Presse néerlandaise du mercredi 4 février 2004

Arrestation
de onze employés de KLM à Schiphol et interception de 117 kilogrammes de cocaïne,
permis à points, contre-offensive de la ministre de l’Immigration et de l’Intégration
dans la question des demandeurs d’asile en fin de procédure, interview du ministre
américain des Affaires étrangères dans le Washington
Post
 : les grands titres sont variés.

  • NRC Handelsblad d’hier soir : "Les subventions
    d’Etat aux organisations de radiotélédiffusion dans le collimateur – Enquête de
    Bruxelles", "Des lobbies juifs s’installent à Bruxelles", "Le budget
    américain épargne la défense"
  • De Telegraaf  : "Démantèlement d’une
    filière de passeurs de cocaïne à KLM – Des
    bagagistes faisaient passer des valises pleines de drogue
    ", "Bavure lors
    d’une arrestation : Un suspect de fraude abattu"
  • Algemeen Dagblad  : "Il y aura un permis à points
    – La Chambre en prendra l’initiative si la ministre persiste à refuser",
    "La police abat un suspect", "Les candidats vivent de hamburgers"
    (primaires américaines)
  • de Volkskrant  : "Powell se demande si la
    guerre contre l’Irak était juste – Un an après son discours devant le Conseil de
    Sécurité il ne reste pas grand-chose des ’preuves’ de l’existence d’armes
    interdites" (correspondance de New York), "Le patron de la NMa veut démettre
    les PDG en cas d’irrégularité" (lutte contre les cartels)
  • Trouw  : "Verdonk prend l’offensive – La
    ministre : Nous ne devons pas présenter les demandeurs d’asile comme des gens
    pitoyables", "’Quarante jours de deuil ne suffisent pas’" (survivants du
    tremblement de terre de Bam)

* * *

Actualité
internationale

Pays-Bas – France : intégration

" L’intégration a échoué aux Pays-Bas, a conclu la
commission Stasi en France
", écrit Froukje Santing dans le NRC Handelsblad (p.3) d’hier soir. " Mais des intéressés qui ont parlé à la commission
ne se reconnaissent absolument pas dans cette présentation des faits
. " Je ne vois pas comment ils en ont conclu que
l’intégration a totalement échoué aux Pays-Bas’, fait savoir la ministre Van der Hoeven
(Education) par le biais de son porte-parole
."

"Tout
comme Van der Hoeven, d’autres interlocuteurs
disent aussi que ’l’intégration a échoué aux Pays-Bas’ n’était pas le message qu’ils
ont donné aux membres de la commission. Ils ont surtout reçu des informations,
soulignent le philosophe Herman Philipse et le directeur du Sociaal en Cultureel Planbureau (SCP) Paul
Schnabel."

"Pour autant qu’on puisse
reconstituer la visite – l’ambassade de France ne veut pas publier la liste des
interlocuteurs ni le programme de la visite de travail
 des membres de la commission aux
Pays-Bas – trois membres de la commission se sont dépêchés de rendez-vous en
rendez-vous, du début à la fin de la journée du 27 novembre. Ils se sont entretenus avec de hauts fonctionnaires
des ministères de la Justice et de l’Education, ont déjeuné avec Schnabel, Philipse,
l’ancien ministre de l’Intérieur Hans Dijkstal (VVD) et le journaliste Henk Müller, du Volkskrant
. Ils ont aussi rencontré des représentants des
organisations marocaines et turques
. Et le
soir ils ont eu un dîner de travail à la résidence de l’ambassadeur
. Outre Van der
Hoeven et Brons [vice-présidente de la commission Egalité de traitement], il y avait Stef Blok (VVD) de la commission parlementaire pour
l’Intégration
(...). Blok s’étonne des propos de Costa-Lascoux [dans le NRC Handelsblad de lundi soir]. Selon lui,
la question du fondamentalisme musulman n’a pratiquement pas été abordée. ’Nous avons
notamment parlé de la liberté d’enseignement et de la laïcité française, la stricte
séparation de l’Eglise et de l’Etat.’ Selon
Blok, les membres de la commission ont jugé que la situation dans les quartiers
défavorisés néerlandais n’était ’pas pire que celle dans les banlieues françaises’
."

Ce matin, Fokke Obbema présente dans
le Volkskrant (p.4) " Sept malentendus concernant le débat français sur le
foulard
". "Malentendu 5 : Le
prétendu ’échec de l’intégration’ aux Pays-Bas a fait comprendre aux Français que la
loi sur le foulard est nécessaire. Cette thèse veut que quelques membres de la
commission Stasi en visite d’étude aient été tellement choqués par la pratique
néerlandaise qu’ils ont été convaincus de l’utilité de la loi. En réalité, ce voyage
d’étude a tout au plus été un des facteurs de la décision définitive. Le rapport Stasi montre que ce sont surtout les
témoignages de jeunes musulmanes des banlieues, contraintes par leur entourage de porter
le foulard, qui ont profondément impressionné la commission
. ’La République ne
protège plus ses propres enfants’, a constaté le président Stasi à ce propos."

