Presse néerlandaise du mercredi 16 février 2011

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : Pas de mesures plus strictes contre l’amiante
- De Volkskrant (centre gauche) : La Maison Blanche promet la liberté sur Internet aux manifestants du Moyen-Orient
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Les intérimaires sont dangereux au volant des ambulances
- De Telegraaf (populaire) : L’enseignement fiche de l’argent en l’air (rémunération des cadres)
- NRC-Handelsblad : Procès contre le Premier ministre Berlusconi

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Nomination de Camiel Eurlings à la direction de KLM

Tous les médias annoncent la nomination de l’ancien ministre des Transports et Voies d’Eau, M. Camiel Eurlings (CDA,) à la direction de la compagnie d’aviation KLM : « Eurlings fait un atterrissage en douceur chez KLM », titre le Financieele Dagblad, « Pas croyable, Eurlings va tout de même chez KLM » relève l’AD, « Un emploi qui n’est pas tombé du ciel », ironise le Telegraaf. Le quotidien financier explique que « KLM-Air France a fait savoir que l’enfant prodige du CDA va prendre la direction du secteur du fret. Depuis le mois de décembre, il a eu des entretiens ‘intensifs’ sur ses possibilités à la KLM, a indiqué le directeur Peter Hartman ». Le Telegraaf précisait hier soir dans son édition en ligne que « la direction de KLM a été réunie d’urgence ce matin pour une réorganisation en profondeur. A côté de l’incertitude qui portait sur le directeur français Gourgeon, les rumeurs allaient bon train depuis des semaines concernant l’ancien ministre CDA. (…) La direction française de KLM apprécie beaucoup ce Limbourgeois depuis des années ». Les journaux rappellent que l’an dernier, M. Eurlings, que « l’on considérait comme le prince héritier du CDA », a « créé la surprise en annonçant qu’il quittait la politique pour se consacrer à sa vie de famille. A La Haye, on pensait qu’en fait, il ambitionnait de prendre la tête de son parti et était déçu que le Premier ministre Balkenende soit devenu si rapidement tête de liste après la chute de son gouvernement (février 2010). Cette décision a finalement conduit le parti à une catastrophe électorale ». Selon l’AD, à La Haye, cela fait des mois que l’on s’attend à son entrée chez KLM : « L’an dernier, lors d’un débat au parlement sur KLM, il portait une cravate aux couleurs de la compagnie d’aviation. (…) Il a supprimé la taxe sur les vols (vliegtaks), a fait en sorte que KLM puisse réaliser un maximum de mouvements sur l’aéroport de Schiphol et accordé à cette entreprise des subventions lui permettant d’expérimenter des carburants bio ». Après son départ du ministère des Transports et Voies d’Eau, se souvient le Financieele Dagblad, M. Eurlings, avait fait remarquer « qu’il trouvait stupide que des ministres ne puissent pas reprendre de poste dans leur domaine de compétence. Dans ces conditions, un ancien ministre des Finances ne pourrait pas être élu président d’une banque, avait-il commenté sans nommer explicitement Gerrit Zalm, qui a pris la tête de la Banque ABN-Amro ». Dans ce contexte, le journal financier relève que « M. Eurlings est le troisième membre du gouvernement précédent, après Wouter Bos (ancien ministre des Finances - KPMG) et Jan Peter Balkenende (ancien Premier ministre - Deloitte), pour qui la politique aura été un tremplin vers un poste lucratif dans le secteur privé ». L’intéressé parle de « poste passionnant et permettant de planifier également sa vie privée », contrairement à ses fonctions de ministre. Le Financieele Dagblad rappelle que M. Eurlings a « une formation d’ingénieur en logistique et que ses responsabilités dans le secteur du fret le ramènent à sa spécialité ». Les parlementaires sont partagés entre « félicitations et critiques », note le Telegraaf. Les partis de la majorité se réjouissent que « ses capacités, son enthousiasme et son énergie soient de nouveaux bien employés (VVD) et que « l’un des meilleurs anciens ministres prenne ce poste chez KLM, pour notre pays et pour les 33.000 collaborateurs de KLM » (PVV). Les partis d’opposition évoquent un « conflit d’intérêts » et le SP soupire qu’un « poste de ministre est la meilleure locomotive que l’on puisse imaginer ».

