Presse néerlandaise du mercredi 16 avril 2003

La guerre en Irak a presque disparu de la une. La presse àgrand tirage titre sur la condamnation hier du meurtrier de Pim Fortuyn, en laissant paraître sa déception àpropos de la légèreté relative de la peine : 18 ans de prison. Le Ministère public, qui avait requis la perpétuité, a d’ores et déjàdécidé de se pourvoir en appel.

La nomination de deux nouveaux informateurs, chargés d’étudier quel troisième parti ou combinaison de partis pourrait fournir une majorité àune coalition CDA-VVD, constitue un autre grand thème intérieur.

NRC Handelsblad d’hier soir : "Dix-huit ans pour le meurtre de Fortuyn", "’Les grands Etats membres risquent de prendre le pouvoir’ – Le secrétaire d’Etat Nicolaï proteste", "L’Irak n’attend pas la fin de la vacuité du pouvoir" (conférence de Nassiriya)

De Telegraaf  : "Van der G. sera libre en 2014 – Une condamnation à18 ans de prison revient dans la pratique à12 ans – Le verdict provoque la colère et l’incrédulité – Week-end àla maison durant la dernière partie de la peine", "Korthals Altes et Hoekstra informateurs"

Algemeen Dagblad  : "Remkes : 18 ans, ce n’est pas assez – Les juristes sont satisfaits – La justice fait appel", "’Que faut-il faire pour être condamné àperpétuité ?’"

de Volkskrant  : "Le VVD veut des économies drastiques – Des informateurs CDA et VVD ont été nommés", "Il n’est pas possible de déterminer l’atteinte àla démocratie – Le tribunal s’est écarté du Ministère public sur de nombreux points"

Trouw  : "Il faut un nouveau gouvernement rapidement – Les informateurs chercheront vite un troisième parti àcôté du CDA et du VVD", "Des portraits intacts témoignent de la loyauté au leader" (reportage de Tikrit), "Un autre verdict pour le même acte" (Van der G. et le meurtrier de Rabin, Jigal Amir), "Veerman : Les porcs transmettent peut-être la peste aviai

 

Le dossier du jour : Union européenne

"Son propre avenir en tant que secrétaire d’Etat VVD aux Affaires européennes est brusquement devenu nettement plus rose, mais Atzo Nicolaï est de plus en plus préoccupé par l’avenir de l’Europe ", relève le NRC Handelsblad d’hier soir àla une. Un survival of the biggest menace. Nous y sommes si fondamentalement opposés que force nous est de jouer le grand jeu’ ."

" Les Pays-Bas, avec la Belgique, ont regroupé dix-huit petits Etats membres et Etats candidats de l’Union européenne pour une session spéciale au petit déjeuner, demain matin, àAthènes , avant le sommet européen des chefs d’Etat et de gouvernement. Le groupe veut protester contre ce que Nicolaï appelle ’la menace d’une prise de pouvoir des grands pays’ ."

"Les Pays-Bas sont devenus malgré eux le leader d’un front de petits Etats européens. Nicolaï : ’En fait, nous préférons nous situer entre les grands et les petits pays.’ Il se dessine maintenant une véritable ligne de rupture au sein de l’Union . ’La question est tellement essentielle que nous ne pouvons pas faire autrement. Notez bien que nous parlons de notre Europe’."

