Presse néerlandaise du mercredi 21 juin 2006

L’ex-président libérien Charles Taylor, inculpé de crimes contre l’humanité pour le rôle qu’il a joué dans la guerre civile en Sierra Leone, a été transféré hier soir au centre de détention de Schéveningue, en banlieue de La Haye, où il sera jugé par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL).
Pour des raisons de sécurité, son procès se déroulera dans une salle de la Cour pénale internationale.

NRC Handelsblad d’hier soir : "Les Etats-Unis entreront en action au moindre risque d’attentat" (parution en Amérique et aux Pays-Bas du livre The One Percent Doctrine de Ron Suskind), "Le ’problème politique’ de Verdonk est résolu", "Attentat en Turquie : 40 ans de prison pour des officiers"
de Volkskrant  : "Pas d’argent pour de nouveaux patients - Les institutions de soins n’arrivent pas à satisfaire la demande croissante", "Charles Taylor incarcéré à Schéveningue"
Trouw  : "Accords souples sur la politique d’asile - Verdonk aura trois mois de plus pour éponger les derniers dossiers", "Une bactérie résistante gagne rapidement du terrain" (progression du staphylocoque MRSA en Europe), "L’ex-dictateur Taylor aux Pays-Bas pour être jugé"
AD Haagsche Courant  : "Hirsi Ali gardera son passeport - L’ex-députée n’a pas menti sur son nom ; ’Verdonk doit revenir sur sa décision’", "Pays-Bas - Argentine ce soir à 21 heures", "Charles Taylor à Schéveningue"
De Telegraaf  : "Les routiers modèrent leur vitesse - Rouler plus lentement : moins de carburant et moins de contraventions", "Accueil chaleureux" (visite d’Etat de la Reine Beatrix en Belgique), "Donner démissionnera si la Chambre dit ’oui’ aux drogues"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Culture du cannabis

"La législation européenne n’empêche pas la culture légale du cannabis pour approvisionner les coffee-shops", annonce le Volkskrant à la une. "C’est ce que l’eurocommissaire Frattini (Justice), en visite de travail aux Pays-Bas mardi, a fait savoir aux députés de la Deuxième Chambre et aux sénateurs."
"Jeudi, la Deuxième Chambre débattra avec le ministre de la Justice Donner d’une expérience d’autorisation légale de la culture de cannabis destiné aux coffee-shops. Une majorité parlementaire soutenue par les maires de nombreuses villes la réclame."
"Selon Frattini, une décision-cadre européenne de 2004 n’interdit pas la production de drogues douces pour la vente dans les coffee-shops. Plus tôt cette semaine, son porte-parole avait affirmé le contraire. Le commissaire européen ne veut pas prendre position sur le souhait de la majorité de la Deuxième Chambre."

"Nous sommes mardi soir et le commissaire européen vient de boucler quatre heures de concertation avec des députés, des sénateurs et des ministres néerlandais", poursuit le journal de centre gauche en page 3. "Des heures pendant lesquelles il a dû constamment répondre à cette unique question : un Etat membre de l’UE peut-il autoriser la production de marijuana et de cannabis ?"
"Une majorité parlementaire espère entendre un ’oui’ franc pour mettre fin à l’hypocrisie de la tolérance de la vente de drogues douces dans les coffee-shops, alors que leur approvisionnement est interdit. La décision-cadre européenne de 2004 peut être ’interprétée de plusieurs façons’, reconnaît Frattini. ’Elle n’interdit pas explicitement la légalisation de la production. Mais je ne peux pas prendre position maintenant. Ce serait considéré comme une ingérence dans les affaires nationales et je sais à quel point la question est sensible aux Pays-Bas. J’attendrai tranquillement une proposition des Pays-Bas, je verrai ensuite’."
Interrogé sur "l’annexion furtive de lois nationales par Bruxelles", Frattini répond : "Les Pays-Bas ont quatre joyaux de la couronne : la politique d’euthanasie, les coffee-shops, la législation sur l’avortement et la prostitution légale. Je vous le promets, vous pouvez garder vos joyaux, nous n’en voulons pas du tout’."

