Presse néerlandaise du mercredi 24 octobre 2012

Trouw : Les conditions de vie des animaux ne sont pas respectées.

De Volkskrant : Les seigneurs de guerre à Kunduz craignent une guerre civile.

AD Haagsche Courant : Beaucoup de plaintes sur les conditions bancaires plus strictes.

De Telegraaf  : Déductibilité des intérêts hypothécaires encore plus menacée.

Het Financieele Dagblad  : La direction [du bailleur social] Vestia négligeait les avertissements de la banque ING.

NRC-Handelsblad : Davantage de personnes impliquées dans l’affaire Van Rey.

* * *

DOSSIER DU JOUR

Banques / PME

« Les petites et moyennes entreprises souffrent des conditions plus strictes imposées par les banques », rapporte l’AD en citant Hans Biesheuvel. Il est président de l’organisation MKB Nederland (PME Pays-Bas). Le quotidien note que les banques prêtent aux entreprises contre un taux d’intérêt plus important, souhaitent des garanties personnelles et demandent une commission de crédit supplémentaire ou décident au dernier moment de ne pas accorder le prêt. Hans Biesheuvel : « Il y a deux ans, de telles conditions n’étaient qu’exceptionnelles, maintenant elles sont devenues courantes. Les banques évitent de plus en plus de prendre des risques. Les conséquences sont néfastes pour les entreprises. Cela risque de brider la croissance économique ». Il reproche aux banques « de ne pas analyser davantage les demandes ». Dans une réaction, la NVB (association néerlandaise des banques) confirme que les circonstances économiques ont amené les banques à être plus strictes. En revanche, le président du MKB Nederland accueille favorablement les formes alternatives de financement tel que le financement participatif, les coopératives de crédit et les obligations pme. « L’Etat devrait soutenir ces types d’initiatives et supprimer certaines règles afin que ces financements alternatifs puissent se développer ».

AFFAIRES INTERNATIONALES

Afghanistan / Mission de formation

« La province de Kunduz en Afghanistan risque de glisser vers une guerre civile. C’est ce que craignent les habitants et les chefs de guerre armés », note le Volkskrant à la une. Dans des entretiens avec le quotidien et le programme d’actualités ‘Nieuwsuur’, plusieurs chefs de guerre prévoient une lutte sanglante après le départ des Allemands, des Américains et des Néerlandais. Le Volkskrant rappelle que, la semaine dernière, la Deuxième Chambre avait émis des doutes quant à la poursuite de la mission néerlandaise de formation de policiers afghans. En effet, contrairement à ce qui avait été convenu, les agents formés par les Pays-Bas avaient été mobilisés ailleurs en Afghanistan. Le Volkskrant remarque : « Jusqu’à présent, la mission de formation n’a pas rendu la situation plus stable à Kunduz. Les presque deux milles agents de police ne font pas le poids contre les plus de dix milles guerriers présents à Kunduz. Hier, le quatrième contingent de soldats et de formateurs néerlandais est parti en Afghanistan. En 2014, les Pays-Bas quitteront ce pays. Selon le commandant Jarst de Jong de la mission de formation « le point de saturation a été atteint ».

ACTUALITE INTERIEURE

Elevage intensif / non respect des conditions de vie des animaux

Presque tous les éleveurs aux Pays-Bas transgressent les lois existantes sur les conditions de vie des animaux et les directives européennes, note le Trouw à la une. Le quotidien se réfère au constat des deux associations pour la défense des droits des animaux, Dier & Recht et Varkens in Nood. Le Trouw relève que la Deuxième Chambre critique depuis longtemps la NVWA, l’autorité néerlandaise qui est en charge de contrôler les entreprises d’élevage. Le PvdA (travailliste), le SP (gauche radicale) et le PvdD (parti pour les animaux) ont fait remarquer à plusieurs reprises aux ministres consécutifs que l’autorité ne dispose que de peu de personnel compétent. Pour le député travailliste, Tjeerd van Dekken, il existe trop de situations inadmissibles dans la bio-industrie (l’élevage intensif) « alors que les Pays-Bas souhaitent être leader dans le domaine du bien-être animal ».

JSF – un projet bénéfique pour les entreprises néerlandaises

« Se retirer de la phase d’essai du projet de l’avion de combat JSF, n’aurait que des conséquences financières et pratiques négatives pour les Pays-Bas », note le Telegraaf. Le journal se réfère au rapport de la Cour des Comptes sur les coûts de l’annulation de la participation néerlandaise. Celle-ci estime que la poursuite du projet du successeur du F16 avec les huit pays partenaires économiserait 150M€ par rapport à un renoncement. Le ministère des Affaires économiques s’est également penché sur les éventuelles conséquences de la participation néerlandaise. Selon le rapport du ministère, le JSF engendrerait pour les entreprises néerlandaises des milliards d’euros supplémentaires en chiffre d’affaires ainsi que 75.000 années-hommes d’emploi. Le Telegraaf note qu’il est en possession des deux rapports. « Demain, ils seront transmis à la Deuxième Chambre ».

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- Le Trouw relève que « la douane parisienne a saisi 600 kg de viande illégale (crocodile, singe …) »
- Le Financieele Dagblad évoque le risque d’une peine de prison plus importante pour Jérôme Kerviel.
- Le NRC retient « l’intention de la France d’envoyer des drones au Mali ».

--------

Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad (financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad (centre – 199.000 ex.)

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.
Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL. - consultez notre site internet http://www.ambafrance-nl.org.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page