Presse néerlandaise du mercredi 5 septembre 2012

Trouw (chrétien progressiste) : [Chef de file de la CU] Rouvoet : ne déshabillez pas l’AWBZ [frais exceptionnels de maladie].

De Volkskrant (centre gauche) : Déductibilité [de l’intérêt hypothécaire] réservé aux crédits avec un remboursement du capital.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Forte baisse du nombre de décès d’enfants après un accident de vélo.

De Telegraaf (populaire) : Surveillance mobile aux frontières.

Het Financieele Dagblad : Cours des certificats Rabobank sous forte pression.

NRC-Handelsblad : La montée du PvdA force les partis à adapter leur campagne électorale.

* *

ACTUALITE INTERIEURE

Débat électoral sans vainqueur

« Pas vraiment de vainqueur du débat », remarque le NRC-Handelsblad à propos du débat électoral d’hier soir entre les têtes de listes. Le Trouw et le Volkskrant ont surtout retenu que les libéraux ne veulent pas garder la Grèce « coûte que coûte » dans la zone euro. Mark Rutte, leur tête de liste, estime que la Grèce doit « mettre elle-même de l’ordre dans ses affaires ». Il n’a pas voulu dire si cela signifiait que les Pays-Bas ne donneront pas leur accord au paquet d’aide supplémentaire pour la Grèce, « mais les marchés financiers et les autres pays de la zone euro ont sans doute écouté ses propos avec une certaine préoccupation », observe le Trouw qui se demande s’il s’agissait peut-être de rhétorique électorale. Quant à Geert Wilders, il a reproché aux VVD, PvdA et D66 leur attitude trop pro-européenne : « Vous vous laissez tenir en laisse par Bruxelles ». Le Telegraaf titre en gras : « Rutte ne donne plus rien aux Grecs ». Pour le grand quotidien populaire le chef de file du VVD « a étonné tout le monde avec ses propos ». Le journal publie également un dernier sondage de l’institut Maurice de Hond où l’on voit que le lundi 3 septembre, les travaillistes (PvdA) arrivaient encore derrière la gauche radicale (SP) avec 25 contre 29 sièges virtuels [RdP 3/9], alors que le mardi 4 septembre, les deux partis étaient égaux avec 27 sièges chacun. Sur le même schéma, le VVD est en léger recul d’1 siège pour arriver le 4/9 à 34 sièges virtuels.

Etude ING / Sortie de la Grèce de l’euro

Dans ce contexte, l’ING a quantifié un départ de la Grèce de la zone euro dans le cadre d’une étude sur l’effritement de cette zone. Selon ces chiffres, publiés hier, une sortie grecque coûterait aux Pays-Bas 22 Mds€. Le Trouw note que, d’après l’ING, il s’agirait d’un montant « gérable ». Le Financieele Dagblad précise que « les investisseurs privés perdraient 4,25Mds€ alors que l’Etat néerlandais devrait passer 17,75Mds€ par pertes et profits. L’ING met toutefois en garde contre un possible effet domino où la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et l’Irlande quitteraient au même moment la zone euro. Dans ce cas, les Pays-Bas courraient un risque financier maximal de 339Mds€. »

Hooliganisme en augmentation

La plupart de grands quotidiens se font l’écho de l’augmentation du hooliganisme dans et autour des stades de football. Dans son rapport annuel, le CIV, le centre d’expertise de la police spécialisé dans le vandalisme au sein du football, note qu’en 2011 « le vandalisme a augmenté et que les incidents sont plus rudes et bien souvent de nature extrêmement violente ». Le Volkskrant note que « la police a arrêté 40% plus de hooligans qu’en 2010. Elle reçoit aussi des signaux selon lesquels les membres du noyau dur des supporters sont également impliqués dans le trafic de drogues et d’armes. La police a été confrontée à des problèmes dans 702 matches de football professionnel sur 778. Selon la KNVB (fédération néerlandaise de football), le CIV dresse un portrait trop sombre. La fédération estime que la situation s’est améliorée. Le Trouw rapporte que, suite au rapport du CIV, le ministre de la Sécurité et de la Justice, Ivo Opstelten, a écrit à la Deuxième Chambre qu’il souhaite « des actions plus dures et surtout plus efficaces contre les hooligans. Il souhaite en outre qu’une interdiction de stade soit valable un an au lieu de trois mois comme c’est le cas actuellement » Le quotidien note que, parallèlement, la police s’inquiète d’une nouvelle tendance. « Dans le sud des Pays-Bas, de jeunes hooligans se rencontrent régulièrement pour des confrontations soumises à certaines règles de jeu. Chaque groupe porte des vêtements reconnaissables, des armes ne sont pas admises (…). A la fin, les deux groupes se serrent la main et boivent ensemble une bière ».

AFFAIRES ECONOMIQUES

Pays-Bas plus compétitifs

Le Volkskrant et le Financieele Dagblad relèvent que, selon l’index annuel du World Economic Forum, les Pays-Bas occupent « de façon inattendue » une cinquième place sur la liste des meilleurs pays compétitifs. Le Volkskrant remarque que « les investissements du gouvernement portent leurs fruits ». Il fait l’inventaire des points où les Pays-Bas obtiennent de bonnes et de mauvaises notes. « L’indépendance judiciaire, le comportement éthique des entreprises, la confiance de la population à l’égard des politiques et la protection des actionnaires minoritaires, le port de Rotterdam et l’aéroport Schiphol, l’enseignement de base et secondaire obtiennent de bonnes notes. En revanche, la bureaucratie au sein de l’Etat et la lutte contre le terrorisme obtiennent des notes moindres. Bien qu’il y ait peu d’inflation, la dette de l’Etat reste élevée. Les Pays-Bas se trouvent absolument en tête lorsqu’il s’agit de compétitivité locale et en matière de politique contre les monopoles. »

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.
Compte Twitter de l’ambassade : www.twitter.com/FranceinNL.
Site internet de l’ambassade : http://www.ambafrance-nl.org.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page