Et le journal du soir de répéter les arguments que le secrétaire d’Etat a déjàavancés àplusieurs reprises dans la presse néerlandaise : le pouvoir excessif qu’aurait un président permanent du Conseil européen – "que le secrétaire d’Etat qualifie invariablement de ’Roi Soleil’" -, le manque de contrôle du Parlement européen sur un tel fonctionnaire, la rupture de l’équilibre entre les institutions européennes existantes. " Des pays de l’UE comme les Pays-Bas doivent avoir des institutions fortes qui incarnent et protègent les intérêts communautaires de l’Europe . Il ne faut pas qu’il se passe quelque chose que nous désapprouvons totalement", cite le NRC Handelsblad avant de rappeler la position du PvdA Timmermans, délégué de la Deuxième Chambre àla Convention européenne , selon lequel les Pays-Bas et les autres "nains" de l’UE se placent hors de la discussion en faisant opposition. " On ne peut tout de même pas nier que la rotation semestrielle de la présidence n’est plus praticable, avec vingt-cinq membres ou plus’ , a-t-il écrit la semaine dernière dans son propre bulletin d’information. Nous ne pouvons pas davantage ignorer que l’Europe ne peut opérer de façon crédible sur le plan international que si les grands pays y jouent un rôle relativement lourd’ ."

" Nicolaï s’inquiète aussi du rôle que joue le président de la Convention, l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, qui penche lui aussi pour une présidence permanente de l’UE . ’Giscard parle de plus en plus souvent d’un quasi-consensus. Si nous ne faisons pas attention il sera trop tard.’ Le fait que Giscard apparaîtra au Conseil européen, àAthènes, inquiète aussi le secrétaire d’Etat. Nous devons éviter que Giscard ne mange àdeux râteliers et se prévale d’un soutien du Conseil européen àses idées’ ."

"Les Pays-Bas espèrent aboutir au petit déjeuner protestataire d’Athènes àune position commune contre un président permanent de l’UE. Dans la ’vieille’ UE, Nicolaï compte sur la Belgique, le Luxembourg, la Finlande, l’Irlande et le Portugal. On a aussi pris contact avec la Grèce, le Danemark et la Suède, mais ils ne donneront pas suite." "Par ailleurs viendraient neuf des dix pays qui rejoindront probablement l’UE l’an prochain, en mai. Seul le plus grand, la Pologne, n’a pas été approché. ’Nous savons qu’elle ne partage pas notre opposition’, dit Nicolaï."

"Si nous arrivons ànous entendre aujourd’hui – et j’en ai bon espoir – nous pourrons faire savoir au président de la Convention, Giscard d’Estaing, dès le début de l’assemblée officielle, que nous, dix-huit petits pays, ne sommes pas favorables àson Président de l’Union. Lui, la France et l’Allemagne ne pourront alors plus l’ignorer", déclare Atzo Nicolaï ce matin dans l’ Algemeen Dagblad (p.9.).

Le Volkskrant (p.4) ajoute que le délégué De Vries a suggéré lors d’une rencontre avec la presse, hier àLa Haye, que Valéry Giscard d’Estaing n’était pas le président indépendant de la Convention qu’il aurait aimé voir. "Giscard est très conscient du fait qu’il a été le président de la grande France."

De Vries craint lui aussi qu’un futur "Président européen" n’ait trop de pouvoir et il craint des problèmes de duplication, du fait qu’on se propose aussi de nommer un "Ministre européen des Affaires étrangères". Cela ne remédiera p	as à"la cacophonie" actuelle de la politique étrangère de l’UE, selon De Vries.

Actualité internationale


Moyen-Orient : Irak et Syrie

" La France et l’Allemagne cherchent une solution àleur conflit avec les Etats-Unis sur le rôle des Nations Unies dans la reconstruction de l’Irak ", note le NRC Handelsblad (p.4). "Le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, a déclaré [avant-]hier qu’il voulait surtout examiner avec ’pragmatisme’ ce qui convenait le mieux àl’Irak."

"Les ministres des Affaires étrangères de l’UE veulent essayer au début du mois prochain d’aboutir àune position commune sur la reconstruction de l’Irak. Selon le ministre français De Villepin, les opinions sont déjà’extrêmement proches’."

" Le ministre De Hoop Scheffer a déclaré qu’il n’avait pas d’opinion sur de possibles mesures contre la Syrie. Selon lui, il y aura un ’tout autre scénario’ si ce pays dispose d’armes de destruction massive . ’Mais la preuve n’en a pas été fournie’, selon le ministre néerlandais. Il a prôné de commencer par poser des questions àla Syrie, d’engager ’un dialogue’."

