Presse néerlandaise du mercredi 28 juillet 2010

LES GRANDS TITRES :

- Trouw (chrétien progressiste) : L’Etat doit prendre soin des enfants d’illégaux
- De Volkskrant (centre gauche) : Sarkozy adresse ses félicitations à Bouterse
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Laura peut faire le tour du monde
- De Telegraaf (populaire) : Formation : une percée semble proche

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Turquie – UE

Le Financieele Dagblad explique que l’AIV (Conseil pour les questions internationales) a remis hier au gouvernement et à la Deuxième Chambre un rapport sur l’élargissement de l’Union Européenne : « L’UE doit laisser entrer sur la base de conditions très strictes la Turquie et les pays des Balkans occidentaux, résume le journal financier. La période précédant l’élargissement doit être utilisée au maximum pour faire pression sur les pays candidats. Pour remplir les critères, ces pays devront faire des réformes en profondeur dans les domaines de la démocratisation, de la bonne gouvernance et de l’indépendance de la justice. Cela s’applique également à la lutte contre la criminalité, la corruption et le trafic humain. (…) La publication de ce rapport coïncide avec un plaidoyer passionné du Premier ministre britannique Cameron, qui souhaite que les négociations d’adhésion de la Turquie progressent rapidement. (…) Le ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen partage la position de l’AIV : l’adhésion dépend entièrement du respect de tous les critères par le pays candidat, les Pays-Bas ne mettront pas d’eau dans leur vin, a-t-il fait savoir. Le député VVD Han ten Broeke est d’avis que dans les cinq ans à venir, seule la Croatie pourrait entrer en ligne de compte pour adhérer à l’UE. Le gouvernement turc ne peut imputer qu’à lui-même l’impasse autour de son adhésion : il ne fait aucun effort pour résoudre le problème chypriote et commence à trop regarder vers l’Iran. Il estime que l’AIV compte trop de fans de l’élargissement. Concernant la promesse de Cameron de se battre pour l’entrée de la Turquie dans l’UE, Ten Broeke est clair : les Britanniques, explique-t-il, ont toujours été favorables à l’élargissement, parce qu’ils ne souhaitent pas poursuivre l’approfondissement. Nous voulons marquer le pas. Les mésaventures grecques montrent bien que l’on n’est jamais trop strict ».

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Coalition

Les média continuent de suivre l’évolution des négociations de coalition, tout en précisant que « les partis se parlent, mais ne parlent pas à la presse » (Trouw).
Le Volkskrant constate ce matin que le CDA, le VVD et le PVV entrent dans leur troisième journée de discussion et le Telegraaf pense connaître le calendrier des négociateurs, qui prévoirait que ceux-ci informeront demain leurs groupes parlementaires respectifs de la progression des discussions avant de rendre compte du résultat à l’informateur M. Lubbers.
Selon le Volkskrant, la variante minoritaire évoquée ces jours-ci présenterait « l’inconvénient d’être plus favorable à Wilders qu’une participation réelle à un gouvernement. Il soutient ce qui lui convient et se vante des résultats, tout en critiquant des mesures (difficiles) qui ne lui plaisent pas. » L’éditorialiste de ce journal n’envisage toutefois « pas autre chose qu’un second rôle pour le PVV. Une participation au gouvernement de ce parti populiste à la rhétorique antimusulmane ne serait pas comprise au-delà des frontières. En outre, on peut craindre que Wilders ne puisse pas fournir de candidats sérieux aux postes de ministres et donc que l’apport du PVV menace la stabilité du nouveau gouvernement ».

Justice

Le Trouw relève à la une que « l’Etat doit prendre soin des enfants des illégaux. Selon la cour d’appel de La Haye, il est inhumain et illégal de mettre à la rue les enfants des demandeurs d’asile déboutés. L’avocat Gerrrit Jan Pulles parle de jurisprudence importante, qui exprime clairement les obligations de l’Etat néerlandais. L’Etat a le devoir d’assurer aux enfants d’illégaux un hébergement et des soins. Le ministère de la justice, précise le Trouw, doit maintenant veiller à ce que ces enfants bénéficient d’un logement, d’une aide financière et soient scolarisés. Il doit expliquer comment il prévoit de le faire s’il n’accepte pas de régulariser leur mère. Ce jugement pourrait signifier que d’autres familles en fin de procédure qui ont des enfants ont une chance de rester aux Pays-Bas. Les organisations d’aide estiment que chaque année, quelques centaines d’enfants se retrouvent sans abris. » Selon le Nederlands Dagblad, qui a consulté des spécialistes du droit d’asile, ce jugement touche le cœur même de la politique d’asile néerlandaise. Ce journal précise que le ministère de la justice n’a pas encore fait connaître sa réaction.

* * *

AFFAIRES ECONOMIQUES

KLM-Air France

Le Trouw annonce qu’en « dépit du nuage de cendres, KLM-Air France enregistre des résultats supérieurs aux prévisions » pour le deuxième trimestre de cette année et relève que « l’ensemble du secteur de l’aviation civile, après avoir beaucoup souffert de la crise, commence à remonter la pente ».

LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

- Le Volkskrant rapporte que « le chef de cabinet de Bouterse, Winston Lackin, a fait savoir à ce journal que le Président français a adressé un message de félicitations au nouveau Président du Surniname. Le ministre des Affaires étrangères néerlandais, Maxime Verhagen, s’est abstenu de critiquer les félicitations de Sarkozy, précise ce quotidien. Un porte-parole du ministère des affaires étrangères a déclaré : nos partenaires européens connaissent la position néerlandaise. Nous respectons le résultat des élections, mais Bouterse n’est pas le bienvenu aux Pays-Bas. La Deuxième Chambre ne se montre pas critique, poursuit le Volkskrant : la députée CDA Ferrier fait valoir que la France a une frontière avec la Guyane française et que le gouvernement français a de ce fait une autre relation avec Paramaribo. Le député SP Van Bommel estime que la France, en tant qu’Etat souverain, a le droit d’adresser un message de félicitations à Bouterse ; Paris a intérêt à entretenir une bonne relation avec Bouterse, il y a encore des conflits frontaliers entre la Guyane et le Suriname qui doivent être résolus. Le député PVV Brinkman ne juge pas non plus utile de chapitrer la France sur ce point : aux Pays-Bas, Bouterse a encore une peine de prison à purger, mais la France à d’autres enjeux à défendre ».
- Le correspondant du même journal rend compte des récentes difficultés dans les banlieues.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parues dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 11/08/2010

Haut de page