Presse néerlandaise du mercredi 5 mars 2008

Les deux cent cinquante bureaux de poste qui restent encore aux Pays-Bas vont bientôt fermer leurs portes. La Postbank, une filiale directe d’ING, est arrivée à la conclusion qu’ils ne s’inscrivent plus dans la nouvelle formule commerciale du géant bancaire. L’autre grand actionnaire des bureaux de poste, TNT Post, a obtenu la mise en place d’un dispositif de reconversion convenable pour les quelque 2 400 employés touchés.
Le nombre de bureaux de poste autonomes est descendu de 1 300, en 1989, à 250 à l’heure actuelle. Ils se ressentent de plus en plus de la concurrence des nouveaux magasins orange de TNT Post et des magasins bancaires bleus de la Postbank. "Les bureaux de poste n’étaient pratiquement plus exploitables de façon rentable", cite l’AD. En 2006, ils ont enregistré une perte nette de 1,5 million d’euros.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "La gauche texane se réjouit de la course des Démocrates - Hillary Clinton doit battre aujourd’hui Obama dans deux Etats pour rester candidate", "Voitures de luxe et camions dans un seul groupe" (projet de reprise de Volkswagen par Porsche)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le rideau tombe pour les 250 bureaux de poste autonomes - Elaboration d’un plan social pour les 2 400 employés", "Les victimes des assurances-placement seront dédommagées"
de Volkskrant (centre gauche) : "L’UE prépare ses représentations à la sortie du film de Wilders", "Les Pays-Bas reconnaissent à leur tour le Kosovo", "’Peter le sale’ a tiré et a été pris de remords" (affaire des liquidations d’Amsterdam)
Trouw (chrétien progressiste) : "Davantage d’encadrement pour les diminuées mentales enceintes" (Utrecht), "Le PvdA doute à son tour de la gratuité des manuels scolaires", "Tout ou rien pour Hillary Clinton"
De Telegraaf (populaire) : "Davantage de surveillance des familles [à problèmes] - Les maires auront compétence à intervenir", "Une imposante minute de silence" (pour les militaires morts en Uruzgan, lors d’une remise de décorations à Arnhem)

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - Kosovo

"Les Pays-Bas reconnaissent l’indépendance du Kosovo", annonce le Volkskrant à la une. "Le ministre des Affaires étrangères Verhagen a fait remettre mardi une note à cet effet au gouvernement de Pristina."
"Les Pays-Bas ne sont pas parmi les premiers pays à reconnaître le nouvel Etat du Kosovo. Après la déclaration d’indépendance du 17 février, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et les Etats-Unis l’ont fait rapidement", rappelle le journal de centre gauche. "Mais l’Union européenne n’a pas réussi à s’accorder dans son ensemble. Des pays avec des minorités agitées, comme l’Espagne, et des pays divisés comme Chypre ne voulaient pas entendre parler de reconnaissance."
"Au début, le ministre Verhagen n’était pas enthousiaste non plus à propos de l’indépendance du Kosovo. Verhagen s’était efforcé d’aboutir à un compromis entre le Kosovo et la Serbie, vivement opposée à la sécession de sa province albanaise. Lorsque toute possibilité de compromis a échoué et l’indépendance est devenue inévitable, Verhagen a dit que ’nous sommes confrontés à une nouvelle réalité’. Le ministre, ensuite, a d’abord voulu étudier la nouvelle Constitution et attendre de voir si les autorités de Pristina adopteraient une position convenable vis-à-vis de la minorité serbe."
"Selon les Affaires étrangères, les Pays-Bas sont maintenant satisfaits ’de la position calme et responsable du gouvernement kosovar depuis la déclaration d’indépendance’." "Le gouvernement kosovar ne s’est pas laissé provoquer. La minorité serbe du Kosovo aura des droits officiels dans le domaine de la langue, de la culture, des médias, de la religion et de l’enseignement."
"Les Pays-Bas estiment qu’il est bon que le Kosovo veuille coopérer étroitement avec l’envoyé spécial de l’UE, le Néerlandais Pieter Feith, qui doit surveiller le gouvernement kosovar au nom de la communauté internationale" (également De Telegraaf p.3, Trouw p.4, AD p.6).

ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Geert Wilders

"Le leader PVV Geert Wilders est convaincu que son film contre le Coran reste dans les limites de la législation néerlandaise", relève le Volkskrant à la une, dans un point de situation. "Il refuse néanmoins de le montrer au préalable au Coordinateur national de la lutte contre le terrorisme (NCTb), Tjibbe Joustra, de peur d’une interdiction. ’Ce n’est que si le NCTb promet de ne pas faire usage de sa situation d’initié pour engager des actions juridiques préalables que je lui donnerai une copie’, dit Wilders. Cette promesse n’est pas possible : tout fonctionnaire, en cas de suspicion d’un fait répressible, est tenu de mettre au courant le Ministère public. Le ministre de la Justice ne peut dispenser personne de cette obligation."
"Le film Fitna (’épreuve’) est ’magnifique’, selon son producteur. ’Je suis très enthousiaste.’ Wilders est encore en pourparlers avec les organisations de radiotélédiffusion sur sa diffusion, en fin de semaine. Il exige que son film de 15 minutes soit diffusé intégralement, sinon il le lancera dans le courant du mois sur www.fitnathemovie.com, à l’occasion d’une conférence de presse internationale."
"Wilders estime que l’agitation mondiale au sujet de son film est entièrement imputable au premier ministre Balkenende. ’Il en a lui-même fait un grand thème et divulgué mes projets cinématographiques.’ Selon Wilders, le premier ministre crée une ’prophétie auto-réalisatrice’ et Balkenende montre ainsi qu’il est un leader faible. ’Il a fait en sorte que de Tombouctou à l’Afghanistan tout le monde sait que ce film va sortir. Balkenende cède aux talibans et je lui en veux beaucoup pour cela’."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.5) d’hier soir a réalisé une synthèse à partir d’éléments reçus de ses correspondants à Paris et à Berlin, intitulée "Compromis sur le projet controversé de Sarkozy". "La formation d’une Union méditerranéenne a été ces derniers mois une des sources de tension les plus saillantes entre Berlin et Paris." "Officiellement, Merkel et Sarkozy soutiennent maintenant de concert le projet d’Union méditerranéenne. Ils gardent les détails de leur accord pour le sommet européen de la semaine prochaine. Ils ont cependant fait comprendre lundi que l’Union méditerranéenne doit devenir un projet de tous les 27 pays de l’UE. Et elle ne doit pas entraver le processus de Barcelone, a fait savoir Merkel à Hanovre."

Ce matin l’AD, dans son cahier haguenois, signale que des élèves du Christelijk Gymnasium Sorghvliet ont préparé sous la direction de leur professeur de français une soirée de théâtre consacrée à l’œuvre de Molière. L’ambassadeur de France à La Haye et l’attaché culturel français assisteront à la soirée du 12 mars.

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page