"Le ministre de la Justice Donner n’approuvera pas une expérience dans le cadre de laquelle on tolèrera la culture de cannabis", relève le même Volkskrant dans un troisième article. "Si la Chambre lui en donne tout de même l’ordre, les partis devront ’chercher un autre ministre’, selon Donner."
"Selon lui, c’est le ministre de la Justice qui est responsable de la politique de poursuites du Ministère public et ce n’est pas l’affaire de la Chambre."
Le parti gouvernemental VVD, qui est partisan de l’expérience, ne tient pas à ce que le ministre de la Justice démissionne. Selon le député libéral Weekers, le VVD réfléchit à des alternatives. Ainsi, la Chambre pourrait déposer un projet de loi, au lieu d’adopter une motion sur la suspension de la politique de poursuites.
Donner s’est toujours opposé à l’approvisionnement légal des coffee-shops.

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - France

"La France traverse une dépression", déclare l’ambassadeur des Pays-Bas à Paris, Christiaan Kröner, dans une interview au Volkskrant (p.4). "Mais ce pays a aussi un énorme potentiel dans le secteur privé, dans les sciences et la culture, bref sur toute la ligne. Je suis convaincu que les Français s’en sortiront de nouveau."
"Cinq ans de poste en France n’ont pas poussé Christiaan Kröner dans le camp des déclinologues, les intellectuels français qui affirment que leur pays est ’l’homme malade de l’Europe’ et qu’il est en chute libre sur tous les fronts", remarque l’intervieweur Fokke Obbema. "Ce pessimisme est largement répandu à la fin de l’ère Chirac, mais l’ambassadeur partant ne le partage pas. Kröner - 60 ans -, dont le prochain et sans doute dernier poste sera Washington, après avoir été ambassadeur à Tel Aviv et Rome, a surtout vu les Français aux prises ces dernières années avec ce qu’il appelle les ’nouvelles réalités’ dans les domaines politique et économique. Du point de vue politique, la France ne peut plus commander en Europe par le biais de la relation franco-allemande. ’Une nouvelle génération politique s’est levée en Allemagne, à laquelle le président Chirac a visiblement dû s’habituer.’ Sur le plan économique, il y a l’influence de la mondialisation, ’qui fait que le pays est de plus en plus condamné à réagir intelligemment ou non aux faits créés par des tiers’."
"Ces changements radicaux, selon Kröner, ont mené à une véritable ’crise d’identité’, ’un phénomène qu’on observe d’ailleurs aussi dans d’autres pays d’Europe’. ’Beaucoup de Français manifestent non seulement un sentiment de malaise, mais aussi d’incertitude. Les intellectuels français, qui jouent un rôle important dans la vie politique du pays, expriment leur frustration devant cette crise d’identité. Je regrette de quitter ce pays au moment où beaucoup de Français sont en désarroi sur la place et l’avenir de leur pays’."
"La crise d’identité française explique en partie le ’non’ français à la Constitution européenne, en mai dernier. Aux yeux de Kröner, ce suffrage populaire a mis ’tristement fin’ à ce qu’il considère comme ’un changement positif’ chez les Français. ’Vous savez qu’on soupçonnait souvent les politiques et les diplomates français de surtout concevoir l’Europe comme une grande France. Mais avant le non, on voyait qu’ils étaient de plus en plus capables de penser européen : accepter que d’autres puissent avoir d’autres opinions et concevoir la nécessité d’aboutir à un compromis’."
"’Le non nous a fait entrer dans une période dans laquelle on panse ses plaies et cherche prudemment une issue à cette très gênante impasse. La France ne peut pas se manifester sur le plan européen en ce moment, après le non et avant les élections de 2007. Car les politiques savent qu’avec le thème de l’Europe, ils risquent plutôt de perdre des élections que d’en gagner’."
"Une ’différence marquée’ avec les Pays-Bas, selon lui, est la tradition syndicale française qui consiste à ’descendre d’abord dans la rue, alors que dans notre pays on commence par discuter pour ensuite éventuellement entreprendre des actions’." "Sans le dire explicitement, Kröner donne le modèle polder néerlandais en exemple aux Français. ’Le président de ce pays a beaucoup de pouvoir, mais quand on ne tient pas compte de ce qui anime les gens, il apparaît que ce pouvoir n’est pas illimité’, observe-t-il. Il rappelle que les médias français ’ont reproché au gouvernement, sur tous les tons, d’avoir omis de débattre du CPE avec les partenaires sociaux, au préalable’. Kröner lui-même conclut ’de nombreux entretiens avec des Français’ qu’on est ’très conscient en France de la nécessité d’une approche visant davantage au consensus’."