 

Irak

" Il a fallu beaucoup de temps au président américain
George Bush et au premier ministre britannique Tony Blair pour reconnaître que leur
principal argument public en faveur de l’invasion de l’Irak ne reposait pas sur des faits
",
remarque l’éditorialiste du Trouw ce matin.
"Il s’avère maintenant que, pour autant qu’on sache, le développement d’armes de
destruction massive dans l’Irak de Saddam Hussein s’était pratiquement arrêté. Aucune arme chimique, biologique ou nucléaire n’a
été trouvée jusqu’à présent
. Il est donc
juste et bon qu’on ouvre des enquêtes sur les faits présentés par les services secrets
à la veille de la guerre contre l’Irak
."

"Bush et Blair n’ont
probablement pas menti lorsqu’ils ont commencé la guerre contre l’Irak, parce qu’ils se
sont basés sur des informations inexactes. Tout comme le gouvernement néerlandais, qui a
exprimé son soutien politique à cette guerre. Mais
la décision définitive de partir en guerre reste toujours une décision politique
. Une enquête sur la défaillance des services secrets
ne peut pas faire disparaître cette responsabilité politique
."

 

Actualité
intérieure

Demandeurs d’asile

" La ministre Verdonk (Immigration et Intégration)
ouvre l’offensive contre les avocats spécialisés dans l’asile et les structures d’aide
qui font des demandeurs d’asile des ’personnes pitoyables’
", note le Trouw dans son grand article à la une. "’Les
demandeurs d’asile sont enserrés par un cercle de fer d’avocats et d’assistants sociaux
qui profitent des émotions des gens et qui ont ainsi déchaîné un engouement
médiatique.’ Verdonk fait aussi des reproches aux
anciens ministres PvdA Pronk et De Vries
. En critiquant vivement la politique de
rapatriement des demandeurs d’asile que prône le gouvernement, Pronk donne un mauvais
signal. ’Et ce, aux personnes qui pensent que c’est faire preuve de solidarité que de
recommander aux demandeurs d’asile en fin de procédure de rester ici. Il crée à tort
une atmosphère de légitimité autour des ces actions’."

"C’est
ce que la ministre VVD déclare dans un entretien avec notre journal. Elle réagit aux
résistances civiques et politiques que la proposition du gouvernement en vue d’une
politique de rapatriement a suscitées. Verdonk
fait valoir qu’une politique d’asile doit aussi régler le retour dans leur pays d’origine
des demandeurs d’asile en fin de procédure
. Elle estime que le gouvernement Paars II
a failli sur ce point en mettant en place la loi sur les étrangers."

" Verdonk est d’avis que les militants ont perdu de vue
le fait que c’est la situation de sécurité dans le pays d’origine qui est déterminante
pour l’attribution d’un permis de séjour, pas le degré d’intégration des demandeurs
d’asile concernés
. ’Il faut tourner le commutateur dans la société néerlandaise.
Les demandeurs d’asile sont venus ici de leur propre gré. Si l’on veut une politique d’asile crédible, il faut
aussi expulser les demandeurs refusés
.’ En principe, le séjour des demandeurs
d’asile aux Pays-Bas est temporaire, déclare Verdonk. Ils peuvent rentrer quand ils ne
courent plus de danger dans leur propre pays. ’Si l’on perd cela de vue, on finit par
croire que tout le monde doit pouvoir rester ici’."

L’interview de la ministre figure
dans le cahier de Verdieping.

" La politique d’expulsion est de plus en plus
critiquée
", relève le Volkskrant
(p.3) de son côté. "Le CDA, la LPF et le D66 n’approuvent pas tout à fait
l’intention du gouvernement visant d’expulser les demandeurs d’asile en fin de procédure.
Les trois partis ne veulent pas que des familles soient séparées par suite de
l’opération de rapatriement."

 

Allocations sociales

" S’il ne tient qu’au secrétaire d’Etat des Affaires
sociales Rutte (VVD), les étudiants qui ont obtenu leur diplôme n’auront plus
automatiquement droit à une allocation sociale
", rapporte le Volkskrant à la une. "Rutte veut qu’ils
soient prêts à accepter ’tout emploi inférieur disponible sur le marché du travail’.
Il va conclure des accords à ce sujet avec les échevins des affaires sociales des treize
grandes villes étudiantes des Pays-Bas. C’est ce qu’il a fait savoir mardi soir, lors
d’une concertation avec la Deuxième Chambre. ’Un emploi de pompiste vaut mieux qu’une
indemnité’, selon Rutte."