Dans le Volkskrant (p.4) de ce matin, l’ancien ministre de la Justice et premier ministre néerlandais Dries van Agt (CDA) , interrogé dans le cadre d’une série de petites interviews sur le conflit irakien, adopte une position très nette : " En lançant une offensive militaire contre l’Irak, les Etats-Unis ont commis un acte illégal . En effet, le Conseil de Sécurité ne les a pas mandatés, cependant qu’il n’y avait pas légitime défense. Le succès militaire n’annule pas rétroactivement cette illégalité." Les Pays-Bas doivent contribuer dans la mesure du possible àreconstruire ce pays ravagé. Le soutien que nous avons apporté àtort àl’Amérique rend cette obligation encore plus pressante ."

Les Pays-Bas doivent-ils modifier leur position traditionnellement transatlantique àcause de la guerre contre l’Irak ? "Aucun pays ne peut plus se permettre de se détourner de la superpuissance. Mais notre orientation doit faire preuve de sens critique."

Actualité intérieure


Formation de gouvernement

" Le VVD va ouvrir les négociations avec le CDA muni d’une liste d’économies extrêmement dures établies par le ministre démissionnaire Hoogervorst ", écrit le Volkskrant dans son grand article àla une. "Les libéraux veulent couper dans la WAO, assouplir l’indexation des indemnités sur les salaires, introduire une contribution personnelle dans les soins et réduire l’aide au développement. Les économies àréaliser s’élèveront au total à15 milliards d’euros ."

" La Reine Beatrix a désigné hier soir le Conseiller d’Etat Rein Jan Hoekstra (CDA) et le Ministre d’Etat Frits Korthals Altes (VVD) comme informateurs . Ils doivent examiner dans le plus bref délai la possibilité de former un gouvernement avec le CDA, le VVD et un troisième, voire un quatrième parti."

"Les deux informateurs ont fait savoir lors d’une conférence de presse, hier soir, que la Reine les avait chargés de former un nouveau gouvernement ’en l’espace de quelques semaines’ . Ils ne sont pas supposés rédiger un accord de gouvernement, mais ils doivent réunir les trois (ou quatre) partis autour d’un accord de principe. Un formateur rédigera ensuite l’accord de gouvernement proprement dit."

"Il est ironique que Hoogervorst ait initialement rédigé sa liste comme une sorte de ’contre-budget’. Il partait du principe que le gouvernement CDA-PvdA serait formé. Par suite de la rupture de la formation, la ’liste Hoogervorst’ est brusquement devenue la liste officielle du VVD, confirment divers députés VVD."

" Le D66 sera un partenaire de coalition stable, mais ’cher’ ", remarque l’ Algemeen Dagblad (p.5). "Les Démocrates veulent beaucoup de moyens financiers supplémentaires pour l’enseignement et ils exigent des concessions dans le domaine de la rénovation constitutionnelle, telle la non-suppression du référendum."

Selon un sondage d’opinion Interview-NSS effectué auprès de cinq cents Néerlandais, plus de 40 % de la population estiment que le D66 doit s’associer àun nouveau gouvernement CDA-VVD , presque 30 % proposent la LPF et un peu plus de 10 % préfèrent que les petits partis protestants ChristenUnie et SGP complètent la coalition ( De Telegraaf p.7).

Euro

" La Communauté Réformée Libre d’IJsselmuiden, en Overyssel, refuse d’employer l’euro comme argent comptant ", relève le Trouw dans son cahier de Verdieping, sous la rubrique "Religion et philosophie". "Sur les pièces et les billets figure un anneau de douze étoiles, symbole de l’Europe. Selon cette église, c’est un plagiat, parce qu’il s’agit d’un symbole biblique."

