Presse néerlandaise du mercredi 19 septembre 2007

Comme tous les ans au lendemain du "derde dinsdag in september" - troisième mardi de septembre, inscription que porte la mallette officielle dans laquelle le ministre des Finances apporte le budget qu’il présente et commente après le Discours du Trône prononcé par la Reine -, la presse publie de longs développements sur les propositions du gouvernement et rapporte les nombreux commentaires de partis politiques et d’organisations civiles, voire de simples citoyens.
Ce qui est inhabituel cette année, ce sont les campagnes de protestation lancée par les associations d’automobilistes et de transporteurs d’une part et par l’ensemble des compagnies aériennes représentées aux Pays-Bas de l’autre. Dans le Telegraaf, un panneau d’une page donne une "Première leçon de logique bossienne [sic] : Les automobilistes doivent payer 500 millions d’euros de taxes de plus... mais pas pour résoudre les bouchons". Dans le Volkskrant, le "Conseil des représentants de compagnie aérienne aux Pays-Bas" s’insurge contre la taxe sur les billets d’avion que le gouvernement a l’intention d’introduire en 2008.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Le gouvernement intervient jusque dans les foyers - Hausse des cotisations maladie - Des fonds pour la ’cohésion sociale’ - Allocations familiales en fonction du revenu"
Trouw (chrétien progressiste) : "Un partage plus équitable, telle est la devise - La Reine réprimande Wilders"
de Volkskrant (centre gauche) : "Les ambitions tempèrent le pouvoir d’achat - Les revenus supérieurs seront imposés davantage - Les taxes sur le tabac et l’alcool augmenteront - Les automobilistes paieront plus", "Balkenende doit jouer les Robin des Bois"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le pouvoir d’achat va baisser - Le gouvernement alourdit les charges pour pouvoir faire les investissements ’indispensables’"
De Telegraaf (populaire) : "L’économie tourne à plein régime, mais tout de même... ceinture !", "’La pilule est amère mais heureusement nous ne sommes pas dépensiers’ - ’Tout ce que vous gagnez en plus vous est immédiatement pris’ - ’En tant que famille on remarque tout de suite la hausse des prix’ - ’On ne fait rien pour les entrepreneurs’"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Note des Millions

