Presse néerlandaise du mercredi 23 juin 2010

La Cour d’appel de La Haye, saisie par les compagnies d’énergie Essent, Delta et Eneco, a jugé hier que la séparation patrimoniale des réseaux de production et de distribution de gaz et d’électricité imposée par le gouvernement néerlandais est contraire au droit européen. La loi ad hoc qui est entrée en vigueur en 2007 entrave en effet la libre circulation des capitaux, selon la cour. « Seules des raisons contraignantes d’intérêt général » peuvent justifier une séparation, précise-t-elle.
Le ministère des Affaires économiques a immédiatement annoncé que l’Etat a l’intention de se pourvoir en cassation. Cette procédure peut durer des mois, voire des années.

* * *

LES GRANDS TITRES

- NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : « La Cour : la séparation patrimoniale dans le secteur de l’énergie est contraire à la législation européenne », « Un été plein de violence attend la Turquie », « Les photos de Polaroid vendues aux enchères pour des prix record »
- de Volkskrant (centre gauche) : « Pour Rutte il est encore trop tôt pour choisir – Feintes au Binnenhof », « L’article 147 du Code pénal tire à sa fin » (blasphème) », Grande-Bretagne : des mesures d’austérité plus sévères que prévu »
- Trouw (chrétien progressiste) : « Rien n’est encore exclu sur le fond – La rapidité du premier tour de formation offre des perspectives – Toutes les coalitions sont encore possibles », « Les Britanniques vont procéder à des coupes draconiennes »
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : « La formation est au point mort – Le VVD ne veut pas de Paars-plus, le PvdA pas de gouvernement centriste », « Les supportrices qui ont fait de la publicité pour Bavaria soulagées après leur remise en liberté » (Mondial de football)
- De Telegraaf (populaire) : « La formation du gouvernement est désespérément bloquée – Paars-plus échoue – Cohen s’oppose à un gouvernement orange », « Les supportrices relâchées »

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne

« Un service diplomatique à part entière doit permettre à l’Union européenne de développer sa propre politique étrangère », écrit Gijs Moes dans le Trouw (p.11), depuis Bruxelles. « A terme, les Etats membres pourront alors se passer de certains consulats et ambassades. C’est ce que des europarlementaires des grands groupes politiques ont déclaré hier, lors de la présentation de l’accord sur le futur service diplomatique intervenu lundi à Madrid sous la présidence espagnole et avec Catherine Ashton, haute représentante des Affaires étrangères de l’UE. »
« ‘La plupart des Etats membres verront immédiatement les avantages d’un service diplomatique large ayant une véritable base européenne’, a fait valoir Guy Verhofstadt, président du groupe libéral au Parlement européen. » « Ria Oomen (CDA) s’attend à ce que les Pays-Bas, à la longue, ferment des consulats dans les petits pays. ‘Nous serons bien obligés de le faire, ces réductions budgétaires sont déjà programmées.’ Les Pays-Bas hésitent à transférer des tâches qui ont trait à la souveraineté nationale, mais selon Oomen c’est dans ce sens qu’on va. ‘La préparation de la politique étrangère deviendra aussi européenne.’ Thijs Berman (PvdA) est content que l’eurocommissaire chargé de l’aide au développement garde ses propres compétences. Il craignait en première instance que la politique de coopération ne soit subordonnée aux intérêts commerciaux européens. »

Le Volkskrant, en rubrique « opinion et débat », publie une version abrégée d’une conférence donnée hier par le président du Conseil européen, le Belge Herman van Rompuy, à la Nouvelle Eglise de La Haye. « Les gens découvrent aujourd’hui ce que signifie un ‘destin commun’ dans le domaine monétaire. Ils remarquent que l’euro affecte leur retraite, leur épargne, leur emploi, leur vie quotidienne. A mon avis, cette conscience publique croissante est essentielle : ces soucis et cette insatisfaction obligent en effet les gouvernements à agir, à faire des choix qu’ils ont évités jusqu’à présent, à s’aventurer sur des terrains inconnus. Cela ne peut que faire du bien à l’Union dans son ensemble. »