"Les membres de la communauté, depuis l’introduction de l’euro, ne règlent plus leurs transactions financières que par le biais de la carte àpuce et du porte-monnaie électronique, ou en florins. Le pasteur de la Communauté Réformée Libre, G. Taverne, n’a pas de passeport, son permis de conduire est ancien et il refuse par principe de demander de nouvelles plaques d’immatriculation pour sa voiture, parce que les douze étoiles figurent partout."

"Le mois dernier, Taverne a déposé auprès du gouvernement néerlandais une réclamation contre l’usage du symbole. Il ne reconnaît pas l’Union européenne, parce qu’elle l’emploie. Il n’a pas encore eu de réaction àsa réclamation."

Le pasteur pur et dur fonde sa conviction sur l’Apocalypse, chapitre 12, verset 1 : "Un grand signe apparut dans le ciel : une femme, vêtue du soleil, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles."

Economie, Finances


Métro d’Amsterdam

"La municipalité d’Amsterdam était àla recherche d’une assurance pour la construction de la nouvelle ligne de métro Nord-Sud", rapporte le Volkskrant (p.2). "Mais elle s’avère si coà»teuse que l’échevin concerné y renonce. La ville devra payer elle-même les possibles fautes de conception et les difficultés imprévues."

"Lors d’une réunion spéciale de la commission des transports publics du conseil municipal, divers partis sommeront aujourd’hui l’échevin de demander àLa Haye les 46 millions d’euros de cotisation que réclament les assureurs. Selon l’échevin Van der Horst, ce n’est pas possible : ’L’Etat a mis àdisposition un milliard d’euros en une fois. Nous devrons nous en contenter’."

"Le coà»t du nouveau métro est estimé à1,4 milliards d’euros. La part du lion, 1 milliard, vient de l’Etat. Amsterdam apporte une contribution de 317 millions, la région de la capitale 77 millions. Amsterdam paie la couverture des risques : erreurs de conceptions et difficultés imprévues dans l’exécution des travaux."

"Le conseil municipal a approuvé l’installation de la nouvelle ligne de métro en octobre dernier. Une motion a établi que le projet devait être assuré."

Akzo Nobel

Dans une interview accordée au Volkskrant (p.15) dans la perspective de son départ, le PDG d’Akzo Nobel, Kees van Lede (60 ans), exprime sa préoccupation pour l’économie néerlandaise. "Lorsque j’ai commencé àla VNO-NCW en 1984, notre croissance était inférieure àla moyenne européenne. Sur une longue période, nous avons lentement mais sà»rement dépassé la moyenne. Mais la situation s’est de nouveau dégradée les cinq dernières années."

La réputation des Pays-Bas a l’étranger s’est dégradée encore plus vite, constate Van Lede dans ses contacts avec ses collègues étrangers. "Ils disent : Vous abattez vos hommes politiques, ensuite vous n’avez pas de gouvernement qui gouverne, votre Reine a une nièce qui fait de l’esclandre et les Pays-Bas perdent presque un match contre la Moldavie. Nous croyions que tout était tellement solide chez vous. Et puis il y aussi Ahold." Le secteur privé en souffre, selon Van Lede : "Le crédit de ce pays baisse, au propre comme au figuré. Nous ne sommes pas encore dans la catégorie Irak ou Afghanistan, mais nous avons bougé. Nous le remarquons aux conditions de crédit. Les entreprises néerlandaises étaient en tête de la liste. On nous faisait pour ainsi dire crédit les yeux fermés. Maintenant, les banques réfléchissent plus longtemps."

Affaires françaises

Le Trouw (p.4) évoque le passage aux Pays-Bas, hier, de l’artiste Jean-Marc Philippe pour y promouvoir son projet de lancement dans l’espace d’une capsule contenant un message pour l’avenir lointain. L’Unesco et diverses entreprises astronautiques européennes soutiennent le projet KEO.

Dans le Volkskrant (p.4), Fokke Obbema constate que le Conseil français du culte musulman est dominé par les fondamentalistes. Le journal de centre-gauche suit par ailleurs le procès Elf (p.15).

Dernière modification :

Haut de page