Presse néerlandaise du mercredi 3 mars 2010

"Les élections municipales qui ont lieu aujourd’hui sont les élections locales les plus ’nationales’ qui ont jamais eu lieu", remarque le Volkskrant à la une. "Cette tendance s’est déjà dessinée avant la chute du gouvernement Balkenende IV et elle s’est renforcée après, dans la perspective des élections législatives du 9 juin prochain."
"Traditionnellement, les chefs de file nationaux des partis politiques établis impriment leur sceau sur les élections municipales. Non seulement parce qu’ils le veulent eux-mêmes, mais aussi parce que les politiques locaux pensent souvent pouvoir profiter du rayonnement d’un collègue de parti connu à l’échelle nationale."
"Selon des chiffres de BCM/TNS NIPO, seuls 22 % des électeurs se laisseront surtout guider aujourd’hui par les thèmes locaux. En 1998, ce pourcentage était encore de 35 et il a constamment baissé depuis."

* * *

- NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Forte réduction de l’arsenal nucléaire des Etats-Unis", "Zalm comme l’AFM est endommagé – Les organes de surveillance portent des jugements contradictoires sur les activités de Zalm à DSB"
- de Volkskrant (centre gauche) : "Les thèmes locaux passent à l’arrière-plan – Les électeurs s’intéressent de moins en moins à la politique municipale", "Karadzic : Srebrenica nous a attaqués"
- Trouw (chrétien progressiste) : "Balkenende exclut un gouvernement avec le PvdA – Le CDA préfère coopérer avec la droite", "Le centième électeur aura une tarte" (Appingedam, Groningue)
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le CDA exclut une coalition avec le PvdA – Balkenende : une telle coopération ne serait pas crédible pour l’électorat", "De Jager : rendre la lettre du fisc plus claire", "Accueil chaleureux à Haarlem" (retour des champions olympiques)
- De Telegraaf (populaire) : "Aux électeurs de jouer – La lutte électorale locale est placée sous le signe de la chute du gouvernement", "Un gangster prépare un attentat – Le grand criminel Rodney G. voulait faire sauter un chef de police"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Procès Karadzic

"Srebrenica n’était pas une safe area , un havre pour les citoyens en fuite, mais ’un bastion militaire à partir duquel au moins un Serbe était tué chaque jour’", relève le Volkskrant à la une. "C’est ce qu’a déclaré l’ancien leader serbe bosniaque Radovan Karadzic mardi, lorsqu’il a continué la présentation de sa défense dans le procès pour génocide ouvert contre lui. C’est pourquoi, selon Karadzic, l’offensive serbe bosniaque contre l’enclave protégée par les Casques bleus néerlandais, en juillet 1995, n’était pas plus qu’une action de légitime défense."
"Hans Blom qui, en tant que directeur de l’Institut national néerlandais de documentation sur la Seconde guerre mondiale (NIOD), a dirigé l’enquête sur Srebrenica, dément que cette ville ait été un ’bastion militaire’. ’Il y a eu des percées faites occasionnellement par des musulmans, mais certainement pas tous les jours. En gonflant ces faitses, Karadzic retourne la charge de la preuve. C’est une tactique transparente’."
"S’il y a eu des crimes de guerre à Srebrenica, Karadzic n’était pas au courant, selon ses propres dires. Pour le prouver, il s’est référé entre autres au rapport du NIOD sur Srebrenica. ’On y lit que le rôle de Karadzic n’est pas clair. La règle in dubio pro reo s’applique alors : en cas de doute l’accusé a raison.’ Selon l’ancien directeur du NIOD, Karadzic cite correctement le rapport. ’Nous n’avons pas d’indices selon lesquels Karadzic a été mêlé directement au génocide de Srebrenica. Il était au courant de l’offensive contre l’enclave, était responsable de la politique agressive en général, mais pour autant que nous le sachions il n’a pas donné l’ordre de tuer ces gens."
"L’ancien directeur, en revanche, maintient qu’au moins 7 000 musulmans de Srebrenica ont été tués après la chute de l’enclave."

