Presse néerlandaise du mercredi 19 octobre 2011

Trouw (chrétien progressiste) : Shalit est libre, de même que 477 Palestiniens.

De Volkskrant (centre gauche) : Les politiques démolissent le système de TBS [peine d’emprisonnement complétée d’une obligation de traitement].

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Zalm : ne touchez pas aux banques.

De Telegraaf (populaire) : Les cambrioleurs [du bijoutier] Hund arrêtés.

Het Financieele Dagblad : La position de la France vacille.

NRC-Handelsblad : Moment de fête en Israël et dans la bande de Gaza.

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Crise de la dette

Tous les grands quotidiens évoquent « le risque pour la France de perdre son statut AAA ». Le Financieele Dagblad remarque que la crise de la dette risque maintenant d’atteindre également « la partie saine de la zone de l’euro ». Le quotidien évoque deux problèmes au cas où la France perdrait effectivement son statut : « la France et l’Allemagne sont les plus grands financiers du FESF. Si le statut de la France est abaissé, cette charge incomberait à l’Allemagne et aux quatre petits pays avec le statut triple A, dont les Pays-Bas. Pendant la crise, deux camps se sont formés : les pays triple A et les pays plus faibles d’Europe du Sud. La France fonctionne actuellement comme passerelle entre ces deux camps ». Pour le Volkskrant, la perte du statut serait « un gros coup dur pour la zone euro ». Le quotidien note que « la France devra probablement réserver des montants importants pour le FESF ainsi que pour la recapitalisation de ses banques, ce qui risque d’aggraver sa position financière », et il cite le ministre des Finances, François Baroin, selon lequel « la solvabilité de la France est solide, même si la croissance n’atteindra probablement pas 1,75% cette année ».

Dans ce contexte, le Trouw, le FD et l’AD citent Gerrit Zalm, ancien ministre des Finances [1994-2002 et 2003-2007] et actuellement président du conseil d’administration de la banque ABN-Amro. Il a critiqué vivement à la radio une décote plus importante des obligations grecques. Pour M. Zalm, une telle décote pourrait avoir de grosses conséquences pour l’économie néerlandaise. « Elle sèmerait le doute sur la capacité des Etats à respecter leurs engagements si la Grèce ne rembourse qu’une partie de ses dettes. De ce fait, les instances financières pourraient ne plus vouloir investir dans les obligations, ce qui ferait monter davantage les intérêts ». Le macro-économiste Matthijs Bouman, pour sa part, plaide dans le FD pour un Parlement européen doté de vrais pouvoirs. Il estime que l’Europe a perdu sa légitimité démocratique pendant la crise : « le FESF est devenu un mécanisme pour soustraire des Mds€ d’aide aux yeux du citoyen allemand et néerlandais. La BCE se comporte comme un ministère européen des finances qui détermine quels pays peuvent ou non emprunter. Trois instituts ont été créés pour surveiller les bourses, les banques et les assureurs (…) et [le Premier ministre] Mark Rutte souhaite la mise en place d’un commissaire européen doté de compétences pour sanctionner les pays non prévoyants. Personne ne sait à qui ces instituts amorphes doivent rendre des comptes. Plus de pouvoir pour l’Europe doit aller de pair avec plus d’explications par l’Europe. L’euro ne pourra être sauvé qu’avec plus de démocratie au niveau européen ».

ACTUALITE INTERIEURE

Abattage rituel

Selon le Volkskrant, « Le groupe VVD du Sénat est contre la loi prévoyant l’interdiction de l’abattage rituel ». Cette loi, adoptée le 28 juin à la Deuxième Chambre par 116 voix contre 30 (voir RdP du 29 juin), doit encore être soumise à l’approbation de la Première Chambre au début du mois de décembre. Si le groupe libéral de la Deuxième Chambre a apporté son soutien au projet de loi du Parti pour les Animaux (PvdD), en revanche le sénateur libéral Sybe Schaap se montre critique vis-à-vis d’un projet de loi qu’il qualifie de « mal ficelé ». Le Volkskrant calcule que si, comme à la Deuxième Chambre, le CDA, la ChristenUnie et le SGP votent également contre, 30 sénateurs sur 75 s’opposeront au projet de loi et constate que « le soutien des 14 sénateurs travaillistes (PvdA) est indispensable ». Ce journal note toutefois que le président du groupe VVD, M. Loek Hermans, a fait savoir par son porte-parole qu’il attend la réponse du gouvernement à un certain nombre de questions. La présidente du groupe PvdA, Mme Marleen Barth, « doit de son côté mettre tous les sénateurs travaillistes sur une même ligne (à la Deuxième Chambre, 3 députés PvdA ont voté contre l’interdiction). A ce stade, le groupe PvdA de la chambre haute ne devrait pas voter contre l’interdiction de l’abattage rituel ». Le Volkskrant relève que « le grand rabbin Binjamin Jacobs trouve la position des sénateurs VVD totalement justifiée : ‘La Première Chambre procède de façon approfondie, neutre et dépourvue d’émotion. Et elle ne peut que conclure que le bien-être des animaux n’est pas menacé dans notre méthode d’abattage’. Le porte-parole de l’association de défense des intérêts musulmans, Ibrahim Wijbenga, attend ‘avec intérêt de connaître la position du PvdA’ ».

Pédophilie

La presse signale la condamnation de M. Ad van den Berg, le président de l’association des pédophiles « Martijn », à trois ans de prison pour détention de matériel pornographique infantile. Selon le Volkskrant, cette condamnation pourrait permettre au ministère public de renouveler sa tentative de faire interdire cette association. Ce journal précise qu’une perquisition au domicile de M. van den Berg a permis de découvrir plus de 150 000 photos et 7500 films contenant de la pornographie infantile. Le procureur avait requis quatre ans de prison dont huit avec sursis. Le trésorier de l’association a annoncé que M. van den Berg irait en appel.

AFFAIRES ECONOMIQUES

Air France-KLM

Le Volkskrant consacre un grand article à la crise au sein de la direction du groupe franco-néerlandais Air France-KLM et à la démission lundi de son patron, Pierre-Henri Gourgeon. Le quotidien précise que « ce sont surtout les directeurs néerlandais du groupe, parmi lesquels Peter Hartman et Camiel Eurlings [ancien ministre des Transports et des Voies d’eau] qui souhaitent que la France agisse rapidement (…). Puisque l’influence politique sur Air France reste importante, les réorganisations nécessaires ne peuvent pas avoir lieu. De plus, il existe un pacte social avec les syndicats français qui ne pourra pas être remis en cause. D’autant qu’il y a des élections présidentielles l’année prochaine ». Le Volkskrant relève que le cours de l’action Air France-KLM a baissé cette année de 60% contre 35% en moyenne dans ce secteur ».

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- Le Volkskrant consacre un article à « la nostalgie du Paris d’autrefois » Paris dans son supplément « V ».
- L’AD publie un grand article sur les succès des produits Vuitton.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 19/10/2011

Haut de page