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Formation de gouvernement

« En un rien de temps, les trois coalitions majoritaires les plus logiques ont échoué », écrit le Trouw dans une analyse à la une. « Le processus d’exclusion s’est déroulé si rapidement qu’après une semaine et demie seulement, il n’y a encore guère d’options réalistes sur la table. Aujourd’hui, l’informateur Rosenthal recevra à tour de rôle les présidents des groupes VVD, PvdA et CDA, mais Cohen a déjà fait savoir qu’il ne voulait pas de gouvernement VVD-CDA-PvdA. »
« La rapidité du premier tour offre des perspectives. En effet, aucune des coalitions possibles n’a encore été torpillée – ils n’en ont pas eu le temps – et les partis tiennent leur promesse ne pas parler en public des entretiens confidentiels. Cela signifie qu’aucun parti ne déteste les coalitions possibles au point de gâcher le jeu en faisant des révélations dans les coulisses. »
« Toutes les variantes évoquées sont encore possibles, tout comme les coalitions non examinées du PvdA, du CDA, du SP et de GroenLinks ou du VVD, du CDA, du D66, de GroenLinks et de la ChristenUnie. En définitive il faudra bien que quelqu’un prenne ses responsabilités. »

« L’échec de Paars-plus est regrettable, mais pas inattendu », remarque l’éditorialiste du Trouw. « Les électeurs, le 9 juin, ont confié une mission presque impossible à la classe politique haguenoise. Mais les missions impossibles peuvent déboucher sur des solutions inédites. »

« Lorsque les variantes majoritaires seront épuisées, il restera un certain nombre d’options hétérodoxes comme un gouvernement minoritaire VVD-CDA sur le mode danois, qui dépendra du soutien du PVV, ou un gouvernement extraparlementaire de Néerlandais qui ont acquis une expérience de la gestion en dehors de la classe politique », fait valoir le commentateur du Volkskrant. « Et comme ultime remède de nouvelles élections pourraient être organisées. Mais à ce stade précoce –selon les critères néerlandais – de la formation du gouvernement il convient d’exclure de tels pis-aller. » « Les leaders des grands et des petits partis, des partis qui ont gagné ou perdu doivent faire ce qu’ils ont toujours su faire ; chercher des compromis. »

Pour le Telegraaf, « il ne reste plus à l’informateur Rosenthal qu’à étudier sérieusement une coalition orange composée du vainqueur VVD, du PvdA et du CDA ». « Cette coalition est loin d’être idéale, mais compte tenu de la gravité de la crise économique, des mauvaises perspectives et de l’impasse actuelle cette possibilité devient incontournable. »

Deuxième Chambre

« Gerdi Verbeet (PvdA) a été réélue présidente de la Deuxième Chambre à une large majorité », annonce le Volkskrant (p.10). « Elle a obtenu 94 voix, contre 54 pour son challenger Charlie Aptroot (VVD). « Ce n’était que la troisième fois que la Chambre a élu son propre président », rappelle le journal. « Avant 2002, les partis décidaient entre eux qui fournirait le président » (également De Telegraaf p.3, Trouw p.6, AD p.9).

Blasphème

« Une majorité parlementaire veut supprimer l’interdiction du blasphème », annonce le Volkskrant (pp.1 et 3). « Le Conseil d’Etat est également d’avis qu’il n’y a pas d’obstacle juridique à l’abrogation de l’article 147 du Code pénal. »
« L’article 147 est un des principaux fronts de la lutte entre la liberté de religion et la liberté d’expression. Pas en raison de sa valeur juridique – il est lettre morte depuis des décennies – mais à cause de sa grande signification symbolique. »

Srebrenica

Le ministère de la Défense a interdit la publication d’un numéro spécial du bulletin militaire De Onderofficier (Le sous-officier) qui devait être consacré à l’enclave musulmane de Srebrenica (Bosnie-Herzégovine), tombée aux mains des Serbes le 11 juillet 1995. Selon la Défense, cette publication pourrait nuire à l’armée de terre (Trouw p.8, de Volkskrant p.9).

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le Trouw (p.4) et le Volkskrant (p.4) notent que « La France a honte des Bleus », battus hier par l’équipe sud-africaine, et qualifiés de « risée du monde ».
Le Volkskrant (p.26) suit par ailleurs le procès du trader Kerviel : « ‘Personne’, à la Société Générale, n’avait remarqué la fraude ».

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 07/07/2010

Haut de page