Presse néerlandaise du mercredi 22 juin 2005

Les partis de la coalition CDA-VVD-D66 se sont accordés sur la réforme du système de radiotélédiffusion publique, un dossier délicat dont la classe politique haguenoise débat depuis des décennies. Le Volkskrant annonce aussi un accord sur la nouvelle WAO (incapacité de travail), mais les autres quotidiens, qui bouclent apparemment plus tôt, parlent toujours de crise.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "Accord politique sur le système de radiotélédiffusion - Réduction de moitié du budget des organisations publiques", "Le voilier solaire de l’espace ira très loin dans l’univers" (projet Cosmos 1)
-Trouw : "Les associations de radiotélédiffusion perdront la moitié de leur budget", "L’entretien de la ligne de Betuwe coûtera aussi de l’argent à l’Etat"
-de Volkskrant : "La coalition d’accord sur la nouvelle WAO - Compromis après une concertation dans une atmosphère de crise", "Les ’malheureux Irakiens’ donnent la migraine à Bush" (persistance des attentats en Irak)
-De Telegraaf : "Les querelleurs à la porte - Dix jours d’exclusion du foyer familial en cas de mauvais comportement" (projet de loi sur la violence au domicile), "Beatrix radieuse" (visites en province à l’occasion de son jubilé),
-Algemeen Dagblad : "Davantage de couples stériles - L’obésité croissante est une nouvelle cause", "Escalade du conflit sur la WAO"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Radiotélédiffusion publique

"Les groupes parlementaires de la coalition CDA-VVDE-D66 ont abouti à un accord sur les grandes lignes de la réforme du système public de radiotélédiffusion à partir de 2008", écrit le NRC Handelsblad d’hier soir dans son grand article à la une. "Le point essentiel de l’accord est qu’un conseil d’administration indépendant sera responsable aussi bien de la politique de programmation totale que du budget du système public, qui s’élève actuellement à 700 millions d’euros."

"Les trois chaînes publiques subsisteront jusqu’à nouvel ordre. Le conseil d’administration, en fonction de la numérisation de la télévision et de recettes publicitaires, pourra décider à terme de supprimer une chaîne. "

"Les budgets des organisations publiques seront réduits de moitié à partir de 2008 et la NOS et ce qu’on appelle toujours la Nederlandse Programma Stichting (NPS) seront placées sous le conseil, en tant que sociétés de production. La NOS sera responsable des informations, la nouvelle NPS des productions culturelles et éducatives et les organisations de la formation d’opinion et du débat."

"La NPS actuelle dispose d’un budget de 72 millions d’euros pour s’acquitter de ses tâches. Avec ce montant, le conseil d’administration pourra acheter à partir de 2008 ’des productions culturelles et éducatives fragiles’. Cela signifie que le conseil pourra demander à la nouvelle société de production des programmes comme Sesamstraat et Klokhuis [deux programmes pour la jeunesse], actuellement produits par la NPS. D’autres organisations pourront aussi présenter des projets de programmes culturels et éducatifs, pour obtenir une partie du budget de 72 millions. La production des programmes sera attribuée en fonction du rapport qualité-prix."

"Les organisations éducatives, comme Teleac, feront également partie de la nouvelle société de production qui remplacera l’actuelle NPS."

"L’accord des partis de la coalition prévoit la réduction de moitié des budgets des organisations de radiotélédiffusion, de 34 à 17 millions d’euros. Les organisations ne devront plus s’occuper que de la formation d’opinion et du débat civil."

"Le divertissement pur disparaîtra des chaînes publiques", précise le Trouw à la une ce matin. "On ne sait pas encore ce qu’il faut entendre par ’divertissement pur’, mais le porte-parole du D66 pour les médias, Bakker, a déclaré qu’un programme comme Lingo [recherche de mots à partir de lettres dans une grille] ne sera plus présenté sur les chaînes publiques."
"Le nombre de membres des organisations ne sera plus déterminant pour leur temps d’antenne. Nederland 3 - un canal pour enfants pendant la journée - ne diffusera plus de publicité entre les programmes pour enfants."