Union européenne : Reine Beatrix

La période de réflexion que l’Union européenne s’accorde après le rejet de la Constitution européenne ne doit pas entraver la poursuite de l’intégration européenne. C’est ce que la Reine Beatrix a déclaré mardi, durant la première journée de sa visite d’Etat en Belgique, lors du banquet officiel offert par le Roi Albert.
"Aussi nécessaire que soit un temps de réflexion et de concertation, il ne doit pas déboucher sur la stagnation politique", a dit la Reine des Pays-Bas. Elle a rappelé aux citoyens européens qu’il ne faut pas sous-estimer l’importance de l’intégration européenne. "Les citoyens d’Europe devront de nouveau prendre conscience de l’importance de l’Union européenne pour notre existence à tous, pour notre paix, notre sécurité et notre prospérité" (De Telegraaf p.3, de Volkskrant p.5).

ACTUALITE INTERIEURE

VVD

Le Volkskrant (p.2) croit savoir que l’ancien échevin haguenois Bruno Bruins (VVD) deviendra le nouveau secrétaire d’Etat à l’Education. Son parti l’a proposé comme successeur de Mark Rutte, qui a été désigné comme tête de liste du VVD et qui prendra donc la direction du groupe parlementaire à la Deuxième Chambre.
Bruins a été actif dans la politique locale de La Haye pendant douze ans. Il doit encore s’entretenir avec le premier ministre Balkenende et la ministre de l’Education Van der Hoeven. Il pourrait ensuite prendre ses fonctions au ministère vers le milieu de la semaine prochaine.

ECONOMIE, FINANCES

Millionnaires

Les Pays-Bas, fin 2005, comptaient 5,3 pour cent de millionnaires de plus qu’un an plus tôt, note l’ensemble de la presse. Il y a actuellement 108 000 millionnaires néerlandais. Sont considérées comme telles, dans le World Health Report 2006 de Capgemini et Merrill Lynch, les personnes disposant d’un capital d’au moins un million de dollars (800 000 euros), habitation non comprise. La croissance néerlandaise est supérieure à la moyenne européenne de 4,5 pour cent.
Selon les enquêteurs, les nantis profitent notamment de la croissance des marchés d’effets. "L’indice AEX a considérablement augmenté et l’économie néerlandaise a connu une bonne croissance", explique Geoffrey Bruyn de Merrill Lynch (De Telegraaf p.3, de Volkskrant p.7, Het Financieele Dagblad p.11, Trouw p.14, AD Haagsche Courant p.17).

AFFAIRES FRANÇAISES

L’inauguration par le Président de la République du Musée du Quai Branly fait l’objet d’une bonne couverture de presse.
Le NRC Handelsblad (p.9), sous une grande photo avec légende, annonce un article dans son supplément culturel de vendredi, jour de l’ouverture au public.
Dans Het Parool (p.23) d’hier soir, Olivier van Beemen écrit : "Les présidents français ont coutume de laisser quelque chose de beau à Paris. Après onze ans de présidence, Jacques Chirac a également son ’grand œuvre’. Le musée des arts non occidentaux, Quai Branly, peut devenir un ’must’ durant un week-end à Paris."
Le Trouw (pp.8 et 9) parle d’un "Musée hybride au bord de la Seine". "Chirac donne à Paris un musée de ’l’art libre et égal’." Le journal chrétien progressiste cite brièvement les commentaires positifs de la presse française.
Le Telegraaf (p.13) titre que "Le musée de Chirac est dans la tradition française". "La collection, qui compte 300 000 objets d’Afrique, d’Océanie, d’Asie et d’Amérique, dont 3 500 seront exposés en permanence, est aux yeux de Chirac le symbole du dialogue des cultures."

Dernière modification : 21/06/2006

Haut de page