Presse néerlandaise du mercredi 16 novembre 2005

Selon la ministre de l’Education Maria van der Hoeven (CDA), l’enseignement actuel dans les dernières classes des filières havo (enseignement secondaire général) et vwo (enseignement pré-universitaire), qu’on appelle la "deuxième phase" ou "studiehuis", est mauvais pour la préparation des lycéens à l’enseignement supérieur. Un réaménagement des programmes est nécessaire, explique la ministre dans une lettre à la Deuxième Chambre et une interview au journal de centre gauche de Volkskrant.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "Prochaine ouverture de la frontière entre Gaza et l’Egypte, sous la forte pression des Etats-Unis", "Conflit autour d’une étude sur les Papous", "La nature épanouie en cet automne chaud"
-de Volkskrant : "La ministre coupe dans la studiehuis", "Les frontières de la bande de Gaza vont enfin s’ouvrir", "Alcool et drogues dans les centres psychiatriques", "Bot ne veut pas prendre réception de l’étude de Drooglever sur la question papoue"
-Trouw : "La police enregistre l’appartenance ethnique - Une expérience : noter l’origine de l’auteur et de la victime en cas de violence au foyer"
-De Telegraaf : "Le pouvoir d’achat continue de croître - Zalm : Une compensation ne sera pas nécessaire en 2006", "Un camionneur survit à une chute libre"
-AD Haagsche Courant : "Les passeurs de drogue quittent les Antilles - Les sévères contrôles dans les aéroports contraignent les contrebandiers à prendre d’autres routes vers l’Europe", "Les Orange dans le vieux centre de Marrakesh"

* * *

NOTRE DOSSIER :Zalm

L’ensemble de la presse suit la question du calcul de la contribution néerlandaise au budget européen, relancée hier par les déclarations du Néerlandais Maarten Engwirda (D66), de la Cour des Comptes européenne.Le ministre des Finances Gerrit Zalm n’est ’pas content’ des propos tenus par Maarten Engwirda, membre au nom des Pays-Bas de la Cour des Comptes européenne", écrit le journal d’affaires Het Financieele Dagblad en rubrique Economie & Politique. "Engwirda a affirmé lundi que Zalm exagère la position des Pays-Bas en tant que contributeur net au budget de l’UE. Le ministre le conteste. ’Tout bien considéré, je trouve que c’est une action malencontreuse de M. Engwirda’."
"Zalm a réagi aux déclarations d’Engwirda mardi, durant l’heure des questions à la Deuxième Chambre. Le membre de la Cour des Comptes européenne estime que Zalm comptabilise à tort des taxes sur les biens qui entrent dans l’UE."
"Le ministre des Finances souligne qu’Engwirda a fait ses déclarations ’à titre personnel’ et qu’il est ’un des 25 membres de la Cour des Comptes’. Zalm ne comprend pas que le membre néerlandais de la Cour fasse de telles déclarations, car elles ’minent’ la position du gouvernement dans les négociations. ’Apparemment, il faut que les Néerlandais soient masochistes’."
"La critique d’Engwirda est sensible parce que le gouvernement néerlandais négocie une baisse de sa contribution nette", rappelle le journal. "Dans quelques semaines il y aura un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement européens durant lequel le problème des contributions à l’UE sera abordé. Les Pays-Bas ont exigé une baisse d’un milliard d’euros. Zalm a rejeté une proposition de baisse de 600 millions d’euros."

"Le ministre des Finances Gerrit Zalm agit en contradiction avec la réalité économique en grossissant la contribution nette des Pays-Bas à l’Union européenne", souligne Hendrik Jan van Oostrum dans un deuxième article du même Financieele Dagblad. "C’est ce qui ressort d’une analyse du Centraal Planbureau. Le CPB rejoint ceux qui critiquent la représentation de la position nette des Pays-Bas que donne le ministère des Finances. Les Finances affirment que la contribution nette à Bruxelles était de 194 euros par habitant en 2004. La Commission européenne s’en tient à 125 euros."
"Selon le CPB la Commission européenne est considérablement plus proche de la réalité économique que les Finances. Le CPB arrive à environ 147 euros. C’est ce qui ressort d’une analyse que le CPB a ajoutée aux Prospectives macro-économiques publiées récemment."

Dans un commentaire éditorial, Hendrik Jan van Oostrum fait valoir que "Zalm, qui s’efforce à juste titre de réduire la contribution nette néerlandaise, opte pour une présentation aussi solide que possible de la position néerlandaise à Bruxelles". "Mais cette tactique peut être contre-productive si on l’accuse de toutes parts d’exagération et sape ainsi sa crédibilité en tant que négociateur."
"Même dans les calculs les plus sobres de la Commission, les Pays-Bas versent le plus à Bruxelles par habitant. En outre, selon la Commission, ils versent trois fois plus par habitant que des Etats membres à peu près aussi prospères, comme le Danemark, le Royaume-Uni et l’Autriche. Ces chiffres sont si manifestement inéquitables qu’ils ne nécessitent pas d’exagération."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - Roumanie

"Le CDA ne veut pas que l’on dise ’oui’ à l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne", relève le Trouw (p.3). "Le CDA s’oppose ainsi au point de vue de son propre ministre des Affaires étrangères, Bot. Maxime Verhagen, leader du groupe parlementaire à la Deuxième Chambre, craint que la Roumanie ne s’occupe plus d’indispensables réformes une fois qu’elle aura son certificat d’adhésion en poche. Verhagen est surtout préoccupé par la prolifération de la corruption."
"Lors d’une visite hier au Parlement européen, à Strasbourg, Verhagen a eu un entretien avec le ministre roumain de la Justice. ’Cela ne m’a pas rendu optimiste’, a dit le chef de file CDA. ’Personne n’a encore été condamné pour corruption. Les lois nécessaires existent, mais ne sont pas suffisamment appliquées. La corruption sape quelque chose de fondamental dans l’UE, l’Etat de droit. Sur ce point la Roumanie est même moins avancée que la Turquie’."