"Les
allocations sociales accordées aux ex-étudiants grèvent le budget des treize grandes
villes étudiantes", rappelle le journal de centre-gauche. "L’usage actuel veut
que les diplômés cherchent un emploi correspondant à leur formation pendant qu’ils
touchent une allocation. Rutte ne peut pas contraindre les communes à modifier cette
politique, mais il affirme qu’il a conclu de ses contacts avec les municipalités qu’elles
sont très favorables à cette nouvelle approche."

La proposition de Rutte concernant les diplômés
sans emploi était un élément inattendu du débat sur l’admission aux Pays-Bas de
main-d’œuvre des nouveaux Etats membres de l’UE
.

Economie, Finances

NMa

"Le
nouveau patron de l’autorité néerlandaise de surveillance de la compétitivité (NMa)
veut avoir la possibilité de démettre de leurs fonctions des directeurs d’entreprise,
s’ils ont participé à un cartel", annonce le Volkskrant
à la une. "C’est ce que le directeur général de la NMa, Pieter Kalbfleisch, prône
aujourd’hui dans un entretien avec le Volkskrant."

"En
Grande-Bretagne et aux Etats-Unis l’autorité anti-cartel a depuis peu la possibilité de
renvoyer des managers. L’autorité de surveillance peut démettre de leurs fonctions, pour
une durée maximale de quinze ans, les PDG qui ont affaibli la concurrence par
cartellisation. ’Une telle mesure ne messiérait pas aux Pays-Bas’, déclare
Kalbfleisch."

"La NMa
aura prochainement la possibilité, à certaines conditions, d’effectuer une descente dans
les résidences privées d’entrepreneurs. ’Je suis content de cette possibilité’, dit
Kalbfleisch. ’Ce n’est pas un joujou. Nous emploierons cette mesure de façon
proportionnée. Mais nous avons besoin de tels moyens. Nous rencontrons toujours des
cartels’."

Economie de la connaissance

L’Union
européenne risque fort de ne pas réaliser son objectif de devenir l’économie de
connaissance la plus compétitive du monde d’ici 2010, selon le secrétaire d’Etat
néerlandais aux Affaires européennes Atzo Nicolaï. Le processus dit de Lisbonne (où
l’UE s’est donné cet objectif en 2000) n’avance guère, a déclaré Nicolaï lundi, lors
d’une réunion à La Haye. "Si nous poursuivons notre cap actuel, nous n’y arriverons
pas. Nous devrons alors enterrer la stratégie de Lisbonne sous une pierre portant l’inscription : ’Ci-gît un enfant qui
avait quinze parents et qui est mort orphelin’" ( NRC Handelsblad d’hier soir p.14).

Presse

La plupart
des quotidiens nationaux néerlandais risquent de passer "sans bruit" en des
mains étrangères, notent le Volkskrant
(p.7) et le Telegraaf (p.27). C’est ce que
redoute le PDG de Wegener, Jan Houwert. Wegener est le premier éditeur néerlandais de
quotidiens régionaux et le groupe a fait savoir à plusieurs reprises, dans la
perspective de la prochaine reprise de PCM (qui édite notamment le Trouw, le NRC Handelsblad,
l’Algemeen Dagblad
et le Volkskrant), qu’il souhaitait en
reprendre une bonne partie. Mais PCM, selon Houwert, pense que cette reprise ne serait pas
autorisée par la NMa. La plupart des autres parties intéressées sont des groupes
étrangers.

"Manifestement, on préfère un
étranger à un puissant Néerlandais, mais même cette discussion n’a pas lieu. Cela se
fait tout simplement et cela m’étonne beaucoup." "Quand un avionneur comme
Fokker ou une compagnie aérienne comme KLM passe dans des mains étrangères, le public
et la classe politique s’insurgent, mais quand des produits très liés à la culture et
à la langue risquent d’avoir le même sort, tout le monde semble trouver cela
normal."

 

Affaires
françaises
 

Le Het Parool (p.8) et le journal haguenois Haagsche Courant (p.B9) d’hier soir évoquent à
leur tour la prochaine Semaine du Livre aux Pays-Bas, en précisant que l’ambassadeur de
France à La Haye a reçu des mains d’Adriaan van Dis le premier exemplaire de l’essai
qu’il a écrit sur Paris, dans le cadre de cette manifestation centrée cette année sur
la France.

Tous les quotidiens mentionnent
d’autre part sans commentaire particulier l’intention d’Alain Juppé de rester actif en
politique, malgré sa condamnation ( NRC Handelsblad
pp.1 et 5 : "Chirac exprime son soutien à Juppé", de Volkskrant p.5, Trouw p.6, Algemeen Dagblad p.7, De Telegraaf p.11).

Dernière modification :

Haut de page