Chambre, en réponse à des questions du député PvdA Blom. Van der Knaap soutient ainsi la dénégation antérieure de la marine." "Van der Knaap reste d’avis que le Dolfijn ne peut pas être responsable, parce qu’il naviguait en surface à 20 kilomètres de distance. Le secrétaire d’Etat se base sur ’le livre de bord et d’autres témoins’."
"Les autorités, entre-temps, ont fait prélever des échantillons de peinture sur un cargo qui naviguait dans les parages sous pavillon philippin. Le juge d’instruction considère le Dolfijn comme témoin, pas comme suspect."

Le correspondant à Paris du NRC Handelsblad, Pieter Kottman, s’est entretenu avec le directeur de l’IFRI, l’économiste Thierry de Montbrial, dans la perspective du sommet européen de demain et après-demain. "J’apprécie le ton libéral de la Constitution européenne et j’en regrette le rejet. Pour la France, le texte expose avec précision le point sensible : ce pays a tellement horreur des réformes qu’il est tout simplement impossible à réformer." Montbrial qualifie le rejet de la Constitution par deux pays fondateurs de "grave". "Personne n’aurait trouvé dramatique que Chypre ou le Danemark dise non. Ils n’ont qu’à voter de nouveau dans un an, aurait-on dit. Ce n’est pas possible dans le cas de deux éminents pays comme les Pays-Bas et la France."

La conférence de presse donnée hier par la journaliste libérée Florence Aubenas fait l’objet d’un compte rendu dans le Trouw (p.9) et l’Algemeen Dagblad (p.9). Le premier journal met en exergue qu’elle "a refusé de répondre aux questions sur les trois Roumains qui ont passé 51 jours avec elle dans une cave irakienne".

Le Telegraaf (p.11) signale que le Président de la République a décoré Frans van de Hoff, fondateur du label Max Havelaar, de la Légion d’Honneur.

Dernière modification : 15/06/2005

Haut de page