Elections provinciales

La situation du parti chrétien-démocrate à la veille des élections provinciales donne lieu à un grand article dans le Volkskrant, sous le titre « la crise du CDA est loin d’être conjurée ». Selon le journal de centre-gauche, « le CDA est le maillon faible de la coalition. Un effondrement total du CDA peut mettre en péril la majorité à la Première Chambre. C’est pourquoi le VVD et le PVV ménagent ce parti durant la campagne électorale pour lui permettre de se reconstituer. (…) Les sondages montrent une tendance à la baisse, avec la perte d’un tiers supplémentaire de ses voix par rapport à sa défaite historique du 9 juin 2010 ». Le Volkskrant se fait en outre l’écho de rumeurs selon lesquelles on parlerait du secrétaire d’Etat à l’Economie, l’Agriculture et l’Innovation, M. Henk Bleker, comme « nouveau chef du CDA ».
Le Trouw se demande pourquoi d’anciens responsables comme « Hermans (VVD), Brinkman (CDA) et van Boxtel (D66) sont devenus têtes de liste » et gage que « ce n’est pas pour ravir les cœurs des électeurs. (…) Leur expérience et leur sagesse devra leur permettre d’évoluer dans le magasin de porcelaine de la Première Chambre dans un contexte de coalition minoritaire. On peut en revanche se demander si la tête de liste PvdA, Marleen Barth, maitrisera aussi bien l’art de l’équilibre. Elle sera loin d’avoir autant d’expérience que les ‘trois grands’ du Sénat ».

Enseignement

L’AD (p2) consacre un grand article au plan d’action de la ministre de l’Education, Mme Van Bijsterveldt, pour le MBO, le baccalauréat professionnel néerlandais. « Depuis longtemps la qualité du MBO subissait des critiques sévères. C’était préoccupant puisque presque la moitié des jeunes suivent une formation MBO. Ils doivent devenir les professionnels dont les Pays-Bas ont un grand besoin. Avec son plan d’action intitulé Focus sur la compétence professionnelle 2011-2015, la ministre souhaite notamment réserver plus d’argent pour cette section de l’enseignement néerlandais, dont la plus grande partie ira aux heures supplémentaires en première année. Elle veut conditionner l’accès en MBO à l’obtention d’un diplôme préalable (vmbo). Et enfin, elle veut réduire la durée de beaucoup de formations, qui passeront de 4 à 3 ans. A la question de savoir où elle trouvera les 150 millions d’euros qu’elle veut injecter dans son plan, Mme Van Bijsterveldt répond : « C’est ce qui a été convenu dans l’accord de gouvernement. Mais nous pensons également réaliser des économies en raccourcissant les formations ».

* * *

AFFAIRES ECONOMIQUES

Economie néerlandaise

La plupart des journaux font état de la croissance économique néerlandaise : 1,7% en 2010. C’est ce qui ressort des chiffres publiés par le Bureau central de la statistique (CBS). Cette reprise fait suite à la forte baisse enregistrée en 2009. « La moitié des pertes causées par la crise financière aux Pays-Bas a été effacée pour la majeure partie grâce à une forte augmentation des exportations. Le CBS ne souhaite pas faire de prévisions mais il avait annoncé en septembre 2010 qu’il s’attendait à une croissance de 1,5% pour 2011. La reprise modérée de l’économie va de pair avec la reprise du marché de travail qui est, selon le CBS, en équilibre. Avant la crise, ce marché était tendu avec 250.000 emplois à pourvoir, actuellement, c’est la moitié » relève Le Volkskrant. Le journal poursuit avec une comparaison entre l’économie allemande et celle des Pays-Bas : « Les performances des Pays-Bas restent à la traîne de celles de son plus grand partenaire commercial dont l’économie a connu une croissance deux fois plus forte ». L’économiste du CBS, M. Vergeer, explique cette différence par un secteur de l’exportation allemand plus vigoureux dans le domaine des biens d’équipement, tandis que les exportations néerlandaises se limitent aux fleurs, à l’agroalimentaire etc. ». Le Telegraaf rapporte à ce sujet les propos de M. C. Kalfshoven, économiste en chef de l’ING : « On voit que la reprise de l’économie néerlandaise se poursuit, mais il n’est pas question d’une forte croissance ». Les deux journaux accompagnent leurs articles de statistiques. (Volkskrant p.25, Telegraaf p. 21)

* * *

A SIGNALER

Nomination – Telegraaf p.21, Volkskrant p.28, Financieele Dagblad p. 2 : Mme Marion Grout prend la direction de ProRail.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 02/03/2011

Haut de page