Presse néerlandaise du mercredi 20 mai 2009

Les informations que le gouvernement fournit à la Deuxième Chambre sont insuffisantes, a fait savoir hier après-midi la Cour des comptes, à la veille du Verantwoordingsdag (Jour de la justification), aujourd’hui. La présidente de la Cour des comptes, Mme Saskia Stuiveling, a pris pour exemple, hier, l’affirmation du Premier ministre Balkenende selon laquelle l’exécution du programme politique du gouvernement est conforme au calendrier à 82 pour cent. Selon Mme Stuiveling, cette revendication est incontrôlable, aussi bien pour elle que pour la Deuxième Chambre. Cela représente selon elle une grave atteinte au droit de contrôle budgétaire des députés.

* * *

NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "La Justice ferme des cellules de prison, suppression de 1 200 emplois", "La Cour des comptes : le gouvernement reste trop vague sur la réalisation de ses objectifs", "Balkenende : ce sont les hommes qui ont failli, pas le marché" (tribune sur la crise financière)
Trouw (chrétien progressiste) : "’La politique gouvernementale est incontrôlable – La Cour des comptes expose des imprécisions", "En fuite au Pakistan"
de Volkskrant (centre gauche) : "Un buste de Van Gogh retrouvé après des années", "Les membres de la Chambre des communes ont exploité le système jusqu’au dernier penny" (correspondance de Londres)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La Staatsloterij [Loterie nationale] accusée de mystification", "Juliana et Bernhard de nouveau devant leur palais" (inauguration de deux statues au Palais Soestdijk)
De Telegraaf (populaire) : "Les voyages en avion bradés", "De retour chez eux" (statues du Palais Soestdijk), "Espoir pour les célibataires - Yolanthe et Jan se séparent"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR : Tribune du Premier ministre

Selon le Premier ministre néerlandais, M. Jan Peter Balkenende (CDA), la crise économique actuelle est due à des défaillances humaines et pas à la défaillance du marché. "La société civile, les autorités et le marché faillissent quand la responsabilité individuelle des personnes disparaît", écrit le Premier ministre en page d’opinion du NRC Handelsblad d’hier soir. C’est pourquoi la responsabilité des citoyens doit reprendre une place centrale dans la société, dans le secteur public et sur le marché, selon lui.
"C’est à juste titre qu’on accorde beaucoup d’attention positive au modèle rhénan classique d’une économie de marché sociale, dans le débat actuel sur la récession économique. Je suis convaincu que la transformation de ce modèle en un ’modèle du delta rhénan’ tourné vers l’avenir du XXIe siècle est la meilleure recette pour sortir renforcé de la crise. Je songe à cet égard à un modèle qui associe la dynamique du marché à la sécurité, la responsabilité individuelle à l’intérêt commun et la foi en ses propres capacités à la confiance mutuelle – y compris sur le plan international. C’est là que se trouve la base d’une société riche en initiatives, innovatrice et forte, qui est riche du point de vue matériel aussi bien qu’immatérielle."
"Sous la pression de l’actualité, des voix s’élèvent de plus en plus dans certains milieux pour mettre vigoureusement fin à l’effet de marché et l’économie de marché. C’est une mauvaise réaction. On doute à juste titre d’un effet de marché sans normes. ’Le marché ne peut pas se passer de morale’, comme le dit une de mes citations préférée d’Adam Smith. Mais le balancier ne doit pas revenir à un Etat décidant de tout. Il est temps de trouver un nouvel équilibre entre le marché, l’Etat et la société civile, temps d’opter pour le dynamisme, la responsabilité et la morale."
"La question est de savoir où exactement le marché a failli. Ou bien y a-t-il encore d’autres éléments ? La réponse est en partie cachée dans l’utile rapport annuel 2008 du vice-président du Conseil d’Etat, Tjeenk Willink. Je souscris à son analyse que l’aménagement socio-économique de la société n’est pas uniquement une question de couple traditionnel marché-Etat. La ’société civile’ a également un rôle vital à jouer. Je souscris aussi à son opinion que cet aménagement est déterminé par l’équilibre au sein de ce ’triangle’."
"Le modèle néerlandais d’économie de concertation présente beaucoup d’avantages. Certains parlent avec dénigrement de ’polder’ et de ’messes basses’. A mes yeux ce n’est pas justifié. L’histoire – y compris l’histoire récente – montre que les partenaires sociaux et la politique adoptent constamment des points de vue accentués et en ’décousent’ publiquement. La plus-value de notre modèle polder est que ce ’combat’ débouche toujours sur des accords soutenus par les auteurs. C’est un fait économique solidement établi que cette manière de procéder débouche sur la réduction des coûts. Simultanément, il faut rénover le modèle polder classique. Nous devons trouver un nouvel équilibre entre le marché, l’Etat et la société civile pour le XXIe siècle. De là mon plaidoyer en faveur du modèle du delta rhénan : un modèle de concertation avec un marché des capitaux international, innovatif et bien régulé et un marché du travail flexible, attrayant et motivant. Un modèle dans lequel la responsabilité individuelle des patrons et des entrepreneurs, celle des travailleurs et des professionnels ainsi celle des gestionnaires et des citoyens occupent une place centrale."
"Le fait que les Pays-Bas ont une économie ouverte et que notre politique économique ne peut par conséquent qu’avoir une orientation internationale et européenne est une évidence. Cela signifie cependant aussi que, dans un modèle du delta rhénan, nous devons avoir le courage de rendre l’Europe plus importante, par exemple en donnant au Comité économique et social européen la possibilité de faire des recommandations aux Etats membres. Un certain de membres du SER [Conseil social et économique néerlandais] ne devraient-ils pas également être membres du CESE ?"
"Je souhaite donner un contenu à ce modèle du delta rhénan durant la concertation de printemps avec les partenaires sociaux."