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Thèmes controversés

"Le projet de relèvement à 67 ans de l’âge de la retraite de base AOW a été reporté sine die par le Parlement", annonce le Volkskrant (p.2). "L’une des principales mesures décidées l’an dernier par le gouvernement Balkenende IV pour lutter contre les conséquences financières de la crise est ainsi tombée."
"A la suite de la chute du gouvernement, le samedi 20 février, la Deuxième Chambre s’est réunie pour la première fois mardi, avec pour principale tâche d’examiner quels thèmes politiques sensibles doivent être déclarés controversés. Ceci pour éviter que le gouvernement démissionnaire CDA et ChristenUnie ne gouverne au-delà de sa tombe."
"Les députés chargés des Affaires sociales ont dû examiner plus de quarante points de l’ordre du jour. Le principal, de loin, était la proposition du gouvernement de relever l’âge de la retraite de base AOW à 67 ans. Cette proposition n’est pas encore complète parce qu’une clause d’exception pour les ’métiers pénibles’ n’est pas encore prête. A l’exception du PvdA et du CDA, tous les groupes parlementaires se sont prononcés contre le traitement de la proposition sur l’AOW. D’autres propositions concernant les retraites et le traitement des rapports sur les retraites ont également été gelées. Le projet de limitation de la compensation de licenciement a également reçu l’étiquette ’controversée’."
"La commission des Affaires économiques a décidé de déclarer controversée la nouvelle loi FES, qui règle la manière d’employer les revenus gaziers. Le projet d’injection de CO2 dans un champ gazifère vide sous Barendrecht subira sans doute le même sort la semaine prochaine."
"Ont également été déclarées controversées les visites de travail aux Antilles néerlandaises, au Kosovo, en Serbie et à la brasserie Heineken [sic]" (également De Telegraaf p.8, Trouw p.14).

Energie nucléaire

Plusieurs journaux annoncent que la Cour d’Arnhem, saisie en appel, a exclu la compagnie d’énergie allemande RWE de toute participation dans la centrale nucléaire de Borssele. RWE a récemment repris la compagnie néerlandaise Essent, qui détenait alors la moitié des actions de la centrale de Borssele. L’autre grand actionnaire, la compagnie zélandaise Delta, ne voulait pas que Borssele tombe aux mains d’une entreprise privée étrangère. Une majorité de la Deuxième Chambre était également d’avis que la centrale nucléaire néerlandaise devait rester une entreprise publique.
Une procédure de fond sur la question est encore en cours (NRC Handelsblad d’hier soir pp.1 et 15, de Volkskrant p.7, Trouw p.15).

Joint Strike Fighter

"Le chasseur Joint Strike Fighter JSF/F-35 deviendra probablement plus coûteux et l’armée de l’air américaine ne le prendra sans doute en service qu’en 2015", annonce le Volkskrant à la une. "C’est ce qu’a déclaré mardi le secrétaire d’Etat américain à la Défense Michael Donley. Selon Donley, le gouvernement américain maintient le projet JSF, en dépit de tous les revers. ’En ce moment il n’y a pas de bonne alternative au F-35’."
"Les Pays-Bas veulent faire du JSF le successeur du F-16. L’an dernier ils ont commandé un premier appareil d’essai, mais le gouvernement a en même temps reporté à 2012 une décision sur l’achat de 85 avions. Il a réservé 6,1 milliards d’euros pour cet achat" (également AD p.8, Trouw p.9).

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le NRC Handelsblad évoque les inondations (p.5) et signale en rubrique économique une prise de participation de 9 % de GDF Suez dans Nord Stream, le futur gazoduc qui acheminera du gaz russe vers l’Europe de l’Ouest via la mer Baltique.
Dans le Trouw (p.10), Marijn Kruk suit la réforme des services publics et rend compte du projet de loi contre la "violence mentale".

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 18/03/2010

Haut de page