Pays-Bas - Papouasie

"Le ministre Bot n’était pas présent lorsque l’historien P.J. Drooglever, mardi à La Haye, a présenté l’étude que le ministère de Bot, les Affaires étrangères, lui avait demandée", rapporte le Volkskrant à la une. "C’était manifestement une absence diplomatique. Drooglever, en effet, a décrit comment les Pays-Bas, l’Indonésie et les Etats-Unis ont privé les Papous de leur droit d’autodétermination. Et Jakarta ne veut pas qu’on revienne à cette affaire : la Papouasie est une province indonésienne et doit le rester."
"C’est le prédécesseur de Bot, Van Aartsen, l’homme qui avait demandé cette étude à Drooglever, qui en a pris réception. Il n’est pas question de revenir à une affaire, avait expliqué Van Aartsen à Jakarta, à l’époque : ’Il s’agit de notre histoire nationale à nous’" (également Trouw p.4).

ACTUALITE INTERIEURE

Rotterdam

"Rotterdam a depuis peu une équipe de police qui imagine des scénarios pour le cas où la ville connaîtrait des troubles comme en France", relève le Trouw (p.4). "Par ailleurs tous les agents de proximité ont été priés d’être alertes à la situation dans leur quartier, ’dans la perspective des événements de France’. C’est ce que le maire Opstelten écrit à la commission municipale ’gestion et sécurité’."
"Le 9 novembre la municipalité a procédé avec des représentants des organisations de jeunes Marocains et des directions d’écoles à une estimation de la situation à Rotterdam. Il en est sorti que ’la situation est calme en soi, mais qu’il s’agit de rester vigilant’, selon Opstelten. Les parties concernées soulignent qu’un discours et une action ’scrupuleux et clairs’ évitent l’escalade."
Le week-end dernier, quatre voitures ont été incendiées et onze autres endommagées à Vreewijk et Hillesluis, dans le Sud de Rotterdam. Un cocktail Molotov lancé contre une habitation n’a pas fait de dégâts. Selon des témoins, une vingtaine de jeunes Marocains étaient les auteurs de ces désordres. Une nuit plus tard, une voiture a encore brûlé à Hillesluis. Il n’y a pas eu d’arrestations.

ECONOMIE, FINANCES

Œufs

La firme Kwetters, à Veen, leader sur le marché des œufs avec une production de 1,2 à 1,5 milliard par an, pense avoir trouvé "l’Œuf de Colomb" : la vente à l’unité d’œufs durs enduits d’une couche hermétique afin que le jaune ne verdisse pas et présentés dans une boîte antichoc brevetée. A partir de janvier, ces œufs seront en vente dans les stations-service et chez les traiteurs, sachet de sel compris, au prix de quatre-vingts centimes d’euro.
Kwetters fonde ses grandes attentes sur des études de marché. L’ Œuf de Veen n’est pas un œuf ordinaire, souligne la firme, mais un œuf "4 grains", également breveté et bon pour le taux de cholestérol car enrichi d’acides gras oméga 3 "qui font éclater les caillots dans le sang".
Autres projets de vente innovateurs de Kwetters : des œufs de première ponte, des œufs chic "First Lady", sélectionnés pour leur coquille couleur crème... (Trouw p.14)

AFFAIRES FRANÇAISES

Dans le NRC Handelsblad (p.5) d’hier soir Pieter Kottman présente l’entrepreneur Aziz Senni, auteur du livre L’ascenseur social est en panne... j’ai pris l’escalier, "un homme très sollicité ces jours-ci". En tribune artistique du journal du soir, on notera un grand article sur Serge Gainsbourg, à l’occasion de la sortie d’une compilation de son œuvre variée sur DVD.

Ce matin, les journaux signalent sans commentaire la prolongation de l’état d’urgence (Trouw p.1) et la brève visite du premier ministre Dominique de Villepin à Aulnay-sous-Bois (de Volkskrant p.5, De Telegraaf p.11).

Le Trouw (p.9) remarque par ailleurs que "Paris emboîte le pas à La Haye en freinant le ’mariage par importation’". "L’UMP, qui doit faire concurrence au Front National de Jean-Marie Le Pen et au Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, opposés à toutes les formes de regroupement familial, réfléchit à la façon de réduire ce genre de migrations (plus de 110 000 sur un total de 173 000 nouveaux venus en 2004). A l’instar des Pays-Bas, qui ont pris une décision dans ce sens en novembre dernier, l’UMP songe à relever le revenu nécessaire pour faire venir un partenaire de l’étranger."

En page d’opinion du Volkskrant, l’ancienne députée GroenLinks Evelien Tonkens estime qu’en France aussi les agents de police doivent se rapprocher du public et "devenir une sorte de travailleurs sociaux", comme aux Pays-Bas à la fin des années 60, à la suite des protestations ludiques du mouvement Provo contre le comportement machiste des forces de l’ordre de l’époque.

Dernière modification : 16/11/2005

Haut de page