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne

"La crise économique a un effet favorable sur la popularité de l’Europe", relève le Financieele Dagblad (p.3). "Il y a une conscience accrue de l’utilité de l’action des autorités et de la nécessité d’agir à une plus grande échelle pour trouver une réponse à l’émergence de la Chine et de l’Inde. C’est que ce qu’a déclaré le ministre PvdA des Affaires européennes Frans Timmermans hier, lors de la présentation de l’étude Strategisch Europa , une production commune du Centraal Planbureau (CPB) et du Sociaal Cultureel Planbureau (SCP)."
"Dans cette étude, le SCP constate qu’aux Pays-Bas le soutien pour l’appartenance des Pays-Bas à l’UE s’est de nouveau accru dans le courant de l’année dernière, et qu’avec 80 pour cent des Néerlandais il est élevé par rapport à d’autres pays européens."
"Le soutien à l’Europe est large, mais aussi fragile, selon cette étude. A la différence de ce que les Néerlandais pensent eux-mêmes, on ne connaît pas bien l’Europe et dès que les conversations portent sur des thèmes européens de façon plus approfondie, par exemple sur l’immigration, l’iconographie de l’Europe devient rapidement plus négative. Le chercheur du SCP Paul Dekker pense de ce fait que le soutien des Néerlandais à une Constitution européenne est plus grand maintenant qu’il y a quatre ans, certes, mais il estime qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que le camp pro-européen régresse de nouveau."

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Visite du Dalaï Lama

"Le premier ministre Balkenende refuse toujours de rencontrer le Dalaï Lama", note le Trouw (p.4). "’Ce n’est pas une question de peur, mais je suis bel et bien responsable des bons contacts avec la Chine’, a-t-il déclaré hier à la Deuxième Chambre."
"Une majorité parlementaire incluant le partenaire de coalition PvdA souhaite que le premier ministre ouvre la porte au leader tibétain en exil, qui sera en visite aux Pays-Bas début juin, à l’invitation de quelques organisations religieuses. Mais Balkenende, durant un bref débat, a maintenu qu’il suffisait que le ministre des Affaires étrangères Verhagen lui parle. De cette façon, le Dalaï Lama a expressément une rencontre au niveau gouvernemental – bien que le gouvernement souligne que ce n’est qu’en sa qualité de leader religieux."
"Balkenende dément qu’il a peur (pour des raisons économiques) de critiquer la Chine. Durant les Jeux Olympiques, il a bel et bien eu un entretien avec le dirigeant chinois Hu Jintao sur la mauvaise situation des droits de l’Homme dans ce pays, selon le premier ministre. Il veut poursuivre ce ’dialogue critique constructif’. Mais pour cela, il faut que la relation avec la Chine reste bonne, raisonne-t-il. Une rencontre personnelle avec le Dalaï Lama controversé est superflue, selon le premier ministre, et présenterait un ’risque inacceptable’ pour la relation bilatérale."
"La Deuxième Chambre recevra elle aussi le Dalaï Lama, sans cérémonial inhabituel : un simple entretien au sein de la Commission des Affaires étrangères et une brève rencontre avec la présidente de la Chambre, Verbeet."
Pour l’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir, "c’est le premier ministre qui décide qui il reçoit, pas la Deuxième Chambre". "Concernant la situation des droits de l’Homme au Tibet, et d’ailleurs aussi ailleurs en Chine, on peut s’interroger sur l’efficacité d’une rencontre. Le dialogue avec le Dalaï Lama améliorerait-il la situation plus que le dialogue avec la Chine ?"

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

"Grâce à un détective privé et un connaisseur néerlandais, un buste de Vincent van Gogh volé en 1989 a été rendu à la France", annonce le Volkskrant dans son grand article à la Une. "La sculpture en bronze représentant le peintre – avec une seule oreille – a été faite par le célèbre artiste français Ossip Zadkine (1890-1967). Le Musée des Alpilles, à Saint-Rémy-de-Provence, a récemment été informé officiellement de la découverte de l’œuvre d’art aux Pays-Bas."

Le Trouw (p.9) évoque les grèves dans les universités et le Financieele Dagblad (p.7) les diverses protestations contre la politique du gouvernement : "Une vague de protestations déferle sur la France."

Dernière modification : 05/06/2009

Haut de page