"La NPS s’attend à ce qu’elle puisse continuer de produire pratiquement tous ses programmes actuels, mais elle craint que Nova, Buitenhof et Zembla [rubriques politiques] ne soient obligés de déménager. Ils ne correspondent pas aux tâches de la nouvelle société de production."
L’Algemeen Dagblad (p.16) juge "remarquable que les partis n’aient guère parlé des cinq radios publiques". "On n’en trouve aucune trace dans l’accord. Le D66 avait proposé de supprimer Radio 3. De l’avis de Bakker, cette radio diffuse trop de musique du Top 40 et ne se distingue pas suffisamment de stations commerciales comme Radio 538."
L’éditorialiste du journal de Rotterdam prévoit qu’à terme une des trois chaînes de télévision publique disparaîtra inévitablement et estime qu’il "aurait mieux valu opter immédiatement pour le modèle BBC". "Les associations de radiotélédiffusion ne sont plus de ce temps depuis longtemps. Est-ce que les journaux, par exemple, sont faits par des associations ? Et il est honteux qu’on ne se soit absolument pas occupé de la radio."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne

Le premier ministre néerlandais, Jan Peter Balkenende, durant un débat parlementaire sur l’échec du dernier Conseil européen, à la fin de la semaine dernière, n’a pas voulu réagir aux critiques du chef de file VVD Jozias van Aartsen (cf. presse du 21 juin) concernant la campagne du gouvernement en faveur du "oui" à la Constitution européenne. Défié par l’opposition de réagir à Van Aartsen, il s’est contenté de dire : "Notre message n’a pas porté, c’est un fait."
Balkenende a assuré à la Deuxième Chambre, hier soir, que la Constitution européenne ne serait pas soumise une nouvelle fois aux électeurs ou au Parlement. "Non, c’est non, et à Bruxelles non plus je n’ai laissé subsister aucune équivoque à ce sujet. Le non des Pays-Bas est définitif."
Des députés de la Deuxième Chambre avaient l’impression que le gouvernement essaierait d’appliquer tout de même des éléments de la Constitution rejetée lors d’un référendum consultatif.

La Chambre a porté un jugement globalement positif sur la position ferme adoptée par le gouvernement dans la discussion européenne sur la répartition des charges financières (de Volkskrant p.3, Trouw p.9).

L’Algemeen Dagblad (p.7) a posé "cinq questions" sur l’UE à l’europarlementaire Daniel Cohn Bendit (Verts). Selon Cohn Bendit, "presque tous les leaders" sont responsables de l’échec du Conseil européen. "Ils ne dégageaient aucune force politique ; il n’y avait pas de coalition de pays pour défendre le projet européen. Tant que chacun imposera son propre modèle national - l’Europe considérée comme un prolongement de la France ou de la Grande-Bretagne - on n’arrivera à rien."

"Balkenende était loin d’être brillant, mais les Danois, les Suédois et les Britanniques se sont également distingués par leur égoïsme national. Tant que l’Europe n’aura pas ses propres revenus, ces histoires continueront : ’combien as-tu, combien ai-je ?’. Les seuls à avoir eu un réflexe européen sont les nouveaux Etats membres, qui ont donné une belle leçon aux autres en proposant de couper dans leurs revenus."

"La Constitution n’est pas morte", souligne Cohn Bendit. "Elle est au frigo, mais nous pouvons l’en sortir, la décongeler et la revitaliser." "Les leaders européens, avec leurs référendums, sont complètement coincés. Seule la population peut trancher ce nœud gordien, en se prononçant clairement lors d’un référendum européen, que nous avons toujours prôné."

Le journaliste : "Le premier ministre Balkenende dit qu’il refuse un nouveau référendum sur cette Constitution." Cohn Bendit : "Pour commencer, je n’ai pas dit qu’il faut que ce soit exactement la même Constitution. Deuxièmement, Balkenende ne restera pas éternellement premier ministre. Vous finirez bien un jour par vous soustraire à l’empire de Harry Potter."

ACTUALITE INTERIEURE

Incapacité de travail

"Les Pays-Bas auront au 1er janvier 2006 une nouvelle WAO plus sévère", croit savoir le Volkskrant à la une. "Le gouvernement et les partis gouvernementaux CDA, VVD et D66 se sont accordés sur un compromis la nuit dernière, après deux semaines de négociations fébriles. A l’inverse de ce que voulait le gouvernement, l’instance de versement des indemnités UWV continuera de verser celle des inaptes partiels au travail. Ce n’est qu’à partir de 2007 que des assurances commerciales pourront aussi s’en charger. ’Nous avons trouvé une solution pragmatique’, a déclaré le ministre des Affaires sociales De Geus. ’Je suis un homme heureux. Il y a deux semaines, le VVD et le CDA avaient encore des positions diamétralement opposées’."

"La coalition approuve désormais l’énergique projet de réforme du ministre. Cela signifie qu’à partir du 1er janvier seules les personnes jugées inaptes au travail à 80 pour cent et plus obtiendront encore une indemnité WAO. Celles qui peuvent encore travailler à temps partiel devront rester actives et toucheront un complément salarial. Les travailleurs inaptes à 35 pour cent ou moins ne toucheront plus rien."