"Prinsjesdag [jour de la présentation du budget] fait apparaître de nouveaux rapports de force entre le CDA, le PvdA et la ChristenUnie", souligne le journal d’affaires Het Financieele Dagblad dans son grand article à la une. "Wouter Bos est fier, Jan Peter Balkenende se défend."
"Les revenus supérieurs seront imposés plus lourdement, les bas revenus bénéficieront de plus de soutien financier. Mais le premier ministre Balkenende nie que sa nouvelle coalition CDA-PvdA-ChristenUnie nivelle. ’Je trouve cela tellement vieux jeu’, a dit Balkenende durant sa conférence de presse. ’Evitons ce genre de description. Ceux qui travaillent et ceux qui ont des enfants auront plus’."
"Au nom du gouvernement, la Reine a déclaré dans le Discours du Trône que maintenant que l’économie se porte bien, il est temps de prendre des mesures difficiles. Elle se référait au train de mesures d’austérité supplémentaire et à l’alourdissement des charges des revenus supérieurs décidés cet été par Balkenende IV."
"Il ressort de ce paquet que les rapports de force entre le CDA, le PvdA et la ChristenUnie changent. Le vice-premier ministre Wouter Bos, après six mois de gouvernement, a réussi à imprimer un sceau plus nettement PvdA sur la politique gouvernementale. C’est avec une mine réjouie qu’il a projeté durant sa conférence de presse à la Société De Witte, à La Haye, un document intitulé : ’Noem mij drie maatregelen...’ [Citez-moi trois mesures...] C’était la fameuse phrase que Bos, au plus chaud de la dernière bataille électorale, avait assénée à Balkenende pour montrer que le CDA, dans le précédent gouvernement, n’avait pas demandé d’efforts supplémentaires aux revenus les plus élevés."
"Maintenant qu’une imposition plus lourde des revenus les plus élevés s’annonce, le président du groupe parlementaire PvdA, Jacques Tichelaar, s’échauffe pour en réclamer encore plus. En ce qui le concerne, c’est le début d’une série."
"Les mesures fiscales telles que la hausse de l’impôt sur les maisons valant plus d’un million d’euros et l’écrémage des retraites sont surtout symboliques. Bos n’en tirera que 75 millions d’euros par an. Mais il y a plus : les personnes âgées riches devront contribuer à financer les soins. Et la ’déduction emploi’ diminuera progressivement dès que le revenu familial dépassera 50 000 euros par an."
"Le CDA accepte l’imposition plus lourde des revenus supérieurs, car Balkenende, confronté à des revers budgétaires cet été, voulait absolument pouvoir annoncer à ce Prinsjesdag un bel excédent budgétaire à la fin de son mandat. Le CDA a l’intention de se faire une réputation de sérieux financier, surtout maintenant que le VVD connaît de grands problèmes internes."
"Ce n’est donc pas le CDA, pas plus que le PvdA, qui en est pour ses frais, mais la ChristenUnie. Le parti d’André Rouvoet doit avaler des couleuvres. Le vice-premier ministre Rouvoet accepte qu’on réduise les allocations familiales et que l’introduction de son budget lié au nombre d’enfants soit reportée d’un an. De plus, la mesure visant à encourager les mères à travailler plus hors du foyer n’est certainement pas populaire parmi la base de ChristenUnie. Enfin, il y a la suppression de ce qu’on appelle communément la ’subvention paillasse’. Les parents jeunes continueront à en bénéficier, à la demande de la ChristenUnie. Mais même cette exception reste limitée. Le président du groupe parlementaire ChristenUnie, Arie Slob, est donc confronté à une somme de petites pertes pour son parti. Il doit espérer que ses collègues de coalition à la Chambre seront un peu plus généreux que ceux au gouvernement."
Le Volkskrant, à la une, présente les principaux points suivants de la Note des Millions :
- le pouvoir d’achat moyen des citoyens baissera de 0,25 pour cent en 2008, les personnes bénéficiant des minima sociaux, les personnes âgées et les gens qui ont des enfants étant épargnés ;
- l’économie croîtra de 2,5 pour cent, il y aura un excédent budgétaire de 0,5 pour cent, l’inflation atteindra 2 pour cent ;
- les Pays-Bas compteront 311 000 chômeurs (4 pour cent) l’an prochain, contre 340 000 à l’heure actuelle ;
- le taux normal de la TVA passera de 19 à 20 pour cent en 2009 ;
- la cotisation WW (chômage) descendra de 3,85 à 3,5 pour cent en 2008 et disparaîtra l’année suivante ;
- il y aura une taxe environnementale sur les billets d’avion : 11,25 euros pour les vols courts et 45 euros pour les vols longs ;
- les jeunes de moins de 27 ans ne bénéficieront plus de l’indemnité d’aide sociale, ils devront suivre une formation pour éviter d’être au chômage ;
- la bière augmentera (2,7 centimes par bouteille), de même que le tabac (25 centimes) ;
- les jeunes de l’enseignement secondaire devront effectuer un stage social ;
- la "pilule", le contrôle dentaire des jeunes de 18 à 21 ans et les heures supplémentaires de soins post-natals feront partie du panier de base de la sécurité sociale ;
- les revenus les plus élevés cofinanceront les retraites ;
- les corporations locatives paieront l’impôt sur les sociétés ;
- les personnes âgées riches paieront plus pour leur résidence en établissement hospitalier à partir de 2009 ;
- jusqu’en 2009, 360 millions d’euros seront réservés pour l’amnistie générale des demandeurs d’asile en fin de procédure.
Notons dans ce contexte que la Maison Royale bénéficiera d’une augmentation salariale en 2008, de 3,9 pour cent pour la Reine Beatrix, de 4 pour cent pour le prince Willem-Alexander et la princesse Máxima (De Telegraaf p.10).
"Les groupes parlementaires CDA, SGP et ChristenUnie critiquent le projet gouvernemental de réduction des allocations familiales à partir de 2010", note le Trouw (p.2). "Le partenaire de coalition PvdA est enthousiaste sur ce ’budget social inouï’. ’Le gouvernement investit et va à une dette publique historiquement basse. Les plus fortes épaules portent les charges les plus lourdes et les plus grands pollueurs paient’."
"L’opposition s’est montrée plus critique hier. Le leader SP Marijnissen qui, dans l’ensemble, a approuvé les objectifs du gouvernement, s’est montré modéré. ’Je veux le voir avant de le croire. On peut être plus social et plus humain.’ Ni le VVD, ni le PVV n’a apprécié l’alourdissement des charges ’qui finance les lobbies de gauche’, selon l’expression du chef de file PVV Wilders, qui trouve ce budget ’abominable’. La parlementaire Verdonk retient également son souffle. Le leader du groupe VVD Rutte a constaté avec consternation que dix-huit taxes et impôts allaient augmenter. ’Van Geel peut bien dire qu’on paiera moins en prenant moins la voiture, mais ce n’est pas là le but. Le ministre des Finances Bos aura alors un trou dans son budget.’ La politique gouvernementale ne correspond pas plus aux attentes de GroenLinks. Le leader D66 Pechtold s’est demandé où se trouve l’argent pour le recrutement d’enseignants. Thieme (Parti des Animaux) a constaté avec déception que ’l’économie l’emporte de nouveau sur l’écologie’."
"Pour les vieux ’hiboux’ politiques du Kneuterdijk, réunis dans le Conseil d’Etat, c’est clair : le gouvernement n’oppose pas assez de résistance à la ’force impérieuse de l’existant’. Ils veulent dire que Balkenende, Bos et Rouvoet, les leaders de la coalition, manquent de courage politique pour briser les deux ultimes tabous de la classe politique : l’AOW [retraite de base] et la déductibilité fiscale des intérêts sur les prêts immobiliers."
"Il est typique de la continuité de la politique néerlandaise que c’est exactement la critique que les ’hiboux’ avaient déjà formulée contre les précédents gouvernements Balkenende. Mais du point de vue politique le reproche est un peu plus dur maintenant, parce que le PvdA était prêt à s’attaquer aux deux tabous."

