Presse néerlandaise du mercredi 24 octobre 2007

A Noordwijk, une petite ville côtière de la région haguenoise, commence aujourd’hui une conférence de l’OTAN et plusieurs quotidiens publient en première page une grande photo du dispositif de sécurité exceptionnel mis en place à cet effet. L’hôtel "Huis ter Duin", dans lequel se réuniront les ministres de la Défense de 34 pays, a été déclaré terrain militaire pour deux jours. Des kilomètres de barbelé ont été posés dans la station balnéaire et des véhicules militaires placés. En mer, un chasseur de mines surveille la côte et un décret d’urgence autorise les fouilles préventives dans une grande partie de la ville.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Il faut replâtrer la solidarité de l’OTAN - L’Alliance se penchera à Noordwijk sur les gênantes pénuries de la mission en Afghanistan", "Il y a eu un incendie. C’est fini’" (Armando Museum d’Amersfoort)
de Volkskrant (centre gauche) : "Jeroen Brouwers refuse le ’petit prix’ pour son œuvre" (Prijs der Nederlandse Letteren, prix triennal des lettres néerlandaises), "’Le gicleur d’incendie l’emporte sur les pompiers’ - L’incendie de ’l’Armando’ fait réfléchir les directeurs de musée", "Noordwijk assiégée"
De Telegraaf (populaire) : "Les Antilles coûtent une fortune - Les Pays-Bas paient 2,2 milliards de dettes", "Noordwijk assiégée pour le sommet de l’OTAN", "Le PSV reste dans la course" (football)
Trouw (chrétien progressiste) : "Les migrants de la connaissance sont les bienvenus, à condition que... - L’Union européenne introduira peut-être la ’carte bleue’ dès l’an prochain", "Incendies en Californie : rien à faire", "’Et mes cendres pourront être déposées sous le tulipier, à côté de Knorretje’ - Les derniers jours de Jan Wolkers"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Les patients en difficulté à cause des problèmes budgétaires des fournisseurs de soins à domicile - L’assureur Achmea saisira le tribunal vendredi", "’Les musées néerlandais ne sont pas protégés contre les incendies", "L’armée fait un terrain militaire de l’hôtel" (Noordwijk)

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Réunion de l’OTAN

"L’opération militaire en Afghanistan s’avère une lourde charge pour l’OTAN", écrivent Theo Koelé et Bert Lanting dans le Volkskrant (p.2). "L’Alliance dit avoir suffisamment de troupes pour la force de stabilisation FIAS, mais dans la pratique l’OTAN a constamment du mal à réunir les hommes et les hélicoptères nécessaires, surtout dans le dangereux Sud du pays."
"Ces pénuries seront abordées à la réunion informelle des ministres de la Défense de l’OTAN, qui commence aujourd’hui à Noordwijk. Le ministre néerlandais Eimert van Middelkoop profitera de l’occasion pour trouver des alliés susceptibles d’assister les Néerlandais en Uruzgan. Ce n’est qu’avec l’aide de partenaires que les Pays-Bas pourront prolonger leur mission au-delà d’août 2008, ainsi qu’il ressort d’une recommandation du commandant des forces armées, le général Dick Berlijn, évoquée dans la presse. L’OTAN a demandé aux Pays-Bas de rester."
"Mais selon des fonctionnaires de l’OTAN, les Pays-Bas ne doivent pas trop attendre de ’Noordwijk’. Ils insistent sur le fait que le but n’est pas d’obtenir des engagements concrets pour la fourniture de troupes. Van Middelkoop en est conscient. C’est une réunion durant laquelle on ne prendra pas de décisions, souligne-t-il. Mais le temps presse pour le gouvernement. Au ministère de la Défense on parle du ’début de la fin de partie’."
On notera dans ce contexte que les Eglises protestantes néerlandaises, dans une lettre au ministre de la Défense, ont plaidé en faveur de la prolongation de la mission en Afghanistan et prôné le dialogue avec les leaders talibans modérés (De Telegraaf p.7).

Union européenne - Turquie

En page d’opinion du NRC Handelsblad d’hier soir, Alfred Pjipers, de l’Institut Clingendael, fait valoir que "beaucoup d’Européens associent la Turquie aux excès de l’islam radical, à l’oppression des minorités chrétienne et kurde, à l’immigration effrénée, ainsi qu’aux retards sociaux et à la ségrégation dans nos villes". "Le déni obstiné du génocide arménien a également suscité beaucoup de colère. En outre, la crise constitutionnelle européenne, dans laquelle le ’non’ français et néerlandais à la Constitution européenne a plongé l’UE en 2005, a troublé d’une façon subtile la relation européano-turque. En France, en Allemagne et aux Pays-Bas on a essayé d’attribuer l’échec de la Constitution à la Turquie. Le ’non’ ne visait pas tellement la Constitution européenne, raisonnait-on, mais plutôt les élargissements à grande échelle de l’Union européenne, et en particulier l’adhésion de la Turquie." "Les perspectives d’adhésion ne sont donc pas tellement positives pour la Turquie. Pourtant, le traité modificatif conclu la semaine dernière à Lisbonne simplifiera l’adhésion à plusieurs égards. Les critères d’adhésion restent sévères, certes, mais l’UE est devenue plus accessible par suite de la suppression de ses prétentions constitutionnelles."
"Du point de vue pratique, il est exclu que la Turquie, quand elle sera membre de l’Union, puisse imposer par des voies détournées des règles ’islamiques’ à l’Europe ’chrétienne’", conclut le politologue. "L’influence potentielle de la majorité ’chrétienne’ de l’UE sur la Turquie est beaucoup plus grande que vice versa. Le problème de l’adhésion turque, qui dure depuis des décennies, est en grande partie une fonction de la suffisance politique et culturelle de l’Europe. Il faut espérer que cette suffisance s’est un peu dissipée après l’échec constitutionnel, de sorte qu’on puisse placer l’adhésion de la Turquie à l’UE dans une perspective plus réaliste."

AFFAIRES FRANÇAISES

Dans le Trouw (p.8), Paul-Kleis Jager rend compte du "débat sur l’immigration" déclenché par l’adoption d’une nouvelle loi. "Les adversaires du test ADN ont recours à l’artillerie idéologique lourde."

Le Volkskrant reprend en page d’opinion la tribune de soutien à Ayaan Hirsi Ali publiée en France par une vingtaine de journalistes, écrivains et philosophes.

Dans le supplément PS du quotidien d’Amsterdam Het Parool d’hier soir, le journaliste culinaire Johannes van Dam fait l’éloge de la boulangerie "Le Fournil de Sébastien" : "Un vrai boulanger français sur l’Olympiaplein" (www.lefournil.nl).

Dernière modification : 22/09/2008

Haut de page