"La concertation d’hier soir s’est déroulée dans une atmosphère de crise. Le vice-premier ministre Zalm a dû quitter prématurément le débat à la Deuxième Chambre sur le sommet européen pour s’occuper de la WAO. Le premier ministre Balkenende s’est aussi mêlé aux entretiens tard dans la soirée. La pression était forte, car la Deuxième Chambre débat aujourd’hui sur le nouveau projet concernant les inaptes au travail."

"L’accord sur la WAO représente la plus grande réforme du système depuis l’application de la loi en 1967. Cette réforme est l’un des principaux piliers de la politique du gouvernement."

Verdonk

L’ensemble de la presse annonce que la Deuxième Chambre convoquera aujourd’hui la ministre VVD de l’Immigration et de l’Intégration, Rita Verdonk. Selon le député PvdA Klaas de Vries, Verdonk a mal informé la Chambre sur les demandeurs d’asile congolais en fin de procédure et doit démissionner. C’est ce que De Vries a dit hier durant le programme d’actualité Netwerk. Il a parlé de "faute impardonnable".

Il ressort d’investigations de Netwerk que les autorités congolaises disposent d’informations sur des demandeurs d’asile rapatriés au Congo, que l’IND leur aurait fournies. Le programme télévisé est en possession de documents du service d’immigration congolais et de la Maréchaussée royale disant que les personnes concernées ont demandé l’asile aux Pays-Bas. Cela peut être dangereux pour elles à leur retour au Congo.

En février dernier, lors d’un débat d’urgence, Verdonk avait encore déclaré que les autorités néerlandaises ne fournissaient jamais d’informations confidentielles sur les personnes à expulser, quel que soit le pays demandeur. Elle fera parvenir aujourd’hui une lettre sur la question à la Deuxième Chambre (Trouw p.1, de Volkskrant pp.1 et 2, Algemeen Dagblad p.5, De Telegraaf p.7).

Ambassade des Etats-Unis

"L’Ambassade des Etats-Unis à La Haye déménagera dans cinq ans du centre de La Haye au terrain du cynodrome du Benoordehoutseweg, à la lisière du siège du gouvernement et de Wassenaar", annonce le Telegraaf (p.8). "C’est ce que la municipalité de La Haye a décidé en concertation avec l’ambassadeur américain C. Sobel."
"Il n’est plus question du premier site envisagé, le domaine de Clingendael." "La commune mise maintenant sur le cynodrome et tient en réserve le site du club de rugby HRC du Theo Mann-Bouwmeesterpad, pour le cas où le cynodrome, après élaboration du projet, ne conviendrait pas."

ECONOMIE, FINANCES

Polonais

L’an dernier, des Polonais ont lancé 1 170 petites entreprises aux Pays-Bas. C’est presque six fois plus que l’année précédente, selon la Chambre de Commerce d’Amsterdam. Un peu moins de la moitié de ces entreprises sont actives dans le bâtiment.

Les start-up polonaises représentent moins de 2 pour cent du nombre total de nouvelles entreprises (plus de 65 000). Selon deux Polonais actifs de fraîche date aux Pays-Bas et cités dans le Volkskrant (p.7), les Néerlandais n’ont pas à craindre une invasion de concurrents polonais. "En Pologne presque personne ne parle anglais dans la catégorie d’âge de trente ans et plus. En outre, il est risqué de quitter son emploi en Pologne. La plupart de ceux qui en ont le courage sont ici depuis longtemps" (également NRC Handelsblad d’hier soir p.1, Trouw pp.1 et 12, De Telegraaf p.25).

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad d’hier soir, à la une, prévient que "Les Français sanctionnent le joint au volant". "Les automobilistes qui se rendront en France dans les mois à venir risquent des amendes élevées s’ils ont fumé un joint durant les semaines précédentes. Le tribunal de Nancy a condamné vendredi un habitant de Bussum à 500 euros d’amende et au retrait du permis de conduire pour cinq mois."

Le même NRC Handelsblad (p.5) et le Financieele Dagblad (p.4) de ce matin font mention des réactions politiques françaises à l’échec du Conseil européen, en particulier de celle du leader socialiste François Hollande. Hollande a comparé lundi le président Chirac à "un monarque peu avant son abdication", selon le second journal. "Ce n’est pas seulement à l’étranger que le ’non’ du 29 mai résonne toujours. La France elle-même n’a toujours pas surmonté le choc du rejet massif de la Constitution européenne. Le résultat du référendum a réduit Chirac à l’impuissance politique." "La France est entrée dans une léthargie qui ne pourra peut-être être rompue qu’aux élections présidentielles prévues en 2007", conclut l’article de Bas Kurstjens.

Dernière modification : 14/02/2012

Haut de page