Commentaires

"Il est certainement possible de critiquer les choix politiques de la coalition chrétienne-sociale", remarque l’éditorialiste du Volkskrant. "Mais il est clair que le quatrième gouvernement Balkenende est plus progressiste que ses prédécesseurs. Le CDA, habitué à être à l’abri du vent, connaîtra des bourrasques à partir d’aujourd’hui."
Pour le Telegraaf, "le quatrième gouvernement Balkenende, dans son Discours du Trône et sa Note des Millions au demeurant optimistes, prend un virage serré à gauche". "Sans la moindre argumentation et sans la moindre nécessité des gens qui travaillent dur subiront un alourdissement de leurs charges, même quand ils ont des enfants, pour financer de nouvelles dépenses et réduire la dette publique." "La Chambre, y compris le CDA, doit faire pression sur le gouvernement pour qu’il dégage des fonds supplémentaires pour les revenus moyens et arrête le nivellement."
Le Trouw estime que "la politique de Balkenende IV est une réponse logique à l’état des Néerlandais". "A la différence des cinq gouvernements précédents avec les libéraux, il accentue les investissements dans lasociété en tant que tout, au lieu de se concentrer sur la croissance de la prospérité individuelle."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Financieele Dagblad (p.12) et l’AD Haagsche Courant (p.13) évoquent le projet de réforme des régimes spéciaux et de la sécurité sociale.
Sur le plan culturel, on retiendra une correspondance de René Moerland sur la nouvelle Cité de l’Architecture et du Patrimoine (NRC Handelsblad d’hier soir p.9).

Dernière modification : 21/10/2008

Haut de page